L’offensive de la dictature chinoise en France et dans le monde

Cet article mérite beaucoup d’intérêt vu ce qui se passe. Ne manquez pas le complément en fin d’article. Merci à Françoise G. Partagez ! Volti

******

Par Nicolas Lecaussin pour l’IREF

(Url : https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/L-offensive-de-la-dictature-chinoise-en-France-et-dans-le-monde)

Titre original : L’offensive de la dictature chinoise en France et dans le monde. Après nous avoir « fourni » la Covid, la Chine veut nous imposer son idéologie

Img/IREF

Cela fait plusieurs mois que nous recevons régulièrement, au bureau de l’IREF, des dizaines d’exemplaires d’une revue de propagande chinoise intitulée « Dialogue Chine-France ». Son but est simple : faire de la publicité pour la Chine et en vanter les mérites, en occultant bien entendu, tout ce qui peut se passer de moins avouable dans une dictature qui reste, politiquement, de nature marxiste. Que les Chinois tentent d’approcher un think tank comme le nôtre n’est pas vraiment étonnant. Ils se disent que la proie est facile, l’argent manque en France pour des instituts qui ne reçoivent pas de subventions publiques. Et très probablement, certains ont succombé à la tentation. Plus grave est le fait que des médias importants, quotidiens, magazines… publient des pages entières de pub réalisée par les organes de propagande du Parti communiste chinois. Cette propagande est même « complétée » dans certains journaux par des articles bien orientés des correspondants, qui semblent écrits par le bureau du Parti à Pékin plutôt que par un journaliste dont le rôle est d’informer les lecteurs.

Sommaire

– La Chine s’achète une réputation dans de nombreux medias, y compris en France
– Pour Raffarin, l’oppression et les arrestations à Hong Kong, c’est de l’ « aménagement du territoire »
– Le vol de propriété intellectuelle par la Chine coûte aux États-Unis jusqu’à 600 milliards de dollars par an

La Chine s’achète une réputation dans de nombreux medias, y compris en France

La tactique chinoise n’est pas nouvelle. C’était une pratique courante dans les pays membres de l’ancien bloc communiste. Ils s’offraient – à des prix très élevés – des publi-reportages sur leur pays pour montrer que le paradis se trouve bien à l’Est. Depuis au moins trois ans, l’offensive chinoise en France et dans le monde s’est accélérée. Selon un rapport très inquiétant de Freedomhouse, depuis 2017, la dictature chinoise finance des médias, des organisations, des personnalités, ouvertement ou en cachette, un peu partout dans le monde, dans le but de faciliter son expansion et de cacher ses crimes économiques et démocratiques. « Là où se trouvent les lecteurs, là où se trouvent les téléspectateurs, c’est là que les reportages de propagande doivent étendre leurs tentacules. », disait Xi Jinping en février 2016. Une télévision numérique au Kenya, un programme de propagande en prime-time à la télé portugaise, une télé de propagande à Washington (New Tang Dynasty Television, NTDTV), des pressions et de la censure pour empêcher les médias de parler de la répression à Hong Kong ou dans d’autres parties de la Chine continentale… ce ne sont que quelques exemple de cette offensive.

Pour Raffarin, l’oppression et les arrestations à Hong Kong, c’est de l’ « aménagement du territoire »

En France, un ancien Premier ministre, Jean-Pierre Raffarin, n’a pas hésité à affirmer que ce qui se passe actuellement à Hong Kong n’est qu’un « aménagement du territoire pour Pékin ». On comprend pourquoi lorsque l’on sait qu’il est « représentant spécial du Gouvernement pour la Chine, président de la Fondation pour la prospective et l’innovation et président de Leaders pour la Paix ». Non, Monsieur Raffarin, la Chine n’ « aménage pas le territoire » à Hong Kong. Elle ne respecte ni les accords conclus avec la Grande-Bretagne concernant le statut de l’île ni la démocratie qui s’est exprimée en faveur du maintien de ce statut. Les attaques de la Chine continentale contre les institutions hong-kongaises sont de plus en plus fréquentes. Il y a quelques jours, les autorités ont arrêté plusieurs dissidents et activistes de la liberté : Jimmy Lai, Joshua Wong, Agnes Chow et Ivan Lam. Il faut soutenir ces combattants et demander leur libération. Trump et son secrétaire d’Etat Mike Pompeo l’ont fait ; l’administration Biden les suivra-t-elle ? Il ne faudrait pas oublier non plus le sort des chrétiens de Chine ou l’incarcération de plus d’un million d’Ouïgours. Il s’agit d’un véritable nettoyage ethnique.
Une récente (2 décembre) enquête du Canard Enchaîné démontre qu’un de nos sénateurs – Philippe Folliot – est, lui aussi, un « obligé » du régime chinois pour renflouer les finances de sa campagne… La liste des « obligés » est sûrement assez longue…

Le vol de propriété intellectuelle par la Chine coûte aux États-Unis jusqu’à 600 milliards de dollars par an

Sur le plan économique et technologique, la dictature chinoise s’est lancée dans une véritable guerre avec comme armes décisives les vols, les copies illégales d’informations et de brevets. De nombreux ressortissants ont été interrogés ou arrêtés par le FBI pour activités d’espionnage sur le sol américain, comme le chef du département de chimie à Harvard cette année : la Chine lui aurait versé 50 000 dollars par mois dans le cadre d’un plan visant à convaincre les meilleurs scientifiques de donner des informations au régime de Pékin. Trois scientifiques ont été évincés en 2019 du MD Anderson Cancer Center à Houston, ils avaient volé les résultats de recherches sur le cancer. Le gouvernement américain estime le coût de ces détournements de propriété intellectuelle à quelque 600 milliards de dollars par an, soit entre 4 000 et 6 000 dollars par ménage.
Sur le plan militaire, la Chine déploie régulièrement des forces en mer de Chine, qui sont une menace pour d’autres pays. Son offensive contre l’Australie s’est accentuée ces derniers jours. Après des taxes et des restrictions imposées sur les exportations australiennes de bœuf, de charbon et de bois, elle a annoncé des augmentations arbitraires de 107% et 212% sur le prix des vins australiens, invoquant des règles « antidumping ».

Alors qu’en Chine, la censure supprime les contenus web qui critiquent la dictature, à l’extérieur, la propagande du régime bat son plein. Les services de renseignement américains ont découvert que les membres du Congrès sont six fois plus ciblés que leurs homologues en Russie et 12 fois plus que les Iraniens.
Il est clair que la Chine entend dominer le monde et le soumettre à son idéologie. Nos démocraties doivent s’y opposer. Pour cela, ne jamais oublier ce qu’avait dit Alexander Soljenitsyne : « La meilleure façon de résister est de refuser de participer aux mensonges quotidiens dont dépendent tous les régimes communistes. »

Source : https://fr.irefeurope.org/Publications/Articles/article/L-offensive-de-la-dictature-chinoise-en-France-et-dans-le-monde

Complément

Quand des O. Véran, E. Philippe, des militaires, etc… en font partie, que doit-on en penser. Pour l’Américan Foundation on voyait des infiltrés faisant la promo de la « culture » américaine, nous avons eu les fast food, Disney-world et autres. Que va-t-on avoir avec la « culture » chinoise ? Big-Brother ? Cliquez sur les dates dans le bandeau pour voir les nominés français depuis 2013 https://francechinafoundation.org/the-young-leaders/

Connaissiez-vous la « France China Foundation » ? [1re partie] – Les « Young Leaders »

Source : https://www.polemia.com/connaissiez-vous-la-france-china-foundation-1re-partie-les-young-leaders/

Par Frédéric Eparvier, cadre dirigeant d’un grande entreprise française à caractère stratégique ♦ La French-American Foundation est une entité qui reste inconnue du grand public mais que les initiés connaissent bien. Cet organisme d’influence de l’État américain, qui compte dans sa sphère d’influence de très nombreux décideurs français, n’est cependant pas le seul du genre ! En effet, l’État chinois peut lui aussi compter sur une fondation qui séduit discrètement de nombreux représentants de nos élites françaises… Avec Frédéric Eparvier, brillant analyste ayant notamment publié sur Polémia un excellent résumé du scandale Alstom, plongée dans la mystérieuse « France China Foundation ».
Polémia

Lire l’article

Source : Polemia

6 commentaires

Laisser un commentaire