Ukraine : Le marteau est-il sur le point de tomber ?

Par Mike Whitney via Global Research

« Voici quelque chose que vous devez comprendre. Nous n’avons pas eu la possibilité d’agir différemment. » (Vladimir Poutine)

Le projet d’engager militairement la Russie est un aveu tacite que les États-Unis ne peuvent plus maintenir leur domination mondiale par les seuls moyens économiques ou politiques. Après une analyse et un débat exhaustifs, les élites occidentales ont opté pour un plan d’action visant à diviser le monde en blocs belligérants afin de poursuivre une guerre contre la Russie et la Chine. L’objectif stratégique ultime de la politique actuelle est de resserrer l’emprise des élites occidentales sur les leviers du pouvoir mondial et d’empêcher la dissolution de « l’ordre international fondé sur des règles ». Mais après 11 mois de guerre non-stop en Ukraine, la coalition occidentale soutenue par les États-Unis se trouve dans une position pire qu’au début.

Outre le fait que les sanctions économiques ont gravement touché les alliés européens les plus proches de Washington, le contrôle de l’Ukraine par l’Occident a plongé l’économie dans un marasme prolongé, détruit une grande partie des infrastructures essentielles du pays et anéanti une partie importante de l’armée ukrainienne. Plus important encore, les forces ukrainiennes subissent désormais des pertes insoutenables sur le champ de bataille, ce qui prépare le terrain pour l’inévitable éclatement de l’État. Quelle que soit l’issue du conflit, une chose est sûre : L’Ukraine n’existera plus en tant qu’État viable, indépendant et contigu.

L’une des plus grandes surprises de la guerre actuelle est simplement le manque de préparation de la part des États-Unis. On pourrait supposer que si les mandarins de la politique étrangère décidaient de « verrouiller les cornes » avec la plus grande superpuissance nucléaire du monde, ils auraient fait la planification et la préparation nécessaires pour assurer le succès. Manifestement, cela n’a pas été le cas. Les décideurs américains semblent surpris par le fait que les sanctions économiques se sont retournées contre eux et ont en fait renforcé la situation économique de la Russie. Ils n’ont pas non plus anticipé le fait que la grande majorité des pays non seulement ignoreraient les sanctions mais exploreraient de manière proactive les options permettant de « laisser tomber le dollar » dans leurs transactions commerciales et dans la vente de ressources essentielles.

Nous constatons la même incompétence dans la fourniture d’armes létales à l’Ukraine. Comment expliquer que les pays de l’OTAN aient frénétiquement raclé les fonds de tiroirs pour trouver des armes pour l’Ukraine ? Nos dirigeants ont-ils vraiment déclenché une guerre avec la Russie sans savoir s’ils disposaient de suffisamment d’armes et de munitions pour combattre l’ennemi ? Cela semble être le cas.

Et nos dirigeants étaient-ils si sûrs que le conflit serait une insurrection de faible intensité qu’ils n’ont jamais planifié une guerre terrestre à grande échelle, avec des armes combinées ? Une fois encore, cela semble être le cas.

Ce ne sont pas des erreurs insignifiantes. Le niveau d’incompétence dans la planification de cette guerre dépasse tout ce que nous avons vu auparavant. Il semble que toute la préparation ait été axée sur la provocation d’une invasion russe, et non sur les événements qui allaient se produire peu après. Ce qui est clair, c’est que le Pentagone n’a jamais « misé » sur la guerre elle-même ou sur le conflit tel qu’il se déroule actuellement. Sinon, comment expliquer ces erreurs de jugement flagrantes :

  1. Ils n’ont jamais pensé que les sanctions se retourneraient contre eux.
  2. Ils n’ont jamais pensé qu’ils seraient à court d’armes et de munitions.
  3. Ils n’ont jamais pensé que les recettes pétrolières de la Russie monteraient en flèche.
  4. Ils n’ont jamais pensé que la majorité des pays maintiendraient des relations normales avec la Russie.
  5. Ils n’ont jamais pensé qu’ils auraient besoin d’une stratégie militaire cohérente pour mener une guerre terrestre en Europe de l’Est.

Y a-t-il quelque chose qu’ils ont bien fait ?

Pas que nous puissions voir.« L’Ordre fondé sur des règles » en une photo. De Ben Norton Twitter

 Jetez un coup d’œil à cet extrait d’une interview de l’ancien général de brigade Erich Vad, qui a été conseiller politique d’Angela Merkel de 2006 à 2013 :

« Question : Vous aussi avez été attaqué pour avoir demandé des négociations.

Général de brigade Erich Vad : Oui, tout comme l’inspecteur général des forces armées allemandes, le général Eberhard Zorn, qui, comme moi, a mis en garde contre la surestimation des offensives régionales limitées des Ukrainiens au cours des mois d’été. Les experts militaires – qui savent ce qui se passe au sein des services secrets, ce qui se passe sur le terrain et ce que signifie réellement la guerre – sont largement exclus du discours. Ils ne s’intègrent pas dans la formation de l’opinion des médias. Nous vivons largement une synchronisation des médias que je n’ai jamais connue en République fédérale. (…)

Les opérations militaires doivent toujours être couplées à des tentatives d’apporter des solutions politiques. L’unidimensionnalité de la politique étrangère actuelle est difficile à supporter. Elle est très fortement axée sur les armes. La tâche principale de la politique étrangère est et reste la diplomatie, la conciliation des intérêts, la compréhension et la gestion des conflits. Cela me manque ici. Je suis heureux que nous ayons enfin un ministre des Affaires étrangères en Allemagne, mais il ne suffit pas d’utiliser une rhétorique de guerre et de se promener à Kiev ou dans le Donbass avec un casque et un gilet pare-balles. C’est trop peu. (…)

La question se pose alors à nouveau de savoir ce qu’il faut faire avec les livraisons de chars tout court. Pour reprendre la Crimée ou le Donbass, les martres et les léopards ne suffisent pas. Dans l’est de l’Ukraine, dans la région de Bakhmout, les Russes progressent clairement. Ils auront probablement conquis complètement le Donbass d’ici peu. Il suffit de considérer la supériorité numérique des Russes sur l’Ukraine. La Russie peut mobiliser jusqu’à deux millions de réservistes. L’Occident peut y envoyer 100 martres et 100 léopards, ils ne changent rien à la situation militaire globale. Et la question primordiale est de savoir comment mettre fin à un tel conflit avec une puissance nucléaire belligérante – attention, la puissance nucléaire la plus puissante du monde ! – qui veut survivre sans entrer dans une troisième guerre mondiale. (…)

Vous pouvez continuer à épuiser les Russes, ce qui signifie des centaines de milliers de morts, mais des deux côtés. Et cela signifie une plus grande destruction de l’Ukraine. Que reste-t-il de ce pays ? Il sera rasé. En fin de compte, ce n’est plus une option pour l’Ukraine non plus. La clé de la résolution du conflit ne se trouve pas à Kiev, ni à Berlin, Bruxelles ou Paris, elle se trouve à Washington et à Moscou. (…) Un front plus large pour la paix doit être construit à Washington. (…) Sinon, nous nous réveillerons un matin et nous serons au milieu de la troisième guerre mondiale ». (“Erich Vad: “What are the War Aims”, Emma)

Résumons :

Les médias « surestiment (l’effet des) offensives régionalement limitées des Ukrainiens ». En bref, les Ukrainiens sont en train de perdre la guerre.

Les Russes sont en train de gagner la guerre. (« Les Russes progressent clairement. Ils auront probablement complètement conquis le Donbass d’ici peu »).

Les armes seules ne changeront pas l’issue de la guerre. (« les martres et les léopards ne sont pas suffisants. »)

Rien ne prouve que l’Occident ait des objectifs stratégiques clairement définis. (« Voulez-vous obtenir une volonté de négocier avec les livraisons de chars ? Voulez-vous reconquérir le Donbass ou la Crimée ? Ou voulez-vous vaincre complètement la Russie ? Il n’y a pas de définition réaliste de l’état final. Et sans un concept politique et stratégique global, les livraisons d’armes sont du pur militarisme… Les opérations militaires doivent toujours être couplées à des tentatives d’apporter des solutions politiques »)

Il ne s’agit pas seulement d’une mise en accusation de la manière dont la guerre est menée, mais aussi des objectifs stratégiques qui restent obscurs et mal définis. L’OTAN est menée par le bout du nez par Washington, mais Washington n’a aucune idée de ce qu’elle veut réaliser. « Affaiblir la Russie » n’est pas une stratégie militaire cohérente. Il s’agit en fait d’un fantasme nourri par des néoconservateurs belliqueux qui jouent aux généraux en fauteuil. Mais c’est la raison pour laquelle nous sommes dans la situation difficile que nous connaissons aujourd’hui, car cette politique est entre les mains de fantaisistes dérangés. Quelqu’un croit-il sérieusement que l’armée ukrainienne va récupérer les territoires de l’est de l’Ukraine qui ont été annexés par la Russie ?

Non, aucune personne sérieuse ne le croit. Et pourtant, l’illusion que les « courageux Ukrainiens sont en train de gagner » persiste, alors même que les pertes s’accumulent, que le carnage augmente et que des millions d’Ukrainiens fuient le pays. C’est incroyable.

« Nous devons donc soupçonner que la véritable intention d’un petit nombre de pays vantant les mérites d’un ordre international fondé sur des règles est de créer une alternative au système existant de droit international, d’imposer leurs propres normes et leur propre volonté aux autres en plaçant leurs intérêts étroits au centre de l’univers, et d’ouvrir la porte dérobée au double standard et à l’exceptionnalisme. La déclaration faite par le représentant américain plus tôt dans la journée ne fait que nous convaincre que nos soupçons sont pleinement justifiés. Si nous laissons cette tendance dangereuse se poursuivre sans contrôle, notre monde régressera à l’époque où la loi de la jungle et la politique du pouvoir dominaient. Tous les peuples du monde épris de paix devraient s’en méfier. Nous espérons que cette réunion sera l’occasion pour tous les pays d’affirmer sans équivoque qu’il n’y a qu’un seul système dans le monde, à savoir le système international avec les Nations unies en son centre ; qu’il n’y a qu’un seul ordre, à savoir l’ordre international fondé sur le droit international ; et qu’il n’y a qu’un seul ensemble de règles, à savoir les normes fondamentales régissant les relations internationales ancrées dans les buts et principes de la Charte des Nations unies ».

Vous vous souvenez de la Doctrine Powell ? La doctrine Powell stipule qu’une liste de questions doit toutes recevoir une réponse affirmative avant que les États-Unis n’engagent une action militaire :

  1. Un intérêt vital pour la sécurité nationale est-il menacé ?
  2. Avons-nous un objectif clair et réalisable ?
  3. Les risques et les coûts ont-ils été entièrement et franchement analysés ?
  4. Tous les autres moyens politiques non violents ont-ils été pleinement épuisés ?
  5. Existe-t-il une stratégie de sortie plausible pour éviter un enchevêtrement sans fin ?
  6. Les conséquences de notre action ont-elles été pleinement prises en compte ?
  7. L’action est-elle soutenue par le peuple américain ?
  8. Disposons-nous d’un large et véritable soutien international ?

L’ancien secrétaire à la Défense Colin Powell a élaboré sa Doctrine pour éviter tout futur Vietnam. Et si l’administration Biden n’a pas encore engagé de troupes de combat américaines en Ukraine, nous pensons que ce n’est qu’une question de temps. Après tout, les médias battent déjà les tambours de guerre tout en diabolisant tout ce qui concerne la Russie. C’est traditionnellement ainsi qu’ils préparent le public à la guerre. (« La russophobie … consiste à déshumaniser ses adversaires pour rendre le meurtre plus acceptable (et à détruire) toutes les contraintes mentales qui empêchent les hommes de tomber dans la barbarie. » Gilbert Doctorow)

Pendant ce temps, les États-Unis continuent de remplir l’Ukraine d’armes tandis que le Pentagone a commencé à former des militaires ukrainiens en Allemagne et en Oklahoma. Il semble que la décision ait déjà été prise d’embarquer les États-Unis dans un autre conflit pour lequel il n’y a pas d’intérêt vital pour la sécurité nationale ni de voie claire vers la victoire. En d’autres termes, la doctrine Powell a été écartée et remplacée par un autre plan néocon lunatique visant à entraîner la Russie dans un bourbier sanglant de type « Afghanistan » qui drainera ses ressources et l’empêchera de bloquer l’expansion américaine en Asie centrale.

Et comment le plan néocon fonctionne-t-il jusqu’à présent ?

Voici ce qu’a déclaré le colonel Douglas MacGregor lors d’une récente interview :

« Il y a maintenant 540 000 soldats russes stationnés à la périphérie de l’Ukraine qui se préparent à lancer une offensive majeure qui, je pense, mettra probablement fin à la guerre en Ukraine. 540 000 soldats russes, 1000 systèmes d’artillerie à roquettes, 5000 véhicules de combat blindés dont au moins 1000 chars, des centaines et des centaines de missiles balistiques tactiques. L’Ukraine va maintenant connaître une guerre à une échelle que nous n’avons pas vue depuis 1945 ».


Et comme si cela n’était pas assez sombre, voici d’autres informations tirées d’une récente vidéo avec Alexander Mercouris et Alex Christoforou :

« Alex Christoforou : Il y a juste une panique générale qui s’empare de l’armée ukrainienne, de l’OTAN et de l’Occident. (…) Les Russes sont passés maîtres dans l’art de dissimuler leurs forces de combat (…) Vous avez donc 500 000 militaires (troupes de combat) qui attendent dans les coulisses, ce qui amène l’Ukraine à se demander : « Que faisons-nous ? Nous sommes embourbés dans cette zone de Bakhmout-Soledar alors que ces 500 000 soldats russes pourraient planifier de nous frapper de n’importe quelle direction et nous n’avons aucune idée de l’endroit d’où viendra l’attaque ?Alexander Mercouris : Vous avez tout à fait raison. Les Russes ont complètement pris l’initiative stratégique. Ils laissent tout le monde dans l’incertitude, et pour accroître encore le sentiment de panique à Kiev, un général russe, Sulukov, vient de rendre visite au groupement russe en Biélorussie, dont la taille ne cesse de croître (…) Cela signifie-t-il que les Russes prévoient d’avancer vers le sud depuis la Biélorussie ? Nous ne le savons pas vraiment. (…) Mais il y a cet énorme renforcement en cours sur tous les fronts, d’un ordre de grandeur supérieur à tout ce que nous avons vu auparavant. Il ne s’agit pas seulement de centaines de milliers de soldats déployés, mais de centaines de chars… de véhicules de combat d’infanterie, de munitions, de pièces d’artillerie… et tout cela s’accumule à une échelle énorme (…) et les combats dans le Donbass au cours des deux dernières semaines ont été le fait de deux entités qui ne font pas partie de l’armée régulière russe (le groupe Wagner et la milice du Donbass). Je pense donc que tout le monde s’attend à ce qu’un coup dur se produise. Personne ne sait avec certitude où cela se produira. Je ne sais pas (mais) les Russes ont encore réussi à garder tout cela extraordinairement secret. (…) Personne ne sait ce qu’ils vont faire, mais ce que nous pouvons voir, c’est ce grand nombre de forces qui se rassemblent autour de l’Ukraine, où les Ukrainiens sont manifestement en train de paniquer (parce qu’il semble que quelque chose va frapper à grande échelle (mais) je ne sais pas d’où cela va venir ». (“Russia’s next move, keeps collective west guessing”, Alex Christoforou and Alexander Mercouris, You Tube, 15:25 minute)

Conclusion : Si Washington et ses alliés de l’OTAN n’ont pas de stratégie cohérente pour gagner la guerre en Ukraine, il est clair que les Russes, eux, en ont une. Au cours des quatre mois qui ont suivi l’ordre de mobilisation partielle de Poutine, 300 000 réservistes supplémentaires ont rejoint leurs unités sur le champ de bataille ou le long du périmètre nord de l’Ukraine. Le décor est désormais planté pour une guerre terrestre conventionnelle comme personne à Washington n’en a jamais anticipé. Nous pensons que l’issue de ce conflit remodèlera l’architecture de sécurité dépassée de l’Europe et imposera un réalignement qui marquera la fin de l’ère unipolaire.

Mike Whitney

Article original en anglais :

Ukraine: Is the Hammer About to Fall?L’article anglais a été publié initialement sur le site The Unz ReviewTraduction : Réseau International

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Mike Whitney, Mondialisation.ca, 2023

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

14 Commentaires

  1. « …sera l’occasion pour tous les pays d’affirmer sans équivoque qu’il n’y a qu’un seul système dans le monde, à savoir le système international avec les Nations unies en son centre… »

    Quelle naïveté !!

    L’ONU est une des clefs du problème. Une des causes des guerres et non une protectrice.

    La SDN a donné la 2ième WW.
    L’ONU n’a pas empêché, voire a légitimé les guerres contre les pays musulmans et contre les chrétiens de l’Europe de l’Est.
    Elle n’empêchera pas la 3ieme WW et se contentera de regarder en gloussant.
    L’histoire de la paix en Europe ne date pas de la SDN ni de l’ONU.
    Les invasions et agressions du 19ème était déjà un prémisse à une volonté de souveraineté de l’occident sur l’orient (Russie en tête de gondole).
    https://bnf.hypotheses.org/7898

  2. Pour qu’il n’y ait plus (trop) de guerres, il faudrait que le machin qui se donne pour « les États Unis d’Amérique » (alors qu’il n’ont jamais été unis) n’existe plus, et ceux qui y exercent vraiment le pouvoir, non plus. Sans guerres, ce serait comme un drogué sévère privé de sa substance…..

  3. J’ai arrêté de lire à « Y a-t-il quelque chose qu’ils ont bien fait ? »

    On est encore dans cette arrogance béate qui voudrait que les dirigeants soient de simples incompétents.

    Vous croyez vraiment qu’ils sont cons à ce point ? Vous croyez vraiment qu’ils ne se doutaient pas des effets de leurs sanctions ?

    C’est fatigant ces gens qui se croient malins, qui n’imaginent pas une seule seconde qu’une débâcle puisse être voulue, et qui n’essayent pas de comprendre à quoi ça peut bien servir.

    • Perso, j’ai du mal à considérer les dirigeants occidentaux actuels comme des personnes hautement intelligentes.
      Des génies de la com, oui , ils ont aussi d’autres formes d’intelligence comme discerner les centres de pouvoirs financiers, etc… qu’il faut accommoder à tout prix, d’accord aussi.
      Mais bon, ils ne me rassurent guère pour de grandes échéances (genre pandémie, crise économique majeure, guerre, etc…).

      • Pandémie : Si l’objectif est de favoriser la dépopulation, ils s’y prennent plutôt bien je trouve…

        Crise économique majeure : Jesse Livemore pendant la crise de 1929, a vu venir la crise, il a donc vendu ce que tout le monde achetait. Il a encaissé plus de 100 millions de dollars grâce à la crise de 29. Reporté à la valeur de l’argent aujourd’hui, ça correspondrait à 125 milliards de dollars. Une crise économique, c’est pas une catastrophe pour tout le monde…

        Guerre : 39-45 n’a pas été une horreur pour tout le monde. Un certain nombre d’entreprises se sont fait des coui…es en or avec les poils en diamant. BMW, Porsche, Daimler-Benz par exemple. La famille Quandt y a énormément gagné, et n’a jamais été vraiment inquiétée pour toutes les saloperies qu’elle a fait ou auxquelles elle a participé.

        En admettant que nos dirigeants ne sont pas malins, au moins, ceux qui les payent le sont.

  4. Bidet de plus en incontrôlable…

    Après avoir, à plusieurs reprises, rejeté l’idée d’armer l’Ukraine à mener des frappes sur la Crimée, les Etats-Unis changent d’avis et approuvent désormais cette décision qui pourrait, dans un futur proche, plonger le monde dans une guerre militaire sans précédent

    https://lecourrier-du-soir.com/coup-de-theatre-les-etats-unis-se-disent-prets-a-armer-lukraine-pour-frapper-la-crimee/

    • Si l’information se révélé exacte, cela sera le pas de trop !

      – Je doute que Poutine ordonne des frappes préventives hors d’Ukraine.
      Une fois de plus, mais cela risque d’être la dernière, il va mettre en garde sur cette folie.
      Mais personne en occident écoutera…

      – Après et seulement après la première frappe massive de l’Ukraine, armée pas Biden, sur la Crimée (territoire russe constitutionnellement)* la Russie frappera des objectifs périphériques de L’OTAN, afin de détruire la chaîne logistique d’approvisionnement, sans attendre que le matériel soit entré sur le territoire Ukrainien.

      – L’OTAN aura provoquer ce casus-belli.
      Comme d’habitude, les anglo-saxons aux commandes vont retourner la situation et accuser la Russie de les avoir attaqué traîtreusement sans déclaration de guerre préalable.
      Il vont (enfin)pouvoir avoir leur (faux)prétexte à leur entrée en guerre.

      Comme le dit Sanat,
      il n’y a pas de petite guerre continentale européenne !

      Historiquement, qu’ils vivent sur une île ou de l’autre coté de l’océan, toutes les guerres sur notre continent sont TOUJOURS initiées et fomentées par et au profit de l’anglois perfide.

      *) Intéressez-vous à la manière avec laquelle les USA ont « gagné » leur 50ème état, « Hawaï.
      ..Et cela ose faire la leçon !

  5. Le 17 janvier, les Kieviens ont reçu une salve de missiles sur leur territoire qu’ils n’ont pas pu repérer avec les radars, faisant une connerie en tentant un tir anti missile qui entraîna la démission d’Arestovych pour avoir parlé. C’était le 32ème anniversaire de… , devinez quoi :

    « Le 17 janvier marque le début de l’opération «tempête du désert» »
    https://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMEve/169

    Le lendemain V. Poutine fait un discours

    « la puissance militaro-industrielle russe rend la victoire en Ukraine « inévitable » »
    https://www.usnews.com/news/world/articles/2023-01-18/putin-russian-military-industrial-might-makes-ukraine-victory-inevitable

    Et juste après, grande réunion de l’OTAN en urgence à Ramstein pour cause de panique sur le rafiot.

    You understand ?

  6. A moins d’être désespérément idiots, il est clair que nous rentrons maintenant dans un engrenage à cliquets. Les schleus subordonnent une défausse de chars léopard à un signal du même tonneau de la part des riloques. Au moins ils sont cohérents avec la façon avec laquelle ils ont chié dans les bottes d’une défense européenne par le préambule apposé au traité de l’Elysée en 64 par le Bundestag qui le vidait de toute sa substance. Les schleus n’ont jamais digéré la présence des français représentés par De Lattre de Tassigny le 07 mai 45. Seuls les USA comptent pour eux. Ils vont le regretter, ces petits arrogants.
    Nous y sommes et il n’est plus question de remuer en tous sens nos analyses, nous y sommes. Le raisonnement maintenant est le suivant, comment nous préparer à des évènements connexes qui vont fatalement nous arriver sur le coin du rostre ? Les turcs et leurs voisins dont les iraniens sont en train eux aussi de faire le même constat, c’est certain. Au moindre signal de débandade côté occidentaux, ils vont vite prendre les choses en mains. Nous allons probablement avoir deux, voire trois fronts auxquels faire face. Une depuis l’est, une autre depuis la Méditerranée et certainement une troisième depuis le nord de l’Afrique. Sans cette dernière, nous sommes quasiment cuits sauf à frapper tout de suite et fort. Sauf que, nous n’en avons pas les moyens. 220 chars Leclerc avec en stocks pour pièces même pas 110 autres… en aviation, 230-240 avions de chasse opérationnels, nada mas, quand les turcs en ont 400. Les 400 milliards annoncés depuis Mont de Marsan, en comparaison aux 600 milliards de la crise(organisée) du covid, c’est juste risible. Savoir maintenant si c’est voulu ou pas et avec quel objectif, on s’en tape. Maintenant, il faut se préparer à la guerre.

  7. DIXIT :  » Les schleus n’ont jamais digéré la présence des français représentés par De Lattre de Tassigny le 07 mai 45. »

    – Pour avoir été stationné 6 ans en Allemagne, je ne peux que confirmer cette analyse. Et ceci, malgré que la France ne soit passée au statut de « coopération », tandis que les amerlocs étaient encore à celui « d’occupation ».
    ——-
    Dixit : « il est clair que nous rentrons maintenant dans un engrenage à cliquets. »

    – Oui mais l’effet cliquet c’est officiellement mise en place en 2002, avec le changement de la doctrine d’emploi du feu nucléaire acceptée par les parlementaires US et de leur volonté conjointe de s’approcher au plus près de la RUSSIE. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  8. Quand même l’argument d’envahir un pays contre les néo nazi est « léger »… malheureusement ces cons la, il y en a partout, il y aurait donc pas mal de pays à envahir !

    Autant je trouve l’argument de l’extension de l’otan comme étant une agression pour la russie, totalement entendable, autant celui des nazis…
    Je pense que c’est surtout une diversion.

    Si la russie avait mit en avant l’extension de l’otan pour cause de guerre, ils auraient clairement gagné en crédibilité, mais c’était une déclaration de guerre directe à l’otan, impliquant donc militairement ces derniers.

    • Depuis 2014, la population russophone et sympathisante avec la Russie était martyrisée, violée, torturée, assassinée au nom d’une pureté de la race par le régime de kiev, c’est pas rien.
      On peut comprendre que ce type d’individus au porte de la Russie puisse « rendre fou » le Kremlin. Et justifier cette croisade.
      Bien que comme toi, je pense que la principale raison se trouve dans l’avancée folle des armes nucléaires de l’OTAN aux plus près des frontières(Ukraine, Roumanie Pologne…) russes.

Laisser un commentaire