L’Indonésie pourrait pivoter vers l’Ouest après ses prochaines élections en février

Source Andrews Korybko (traduit avec Deepl version gratuite)

L’Indonésie est le plus grand pays musulman du monde, le quatrième plus peuplé en général, et est en passe de devenir la sixième plus grande économie d’ici 2027. C’est pourquoi tout changement potentiel dans sa politique étrangère actuellement non-alignée après les prochaines élections de février pourrait ont des implications considérables pour la nouvelle guerre froide.

L’Indonésie se rendra aux urnes en février pour élire son prochain président, son vice-président et son parlement. À cette occasion, cette puissance émergente traditionnellement non alignée pourrait se tourner vers l’Occident si l’ancien gouverneur de Jakarta, Anies Baswedan, accède au pouvoir. Il est considéré comme proche des États-Unis après y avoir étudié dans le cadre d’une bourse Fulbright, ce qui ajoute un contexte à sa déclaration de début novembre selon laquelle il remplacera la “politique étrangère transactionnelle” de son pays avec la Russie et la Chine par une politique “fondée sur les valeurs”.

L’Australian Institute of International Affairs a expliqué en juin “Pourquoi le candidat à la présidence indonésienne Anies Baswedan est probablement une mauvaise nouvelle pour la Chine”. L’article attirait l’attention sur les nombreuses rencontres qu’il a eues avec des responsables occidentaux, notamment américains, au cours de l’année écoulée, alors qu’il n’occupe plus de poste officiel au sein du gouvernement depuis la fin de son mandat de gouverneur en octobre 2022. Cela est inhabituel et suggère qu’ils le cultivent pour en faire leur agent d’influence au cas où il remporterait l’élection.

Le ministre de la défense, Prabowo Subianto, est actuellement en tête avec une marge d’au moins dix points selon les sondages de la mi-novembre, Anies étant en troisième position derrière l’ancien gouverneur du centre de Java, Ganjar Pranowo, et il s’est engagé à poursuivre la politique étrangère du président sortant, Joko “Jokowi” Widodo. Il reste toutefois un peu moins de trois mois avant les élections nationales du 14 février, ce qui pourrait changer.

Anies a eu recours à une campagne vicieuse de politique identitaire contre son ancien adversaire chrétien lors des élections gubernatoriales de 2017 afin de puiser dans la banque de votes islamistes purs et durs de son pays, raison pour laquelle les minorités ont exprimé leur inquiétude il y a plus d’un an après qu’il a annoncé son intention de se présenter à l’élection présidentielle. Le South China Morning Post a publié un article à la fin du mois d’octobre sur la manière dont il tente de se présenter comme un “modéré” malgré sa nouvelle alliance avec des partis islamistes, mais il n’est pas certain qu’il y parvienne.

Il n’est donc pas exclu qu’Anies revienne à sa dangereuse politique de propagande électorale en désespoir de cause, afin d’améliorer sa position dans les sondages avant le scrutin de février. Un autre facteur qui pourrait entrer en ligne de compte est le sentiment populaire croissant contre le népotisme perçu de Jokowi, après que la cour constitutionnelle a récemment créé une faille permettant à son fils de se présenter comme vice-président sous la direction de Prabowo. Un sondage réalisé au début du mois de novembre suggère que cela a déjà réduit l’attrait du ministre de la défense.

La combinaison d’une politique identitaire militarisée, d’un népotisme perçu comme expliqué ci-dessus et d’une ingérence occidentale par le biais de provocations potentielles de guerre de l’information contre Prabowo ainsi que l’instrumentalisation possible d'”ONG” alliées pourraient conduire à une montée en flèche d’Anies dans les sondages avant le vote de février. S’il l’emporte, sa politique étrangère “fondée sur les valeurs” pourrait conduire l’Indonésie à s’aligner sur l’Occident dans la nouvelle guerre froide, ce qui aurait des répercussions considérables sur la concurrence mondiale.

L’Indonésie est le plus grand pays musulman du monde, le quatrième pays le plus peuplé en général, et est en passe de devenir la sixième économie du monde d’ici 2027, ce qui explique pourquoi sa politique étrangère est suivie de près par de nombreuses personnes à travers le monde. Jokowi a cherché à imiter la politique de multi-alignement du Premier ministre indien Narendra Modi, qui consiste à trouver un équilibre entre le milliard d’or de l’Occident dirigé par les États-Unis et l’entente sino-russe, sur laquelle les lecteurs peuvent en apprendre davantage en consultant ces trois analyses :

* 28 June 2022: “Interpreting Indonesia’s Mediation In The Ukrainian Conflict

* 11 November 2022: “Indonesia Will Ultimately Have To Decide Which Military Side It’s On In The New Cold War

* 1 September 2023: “Indonesia’s Wait-And-See Approach Towards Joining BRICS Is Interesting

Dans sa quête de relations équilibrées avec ces deux blocs de facto de la nouvelle guerre froide, l’Indonésie a officiellement approfondi son partenariat stratégique global avec la Chine en octobre, puis a annoncé un partenariat stratégique global avec les États-Unis moins d’un mois plus tard, à la mi-novembre. Elle a également organisé les premiers exercices militaires de l’ANASE en septembre, le même mois où elle a participé à des exercices multilatéraux avec les États-Unis. Actuellement, l’Indonésie et les États-Unis effectuent également des exercices bilatéraux jusqu’au 11 décembre.

Cette séquence d’événements suggère que l’Indonésie se rapproche des États-Unis, ce qui n’est pas surprenant étant donné qu’elle s’est opposée à la dernière publication de la carte annuelle de la Chine qui semble revendiquer une partie de son territoire maritime dans la mer de Chine méridionale. Dans le même temps, la Chine reste un partenaire économique important, après avoir annoncé début septembre de nouveaux investissements en Indonésie d’une valeur de près de 22 milliards de dollars. Cela prouve que ni l’un ni l’autre ne souhaite que les différends maritimes entravent leurs relations commerciales.

Néanmoins, l’existence d’un tel différend, bien que chaque partie tente de le minimiser, pourrait devenir un sujet électoral sensible si Anies décidait d’en faire un sujet, que ce soit de son propre chef ou sous l’impulsion de ses partenaires occidentaux. Ce facteur pourrait s’ajouter à ceux mentionnés précédemment et éventuellement le faire monter en flèche dans les sondages avant les élections de février. Comme nous l’avons déjà écrit, l’Occident souhaite sa victoire car il s’attend à ce que sa politique étrangère “fondée sur les valeurs” fasse progresser ses intérêts de la nouvelle guerre froide.

La volonté du peuple doit être respectée quel que soit le résultat, mais il faut également être conscient des enjeux géopolitiques plus vastes des prochaines élections. Aussi séduisante que puisse être la rhétorique démagogique d’Anies pour certains, ils ne doivent pas perdre de vue qu’il est le candidat préféré de l’Occident, qui l’envisage comme le pivot de l’Indonésie vers son bloc, au détriment de sa politique étrangère traditionnellement non alignée. Cela nuirait incontestablement aux liens avec la Russie et la Chine.

L’ascension de l’Indonésie en tant que puissance d’importance mondiale risquerait donc de dérailler dans ce scénario, car les liens commerciaux et d’investissement jusqu’ici mutuellement bénéfiques avec la Chine pourraient souffrir si cette dernière se mettait à sabrer contre la République populaire à l’instigation de l’Occident. Ces liens ont largement contribué à la croissance astronomique de l’Indonésie, qui devrait devenir la sixième économie mondiale d’ici 2027. S’ils sont menacés, ses grands projets pourraient l’être aussi, après quoi l’Occident pourrait les exploiter.

Pour expliquer cela, l’Indonésie doit continuer à croître à son rythme actuel afin de compenser les défis démographiques qui pèsent sur sa stabilité intérieure. Si cette trajectoire est déréglée par des dommages auto-infligés par l’Occident à ses liens économiques avec la Chine, le chômage pourrait alors redevenir un problème avec tout ce que cela implique comme menaces politiques et sécuritaires. Celles-ci pourraient prendre la forme d’une révolution de couleur, d’une population appauvrie se tournant vers le radicalisme et de nouvelles menaces terroristes-séparatistes.

Dans ce cas, l’Indonésie pourrait plus facilement être divisée et gouvernée par l’Occident, en particulier si ce bloc décide de soutenir des mouvements antiétatiques. La seule façon de se défendre en toute confiance contre ces menaces de guerre hybride est que l’Indonésie maintienne des liens commerciaux et d’investissement mutuellement bénéfiques avec la Chine, ce qui implique de conserver son rôle d’équilibriste. La victoire d’Anies aux prochaines élections pourrait toutefois entraîner un pivot pro-occidental qui ruinerait ces relations, raison pour laquelle les électeurs devraient y réfléchir à deux fois avant de le soutenir.

Andrews Korybko

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

Un Commentaire

  1. Encore un printemps à l’odeur putride venue du nouveau monde…

    Espérons, au vu des manifestations de soutien à Jakarta,
    Que le peuple Indonésien rejette le pantin oxydé!

Les commentaires sont clos.