Pourquoi la CIA a-t-elle tenté un « soulèvement de style Maidan » au Brésil ?

Par Pepe Escobar pour The Saker’s Blog via Le Saker Francophone

Un ancien responsable du renseignement américain a confirmé que le remix chaotique du Maidan organisé à Brasilia le 8 janvier était une opération de la CIA et l’a lié aux récentes tentatives de révolution de couleur en Iran.

Dimanche, des partisans présumés de l’ancien président de droite, Jair Bolsonaro, ont pris d’assaut le Congrès, la Cour suprême et le palais présidentiel brésiliens, contournant les fragiles barricades de sécurité, grimpant sur les toits, brisant les fenêtres, détruisant des biens publics, notamment des peintures précieuses, tout en appelant à un coup d’État militaire dans le cadre d’un programme de changement de régime visant le président tout juste élu, Luis Inacio « Lula » da Silva.

Selon la source américaine, la raison de l’organisation de l’opération – qui porte des signes visibles de planification hâtive – est que le Brésil est sur le point de se réaffirmer dans la géopolitique mondiale aux côtés des autres États des BRICS, la Russie, l’Inde et la Chine.

Cela suggère que les planificateurs de la CIA sont de fervents lecteurs du stratège du Credit Suisse, Zoltan Pozsar, ancien de la Fed de New York. Dans son rapport révolutionnaire du 27 décembre intitulé War and Commodity Encumbrance, Pozsar déclare que « l’ordre mondial multipolaire n’est pas construit par les chefs d’État du G7, mais par le « G7 de l’Est » (les chefs d’État des BRICS), qui est en réalité un G5 mais à cause du phénomène ‘BRICSexpansion’, j’ai pris la liberté d’arrondir. »

Il fait ici référence à des informations selon lesquelles l’Algérie, l’Argentine et l’Iran ont déjà demandé à rejoindre les BRICS – ou plutôt sa version élargie « BRICS+ » – avec un intérêt supplémentaire exprimé par l’Arabie saoudite, la Turquie, l’Égypte, l’Afghanistan et l’Indonésie.

La source américaine a établi un parallèle entre le coup de la CIA au Brésil et une série de manifestations de rue récentes en Iran, instrumentalisées par l’agence dans le cadre d’une nouvelle campagne de révolution de couleur : « Ces opérations de la CIA au Brésil et en Iran sont parallèles à l’opération au Venezuela en 2002 qui a connu un grand succès au début car les émeutiers avaient réussi à s’emparer d’Hugo Chavez. »

Entrez dans le « G7 Oriental« 

Les néo-conservateurs straussiens placés au sommet de la CIA, quelle que soit leur affiliation politique, sont furieux que le « G7 Oriental » – la configuration prochaine des BRICS+ – sorte rapidement de l’orbite du dollar américain.

Le straussien John Bolton – qui vient de rendre public son intérêt à se présenter à la présidence américaine – demande maintenant l’éviction de la Turquie de l’OTAN alors que le Sud global se réaligne rapidement au sein de nouvelles institutions multipolaires.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et son nouvel homologue chinois, Qin Gang, viennent d’annoncer la fusion de l’initiative « la Nouvelle Route de la Soie » (BRI) pilotée par la Chine et de l’Union économique eurasiatique (UEEA) pilotée par la Russie. Cela signifie que le plus grand projet de commerce/connectivité/développement du XXIe siècle – les Nouvelles Routes de la Soie chinoises – est désormais encore plus complexe et ne cesse de se développer.

Cela prépare le terrain pour l’introduction, déjà en cours de conception à différents niveaux, d’une nouvelle monnaie d’échange internationale visant à supplanter puis à remplacer le dollar américain. Outre un débat interne au sein des BRICS, l’un des vecteurs clés est l’équipe de discussion mise en place entre l’UEEA et la Chine. Une fois terminées, ces délibérations seront présentées aux pays partenaires de la BRI-EAEU et bien sûr au BRICS+ élargi.

Lula à la tête du Brésil, dans ce qui est maintenant son troisième mandat présidentiel non successif, offrira un formidable coup de pouce aux BRICS+. Dans les années 2000, aux côtés du président russe Poutine et de l’ancien président chinois Hu Jintao, Lula fut le conceptualisateur clé d’un rôle plus important du Brésil dans le cadre des BRICS, y compris pour un commerce en devises nationales.

Les BRICS en tant que « nouveau G7 Oriental », tel que défini par Pozsar, sont au-delà de l’anathème – autant pour les néo-conservateurs straussiens que pour les néolibéraux.

Les États-Unis sont lentement mais sûrement expulsés de l’Eurasie élargie par des actions concertées du partenariat stratégique russo-chinois.

L’Ukraine est un trou noir où l’OTAN fait face à une humiliation qui fera ressembler l’Afghanistan à Alice au pays des merveilles. Une faible UE forcée par Washington à se désindustrialiser et à acheter du gaz naturel liquéfié (GNL) américain à un coût absurdement élevé n’est pas une ressource essentielle à piller pour l’Empire.

Sur le plan géoéconomique, cela laisse « l’hémisphère occidental » dénommé par les États-Unis, en particulier l’immense Venezuela riche en énergie, comme cible clé. Et géopolitiquement, l’acteur régional clé est le Brésil.

Le jeu néo-conservateur straussien consiste à tout mettre en œuvre pour empêcher l’expansion commerciale et l’influence politique de la Chine et de la Russie en Amérique latine, que Washington – indépendamment du droit international et du concept de souveraineté, continue de nommer « notre arrière-cour« . À une époque où le néolibéralisme est si « inclusif » que les sionistes portent des croix gammées, la doctrine Monroe est de retour, sous stéroïdes.

Tout savoir sur la « stratégie de la tension »

Des indices d’un Maidan brésilien peuvent être obtenus, par exemple, au Cyber Command de l’armée américaine à Fort Gordon, où, ce n’est un secret pour personne, la CIA a déployé des centaines d’actifs à travers le Brésil avant la récente élection présidentielle. Fidèle en cela au manuel de la « stratégie de la tension« .

Les conversations de la CIA ont été interceptées à Fort Gordon depuis la mi-2022. Leur thème principal était alors l’imposition du récit répandu selon lequel « Lula ne pouvait gagner qu’en trichant« .

L’un des principaux objectifs de l’opération de la CIA était de discréditer par tous les moyens le processus électoral brésilien, ouvrant la voie à un récit préemballé qui se déroule maintenant : un Bolsonaro vaincu fuyant le Brésil et cherchant refuge dans le manoir Mar-a-Lago de l’ancien président américain Donald Trump. Bolsonaro, conseillé par Steve Bannon, a fui le Brésil, ratant l’investiture de Lula, mais parce qu’il est terrifié, il pourrait être confronté au retour de bâton plus tôt que prévu. Et au fait, il est à Orlando, pas à Mar-a-Lago.

La cerise sur le gâteau rassis de ce Maidan fut ce qui s’est passé dimanche dernier : fabriquer un 8 janvier à Brasilia reflétant les événements du 6 janvier 2021 à Washington, et bien sûr imprimer le lien Bolsonaro-Trump dans les esprits.

La nature amateure de ce 8 janvier à Brasilia suggère que les planificateurs de la CIA se sont perdus dans leur propre complot. Toute la farce devait être anticipée à cause du rapport de Pozsar, que tous ceux qui comptent sur l’axe New York-Beltway ont lu.

Ce qui est clair, c’est que pour certaines factions du puissant établissement américain, se débarrasser de Trump à tout prix est encore plus crucial que de paralyser le rôle du Brésil dans les BRICS+.

En ce qui concerne les facteurs internes de ce Maidan brésilien, empruntant au romancier Gabriel Garcia Marquez, tout marche et parle comme la Chronique d’un coup d’État annoncé. Il est impossible que l’appareil sécuritaire autour de Lula n’ait pas pu prévoir ces événements, surtout compte tenu du tsunami de signes inondant les réseaux sociaux.

Il a donc dû y avoir un effort concerté pour agir en douceur – sans gros bâtons préventifs – tout en émettant le babillage néolibéral habituel.

Après tout, le cabinet de Lula est un gâchis, avec des ministres qui s’affrontent constamment et certains membres qui soutenaient Bolsonaro il y a encore quelques mois. Lula l’appelle un « gouvernement d’union nationale« , mais il s’agit plutôt d’un sordide patchwork.

L’analyste brésilien Quantum Bird, un spécialiste de la physique mondialement respecté qui est rentré chez lui après un long séjour sur les terres de l’OTAN, note qu’il y a « trop d’acteurs en jeu et trop d’intérêts antagonistes. Parmi les ministres de Lula, on trouve des bolsonaristes, des néolibéraux-rentiers, des convertis à l’interventionnisme climatique, des praticiens de la politique identitaire et une vaste faune de néophytes politiques et de grimpeurs sociaux, tous bien alignés sur les intérêts impériaux de Washington. »

Des « militants » à l’affût alimentés par la CIA

Un scénario plausible est que des secteurs puissants de l’armée brésilienne – au service des groupes de réflexion néo-conservateurs straussiens habituels, plus le capital financier mondial – ne pouvaient pas vraiment réussir un véritable coup d’État, compte tenu du rejet populaire massif, et ont dû s’installer au mieux pour une farce « douce« . Cela illustre à quel point cette faction militaire hautement corrompue est isolée de la société brésilienne.

Ce qui est profondément inquiétant, comme le note Quantum Bird, c’est que l’unanimité pour condamner le 8 janvier de toutes parts, alors que personne n’a pris ses responsabilités, « montre comment Lula navigue pratiquement seul dans une mer peu profonde infestée de coraux aiguisés et de requins affamés« .

La position de Lula, ajoute-t-il, le forçant à « décréter une intervention fédérale tout seul, sans visages forts de son propre gouvernement ou des autorités compétentes, montre une réaction improvisée, désorganisée et amateur« . Et tout cela, une fois de plus, alors que des « militants » alimentés par la CIA organisaient ouvertement les « manifestations » sur les réseaux sociaux depuis des jours.

Le même vieux livre de jeu de la CIA reste cependant au travail. Il est encore ahurissant de constater à quel point il est facile de renverser le Brésil, l’un des leaders naturels du Sud global. Les tentatives de coups d’État à l’ancienne avec les scénarios de changement de régime / révolution de couleur continueront d’être utilisés – rappelez-vous le Kazakhstan au début de 2021 et l’Iran il y a seulement quelques mois.

Même si cette faction de l’armée brésilienne peut croire qu’elle contrôle la nation, si les masses importantes soutenant Lula descendent dans les rues en force contre la farce du 8 janvier, l’impuissance de l’armée sera visible. Et comme il s’agit d’une opération de la CIA, les dresseurs ordonneront à leurs vassaux militaires tropicaux de se comporter comme des autruches.

L’avenir, malheureusement, est de mauvais augure. L’establishment américain ne permettra pas au Brésil, l’économie des BRICS avec le meilleur potentiel après la Chine, de reprendre les affaires de plein fouet et en synchronisation avec le partenariat stratégique russo-chinois.

Les néo-conservateurs et néolibéraux straussiens, chacals et hyènes géopolitiques certifiés, deviendront encore plus féroces à mesure que le « G7 Oriental », dont le Brésil fait partie, s’apprête à mettre fin à la suzeraineté du dollar américain et au contrôle impérial sur le monde.

Pepe Escobar

Note du Saker Francophone

Dans cette ère de « post-vérité » où le mensonge institutionnel provoque un brouillard informationnel laissant chacun avec ses propres supputations, basées sur ses propres préjugés, voici l’analyse d’Andrew Korybko, basée sur les déclarations d’un député russe, qui est à l’opposé de celle d’Escobar.

Voici ce que le chef de la commission des affaires étrangères du Sénat russe dit à propos du Brésil

Par Andrew Korybko – Le 12 janvier 2023

Les points de vue que le sénateur russe Konstantin Kosachev a partagés de manière concise dans son interview sur l’incident du 8 janvier au Brésil sont perspicaces et méritent réflexion, en particulier du fait qu’il démente indirectement les spéculations selon lesquelles les événements étaient un coup d’État militaire raté, contrairement à ce que certains imaginent.

Le sénateur russe Konstantin Kosachev préside la commission des affaires étrangères du Conseil de la Fédération et fait donc partie des sources les plus réputées de son pays pour discerner sa véritable position vis-à-vis des événements internationaux. Ses paroles devraient donc être étudiées par ceux qui espèrent obtenir une compréhension plus profonde de la façon dont la Russie interprète quoi que ce soit. Dans ce cas, il vaut la peine de revoir l’interview qu’il a donnée au journal parlementaire officiel sur la récente tentative de changement de régime au Brésil.

C’est en russe, mais Google Translate traduit avec succès les points qu’il essaye de faire valoir, du moins si l’on traduit ses mots en anglais. Son interview peut être lue ici pour ceux qui veulent vérifier eux-mêmes, tandis que les lecteurs qui auront un temps limité pourront se fier au résumé partagé dans le présent article et à l’analyse ultérieure qui l’accompagnera par la suite. Pour commencer, Kosachev a reconnu la profonde division de la société brésilienne après les élections serrées de l’année dernière, ce qui, selon lui, a incité certains à les remettre en question.

Dans le même temps, il n’accorde pas de crédit aux allégations de fraude et décrit plutôt ces accusations comme motivées par l’émotion. En conséquence, Kosachev a ajouté que cela signifie que le changement de régime raté lui-même était donc également motivé par l’émotion et non la preuve de problèmes systémiques susceptibles de déstabiliser régulièrement le Brésil. Le sénateur a ajouté qu’un groupe de radicaux a manipulé la foule et il a félicité les militaires pour avoir étouffé les troubles, qu’il a qualifiés de très importants.

Certains comptaient sur cette institution pour soutenir ceux qui ont participé à l’incident du 8 janvier, a-t-il affirmé, mais on ne sait pas qui, puisqu’il n’y avait pas un seul centre de contrôle pour orchestrer les événements. Il a également observé comment Bolsonaro avait pris ses distance vis-à-vis de ceux qui ont pris part à ce qui s’est passé. Kosachev a ensuite conclu l’interview en réaffirmant la légitimité de la présidence de Lula et en exprimant l’espoir qu’il réussira à renforcer les liens avec la Russie et le reste des pays BRICS.

Bien que son aperçu de la récente tentative de changement de régime au Brésil soit concis, il n’en est pas moins significatif. D’après ses paroles, on peut deviner que ce formulateur influent de politique étrangère ne blâme pas l’armée dans son ensemble pour ce qui vient de se passer puisqu’elle a finalement mis fin aux troubles, après tout. On peut interpréter ses paroles comme laissant entendre que certains de ses membres espéraient peut-être que leurs supérieurs autoriseraient une intervention en soutien aux personnes impliquées dans les événements, mais cela ne s’est pas produit en fin de compte.

C’est avec cette observation à l’esprit concernant les personnalités les plus influentes de l’armée reconnaissant la légitimité de la présidence de Lula que Kosachev a conclu que l’incident du 8 janvier ne suggère pas de problèmes systémiques. Ce qu’il voulait probablement dire, c’est que l’échec final de la récente tentative de changement de régime prouve qu’il n’y a pas de scission sérieuse entre les forces armées et la nouvelle administration qui pourrait conduire l’ancienne institution dans son ensemble à se retourner contre la seconde.

Cela ne signifie pas que certains éléments au sein de l’armée pourraient ne pas essayer de déstabiliser le gouvernement de Lula de leur propre chef et à l’insu de leurs supérieurs institutionnels (indépendamment du fait que cela soit mené de manière indépendante ou en collusion avec une puissance étrangère comme les États-Unis). Au contraire, Kosachev semble simplement dire que l’armée mérite vraiment des éloges pour avoir soutenu la nouvelle administration pendant cette période difficile alors qu’elle aurait pu à la place mener un coup d’État conventionnel.

Lula bénéficiant du soutien militaire, le sénateur russe espère donc que ce dirigeant trois fois élu réussira à renforcer davantage les relations bilatérales ainsi qu’à faire des progrès tangibles sur d’autres aspects de son agenda. Finalement, les opinions que Kosachev a partagées dans son interview sur l’incident du 8 janvier au Brésil sont perspicaces et méritent réflexion, en particulier parce qu’elles démentent indirectement les spéculations selon lesquelles les événements étaient un coup d’État militaire raté contrairement à ce que certains ont imaginé.

Andrew Korybko

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone.

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

2 Commentaires

  1. Sans vouloir me la péter….c’est exactement la lecture que je m’en étais faite.
    L’empire aux avatars KKK & Rockefeller & Goldman Sachs & so one ne sachant plus comment faire face à l’évidente chute de leur empire en cours, est encline à faire tout et n’importe quoi, histoire de vouloir désespérément faire rebattre les cartes. Attendons nous donc au pire sauf miracle de dernière minute…..

  2. Je ne sais vraiment pas ce qui vous fait bander avec ce BRICS !? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

    Une Monnaie Numérique pour Tous, la Chine et son Crédit Social, Lula et son Pass Vaccinal Obligatoire pour le Brésil, Moscou pour une Ville Ultra Connectée pour la Russie, l’Identité Numérique généralisée pour l’Inde, et le pire des Etats Policier pour l’Afrique du Sud ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

Laisser un commentaire