L’e-commerce dans les filets de l’OMC et du Davos

Source PARDEM (Parti pour la Démondialisation)

Par Joël Perichaud, Secrétaire national du Parti de la démondialisation chargé des relations internationales
le 20 avril 2021

L’OMC confirme avec les discussions sur l’« e-commerce » sa ligne néolibérale. Les États-Unis, l’Union européenne et l’OMC jouent partition commune pour imposer leurs géants du numérique aux pays en développement et cherchent à leur interdire de s’en protéger.
Le résultat de ces négociations sur l’« e-commerce », qui d’ailleurs se déroulent en dehors du cadre légal puisqu’elles ne font sans mandat de négociations de l’OMC, sera vraisemblable-ment imposé aux pays du Sud, devenant ainsi la nouvelle règle pour tous. Okonjo-Iweala (1), première femme africaine à la tête de l’OMC, y aura activement contribué…

Lancées officiellement par l’OMC en janvier 2019, en marge du Forum économique mondial de Da-vos, les négociations sur l’e-commerce avancent à marche forcée. Conformément à la volonté des néolibéraux et des entreprises multinationales, la pandémie tombe à pic pour faire passer dans les faits le « Grand reset » prôné par Davos (2). Les ventes en ligne ont, en effet, explosé en raison no-tamment de la fermeture de nombreux commerces et des injonctions au confinement.
Quatre-vingt-six pays de l’OMC discutent donc de la « régulation » d’une économie et de technolo-gies numériques. Ils se sont mis d’accord sur un texte dont le contenu confirme les craintes initiales : les pays du Sud ont tout à perdre de ces pseudo-négociations qui les laissent sur le banc de touche.


Pour lire la suite, cliquez ci-dessous :
https://www.pardem.org/le-commerce-dans-les-filets-de-lomc-et-du-davos

Les commentaires et les articles sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

2 commentaires

Laisser un commentaire