Formation des soldats ukrainiens par l’OTAN en Allemagne

Titre original : Voici comment les formateurs de l’OTAN ont sciemment envoyé les troupes ukrainiennes à la mort lors de la contre-offensive lancée ce mois-ci contre la Russie

Par Scott Ritter – Le 22 juin 2023 – RT via Le Saker Francophone

L’Ukraine a envoyé l’une de ses meilleures brigades au combat au début du mois dans le cadre de sa contre-offensive tant attendue visant à reprendre les zones contrôlées par les forces russes.

La 47e brigade mécanisée a mené la charge près de la ville d’Orekhov, dans la région de Zaporozhye. Elle est dotée d’équipements de l’OTAN et, surtout, elle utilise la doctrine et la tactique des armes combinées du bloc dirigé par les États-Unis. Avant l’opération, cette brigade a passé des mois dans une base en Allemagne pour apprendre le “savoir-faire occidental” en matière de guerre combinée.

KORA, le système de simulation informatique de l’OTAN, conçu pour permettre aux officiers et sous-officiers de reproduire fidèlement les conditions du champ de bataille et, ce faisant, de mieux élaborer des plans d’action idéaux contre un ennemi désigné – en l’occurrence, la Russie – les a aidés à se préparer aux combats à venir.

S’il existait un exemple de la manière dont une force ukrainienne mandataire de l’OTAN pourrait se comporter face à un ennemi russe, la 47e brigade était l’étude de cas idéale. Cependant, quelques jours après le début de son attaque, le groupe fut presque littéralement décimé : plus de 10 % de la centaine de véhicules de combat d’infanterie M-2 Bradley fabriqués aux États-Unis ont été détruits ou abandonnés sur le champ de bataille, et plusieurs centaines des 2 000 hommes formant la brigade ont été tués ou blessés. Les chars Leopard 2 et les véhicules de déminage de fabrication allemande ont rejoint les Bradley à l’état d’épaves dans les champs à l’ouest d’Orekhov, n’ayant pas réussi à percer la première ligne de défense russe. Les raisons de cette défaite se résument au rôle joué par KORA dans la création d’un faux sentiment de confiance chez les officiers et les hommes de la 47e brigade. Malheureusement, comme les Ukrainiens et leurs maîtres de l’OTAN viennent de le découvrir, ce qui fonctionne dans une simulation informatique n’équivaut pas automatiquement à un succès sur le champ de bataille.

KORA est un système informatique de simulation de guerre avancé développé par l’armée allemande pour soutenir l’analyse du développement d’une action et les expériences basées sur des scénarios pour les officiers d’état-major jusqu’au niveau de la brigade. Il a été incorporé dans les simulations de jeux de guerre informatisés de l’OTAN à l’appui de l’entraînement en direct effectué au centre de formation de l’armée américaine de Grafenwoehr. Grafenwoehr a accueilli la 47e brigade de janvier à mai 2023. Bien qu’il soit capable de générer des cartes de terrain génériques pour des simulations de combat contre un ennemi fictif, KORA peut être personnalisé en utilisant des modèles de terrain réels et des ordres de bataille réels pour soutenir les préparations de scénarios de combat réels.

C’est sans aucun doute dans ce mode que KORA a fonctionné lors de l’entraînement de la 47e brigade, en utilisant des cartes numérisées de la région d’Orekhov superposées à des positions défensives russes occupées par des unités de la 42e division de fusiliers motorisés, à savoir les 291e et 70e régiments de fusiliers motorisés. Avec l’aide de leurs instructeurs de l’OTAN, les officiers de la 47e brigade ukrainienne ont probablement joué plusieurs scénarios réels anticipant les performances russes, ce qui permettait aux Ukrainiens de prévoir les résultats sur le champ de bataille et de déterminer l’axe d’avance idéal pour percer les défenses russes.

De toutes les opérations militaires que KORA est capable d’entraîner, la percée d’une ligne de défense fortifiée est la plus difficile. La doctrine de l’armée américaine utilise le système mnémotechnique SOSRA (suppression, occultation, sécurisation, réduction et assaut) pour enseigner les principes fondamentaux d’un assaut en brèche. Chacun de ces éléments aurait nécessité un sous-modèle KORA distinct, spécialement conçu pour simuler les exigences uniques de la mission qui leur est associée. Mais le fait est que les principes fondamentaux de SOSRA n’ont pas pu être exercés correctement par les Ukrainiens pour la simple raison qu’ils ne disposaient pas des ressources nécessaires à l’exécution des tâches.

Prenons l’exemple de la “suppression“. Selon l’armée américaine, “la suppression est une tâche tactique utilisée pour employer des tirs directs ou indirects ou une attaque électronique sur le personnel, les armes ou l’équipement de l’ennemi afin d’empêcher ou de dégrader les tirs de l’ennemi et l’observation des forces amies“. Pour créer un modèle de suppression adéquat, le KORA doit utiliser au moins quatre sous-modèles à l’appui de la simulation principale, à savoir l’interdiction aérienne, la défense aérienne, la guerre électronique et les tirs d’artillerie. Cependant, l’Ukraine ne dispose d’aucune capacité aérienne offensive viable et, grâce aux opérations systématiques de suppression de la défense aérienne ennemie (SEAD) menées par la Russie, les zones d’opérations avancées de l’Ukraine, où des unités telles que la 47e brigade se rassembleraient et opéreraient, ont été laissées pratiquement sans défense face à la puissance aérienne russe. La supériorité de Moscou en matière d’artillerie et de guerre électronique a également réduit à néant les avantages tactiques que l’Ukraine pouvait envisager d’obtenir en utilisant ces ressources. L’objectif de la suppression pendant les opérations de percée est de protéger les forces chargées de réduire un obstacle et de manœuvrer à travers celui-ci. “La suppression“, note l’armée américaine dans ses déclarations doctrinales, “est une tâche essentielle à la mission exécutée au cours d’une opération de percée. La suppression déclenche généralement le reste des actions sur l’obstacle“. En bref, sans une suppression adéquate, l’ensemble de l’attaque échouera.

La logique voudrait que toute utilisation responsable du système de simulation KORA ait prédit l’échec de l’attaque de la 47e brigade. Selon le Washington Post, les officiers de la 47e brigade “ont planifié leurs assauts et ont ensuite laissé le programme [KORA] leur montrer les résultats – comment leurs ennemis russes pourraient réagir, où ils pourraient faire une percée et où ils subiraient des pertes“. La simulation KORA a permis aux officiers ukrainiens de coordonner leurs actions “pour tester la façon dont ils travailleraient ensemble sur le champ de bataille“. Étant donné que la structure des forces ukrainiennes était insuffisante pour accomplir la tâche essentielle de suppression, les forces ukrainiennes n’avaient aucune chance d’accomplir les exigences d’assaut réelles d’une opération de percée – la destruction des forces ennemies de l’autre côté de la barrière d’obstacles en cours de percée. Cependant, les Ukrainiens sont sortis de leur expérience KORA avec la certitude d’avoir élaboré un plan gagnant capable de vaincre les défenses russes à l’intérieur et autour d’Orekhov.

Lorsque l’on examine la structure d’une simulation KORA, il apparaît clairement que le système est totalement dépendant des différentes données qui définissent la simulation dans son ensemble. Chaque aspect de la simulation est dérivé des paramètres programmés par les responsables de la supervision de la formation. Bien que l’on puisse espérer que les responsables de la formation conduisent la simulation avec un minimum d’intégrité professionnelle, à moins que les formateurs de l’OTAN et leurs élèves ukrainiens ne soient dotés de qualités suicidaires semblables à celles de Lemming, il a fallu modifier et altérer de manière significative des points de données critiques pour générer un résultat capable de motiver les forces ukrainiennes pour qu’elles acceptent l’attaque.

On pourrait s’attendre à ce que les caractéristiques de performance de la force attaquante, bien qu’elles puissent être exagérées, reproduisent la réalité des capacités réelles des forces impliquées dans une mesure relative – croire le contraire reviendrait à suggérer que les Ukrainiens étaient complètement délirants, ce que leur propre description d’une “courbe d’apprentissage” au cours de l’entraînement ne permet pas d’affirmer. L’un des facteurs critiques utilisés dans la programmation du KORA est cependant ce que les concepteurs du KORA appellent des “agents de comportement” utilisés pour établir des règles “pour le comportement des unités respectives“. C’est sur ce point que les formateurs de l’OTAN ont très probablement échoué avec leurs stagiaires ukrainiens.

L’axe de progression d’Orekhov a été conçu pour exploiter une faille entre les 291e et 70e régiments de fusiliers motorisés de la 42e division de fusiliers motorisés russe. Les “agents comportementaux” programmés par les formateurs de l’OTAN semblaient traiter les Russes – en particulier ceux du 70e régiment – comme des troupes mal entraînées, mal dirigées, mal équipées et peu motivées. En bref, les formateurs de l’OTAN ont compensé l’incapacité de l’Ukraine à rassembler des forces capables d’effectuer les tâches de suppression les plus élémentaires en prédisant l’effondrement inévitable de la volonté de résistance des soldats russes. L’”agent comportemental” mis en avant par l’OTAN semble être dérivé de la célèbre rencontre entre les chevaliers de la Table ronde et le “lapin tueur” dans La recherche du Saint Graal des Monty Python – “Fuyez ! Fuyez !” Les défenseurs russes de la vie réelle ont toutefois réagi de manière tout à fait opposée. Selon l’Institute for the Study of War, les Russes “ont répondu à l’attaque ukrainienne avec un degré de cohérence inhabituel” tout en appliquant “leur doctrine tactique défensive formelle” pour repousser les attaques ukrainiennes au sud-ouest d’Orekhov.

En réalité, les Ukrainiens n’ont jamais été en mesure d’atteindre les défenses russes autour d’Orekhov, et encore moins de les percer. Les raisons de cet échec sont nombreuses : méconnaissance de l’équipement de type occidental utilisé par la 47e brigade, mauvaise planification tactique et, surtout, incapacité des Ukrainiens à supprimer les tirs de l’artillerie russe, les capacités de guerre électronique et la puissance aérienne, ce qui a rendu impossible la percée tactique des ceintures d’obstacles russes, en particulier des champs de mines très denses. Tous ces échecs étaient prévisibles, ce qui signifie que pour les surmonter pendant la phase d’entraînement, les formateurs de l’OTAN ont dû délibérément “jouer” avec le système KORA afin d’obtenir le résultat souhaité.

Je peux parler en connaissance de cause du rôle joué par les simulations informatiques dans la préparation d’un assaut contre une position fortifiée. En octobre 1990, j’ai été chargé par le quartier général du corps des Marines de réaliser une simulation informatique à l’aide du système de simulation de conflit et de construction tactique JANUS, récemment acquis, afin d’aider les planificateurs opérationnels des Marines déployés en Arabie saoudite dans leur mission consistant à ouvrir une brèche dans les positions défensives irakiennes préparées à la frontière entre le Koweït et l’Irak. Le général d’armée Norman Schwartzkopf avait ordonné aux Marines de mener un assaut frontal de deux divisions sur les défenses irakiennes. L’attaque faisait partie d’une “action de fixation” destinée à empêcher Bagdad de détourner ses forces en réponse à l’attaque principale, qui devait être menée par l’armée américaine, sur le flanc ouest de l’Irak.

Le commandant des forces marines dans le golfe Persique, le général Walt Boomer, avait demandé au major général Matthew Caulfield, directeur du Marine Corps Warfighting Center, à Quantico, en Virginie, de l’aider à sélectionner les secteurs les plus avantageux des défenses irakiennes pour les opérations d’assaut de brèche des marines à l’aide d’une interface utilisateur graphique. En septembre 1990, j’avais été arraché à l’école de guerre amphibie pour apporter un soutien en matière de planification à une équipe ad hoc constituée par le général Al Gray, le commandant du corps des Marines, afin de concevoir des options alternatives à l’assaut frontal préconisé par le général Schwartzkopf. Le résultat de cet effort – un assaut amphibie de la taille d’un corps d’armée sur la péninsule d’Al Faw – a été approuvé par le général Gray, mais finalement rejeté par le général Schwarzkopf. Cela a ramené les Marines à la case départ : où mener au mieux ce que beaucoup considéraient comme un assaut suicidaire contre de denses fortifications défensives irakiennes.

En tant que l’un des principaux auteurs de la proposition Al Faw, mon profil était assez élevé dans l’air raréfié de Quantico, surtout pour un capitaine subalterne. Le major général Caulfield m’a chargé d’utiliser le système JANUS pour simuler diverses options susceptibles d’être utilisées par les Marines du général Boomer pour percer les défenses irakiennes. Je ne connaissais ni JANUS ni les simulations informatisées. Heureusement, je disposais d’une équipe de marines qui connaissaient bien le sujet et qui utilisaient JANUS pour faire travailler les étudiants du Collège de commandement et d’état-major. Malgré cela, JANUS était encore nouveau pour les Marines. L’armée américaine utilisait JANUS depuis 1983, notamment pour effectuer des simulations à l’appui de l’invasion américaine du Panama en 1989. JANUS a également été utilisé pour concevoir l’attaque planifiée par le général Schwartzkopf sur le flanc ouest des défenses irakiennes. Cependant, les Marines n’ont commencé à utiliser JANUS qu’en août 1990, et uniquement dans le cadre de leur entraînement. Ma mission représentait la première utilisation opérationnelle de JANUS par le corps des Marines dans le cadre d’un scénario réel.

Après avoir été informé par mon équipe des diverses données à programmer dans JANUS pour exécuter les scénarios demandés, j’ai entrepris de recueillir des photographies aériennes détaillées auprès de la CIA afin de pouvoir établir des cartes de terrain précises des défenses que les Marines seraient chargés de franchir. J’ai également demandé à la NSA de me fournir un ordre de bataille détaillé des unités occupant les défenses, y compris des rapports sur leurs antécédents de combat, leurs performances et leur leadership. J’ai demandé à mes Marines de collecter des données similaires sur les unités de Marines censées mener l’assaut. Nous avons ensuite soigneusement programmé l’ordinateur JANUS et appuyé sur la touche “Entrée”.

Le résultat a été un désastre : les Marines ont été anéantis avant même d’avoir atteint les défenses irakiennes.

Je me suis assis avec mes Marines et j’ai disséqué les données. Deux choses sont devenues évidentes : nous avions surprogrammé les capacités irakiennes et sous-programmé les actions de suppression des Marines. Mais je n’ai pas accepté que l’on “joue” avec le système. J’ai travaillé avec mes Marines pour définir les actions à entreprendre pour réduire les capacités irakiennes, et pour définir les ressources nécessaires aux Marines pour supprimer les Irakiens tout en accomplissant leurs tâches de percée d’assaut. Pendant plus d’un mois, mon équipe a répété la simulation à plusieurs reprises, s’arrêtant à chaque fois pour évaluer les enseignements tirés, avant d’entreprendre la tâche fastidieuse de programmer correctement les données dans le système JANUS. Enfin, au début du mois de novembre, nous avons trouvé une solution qui fonctionnait. Le général de division Caulfield a supervisé la dernière simulation JANUS de “validation du concept“. Il m’a ensuite demandé de préparer un rapport qu’il a ensuite envoyé au général Boomer.

L’une des choses dont je suis le plus fier dans ma carrière militaire est le fait que les opérations de percée d’assaut menées par les Marines pendant l’opération Tempête du désert se sont déroulées presque exactement comme mon équipe et moi-même l’avions prévu dans la simulation JANUS. Après la guerre, le général Caulfield a reconnu que mon équipe et moi-même avions joué un rôle majeur dans la conception de l’attaque réussie des Marines et, ce faisant, sauvé des centaines de vies de Marines. Nous avons obtenu ce résultat en adhérant aux principes fondamentaux de professionnalisme et d’intégrité, en refusant de rogner sur les coûts pour des raisons de rapidité et en étant réalistes quant à la puissance de combat militaire qu’il serait nécessaire d’appliquer au fil du temps pour obtenir le résultat souhaité.

Si seulement les formateurs de l’OTAN, qui ont sciemment envoyé à la mort les hommes de la 47e brigade mécanisée ukrainienne et de nombreuses autres brigades ukrainiennes, adhéraient à de telles normes. Au lieu de cela, ils ont envoyé ces troupes dans une tentative vaine de percer des défenses impossibles à surmonter, compte tenu de la disparité de formation et de composition des forces entre les forces ukrainiennes et russes. S’ils avaient fait preuve de diligence, il y aurait beaucoup moins de veuves et d’orphelins ukrainiens pleurant la perte de leurs maris et de leurs pères. Telle est, plus que toute autre chose, la principale leçon à tirer de la ballade de KORA et JANUS : ni l’OTAN ni les États-Unis ne se soucient de la vie des Ukrainiens qu’ils ont entrepris de former à l’horrible art de la guerre.

Apparemment, le sénateur républicain Lyndsey Graham n’est pas le seul à vouloir poursuivre le conflit russo-ukrainien jusqu’à ce que Kiev soit à court de chair à canon. Au vu des résultats obtenus à Orekhov au début du mois, “jusqu’au dernier Ukrainien” semble également être le cri de guerre de l’OTAN.

Scott Ritter est un ancien officier de renseignement du corps des Marines américains et l’auteur de “Disarmament in the Time of Perestroika : Arms Control and the End of the Soviet Union”. Il a servi en Union soviétique en tant qu’inspecteur chargé de la mise en œuvre du traité FNI, au sein de l’état-major du général Schwarzkopf pendant la guerre du Golfe et, de 1991 à 1998, en tant qu’inspecteur en désarmement des Nations unies.

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Lire aussi : La contre-offensive ukrainienne n’avait aucune chance. L’OTAN n’a pas su le comprendre

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Les commentaires sont clos.