Covid : Castex démasque le totalitarisme sous prétexte sanitaire

Les déclarations de J. Castex, véritables « casse têtes » ? Masqués même à la maison, c’est une ingérence dans la vie privée. Non content avec la distanciation, de sabrer les contacts sociaux dans la population, il masque les tout petits pour qui l’expression sur les visages est capitale. De l’avis de scientifiques hautement qualifiés et crédibles, les masques ne servent à rien et sont dangereux portés longtemps, ils favorisent la multiplication des germes, dont certains pathogènes, dont nous sommes tous porteurs, puisque personne ne fait les gestes adéquats, inhérents au port de cet accessoire protecteur, dans des circonstances bien établies, (salles d’opérations entre autres). Mais, ces politiques, préfèrent écouter « un conseil scientifique » désigné, qui ne sont que des lobbyistes ayant des intérêts avec big-pharma, (n’ayant jamais vu de malades), que les hommes et femmes de terrain qui SOIGNENT.. Favoritisme, complicité, but non avoué mais privilégié, de l’attente d’un vaccin « salvateur » qui fera leur gagné des milliards ? La majorité du troupeau français, est au garde-à-vous. Le troupeau a vraiment besoin d’un ophtalmo.. Partagez ! Volti

******

Par Karine Bechet Golovko pour Russiepolitic

Hier soir, le Gouvernement français a officiellement déclaré le totalitarisme sous prétexte sanitaire : il ne peut plus y avoir d’espace privé ; tout espace, même et surtout le domicile à l’heure du reconfinement, est occupé par le masque. Tout comme il ne peut plus y a voir de classes d’âge épargnées : dès 6 ans, les enfants doivent avoir le visage barricadé, leur individualité ne doit pouvoir se construire, ils doivent être écrasés et formatés – « pour leur bien ». Le fanatisme qui s’épanouit aujourd’hui, notamment en France, montre bien à quel point le virus n’est qu’un prétexte. Un prétexte pour changer de société, pour changer d’homme, pour déshumaniser. Il ne reste que la résistance, à chaque instant, chaque jour. Notre vie est à ce prix. 

Chers amis, oui, il y a des virus – quelle surprise ! Non pas un virus, mais bien des virus. Il y en a toujours eu et il y en aura toujours. Mais ce qui se passe autour de ce pauvre Covid, maintenu à l’ordre du jour par une propagande globale et des complicités intérieures, est parfaitement inédit. Et n’a rien à voir avec le sanitaire – « l’optimisation » de la médecine continue, les statistiques de l’hépatite n’intéressent pas les médias (alors qu’elles rendraient jaloux notre petit Covid). Et si l’on pense à la Suède, qui sans masque ni confinement, n’a quasiment plus de décès liés au coronavirus, l’on est en droit de s’interroger sérieusement sur l’utilité sanitaire des mesures radicales imposées en France.

Car c’est officiel, depuis hier soir, le Gouvernement l’a annoncé au 20h de TF1 : le totalitarisme – sanitaire – est décrété. Totalitarisme, car aucun espace privé ne peut échapper au dogme. Et le Premier ministre l’a affirmé, soutenu sur BFM par l’ancien directeur de la Santé (qui est quand même une prison, pour le rappeler) : le masque devrait être porté à la maison. Et par les enfants.

Même la journaliste, un peu surprise, de demander : et on fait comment pour les repas ? La réponse est simple, cinglante, fanatique à souhait : « On n’est pas obligés de tous manger en même temps. C’est un bouleversement…, a-t-il concédé. Mais si on ne contrôle pas ça, on ne va pas arriver à concilier notre obligation éducative et malgré tout, ralentir cette épidémie, pour éviter des malades et des morts et limiter la casse économique et sociale.  Il faut dire aux jeunes qu’ils doivent garder le masque à la maison. »

Bref, le modèle d’isolement carcéral a de l’avenir dans ce nouveau monde. Et pour cela, il est fondamental de prendre en main dès le plus jeune âge la population, pour qu’elle s’habitue aux nouvelles règles du jeu, qu’elle considère un comportement pathologique comme une norme. Et ce sera possible grâce à l’imposition du port du masque dès 6 ans – avec la déconstruction de la personnalité qui s’en suit. Donc, la création d’une génération faible psychiquement, intellectuellement réduite au minimum et socialement impossible à intégrer.

Pour Patrick-Ange Raoult, psychologue clinicien et membre du bureau du Syndicat national des psychologues (SNP), « la plupart des enfants vont s’y adapter ». (…) Mais quel sera l’impact de cette mesure, qui entrera en vigueur dès la rentrée prochaine fixée au 2 novembre ? Pour Patrick-Ange Raoult, psychologue clinicien et membre du bureau du Syndicat national des psychologues (SNP), « la plupart des enfants vont s’y adapter ». Une chose qui devrait rassurer bon nombre de parents.

Le spécialiste ajoute toutefois : « Tout l’apprentissage de décodage des émotions ou des affects, ce qui se lit sur les mimiques, va être complètement décalé. Le visage a une importance qui va au-delà d’une simple partie du corps. C’est quand même le lien à l’autre. Cela risque d’affecter la qualité de relation que les enfants vont pouvoir construire avec autrui ».

« Je pense que ça impactera le type de personnalité qu’on est en train de construire, mais aussi les modes de relation avec les autres et une partie de leurs apprentissages. Les structures de pensée elles-mêmes seront forcément modifiées. Dans quelles mesures ? Pour l’instant, on ne le sait pas, c’est difficile à évaluer, mais ça va changer nos jeunes gens », conclut le psychologue clinicien.

En Russie, avec une certaine hésitation, discrètement encore, le masque est recommandé dans les ascenseurs. Ce ne sera pas plus contrôlable qu’au domicile en France, que les repas séparés, chacun dans son coin. Plus de communication humaine, plus de famille, il sera possible de discuter d’une pièce à l’autre sur les réseaux sociaux, entre deux séances virtuelles de psychothérapie de groupe pour gérer l’isolement et d’un yoga sur smartphone, seul, chez soi. Car, à moins de mettre en place une milice sanitaire (tout est encore possible), qui aura le droit d’entrer dans nos domiciles, cela ressort de la propagande, d’un rapport de faiblesse : ils ne sont pas (encore) assez fort pour l’imposer dans la réalité, tout dépend de votre faiblesse. Ils ont déjà gagné l’espace de l’école, il ne reste plus que votre maison. Votre forteresse. La question étant bien de savoir qui est le plus faible. 
Et le chantage se porte à merveille : si vous ne suivez pas nos diktats, ça va durer longtemps …

Cela fait des mois que ça dure. Au printemps, déjà, l’on expliquait aux populations qu’il fallait juste faire un petit effort. Les gens ont fait un grand effort. Et rien ne change. Car il y aura toujours un virus qui traîne, parce que les gens tomberont toujours malades, parce que chaque jour il meurt 1700 personnes en France en moyenne, parce qu’il y aura toujours des pics de virus saisonniers. Ce pouvoir global est encore trop faible pour dire ouvertement que c’est une nouvelle réalité, que cela n’a rien de temporaire, car c’est la seule réalité, inhumaine, qui permette leur pouvoir. Qui permette ce qui ressemble de plus en plus à coups d’Etat mondial.

Plus vous accepterez ces mesures ubuesques, plus longtemps ça durera. Car vous vous affaiblirez autant que vous renforcerez ce mouvement.

Karine Bechet Golovko

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

3 commentaires

Laisser un commentaire