Dis Manu ! Combien de morts va-t-il te falloir, avant que tu te décide à prendre les bonnes décisions ??

On entend pas trop l’exécutif, qui n’agit qu’en durcissant les mesures de confinements et en laissant le peuple dans l’ignorance . Pourquoi transporter des malades à l’autre bout de la France par avion sanitaire, alors que des cliniques privées sont à proximité et ont des lits VIDES ? C’est le foutoir complet au niveau communication et actions. Des usines sont prêtes à fabriquer des respirateurs, ils ont les prototypes et pas de réponse. Une autre (liquidée comme beaucoup) pourrait ré-ouvrir, spécialisée dans la mise en bouteille d’oxygène, attend elle aussi une réponse. [A l’Assemblée nationale M.Mélenchon a fait savoir au ministre Veran de remettre en activité une usine fermée de production d’oxygène, les syndicats et les salariés sont prêts. Ce ministre et son rapporteur ont jugé la demande irrecevable.] Les chinois ont construit un hôpital en 10 jours, notre armée a mis 5 jours pour monter une tente de 30 lits. Combien va durer la stratégie de la peur et le foutage de gueule ? Si vous n’êtes pas capables, laissez la place à d’autres. Vous aurez à vous expliquer sur vos actions incohérentes, qui mettent en danger le peuple dont vous avez la charge, ce qui n’est apparemment pas votre priorité. Partagez ! Volti

******

Source UPR

En matière de sabotage dans la gestion de l’épidémie de coronavirus, on pensait avoir tout vu. Eh bien, non ! On en découvre encore et encore.

Alors que le nombre de décès s’accroît de jour en jour (186 morts de l’épidémie dans la seule journée du 23 mars), que les hôpitaux sont submergés par le nombre des malades et que le personnel soignant est à bout d’efforts, on apprend que les cliniques et hôpitaux privés sont très peu remplis, avec des lits de réanimation quasiment vides. Y compris dans des régions où les hôpitaux publics sont ensevelis sous le nombre des malades, comme dans le Grand-Est.

Et cette fois, c’est carrément le monde à l’envers : constatant ce scandale, c’est le président de la Fédération des cliniques et hôpitaux privés, Larmine Garbi, qui demande à l’État… de les réquisitionner !

Il vient de taper du poing sur la table, en faisant cette déclaration proprement sidérante :

« Aujourd’hui malheureusement, alors que les capacités publiques sont dépassées, les établissements privés restent sous-utilisés. Un grand nombre de nos lits qui ont été libérés restent vides.

Dans le Grand Est, nous avons libéré 70 places de réanimation qui n’ont pas encore été totalement affectées ce samedi par l’Agence Régionale de Santé ou les hôpitaux publics débordés. Pourtant, des patients sont transportés en avion dans le sud de la France.

Je demande donc solennellement à ce que nous soyons réquisitionnés pour épauler l’hôpital public. Nos établissements y sont préparés. Il faut que la vague qui a surpris l’est de la France nous serve de leçon. »

source : https://www.huffingtonpost.fr/entry/coronavirus-les-hopitaux-prives-veulent-etre-requisitionnes_fr_5e777307c5b6f5b7c5461687

CONCLUSION : MAIS À QUOI JOUENT DONC MACRON ET SON GOUVERNEMENT ?

Il me faut rajouter une rubrique à la liste terrible que je dressais dans mon post précédent.

Depuis le début de la pandémie apparue en Chine fin décembre 2019, Macron et son gouvernement ont produit devant les Français une incroyable série de dysfonctionnements, d’erreurs de diagnostic, de retards inexplicables, de décisions ahurissantes, d’ordres suivis de contre-ordres, d’incitations officielles à minimiser les risques de l’épidémie, et d’entraves aux mesures aptes à sauver la population :

  • incitations officielles, y compris par Macron lui-même, à minimiser la dangerosité de l’épidémie et à maintenri son mode de vie (jusqu’au 12 mars),
  • envoi de masques et de matériel médical à la Chine alors que le stock français était quasiment réduit à néant,
  • décision sidérante et inopinée (arrêté du 13 janvier 2020) de classer la chloroquine (nivaquine, etc.) parmi les “substances vénéneuses” (donc sur ordonnance seulement), après 71 ans de vente libre,
  • absence de masques,
  • absence de tests,
  • absence de prises de température,
  • retard de deux mois dans les premières prises de commandes de masques et de tests,
  • absence de dépistages systématique,
  • insuffisance dramatique de lits de réanimation,
  • insuffisance d’appareils de respiration pour intuber les malades en situation de détresse respiratoire aiguë,
  • campagne de dénigrement contre la chloroquine et le professeur Raoult,
  • disparition complète de la chloroquine à la pharmacie centrale de l’Assistance publique,
  • manœuvres dilatoires pour empêcher l’utilisation de chloroquine par des malades en état sévère,
  • les industriels français, qui ont proposé à l’État de fabriquer et de donner des appareils de respiration, n’ont obtenu aucune réponse depuis deux mois.
  • etc.
  • Il s’y ajoute maintenant l’information selon laquelle les cliniques et hôpitaux privés, quasiment vides et prêts à recevoir des malades, sont obligés de taper du poing sur la table pour être réquisitionnés par l’État, y compris dans des régions (comme le Grand Est) où les hôpitaux publics sont tellement submergés qu’on y est obligé de laisser mourir des patients ou de les transporter par avion dans le sud de la France !!

—————

Tout cela finit par jeter un doute sur les intentions réelles de Macron et du gouvernement dans toute cette affaire d’épidémie.

Cherchent-ils VRAIMENT le bien-être du peuple français ?

FA

******

Source : Ludovic Givelet

Respirateurs artificiels : l’état refuse l’aide proposée par les industriels

Ex-pdg d’ELF-Aquitaine, ancien président de la SNCF, ancien président de GAZ de France, ancien patron de Rhône-Poulenc, Loïk LE FLOCH-PRIGENT dévoile la réaction d’autres industriels français face à la crise sanitaire qui met la France sous cloche…

«Je ne comprends pas, compte tenu de l’existence de respirateurs uniquement fabriqués à l’étranger, je ne comprends pas pourquoi on n’en fait pas en France. Beaucoup d’industriels m’ont téléphoné pour me dire “nous avons des prototypes, nous avons proposé d’en faire, et nous n’avons aucune réponse de l’État depuis deux mois.”»

«Je ne comprends pas, compte tenu de l’existence de respirateurs uniquement fabriqués à l’étranger, je ne comprends pas pourquoi on n’en fait pas en France. Beaucoup d’industriels m’ont téléphoné pour me dire “nous avons des prototypes, nous avons proposé d’en faire, et nous n’avons aucune réponse de l’État depuis deux mois.”»

Complément

Une enquête concernant l’institut Pasteur a été diligentée en 2017, pour le transport non conforme de dangereux virus…. Espérons que les pratiques ont changées…

Source Top-Santé

L’affaire qu’il s’agit d’éclaircir concerne les conditions de transport et de stockage de façon clandestine de dangereux virus provenant de Corée du Sud. Trois tubes d’échantillon de Mers Coronavirus, un virus « hautement pathogène », auraient voyagé dissimulés dans une boîte à cosmétiques caché dans le sac à main d’une chercheuse de l’Institut Pasteur de Corée du Sud. Les échantillons auraient été ensuite rangés pendant cinq jours dans une étagère de l’Institut Pasteur, sans que les autorités sanitaires ne soient averties. Pire, les précautions de conservation n’auraient pas été respectées, d’après le Parisien. L’incident a été révélé un an après une fuite de la presse coréenne.

Lire l’article complet

62 commentaires

Laisser un commentaire