« Tempête sur le Capitole » instrumentalisée par le complexe numérico-financier ? (analyse d’Ernst Wolff)

C’est le chaos partout. Merci à Monique C et à Françoise G.

*******

Source Kla.Tv

Se pourrait-il qu’en créant des troubles sociaux, tels que la « tempête du Capitole » du 6 janvier 2021, différents groupes de la population soient délibérément divisés et dressés les uns contre les autres ? Dans cette émission, l’écrivain et expert financier allemand Ernst Wolff explique comment de tels événements sont contrôlés par le complexe numérico-financier et instrumentalisés à ses fins. Voyez par vous-même quels sont les objectifs poursuivis.

Transcription

« Tempête sur le Capitole » est le terme utilisé pour décrire l’entrée des manifestants dans le siège du gouvernement à Washington, D.C. le 6 janvier 2021. À cette date, le Congrès américain se réunissait au Capitole pour certifier la victoire de Joe Biden à l’élection présidentielle. Les protestataires voulaient empêcher que cela ait lieu. Deux officiers de police et cinq manifestants auraient été tués. Auparavant, le président encore en exercice Donald Trump s’est adressé à plusieurs milliers de partisans sur une scène non loin de la Maison Blanche. Trump les a appelés à manifester devant le Capitole. Cependant, il n’a pas été question d’un appel à la prise d’assaut du Capitole, ni d’un appel à la violence.

Maintenant, il y a des points de vue différents sur cet événement. Dans ce qui suit, nous ne les aborderons que brièvement. Cette émission sera plutôt focalisée sur un éventuel contexte plus large.

Revenons à la « tempête sur le Capitole ». L’événement a été considéré par la majorité comme une tentative de coup d’État par Trump. Le démocrate américain Seth Moulton a parlé de « tentative de coup d’Etat ». Le 13 janvier 2021, la Chambre des représentants a voté l’ouverture d’un second procès de destitution contre Donald Trump pour incitation à l’émeute. Il est accusé d’avoir incité ses partisans à prendre d’assaut le Capitole par la force.

Ce point de vue est contredit par le fait que Trump a exhorté à plusieurs reprises ses partisans à « rentrer chez eux pacifiquement » par le biais d’un message vidéo et de deux tweets. De plus, l’intrusion dans le Capitole a probablement profité aux adversaires de Trump plutôt qu’à lui-même.

D’autre part, on peut voir sur différents réseaux sociaux des photos et des vidéos qui sont censées prouver que l’attaque a été instiguée par les militants d’Antifa. Selon eux, il s’agissait d’une action sous faux pavillon qui a ensuite été imputée à Donald Trump. Les chaînes câblées conservatrices comme Fox News Channel ont soutenu cette thèse. Les médias comme le « Neue Zürcher Zeitung », à leur tour, ont affirmé que des groupes nationalistes prétendus partisans de Trump – s’étaient habillés tout en noir comme Antifa pour créer une fausse piste.

Il est impossible de dire avec certitude si ce sont des partisans incontrôlables de Trump ou des provocateurs d’Antifa qui auraient mis en scène la « tempête sur le Capitole ».

Mais se pourrait-il que ce débat passionné sans fin, pour et contre Trump, soit délibérément destiné à détourner l’attention des faits réels ? L’écrivain et expert financier allemand Ernst Wolff voit la « tempête sur le Capitole » dans un contexte plus large.

Dans son article « Etats-Unis : la guerre civile délibérément déclenchée », paru le 14 janvier 2021 sur antikrieg.com, Ernst Wolff écrit que les événements du 6 janvier ne sont qu’un avant-goût de ce à quoi on peut s’attendre dans les semaines et les mois à venir, à savoir des troubles sociaux allant jusqu’à la guerre civile. De nombreux politologues confirment que depuis la présidence de Trump, l’Amérique est plus divisée que jamais. Ernst Wolff décrit comme suit l’escalade de la situation depuis l’élection présidentielle de 2020 :

« Les républicains fulminent contre la fraude électorale (dont ils ont eux-mêmes bénéficié en 2000), ils incitent les manifestants à des actes de violence et les condamnent ensuite. Les démocrates engagent une procédure de destitution une semaine avant le changement à la Maison Blanche, ce qui ne réduira pas le mandat du président d’un jour mais alimentera systématiquement la colère de ses partisans. Les grands groupes numériques, pour leur part, alimentent le feu avec une censure de plus en plus stricte de leurs plateformes sociales. Ces mesures, prises dans leur ensemble, ne sont rien d’autre que des mèches délibérément allumées qui contribuent à faire exploser le baril de poudre social américain. »

Ernst Wolff conclut que le but de cette évolution est « très clairement de déclencher une guerre civile ou du moins des troubles civils ».

Wolff parle aussi clairement de qui sont les véritables tireurs de ficelle derrière tout cela, à savoir le complexe numérico-financier. Wolff déclare : « Pour comprendre pourquoi une telle violence devrait être déclenchée, il faut regarder le véritable centre de pouvoir des États-Unis : le complexe numérico-financier avec Microsoft, Apple, Amazon, Google et Facebook ainsi que les grands gestionnaires d’actifs BlackRock, Vanguard, State Street et Fidelity au sommet. Ce complexe numérico-financier a usurpé plus de pouvoir au cours des dernières années et des derniers mois que toute autre force avant lui dans toute l’histoire des États-Unis. »

Cela explique aussi pourquoi Twitter et compagnie ont rapidement supprimé le message vidéo et les tweets de Trump dans lesquels il appelle ses supporters à rentrer paisiblement chez eux. Le complexe numérico-financier n’a donc aucun intérêt à la désescalade.

Mais pourquoi l’agitation sociale est-elle nécessaire ? Selon Wolff, le pouvoir du complexe numérico-financier a ses limites. Une de ces limites atteinte actuellement, c’est le fondement sur lequel repose ce pouvoir : « le système monétaire mondial construit autour du dollar ». Selon Wolff, ce système ne pouvait plus être maintenu en vie à long terme. C’est pourquoi une solution radicale a apparemment été choisie : comme on peut l’entendre de Washington, le nouveau président Biden annoncera, entre autres, la plus importante injection de fonds à ce jour, d’un montant de deux billions de dollars, immédiatement après son entrée en fonction. Selon ce texte, le système bancaire dans sa forme classique doit être supprimé et la création de monnaie doit être placée uniquement entre les mains de la banque centrale. Wolff explique pourquoi il faut des troubles sociaux pour cette restructuration du système monétaire : « Pour une raison simple : parce que le nouveau système monétaire signifie l’assujettissement complet de toute la population aux intérêts du complexe numérico-financier. Ce dernier sera non seulement informé de chaque transaction, mais pourra également retenir les paiements, les lier à des délais ou même les restreindre géographiquement. Il pourra imposer arbitrairement des taux d’intérêt négatifs, favoriser certains groupes professionnels, en désavantager d’autres, faire dépendre les paiements de codes de conduite, et achever financièrement des citoyens.

La monnaie numérique de la Banque centrale n’a plus rien en commun avec la monnaie que le monde a connue jusqu’à présent et qui s’est développée au fil des siècles. Aussi démocratique que soit la constitution, elle signifie la fin de toute démocratie, car elle met les citoyens à la merci et au contrôle total de la Banque centrale et des grands groupes numériques et financiers qui coopèrent avec elle.

Dans des circonstances normales, la population n’accepterait pas du tout l’introduction de cet argent, mais elle opposerait certainement une résistance considérable. C’est pourquoi une stratégie différente semble avoir été adoptée : la récession du siècle a été délibérément déclenchée, le chômage de masse a été créé, des aides ont été promises mais les délais n’ont pas été respectés et, en outre, des bouleversements politiques ont été générés, différents groupes de population ont été dressés les uns contre les autres et des troubles sociaux ont été déclenchés. »

De même, Ernst Wolff a souligné que l’état-major général de l’armée américaine avait publié, le 12 janvier 2021, un mémorandum, dans lequel il condamne fermement les violentes émeutes qui ont eu lieu à Washington le 6 janvier. Il a annoncé que l’armée américaine « défendrait la Constitution des États-Unis contre tous les ennemis, étrangers et nationaux ». Le mémorandum, a déclaré Ernst Wolff, a marqué le point culminant préliminaire d’un développement qui pourrait se terminer avec la prise de pouvoir des militaires à Washington.

Voici ce que dit Wolff à propos de la stratégie de créer délibérément des troubles sociaux : « Si on laisse les militaires intervenir dans cette situation et que la Banque centrale distribue la nouvelle monnaie comme un revenu de base universel par le biais de décrets d’urgence, on arrive même à faire paraître les deux comme un acte non pas de coercition mais d’humanité. Les neuf derniers mois de prétendue lutte contre la pandémie ont montré à quel point cette stratégie fonctionne bien : Les mesures qui ont abaissé le niveau de vie de près de deux milliards de personnes, qui ont fait sombrer 130 millions de personnes dans la faim et détruit à jamais des millions de moyens de subsistance sont aujourd’hui présentées au public mondial comme une « protection contre une maladie » par des politiciens, des journalistes et des scientifiques achetés. »

Pour résumer :

1. Les troubles sociaux – comme ceux qu’on a vus le 6 janvier ou ceux auxquels on pouvait s’attendre lors de l’investiture de Biden le 20 janvier – sont planifiés et instrumentalisés par le complexe numérico-financier. Peu importe que Trump fasse partie du complexe numérico-financier ou qu’il y soit opposé.

2. L’objectif du complexe numérico-financier est de livrer sans restriction les citoyens à l’arbitraire et au contrôle total de la Banque centrale. La monnaie numérique, sans argent liquide, de la Banque centrale joue un rôle crucial à cet égard, quelle qu’en soit l’apparence exacte.

3. Différents groupes de la population ou partis doivent être dressés les uns contre les autres et des troubles sociaux doivent être créés afin d’atteindre cet objectif.

C’est pourquoi, chers téléspectateurs, il faut faire attention : Qu’on ne se dresse pas les uns contre les autres et qu’on ne se laisse pas diviser, mais que les véritables responsables et criminels – le complexe numérico- financier – soient dévoilés et condamnés !

de d.d. Sources / Liens : https://de.wikipedia.org/wiki/Sturm_auf_das_Kapitol_in_Washington_2021
https://www.anti-spiegel.ru/2021/trotz-unruhen-und-stuermung-des-kapitols-joe-bidens-wahl-zum-us-praesidenten-wurde-bestaetigt/
https://www.anti-spiegel.ru/2021/erstuermung-des-kapitols-welche-neuen-informationen-die-medien-verschweigen/?doing_wp_cron=1610644164.2065548896789550781250
https://www.nzz.ch/international/die-unheilvollen-zeichen-ld.1595488
http://antikrieg.com/aktuell/2021_01_14_usa.htm
https://www.anti-spiegel.ru/2021/trotz-unruhen-und-stuermung-des-kapitols-joe-bidens-wahl-zum-us-praesidenten-wurde-bestaetigt/

3 commentaires

  • Demeter

    Question posée et reponse trouvée, Ce commentaire est devenu inutile, Désolé encore du dérangement. Il manque l’option effacer.

  • Sully-Morlandimus

    L’entreprise d’atomisation de nos sociétés n’a cessé de se renforcer lors des deux dernières décennies. Avec l’avènement du mangeur de verres brisés, on atteint l’apogée. L’amorce d’une pacification des tensions sociétales, voire communautaires, n’interviendra que quand toute la société sera au bord du gouffre à deux doigts de sombrer dans l’inconnu et le chaos. Entre temps il convient à ceux qui s’en donnent le temps et le courage de diffuser le sous-jacent du quotidien. En clair, un travail de décryptage. Ce faisant, tôt ou tard avant que de nourrir un chaos collectif, beaucoup réfléchiront à deux fois en connaissance de cause du pourquoi et du comment nous sommes TOUS objets de manipulations. Ceci dit, tout ce qui est excessif comme dernièrement le coup de gueule d’un artiste à crinière et chaussé de bottes en cuir, est inutile et constitue une belle opportunité pour donner le bâton pour nous faire battre comme paillasses ….. Savoir garder la tête froide et identifier ce qui constitue un acte de résistance DURABLE.

  • predateur

    ça ressemble plus à « tempête dans un verre d eau  » ça fait trois mois que l on nous balance des prévisions apocalyptiques sur ces élections avec au final rien , ce qui est très bien ….serait peut être temps de passer à autre chose et laisser trump jouer à la baballe