Les Australiens optent pour le charbon à 100 % ! Imaginer la vie sous le nuage climatique

De William Walter Kay via GlobalResearch

La vraie tragédie est ce que nous ne voyons pas. Nous voyons des milliards gaspillés sur le vent et le solaire. Assez tragique, mais nous ne voyons pas les magnifiques infrastructures électriques que le charbon pourrait créer s’il était également doté de fonds.  

Les plus grandes centrales électriques au charbon du monde, la centrale de Tuoketuo de 6 720 mégawatts (MW) en Mongolie intérieure et la centrale de Taean de 6 100 MW en Corée du Sud , ont été construites par étapes au fur et à mesure que des générateurs supplémentaires étaient nécessaires. Tuoketuo arbore désormais un réseau hétéroclite de 12 turbines à vapeur dont la taille varie de 300 à 660 MW. Les dirigeants de Taean ont complété leurs 8 turbines originales de 500 MW avec 2 Hitachi 1 050.

La demande d’électricité australienne culmine à 35 000 MW ; par conséquent, 8 usines de la taille de Tuoketuo (fonctionnant aux deux tiers de leur capacité) pourraient répondre aux besoins nationaux.

La tribu la plus riche en charbon de la nature, les Aussies, possède 165 milliards de tonnes de charbon noir récupérable et 433 milliards de tonnes de charbon brun. Les 94 mines de charbon australiennes ne produisent qu’un demi-milliard de tonnes par an.

Avec des siècles d’approvisionnement, les Australiens devraient considérer le charbon comme inépuisable. L’âge de pierre ne s’est pas terminé lorsque nous avons manqué de roches. L’uranium détrônera le charbon avant que les Australiens n’épuisent leurs filons ; mais en ce moment, 9 000 centrales électriques au charbon ornent la Terre ; une floraison quantique par centaines chaque année.

Quand la vie vous lance des citrons, … faites de la limonade. Avant 2002, les Australiens tiraient plus de 80 % de leur électricité du charbon. En 2002, après des décennies de changement climatique, l’énergie éolienne a finalement capturé des parts mesurables du marché australien de l’électricité. Le solaire a fait surface en 2005. Le tableau de bord de l’électricité par source de l’Australie se lit désormais : charbon 51 %, gaz 18 %, solaire 12 %, éolien 10 %, hydroélectricité 6 % et pétrole 2 %.

Net Zero dicte des réductions de 90% de la consommation mondiale de charbon d’ici 2050. L’agneau sacrificiel de l’oligarchie climatique, l’Australie, doit abandonner l’énergie du charbon bien avant cela.

Sur commande, les meilleurs crapauds australiens se renversent les uns sur les autres, rapprochant l’apocalypse du charbon. Le Premier ministre Albanese a récemment augmenté les quotas renouvelables de 15 %, proclamant :

« Notre nouvel objectif ambitieux de réduction des émissions de gaz à effet de serre de 43 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030 mettra l’Australie sur la bonne voie pour atteindre Net Zero d’ici 2050. » (1)

Queensland Premier Palaschuk exige 70 % d’électricité renouvelable d’ici 2032 ; …80% d’ici 2035. Compte tenu de la place du gaz (non renouvelable) dans les mix électriques prévus, les revendications de Palaschuk sonnent la mort du charbon.

Les Australiens ont ajouté 5 unités à leur flotte au charbon après 1999 ; aucune depuis 2009. Plusieurs fermetures sont prévues pour les années 2020. D’autres fermetures sont annoncées.

Entre 2002 et 2022, la capacité de production est passée de 36 900 MW à 53 400 MW ; Cependant, une grande partie de la nouvelle capacité est une capacité nominale ambitieuse configurée par les vendeurs de panneaux solaires et d’éoliennes. Les centrales au charbon australiennes fournissent systématiquement 66 % de la capacité maximale annoncée, tandis que l’éolien fournit généralement 30 % ; et solaire : 10 %.

Les 19 centrales au charbon australiennes continuent de fournir de l’électricité de base avec 59 turbines à vapeur vieillissantes. La station Bayswater puise l’eau de la rivière Hunter pour faire fonctionner quatre générateurs de 660 MW. Les quatre Toshibas de 720 MW de la station Eraring refroidie à l’eau salée sont alimentés par des mines locales. Monstres du lignite, les 6 générateurs de Lon Yang A et B électrifient Melbourne ; … également avec du charbon extrait localement.

Les gisements omniprésents incitent de nombreuses villes australiennes, comme Melbourne, à exploiter les champs de houille brune adjacents. Les progrès de la transmission longue distance à très haute tension rendent cette stratégie obsolète.

La ligne de transmission Belo Monte-Rio de Janeiro transporte 4 000 MW sur une distance de 2 543 kilomètres. La ligne Sibérie-Oural transporte 5 500 MW sur 2 344 kilomètres. L’UHV (1,1 million de volts) Changi-Guquan transporte 12 000 MW sur 3 250 kilomètres.

Neuf grandes villes australiennes se trouvent à moins de 1 200 kilomètres des énormes bassins houillers noirs à haute volatilité du Queensland.

Les Australiens devraient visualiser les centrales au charbon de nouvelle génération (15 000+ MW). Imaginez des réseaux robotisés d’ Arabelle 1 900 , alimentés par des chaudières supercritiques, nichés dans les bassins houillers les plus riches du Queensland et faisant tourbillonner l’électricité la moins chère du monde à travers l’Australie.

GE, Siemens, Mitsubishi, Hitachi, Toshiba et autres se feront un plaisir de vendre les machines à l’Australie ; dont les Australiens doivent maîtriser la fabrication. 30 000 îles industrialisées du Pacifique Sud et de l’océan Indien, assoiffées d’électricité, constituent un marché prêt.

Il y a aussi le charbon vers le pétrole; ou, « carbon-to-x », car le charbon est maintenant reconstruit en une myriade de produits de base, pas seulement en essence. L’Afrique du Sud exploite cette technologie à grande échelle depuis 1950. La Chine connaît un boom du charbon vers l’x .

Pourquoi pas l’Australie ?

William Walter Kay est un collaborateur régulier de Global Research.

Noter

1. Lettre d’Albanese à la CCNUCC, 16 juin 2022.La source originale de cet article est Global Research

Copyright © William Walter Kay , Recherche mondiale, 2022

Voir :

L’Allemagne démantèle un parc éolien pour faire place à une mine de charbon 28 octobre 2022

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

3 Commentaires

  1. Ah la la….sa fait d’abord plein de trollage anti-Bois de chauffage
    en Australie, basé sur la pollution « exceptionnelle » d’un chti village de montagne francaise
    pour faire la promotion d’Eoliennes…anglaises

    et voila qu’y se mettent au Charbon !!
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

Laisser un commentaire