Les raisons, simples et claires, pour lesquelles je ne me ferai pas vacciner contre la COVID-19

Encore des arguments contre ce vaccin ARNm. Partagez ! Volti

******

Source Jean Dominique Michel

A n’en pas douter, c’est envers et contre tout Noël !

Après le texte remarquable du Dr Frédéric Badel, qu’il m’a donné à publier hier sur ce blog, c’est aujourd’hui la contribution de mon confrère anthropologue Jacques Pollini, chercheur associé à l’Université Mc Gill de Montréal, que je reçois.

Un texte franc, honnête, parlant, la parole d’un homme et d’un scientifique qui ne cède pas sur la nécessité de voir les choses comme elles sont.

Comme cette question risque de se poser pour chacun d’entre nous, les avis autorisés (les vrais, pas ceux qui sont achetés ou le reflet d’un simple conformisme idéologique, fût-il « scientifique ») comptent.

Je partage donc avec vous sans modération cet énoncé de raison, de valeurs et de bon sens.

(source image en-tête : Center for Disease Control, 19 décembre 2020).


Les raisons, simples et claires, pour lesquelles je ne me ferai pas vacciner contre la COVID-19

Sur la planète entière, les gens sont en train de débattre pour savoir s’ils vont se faire vacciner contre la COVID-19. Est-ce un débat ou une guerre de tranchées ? Il semble que l’on soit plutôt dans la deuxième situation. Comment en sortir ? Comment établir enfin un dialogue permettant à chacun de quitter son retranchement et faire un choix informé ? Il me semble que pour sortir de l’impasse, il faut réaliser que deux questions distinctes, mais liées, se posent : celle de l’efficacité et l’innocuité des vaccins, qui est une question scientifique, et celle de la confiance envers les décideurs, qui est une question politique.

Pour la première question, seules quelques poignées d’individus peuvent répondre. Un citoyen ordinaire ne dispose pas des compétences techniques lui permettant de juger si les vaccins COVID-19 seront efficaces et inoffensifs ou pas. Notre choix ne pourra donc se baser que sur la réponse que nous donnons à la deuxième question, c’est-à-dire sur notre confiance envers nos décideurs.

Cette question se pose de manière particulièrement aiguë car la technologie utilisée dans ces vaccins est nouvelle. Il s’agit de vaccins à ARN, c’est-à-dire que des fragments de code génétique seront injectés dans notre organisme, l’objectif étant que les protéines virales codées par cet ARN soient produites par les cellules de notre organisme, déclenchant ainsi une réponse immunitaire (Ulmer et al. 2012).

Cette technologie soulève de nombreuses interrogations, notamment concernant le risque que des fragments d’ARN contenus dans les vaccins soient transcrits en ADN et s’intègrent à notre génome (Velot 2020). L’intégration de code génétique étranger à l’ADN de cellules hôtes est un phénomène qui se produit couramment, comme le montre le fait que l’ADN humain contient des séquences héritées de virus. Des chercheurs ont d’ailleurs déjà découvert des ARN chimériques humains/SARS-CoV-2, laissant penser que des fragments d’ARN de SARS-CoV-2 (le virus qui transmet la COVID-19) auraient été transcrits et intégrés à l’ADN de cellules humaines (Zhang et al. 2020). Ce risque associé aux vaccins à ARN n’est donc pas quelque chose de nouveau.

Une chose est nouvelle, toutefois. Dans la nature, l’intégration de fragments de codes génétiques étrangers au génome humain n’est pas liée à une intention humaine. Elle est le fruit du hasard ou de nécessités naturelles, tandis qu’avec la vaccination, il devient possible de choisir quel code injecter et sur quelle population l’injecter. Le vaccin à ARN, et les thérapies géniques de manière plus générale, rendent donc possible de modifier intentionnellement le code génétique humain. L’ingénierie entre dans une ère nouvelle dans laquelle elle ne porte plus seulement sur la transformation de l’environnement humain, mais peut porter sur la nature humaine, sur notre identité génétique. C’est là que se trouve le virage fondamental et il soulève des questions éthiques qui sont négligées dans les débats en cours sur les vaccins.

Bien sûr, cela ne signifie pas que les vaccins COVID-19 modifieront notre génome ou que ceux qui les ont conçus ont cette intention. Mais presque personne n’a la compétence technique ou le pouvoir juridique permettant de vérifier ces deux points. Nous n’avons donc que la confiance, accordée ou pas aux décideurs, et a ceux qui ont développés ces vaccins, pour guider notre décision.

D’autre part, l’impact sur notre génome n’est qu’un des problèmes possibles. La facilitation de l’infection par les anticorps après la vaccination (Lee et al. 2020), phénomène déjà observé dans le cas d’un vaccin contre la dengue (Normile 2017) et qui peut conduire à des formes plus graves de la maladie, est souvent discutée. A noter que si une telle facilitation d’infection avait lieu, l’opprobre serait sans doute jeté sur les non vaccinés puisqu’ils faciliteraient la circulation du virus et donc les réinfections. Un autre risque serait le développement de pathologies immunitaires en cas de réinfection par le virus après vaccination, phénomène observé sur les souris (Tseng et al. 2012). Le risque de réaction auto-immunes vis-à-vis de protéines placentaires, qui pourrait causer des stérilités, a également été évoqué, du fait de la similitude entre certaines protéines virales et placentaires. La liste des risques possibles est sans doute plus longue et certains médecins considèrent que les garanties apportées par les études réalisées par les fabriquant de vaccins ne sont pas suffisantes.

Enfin, nous n’en sommes pas à la première controverse sur les vaccins. La question des liens entre autisme et vaccins n’a toujours pas été clarifiée et aussi longtemps que le lanceur d’alerte Thompson, qui a dévoilé le masquage de ce problème par des autorités en charge de la santé aux USA, ne sera pas convoqué au Congrès américain pour témoigner sous serment, la confiance envers les vaccins et les firmes qui les fabriquent ne pourra pas être établie. Une autre affaire non élucidée concerne des vaccins contre la polio, administrés en Inde avec l’appui de la fondation Bill Gates, qui pourraient avoir causé des paralysies chez près de 500,000 enfants (Dhiman et al. 2018). Un vaccin contre la dengue développé par SANOFI et l’Institut Pasteur a également provoqué des décès aux Philippines, du fait d’une facilitation de l’infection pas les anticorps, phénomène évoqué ci-dessus.

Tout argument en faveur des vaccins COVID-19, entendu dans les médias, les instances de décisions, ou les réseaux sociaux, qui consisterait à invoquer des arguments techniques ou scientifiques pour nous convaincre que ces vaccins sont sûrs, est donc hors sujet car la question centrale est celle de la confiance, qui est perdue et pour de bonnes raisons. Sans cette confiance, ces arguments techniques ne peuvent conduire qu’à des polémiques stériles d’autant plus que pratiquement personne, voire personne, ne peut réellement trancher. Personnellement, comme beaucoup de citoyens, je n’ai pas cette confiance. Donc je ne me ferai pas vacciner. Pourquoi je n’ai pas cette confiance ? Pour les raisons mentionnées si dessus, mais aussi parce que depuis 10 mois, notre gouvernement a fait preuve d’une incompétence totale dans cette épidémie, son conseil scientifique se montrant anti-scientifique en niant ou ignorant les acquis de la science. Et parce que les algorithmes des réseaux sociaux et les « fact-checkers » sont devenus des instruments de censure et de propagande qui maintiennent nos administrations et nos médias dans le déni des faits rapportés par la science.

Pour illustrer ce déni des faits scientifiques, j’aborderai la question des traitements précoces, que j’ai suivie de près. A ce jour, plusieurs traitements précoces contre la COVID ont montré leur efficacité. Il y a eu d’abord l’hydroxychloroquine associée à l’azithromycine et au zinc ; puis l’azithromycine seule ou d’autre antibiothérapies ; puis l’ivermectine associée à la doxycycline ; puis la prévention par la vitamine D voire le zinc ; et enfin d’autres molécules révélées récemment comme la fluvoxamine (Lenze et al 2020) ou la bromhexine (Ansarin et al 2020). Le point commun de ces approches est qu’elles consistent à repositionner des molécules peu couteuses et déjà connues, non protégées par des brevets, et que les traitements doivent être apportés très tôt, dès la déclaration des premiers symptômes, pour avoir leur maximum d’efficacité. Des centaines de publications, dont la liste est disponible sur ce site, ont montré l’efficacité de ces traitements, les plus prometteurs étant la combinaison azithromycine/hydroxychloroquine (Risch 2020), et l’ivermectine (Kory et al. 2020), éventuellement associée à la doxycycline, traitement dont on n’entend parler ni au niveau des autorités de santé ni au niveau des médias. D’après ces publications, l’efficacité de ces traitements est telle que s’ils étaient utilisés, il n’y aurait besoin ni de confinement généralisé, ni de vaccination généralisée. La gravité de la pandémie COVID-19 deviendrait celle d’une épidémie de grippe. Malheureusement, la censure par les algorithmes des réseaux sociaux et le discrédit par les médias et les « fact-checkers  » ont rendu ces résultats quasiment inaudibles, malgré des tentatives de « fact-checking » des « fact-checkers » !

Comment a-t-on pu en arriver là ? Ne soyons pas naïfs. Le repositionnement de molécules ne génère pas de profits élevés pour l’industrie pharmaceutique, contrairement aux molécules nouvelles telles le remdesivir qu’elle a réussi à nous vendre malgré l’absence de preuves de son efficacité, et contrairement aux vaccins. Cette logique mercantile, qui a été à l’œuvre dans la pandémie et qui nous a privé de traitements, débouchant sur des centaines de millier de morts inutiles, est un crime contre l’humanité et les responsables devront être jugés. Je ne vois pas pourquoi la même logique n’agirait pas dans le cas des vaccins. Je ne vois pas pourquoi l’industrie pharmaceutique ne ferait pas passer ses profits avant l’intérêt des patients. Je ne vois pas comment je pourrais lui faire confiance quant à l’innocuité de ses produits, d’autant plus que les vaccins ont été développés très rapidement, et que leurs effets secondaires dans le long terme n’ont pas été évalués puisque les tests ont démarré il n’y a que quelques mois. L’industrie pharmaceutique est en outre exemptée d’indemnisation des patients en cas d’effets secondaires aux USA, ou cela était déjà la norme, et devra être indemnisée par les états membres en Europe si certains types de problèmes, non spécifiés, apparaissent, dans le cadre d’accords spéciaux et en dérogation aux règles habituelles.

Ainsi, à toute personne qui tenterait de me convaincre de me faire vacciner contre la COVID-19, je répondrai, clairement et simplement :

« Si c’est ma santé qui vous préoccupe, donnez-moi de l’azithromycine et de l’hydroxychloroquine, ou de l’ivermectine et de la doxycycline, ainsi que de la vitamine D et du zinc, car je sais, publications scientifiques et témoignages de médecins de renommée internationale à l’appui, que ces traitements fonctionnerons si j’attrape la COVID-19, et je n’ai donc pas besoin d’être vacciné. Si vous n’êtes pas convaincu par ce que je dis, voici la liste des publications sur le sujet : https://c19study.com/. Si vous n’êtes toujours pas convaincu, lancez des essais randomisés testant ces traitements en médecine ambulatoire. Et si vous voulez que les gens fassent à nouveau confiance aux vaccins, mobilisez des commissions d’enquêtes indépendantes pour mesurer leurs liens possibles avec l’autisme et permettre aux lanceurs d’alerte de témoigner sous serment. Et dans la foulée, demandez la mise en œuvre d’une vaste enquête internationale sur les liens et conflits d’intérêt entre industrie pharmaceutique et pouvoirs publics ».

Il y aurait beaucoup à dire sur les vaccins contre la COVID-19 mais je m’arrêterais la, car ces arguments, aussi simples soient-ils, me paraissent irréfutables et suffisants pour justifier un refus de se faire vacciner. Sans doute nos gouvernants ne voudront pas les entendre, car choisir l’ivermectine et la doxycycline plutôt que les vaccins, c’est supprimer, dans la fraction de seconde où se fait ce choix, les centaines de milliards de dollars de profits que l’industrie pharmaceutique et ses actionnaires se préparent à recevoir. Ces gens feront bien évidement tout ce qu’ils peuvent pour empêcher toute décision en défaveur des vaccins. J’espère donc que nous serons nombreux à partager cette résistance non pas aux vaccins (je ne suis absolument pas un anti-vaccin) mais a ce vaccin dans ce contexte. Nous devons faire entendre raison à nos gouvernants afin de rendre enfin disponible, massivement, les traitements contre la COVID-19, ce qui rendrait la vaccination inutile ou quasiment-inutile, pour une prise en charge précoce des patients COVID-19, notamment dans les maisons de retraite ou ils continuent de mourir non pas de la COVID-19, mais des erreurs de décideurs et Comités qui n’ont pas pris le temps de lire la littérature scientifique.

Source Jean Dominique Michel

Les assertions ou analyses sont sous la responsabilités de leurs auteurs et ne sauraient engager LME.

25 commentaires

  • Avatar keg

    nous serons au moins deux (ou du moins, déjà deux à oser le dire….)

    24/12.2020 – https://wp.me/p4Im0Q-4nI
    – 66 pays, où il ferait bon de faire des rêves au creux des lits, seul ou à 2 ou à 6 voir 10 (pour respecter la norme présidentielle qui n’a pas trouvé plus de 10 dis ciples. Celui d’il y a 2000 ans avait réussi 13 à la douzaine…)…. C’est pas encore demain notre goal-gotha. Et si on s’amusait à les classer pour découvrir leur unicité de critère anti-Covid 19. Bon Noël à ceux qui liront…

  • Avatar boco

    Pour mettre au point un vaccin il faut plusieurs années…
    Là, en quelques mois ils en sortent un du chapeau !
    Nouveau vaccin, nouvelle bio-technologie, « tests » effectués par les prometteurs, pas besoin d’avoir fait de grandes études en biologie moléculaire pour voir qu’il peut y avoir des problèmes ! des très graves problèmes à court terme, moyen terme, long terme et très long terme !
    Risque faible de la maladie, inconnu très élevé sur les vaccins avec des risques potentiels astronomiques !
    Quand le coût de protection ajouté à l’espérance mathématique de perte résiduelle est supérieur à l’espérance mathématique de perte sans protection on s’abstient ! Principe de base élémentaire en gestion des risques !
    Il est clair qu’il y a conflit d’intérêt dans la protection où le coût pour le peuple est le bénéfice de l’initiateur, fabriquant de la protection.
    Dans la Grande Chine normalement c’est sanctionné par la peine capitale.

  • Avatar CryptoKrom

    Les Tests Pfitzer ont été fait avec 3 groupes a dosage differents.

    – 10 microgrammes
    – 20 microgrammes
    – 30 microgrammes
    – les rats de labos avais méme droit a du 100 microgrammes…

    Exclue les placebo sur le groupe placebo, là le dosage de placebo n’a aucune importance,
    a moins que le placebo soit de l’HCQ hein…

    ON NE SAIS RIEN du dosage PAR INJECTION pour les vaccinations EN COURS !
    Rien n’est publié.

    Quelqu’un a-t-il des sources sur les dosages des vaccins distribués ?
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Avatar CryptoKrom

    https://www.healthline.com/health-news/what-we-know-about-the-side-effects-of-pfizers-covid-19-vaccine

     » To date, safety data on the vaccine has been collected from 37,586 participants enrolled in an ongoing phase 3 clinical trial. »

    – faux !
    – l’etude a commencée avec 60 allemands, puis peu a peu ces chiffres ont augmentés, avec une participation internationale, aboutissant a environ 44 000,
    – puis mysterieusement a baissée jusqu’a 33 000 , groupe placebo inclu.

    L’etude a debutée avec des personnes réputées saines, selon leurs « dossiers médicaux »,
    puis avec les étapes, se sont révéles ayant des pathologies !

    En réalité, PERSONNE n’est en « bonne santé »,
    et AUCUN dossier médical n’est véritablement complet (censure Sécurité Sociale pour consigner les toubib a ne pas reconnaitre des pathologies, pour faire des economies )

    Donc sur ses bases chaotiques là, on autorise la vaccination ?
    ______________________________________
    Tiens, encore un extrait totallement faux,
     » “Based on the large number of folks that have been closely monitored during the study, the patient safety profile is excellent in terms of side effects,” Dr. Matthew Heinz, a hospitalist based in Tucson, Arizona, told Healthline.

    “Of course, we have to continue to monitor going forward. We need to continue to collect data to make sure it stays that way,” he said. « …

    Faux car c’est les vaccinés et placebo…tés qui font les Retours d’infos !
    Citer que Pfitzer  » Based on the large number of folks that have been closely monitored during the study » est absurde dans ce cas.
    La chutte des nombres Retours d’infos est clairement citée dans le rapport Pfitzer a la FDA.
    Aussi certaines causes de ces chuttes de Retours d’infos,
    comme par exemple:
    – crise cardiaque
    – accident de voiture
    – internement psychiatrique
    – effets indésirables graves au point de suspendre le suivi
    – etc… (que des effets louches et vaccinés supprimés de l’étude )

    Si c’est pas LOUCHE tout sa hein ?
    Minimiser les cas, c’est tricher !

    • Avatar boco

      En une semaine !
      Ils nous prennent vraiment pour des demeurés !

    • Avatar CryptoKrom

      Le méme lien ci dessus, fait la promotion de leur partenaires , dont une a base d’Energie du Cosmos !
      https://www.healthline.com/about

       » Melanie Santos
      Mental Health, Anxiety

      Melanie Santos is the wellpreneur behind MelanieSantos.co, a personal development brand focused on mental, physical, and spiritual wellness for all. When she’s not dropping gems at a workshop, she’s working on ways to connect with her tribe worldwide. She lives in New York City with her husband and daughter. »

      Voyons son site web :
      https://www.melaniesantos.co/

      Plus bas vous pouvez lire:
       » A global community learning to navigate self-care, healing, and expansion via the energy of the cosmos.  »

      LOL… Quand un site parle sur la vaccin Pfitzer, avec de tels/lles Partenaires…

      Youpi, vive l’Energie du Cosmos ! (byzarrement pas traitée d’Obscurantisme par les Psy ou les politiciens)
      Vive la Crédibilité !

      Beaucoup de sites differents semble profiter du Covid pour attirer l’attention.

  • Avatar CryptoKrom

    Merci du lien dans l’article.
    https://www.museum.toulouse.fr/-/de-l-adn-viral-piege-dans-notre-genome
    Je recommande A TOUS d’en étudier le contenu,
    car si vous étes immunisé contre le Covid aprés infection (guéris) , vous transmettrez a votre
    descendance une grosse part de cette immunité, y compris l’Immunité Ancestrale Acquise,
    donc vaccination totalitaire (risques inclus) INUTILE !

    l’Immunité Ancestrale Acquise EST EN DANGER par les vaccins ARNm…qui les reprogrammerons!

    Ne vous laissez pas voler et violer les Trésors de vos Ancetres.
    Ils ont survecu des milliers d’années a devenir Resistants !

    Defendez VOTRE Immunité Acquise !
    Les Labos veulent la DETRUIRE pour imposer la leur, artificelle, programmable, totalitaire.

  • Avatar CryptoKrom

    Quand Pékin fait l’inverse de Pfitzer, en Surveillance Covid. Traitements INCLUS !

    https://www.clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04459637?cond=COVID-19&draw=2&rank=4

    Chez nous les vaccinations sont permises sur des gens avec des pathologies.
    Pékin, justement refuse les personnes saines !
    Au contraire.

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Avatar CryptoKrom

    Pouvoir de tricheries augmentées lors des vaccinations,
    selon les personnes, leurs ages, statut social etc ( complotiste a éliminer ) !!

    Reglementations de Decongelations, Conservation, et DILUTION (plage de triche)…
    ( plus concentrée pour les personnes a « eliminer » ! )
    ( génocide(effets a retardement) en marche )

    Aucune Transparence Totale sur la composition du vaccin et les élément non-adjuvants.
    Lors de vaccinations, personne ne saura ce qu’il y a exactement dedans.

    J’ai deja cité la source plus haut !

  • Avatar CryptoKrom

    https://www.youtube.com/watch?v=5Q6lqAR0cZE

    1:08 l’infirmiere semble porter un badge d’une fleur colorée, en arc en ciel.

    Microsoft utilise aussi un symbole de couleur en cercle du méme genre.
    Une coincidence je suppose.

    1:25 Boris porte son masque presque sous son nez, et ne c’est pas fait embarqué par la police.

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

  • Avatar CryptoKrom

    Choix du vaccin refusé ( dictature sanitaire)
    https://www.youtube.com/watch?v=JKKEBb2oa-Y

    vous devez rester les cobayes a Pfitzer !

    Pourquoi le vaccin fonctionne moins bien chez les ImmunoDepressifs ?

    Bin c’est pas compliqué, le brin HIV y fera moins de degats sur le systéme immunitaire, logique non ?

  • Avatar CryptoKrom

    L’usure, pour faire obeir ?
    https://www.youtube.com/watch?v=E4I3KwSF98o

    Le harcelement moral est trés utilisé dans les entreprises pour
    user l’intellect des salariés …a soumettre.

  • Avatar CryptoKrom

    Dosage differents !
    Vaccination Biden, ou personnes agées, ou autres personnes.
    Pourquoi une telle difference de dosage dans la seringue ?

    https://www.youtube.com/watch?v=5SxPmQeygRY

    Comparez vous méme avec toutes les autres videos disponibles sur le Net !

    https://www.youtube.com/watch?v=3F1V1tx7Oe0

    La réglementations du dosage Diluant, produit vaccinal n’est donc pas respectée ?!

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

    N’avez vous rien remarqué sur certaines seringues ?
    Entre l’aiguille et la seringue, un embout étrange, bien appliqué contre la peau…
    Marquage discret a nanoparticules ?

  • Avatar predateur

    si je peux aider à immobiliser quelques moutons de bergerie afin qu une charmante infirmière puisse leurs inoculer le vaccin ……pas compliquer on les capture pendant qu ils sont hypnotisés par leur écran et on leurs attache une patte avant avec une patte arrière …..comme pour les vrais https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif

    • M.G. M.G.

      Après avoir prononcé de telles paroles tu ferais bien de surveiller tes arrières https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      M.G.

      • Avatar predateur

        qui sait dans six mois sur tu supplieras peut être ton toubib pour qu il te vaccine …

        • M.G. M.G.

          Jamais de la vie, ni même après ! Cela fait 30 ans que j’ai dit stop à la médecine allopathique, 30 ans que je n’ai vu un toubib ou avalé un comprimé.

          Au delà de toute croyance, je ne pense pas que le corps humain ait été conçu pour assimiler des traitements chimiques. Je ne dis pas qu’il ne faut pas se soigner si nécessaire – tout ce dont nous avons besoin pour cela est à notre disposition dans la nature – mais je pense surtout que nous devrions avant tout maintenir notre organisme (physique et intellect) à son niveau de fonctionnement optimal pour ne pas tomber malade.

          Malgré cela, si je dois mourir demain c’est que tel est mon destin. Je n’ai nullement l’intention de me substituer au destin en ingurgitant des produits miracles sensés me préserver de maladies ou prolonger artificiellement mon existence. D’ailleurs, pourquoi la médecine tient-elle absolument à me garder en vie si ce n’est pour les profits qu’elle peut en tirer ?

          Pour terminer, sais-tu pourquoi la majorité des gens vont se précipiter sur les vaccins ? C’est parce qu’ils ont peur d’une broutille inhérente à l’existence humaine : la mort. S’ils se penchaient un peu plus sur le sens de leur vie ils n’auraient certainement plus peur de la mort …

          M.G.

        • @prédateur
          Passes le premier, et meme si tu as si peur prends notre part de vaccin.

  • Avatar ungars

    Le vrai danger de ce vaccin est là : https://fr.wikipedia.org/wiki/Transcriptase_inverse

    La transcriptase inverse ou rétrotranscriptase (en anglais reverse transcriptase ou encore RT) est une enzyme utilisée par les rétrovirus et les rétrotransposons qui transcrivent l’information génétique des virus ou rétrotransposons de l’ARN en ADN, qui peut s’intégrer dans le génome de l’hôte. Les eucaryotes à ADN linéaire utilisent la télomérase, une variante de la transcriptase inverse, avec le modèle d’ARN contenu dans l’enzyme elle-même. L’enzyme que l’on mentionne collectivement sous le nom de transcriptase inverse comprend en général une polymérase de l’ADN ARN-dépendante et une polymérase de l’ADN ADN-dépendante, lesquelles travaillent en synergie pour réaliser la transcription en sens inverse de la direction standard. Cette transcription inverse ou rétrotranscription permet comme son nom l’indique de transcrire à l’envers c’est-à-dire d’obtenir de l’ADN à partir d’ARN.

    La transcription inverse d’ARN est un des mécanismes principaux permettant la génération de séquences répétées dans les génomes, en particulier les répétitions dispersées. Dans le génome des mammifères, les séquences LINE ou les rétrovirus endogènes contiennent ainsi souvent un gène codant une transcriptase inverse permettant la réplication et la multiplication de ces éléments mobiles.

    La transcriptase inverse est utilisée dans le cadre d’une RT-PCR pour quantifier par exemple de l’ARN. En effet, la réaction en chaîne par polymérase (PCR) amplifie de l’ADN qui diffère de l’ARN par une différence de sucre (Désoxyribose pour l’ADN, Ribose pour l’ARN), ainsi que par une différence de base azotée (l’uracile (U) de l’ARN correspond à la thymine (T) de l’ADN), la RT effectue ce changement de base pour ainsi donner de l’ADN exploitable en PCR.