Un Dieu ? Hypothèse – il est mais n’existe pas

Pour moi Dieu n’existe pas. En revanche un principe EST, c’est tout simplement ce qu’on appelle LA VIE : cela pourrait donner à penser que la VIE qui n’a pas de volonté unique propre est l’agrégation de toutes les vies qui sont dans l’univers, y compris les astres qui, à mon avis sont des êtres vivants qui naissent, vivent et meurent comme tous les êtres vivants. C’est ce qu’on appelle l’éternité, car ce processus se renouvelle en permanence, il n’a ni début, ni fin, selon des règles qui lui sont intrinsèques, et qui sont les Lois de la Nature. Ce que certains philosophes nomment la spiritualité n’est qu’un aspect d’un ensemble cohérent et non fractionnable, un aspect plus ou moins développé selon la complexité de l’être considéré.

On peut donc admettre que “Dieu” tout en étant infini en espace et en temps n’est qu’un nom pour tout cet ensemble, un nom pour lequel les notions “de bien et de mal” ne sont que des adhésions plus ou moins correctement suivies des Lois de la Nature. A cette aune on peut comprendre que “les religions” ne sont que des arrangements de certains humains, par exemple (ou de tous autres échafaudages spirituels dans l’Univers) plutôt redondants avec le fait que TOUS les êtres de l’Univers sont reliés entre eux, simplement de façon plus ou moins lâche. Après tout, on commence à comprendre, dans les milieux scientifiques, que toute manifestation énergétique est à la fois un ensemble d’ondes (essentiellement) et de particules qui en sont les points forts, ce qu’un homme intelligent dont j’ai oublié le nom appelait “des particlondes” (c’était peut-être Jacques Bergier), et où a sa place la “matière noire” dont, il faut bien dire, on ne sait pas encore grand-chose.

Revenons aux principes fondamentaux de ce qu’on appelle “la morale”. Au niveau de l’écriture, ils ont été énoncés par Zarathoustra, ce qui n’est pas si jeune, et comme tout ce qui est fondamental ils n’ont pas pris une ride : c’est d’ailleurs ce qui explique la résistance profondément outragée des sains d’esprit vis-à-vis de personnages pervers, “contre Nature”, qui tentent de tout démolir en accélérant le processus entropique auquel s’oppose depuis toujours la Vie. Ce sont, en quelque sorte, de “diaboliques” anti-Lois de Carnot, des destructeurs de Mondes, la pire chose possible. Tout est possible, dans l’Univers, y compris des éléments aberrants qui s’attachent à le détruire.

Rassurons-nous : de tous temps des éléments contraires aideront à rétablir l’équilibre, même si au départ il est difficile d’appréhender à la fois leurs motivations et les moyens qu’ils vont employer. L’Univers est tellement complexe, qu’aucun élément de celui-ci ne saura expliquer comment il procède.

Cela pourrait même amener cet Univers à laisser s’auto-annihiler l’un de ses éléments (il y en a des milliards de milliards) afin de maintenir l’Unité générale. Sur cette minuscule Terre, que sommes-nous, sinon un élément vraiment infime de l’ensemble ? Malgré tout, parce que la VIE est sacrée, cette destruction ne pourra s’opérer que s’il n’y a vraiment aucune solution. Clifford Simak en avait donné un aperçu dans son ouvrage “Au carrefour des étoiles” dont je ne saurais trop encourager à la lecture. Un homme inspiré.

JC

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Jclaude

Tout châ p'tit va lin, le r'tournez-y est malin ! Blogueur depuis 20 ans (7 blogs) Auteur de 3 livres (voir sur blog principal) auto-édités

A propos Jclaude

Tout châ p'tit va lin, le r'tournez-y est malin ! Blogueur depuis 20 ans (7 blogs) Auteur de 3 livres (voir sur blog principal) auto-édités

18 Commentaires

  1. Bonjour jclaude , tu n’as plus qu’a attendre la mort , pour savoir si DIEU n’existe pas . tu seras fixé à l’instant même , soit en haut , soit en bas , et pour l’éternité . Apparemment , tu n’as aucun esprit de vérité , et ce n’est apparemment pas ce que tu recherches , mais ce que tu penses croire , ou veut croire . Tu fais preuve de beaucoup d’ignorance , de malice et d’incrédulité , ce qui me laisse à penser que tu sois un pur produit du système révolutionnaire , issu de 1789 . Tu as un sacré voile sur ton intelligence . Je te plaint pauvre enfant , bientot , tu sauras , et tu devrais t’y préparer , amicalement . Je vais prier pour ta pauvre âme

    • Chic alors ! Justement je me fais un malin plaisir A NE PAS CROIRE, et ce depuis une cinquantaine d’années. Justement je n’accepte que la vérité scientifique. Et ma plus belle réussite fut de faire le pari de Pascal A L’ENVERS, car si je ne crois pas, je ne me gêne pas pour faire des hypothèses. Depuis je me sens beaucoup mieux. Et justement la mort ne me fait pas peur, car j’ai bien l’impression (là encore, hypothèse) que le pire moment de la vie est la naissance, passage d’un endroit chaud et tranquille, brutalement dans un monde impitoyable.
      .
      Je remercie les Bons Pères chez qui j’ai suivi les cours de Lycée ; d’ailleurs dans la classe en-dessous il y avait un certain Philippe de Villiers. Avec les mêmes profs, nous avons choisi des voies différentes.Mais c’est nous qui avons choisi, personne ne l’a fait à notre place. D’ailleurs un des meilleurs copains de mon fils est prêtre, tous les autres sont athées. Et une de mes amies du Net est pentecôtiste, ce qui est encore autre chose.
      .
      Incidemment, il me semble (là encore, hypothèse) qu’il n’y a pas l’âme d’un côté, le corps de l’autre, mais un tout indissociable, sauf par la mort où on se retrouve progressivement réincorporé dans un matériau brut.Il me semble avoir lu quelque part que justement, quand advient la mort, on perd du poids, environ 500 grammes, ce qui est peut-être la quantité de matière noire, ou de photons contenus dans le système nerveux, qui s’échappe tout de suite. Décidément, la vie est faite d’hypothèses, c’est sans doute ce qui la rend amusante.

    • …L’inverse est tout aussi exact. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  2. Dans la première éclosion de la pensée humaine, l’homme jeta autour de lui un regard, étonné d’abord, puis interrogatif. Tout ce qui l’entourait était mystère ; il voyait partout des effets produits par des causes inconnues ; il apercevait planant par-dessus toute la nature, une force immense, une puissance qui semblait tout diriger, sa vie comme le reste.
    Les observations qu’il fit autour de lui pendant ces premiers jours de son histoire, durent être empreintes d’une grande précision, car lorsqu’il eut l’idée de définir, d’expliquer, de représenter cette puissance inconnue, il lui donna des attributs qui sont bien réellement ceux de la « Force » qui régit le monde cosmique et le monde organisé. Il avait donc tout aperçu, tout deviné ; à défaut de science il avait l’intuition. Dans toutes les mythologies de l’antiquité, ces derniers vestiges des conceptions primitives, nous voyons la Force personnifiée dans toutes ses manifestations ; chacune d’elles reçoit mille noms : on les appelle des Dieux. Les Dieux sont les principes qui gouvernent le monde.
    Or, quelle que soit la corruption apportée plus tard à l’idée que représente le mot « Dieu », on n’a jamais pu en changer la signification primitive. Dieu est toujours resté « un principe qui gouverne le monde ».
    Existe-t-il donc réellement un principe tout-puissant, qui soit à la fois l’origine et la cause de tous les phénomènes de la Nature, un principe qui donne et entretient la vie, un régulateur permanent qui soit si nécessaire et si évident que l’homme primitif, malgré son ignorance, le découvrit spontanément dans la Nature ?
    NB : Il convient de préciser d’emblée, à propos du terme « Dieu », qu’il ne faut pas faire la confusion entre sa signification en tant que puissance cosmique qui organise l’Univers (Macrocosme), et celle représentant la Déesse-Mère, la femme, qui est la créatrice de l’enfant (Microcosme), et donc la Divinité terrestre qui crée l’humanité, et qui la crée mâle et femelle car la mère enfante les deux sexes, les dirige et les instruit.
    Macrocosme : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/cosmogonie.html
    Microcosme : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/faitsettempsoublies.html
    Dieu ? : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/dieu.html

  3. “C’est ce qu’on appelle l’éternité, car ce processus se renouvelle en permanence, il n’a ni début, ni fin”

    J’voudrais pas te faire de peine, mais l’univers aura une fin. L’univers étant en expansion, et cette expansion permettant une vitesse relative supérieure à celle de la lumière, il arrivera un moment ou les galaxies seront tellement éloignées les unes des autres que même la lumière ne les atteindra plus. Chaque galaxie sera “seule” dans l’univers.

    A l’origine, l’univers était dense et chaud, mais plus l’expansion fait son oeuvre, plus il se refroidit. Son énergie se dissipe (chaleur = énergie), et quand il aura consommé, toute son énergie, quand toutes les étoiles finiront par s’éteindre, il ne règnera plus que le froid et toute vie sera devenue impossible.

    L’univers est âgé de 13,8 milliards d’années. La galaxie la plus ancienne que l’on connaisse est GN-z11 qui est née 400 millions d’années après la naissance de l’univers. Ce qui laisse penser qu’elle se situe à 13,4 milliards d’A-L de nous. Mais en fait, sa distance comobile (en tenant compte de l’expansion de l’univers) est de 32 milliards d’années-lumière. Ce qui signifie qu’elle s’éloigne de nous à une vitesse supérieure à celle de la lumière.
    Un jour viendra ou toutes les galaxies de l’univers seront trop loin et s’éloigneront trop vite de nous pour qu’il puisse y avoir une interaction entre elles et nous. La matière se délitera jusqu’à disparaître. Le temps aura lui-même cessé d’exister et l’espace n’aura plus de sens, il ne restera que le vide, le néant. Il me semble qu’on appelle ça le big freeze.

    Rien n’est éternel, absolument rien. Tout à une fin, même l’univers lui-même.

    • Salut Radagast,

      – Pour que ta théorie soit déclaré exacte, faudrait-il pouvoir appréhender la véritable “texture” de ce que nous nommons “espace”.
      – De plus, nous déclarons notre “espace” comme infini.
      Mais au delà d’une péremptoire affirmation que les scientifiques décrètent en la nommant “postulat* (de départ) ou “axiome**”, personne n’en sait absolument rien de sa non finitude .
      Tout au plus, pouvons nous affirmer que cet “espace” représente une sphère d’au moins 13,8 milliards. an/lux de rayon.
      …Et encore, c’est même pas sûr.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif

      En réalité, la “science” n’est que spéculations plus ou moins démontrées que l’on tient péremptoirement comme vérité du moment.
      Et comme l’histoire nous l’enseigne, bien peu de ces “vérités” ne résistent à l’épreuve du temps.

      …Hummm au fait, c’est quoi le temps ?.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

      *) https://fr.wikipedia.org/wiki/Postulat
      **) https://fr.wikipedia.org/wiki/Axiome

  4. Il faut vraiment être un cerveau humain à la puissance de calcul infiniment ridicule pour, depuis que l’homme s’est tout d’un coup trouvé soit disant plus intelligent que son environnement, cultiver, depuis cette triste époque, un anthropocentisme détestable et désastreux dont le premier résultat est une autextermination sans fin de sa propre espèce tout cela pour satisfaire une vanité incommensurable et prouver à coup de pierre à son voisin de palier, que sa tête ne lui revient pas .
    Parmi les derniers délires à la mode, on a proposé qu’en fait rien n’existe vraiment et que nous ne sommes qu’une réalité virtuelle purement informatique symbolique.
    Dieu ou non Dieu c’est strictement la même chose au niveau d’une logique de nature informatique car, comme tout ordinateur, l’ordinateur humain ne peut que manipuler en permanence des étiquettes.
    (exemple fondamental: le nouveau né ne peut au début que moduler fortuitement son souffle avec lèvres ce qui donne “me, ma..” qui est immédiatement associé avec la mère nourricière “mama” et la première étiquette est ainsi remplie.
    Ces étiquettes vides ou pas restent des étiquettes que notre calculateur de bord va manipuler toute sa vie éveillée et encore plus lors du sommeil paradoxal. Il est donc lamentable que depuis toujours on s’entretue pour une étiquette.
    Peut on faire remarquer que pour concevoir un univers infini il faudrait disposer d’une puissance de calcul infinie, d’un support mémoriel d’un infini supérieur à tout l’univers à concevoir et se situer extérieur à l’univers infini que l’on veut comprendre. Hors par définition cet humain tellement ridicule et minuscule ne représente rien, se trouve DANS et non en DEHORS de l’univers qu’il voudrait comprendre, et n’aura jamais la puissance de calcul nécessaire.

  5. Radagast: Ca c’est ce qu’on pense savoir sur base de notre physique théorique. Et ce n’est que l’avenir de la matière visible.
    Mais la matière visible est en fait une part de 5% des composants de l’univers. (toujours selon notre physique qui est peut être totalement à côté de la plaque). Donc l’avenir de l’univers doit être considéré autant avec l’évolution de la matière noire que de l’Energie sombre (composant majeur). Ce qui conditionne la réalité c’est la gravité (dont découle le temps et l’espace). Mais que connait-on vraiment de la gravité et surtout de l’anti-gravité.

  6. Valable pour les deux “camps”

    A quoi bon vouloir imposer à autrui une croyance qui jamais ne pourra être vérifier ?
    ..Besoin de se rassurer, peut-être ?

  7. vos réflexions sont surtout basées sur la science de la matière (que d’ailleurs aucun scientifique ne peut encore définir) et de ses lois ou observations. Mais Dieu est immatériel et Ses Lois subordonnent celle que nous observons et mettons en mathématiques. L’Univers obéit à des Lois qui nous échappent encore et nul ne peut se prévaloir de savoir le début et la fin de cette création.

    D’ailleurs cela est bien expliqué dans certaines sagesses, notamment hindoues, qui parle de respiration de brahma et de l’univers. L’expansion de l’univers est celle de l’expiration, mais arrive un moment ou le divin ou le principe créateur, inspire et là c’est toute la mécanique inverse qui se produit : les galaxies se rapprochent et fusionnent. jusqu’à … un nouveau big bang et un nouveau processus de vie.

    Bref on sait qu’on ne sait quasi rien.

  8. Etrange n’est-il pas ?

    Qu’à l’heure où tout un chacun réclame des preuves, des sources, et que sais-je encore, à propos de tout, personne ne remet en question, les religions !

    Dernièrement il m’était reproché de soumettre la transmission orale au sein des populations premières et de sa fiabilité pouvant être remise en cause. Or les religions actuelles répondent au même format. Le pire est, que leurs textes sont issus d’une traduction incomplète des textes originaux. En effet, elle demeurera à jamais totalement impossible, car la langue dans laquelle ils sont rédigés, aurait disparu depuis plus de 2 millénaires, avant l’apparition du sumérien et de l’araméen qui en seraient qu’une évolution.

    Dès lors d’où sortent les discours religieux, les prières et autres gestuelles pratiqués, qui les a pondus ? D’après vous ?

    Autre paradoxe, comment peut-on faire les représentations des personnages alors que la photographie n’était pas sensée exister ?

    Vous a-t-on déjà dit que le plus ancien des écrits, représentant de nettes similitudes avec les écritures saintes, avait été retrouvé sculpté sur les parois d’un temple dravidien en ruine, aux pieds de l’Himalaya, non pas du Sud, mais bel et bien du Nord Ouest, d’où la souche dravidienne est issue.

    L’exode de ce peuple semble-t-il le plus ancien connu, est dû à la descente progressive de la glaciation. Poussé vers des régions plus clémentes, une partie colonisa le Moyen Orient, jusqu’aux confins de l’actuelle Turquie et la région du Tigre et de l’Euphrate, mais aussi l’Ouest de l’Inde actuelle. L’autre partie, serait descendue tout le long du versant Est de l’Himalaya et colonisa l’Indonésie jusqu’au sud, alors franchissable à pieds ou dans de petites embarcations, le niveau marin devant être faible.

  9. Jclaude, j’adhère pleine au titre de ton article: Dieu est mais il n’existe pas. Bien sûr on peut chipoter sur les termes. J’aime bien la façon de voir des indiens de l’Inde, avec Shiva comme conscience cosmique et Shakti comme tout l’existant (énergie matiere). Je ne me prends pas la tête avec la matière sombre. Je conçoit qu’il puisse y avoir un univers « aux antipodes » du notre, avec anti matière et anti-énergie, et pourquoi pas anti-cause et anti-effet 😉. Ça me dépasse de toutes manières. Il est signifiant de chercher le pourquoi des choses, et pourtant je souris à entendre le Zarathustra de Nietzsche quand il dit qu’il a bien assez de mal à rester à jour question opinions, alors garder en tête leurs pourquoi serait tourner littéralement en barrique. En tous cas, vaste sujet que Dieu, Tout et rien, contraction et expansion simultanées d’une même sphère omniprésente.

  10. Aussi, j’aime assez la création auto-créatrice, le démiurge. Et pis aussi la danse indissociable de l’Esprit avec la Nature.

  11. J’ai commencé par lire le tire (de ce qui me semble être une masturbation neuronale sans intérêt) et je suis donc passé direct à la lecture des commentaires, du coup je n’ai plus envie de lire l’article. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif – Merci à tous !

  12. J’en suis arrivé plus ou moins à la même conclusion depuis longtemps. Et je pense que le but ultime de la vie n’est pas ce que souhaite le commun des mortels: après s’être répandue sur toute la planète, elle vise tout simplement à la faire exploser pour se disséminer dans l’espace en espérant qu’un fragment ou l’autre rencontre un monde lointain et possible en vue de le fertiliser, le principe même de la panspermie.

    Les êtres humains, surs de leur libre arbitre et de leur bienpensance toute relative ont bien réussi à s’équiper d’un arsenal capable d’atteindre ce but sinistre au-delà de tous les prétextes invoqués. Si “Dieu” c’est “la Vie”, il convient de s’en méfier, ce n’est pas un allié inconditionnel !

Les commentaires sont clos.