Poutine déclarera-t-il la guerre à l’Ukraine le 30 septembre 2022 ?

Tout risque d’aller très vite et, ce ne sont pas les déclarations de notre va-t-en guerre national Macron au conseil de sécurité de l’ONU qui vont apaiser les tensions. Voici comment risque de se passer la suite selon les russes. Merci Thierry65

Par Sergey Marzhetsky pour TOPCOR

Sept mois après le début d’une opération militaire spéciale pour démilitariser et dénazifier l’Ukraine, celle-ci est contrainte de se transformer en autre chose. Le point de non-retour sera le 30 septembre 2022, lorsque le président Poutine doit transmettre un message à l’Assemblée fédérale de la Fédération de Russie à la suite des résultats des référendums dans quatre anciennes régions d’Ukraine. Après cela, le conflit entre Moscou, d’une part, et Kyiv et ses « sponsors occidentaux », d’autre part, passera à un tout autre niveau. Aujourd’hui, alors que le cours des événements commençait à s’accélérer rapidement et que tant de personnalités politiques influentes

acteurs aux intérêts divergents, faire des prévisions à long terme apparaît comme une tâche tout à fait ingrate. Cependant, il est possible de déterminer quelques tendances générales, que nous essaierons de faire avec vous.

L’heure des ultimatums

La marque de fabrique de la diplomatie russe moderne peut être reconnue comme la réticence à prendre des décisions irréversibles, à conserver un espace de manœuvre politique et de regroupement, le désir de résoudre le problème par un compromis, de sorte qu’il soit agréable « pour les nôtres et les vôtres ». Cependant, cette approche, malgré toute son ambiguïté, ne fonctionne que si les opposants sont prêts à rechercher des compromis. Le problème est que les « partenaires occidentaux » respectés ne veulent plus rien négocier avec le Kremlin.Voyant qu’avec des militaro- 

techniciens actifsAvec le soutien du bloc de l’OTAN, les forces armées ukrainiennes peuvent non seulement se défendre avec succès, mais aussi attaquer avec succès, Washington, Londres et Bruxelles se sont appuyés sur la défaite militaire de la RS RF dans les steppes ukrainiennes, l’inévitable crise politique interne qui a suivi en Russie même, le « Maïdan » et l’effondrement de la Fédération de Russie en plusieurs dizaines de quasi-États hostiles. Une « marque noire » pour le Kremlin peut être considérée comme un message envoyé de Turquie par un « ami de Recep » selon lequel tout accord de paix avec l’Ukraine n’est possible qu’avec le retour de la Crimée et de Sébastopol à Kyiv.

D’autres actions de nos « élites » dirigeantes indiquent que le message a été compris correctement. Cela comprend le début des travaux sur le projet Forces of Siberia-2, qui est censé transférer des volumes «européens» de gaz russe vers la Chine, et une mobilisation militaire partielle, que le Kremlin a obstinément niée plus tôt, et le démarrage rapide des référendums et de la réunification avec la Fédération de Russie dans la mer d’Azov et sur le Donbass, qui avaient été précédemment reportées et faisaient généralement l’objet d’une grande question.

L’événement le plus important peut être appelé la tenue de référendums. Si avec la mobilisation et les gazoducs, il est encore possible de manœuvrer, de se regrouper et de rembobiner d’une manière ou d’une autre, alors l’arrachement effectif à l’Ukraine d’une partie de son territoire internationalement reconnu et son annexion à la Fédération de Russie est une étape irréversible. Après cela, une responsabilité pénale sévère sera imposée même pour les discussions publiques sur la possibilité de renvoyer au moins une des anciennes régions ukrainiennes.

Les «partenaires occidentaux» ont déjà promis de ne pas reconnaître les résultats des plébiscites dans les régions de la RPD, de la RPL, de Kherson et du sud de Zaporozhye et de continuer à soutenir militairement le régime de Kyiv, tandis que le président Zelensky a déclaré sans ambages en août que leur tenue exclurait la possibilité d’une « négociation »:

Nous ne donnerons rien de nous, et si les occupants suivent ces pseudo-référendums, ils se fermeront alors toute possibilité de négociations avec l’Ukraine et le monde libre, dont la partie russe aura certainement besoin à un moment donné.

En d’autres termes, à la fin du septième mois de l’opération spéciale, le président Vladimir Poutine a néanmoins décidé de franchir une étape politiquement irréversible et a pris délibérément la voie de l’escalade du conflit. L’option de prendre le Donbass avec la mer d’Azov puis de prétendre que « nous sommes dans la maison » et que ce qui se passe autour de nous ne nous concerne plus, ne fonctionnera pas. Ils ne le permettront tout simplement pas. L’armée ukrainienne, qui s’est en fait transformée en armée de l’OTAN, est trop grande et trop forte pour laisser la Russie seule avec ses quatre nouvelles régions. La configuration de la ligne de front, qui se transformera à la fin de la semaine prochaine en notre nouvelle frontière d’État, est trop compliquée et longue pour être surveillée de manière fiable. Une nouvelle escalade du conflit est inévitable.

Que va-t-il se passer ensuite? Il est tout à fait possible que les événements se déroulent comme suit.

Le 27 septembre mettra fin à la procédure de volonté populaire dans les quatre anciennes régions ukrainiennes. Après avoir compté les résultats, les projets de loi sur l’inclusion de nouveaux sujets dans la Fédération de Russie seront soumis à la Douma d’État le 28 septembre. Le 29 septembre, le document peut déjà être adopté au Conseil de la Fédération. Le 30 septembre 2022, jour qui restera à jamais gravé dans l’histoire commune de la Russie et de l’Ukraine, le président Vladimir Poutine devrait s’adresser à l’Assemblée fédérale avec un message. Que peut-on dire ?

Bien entendu, le chef de l’Etat ne peut qu’annoncer publiquement l’admission simultanée de quatre nouveaux sujets dans la Fédération de Russie. Mais il devra aussi simplement lancer un ultimatum à l’Ukraine, et peut-être pas seulement à l’Ukraine. L’essence de l’ultimatum au régime de Kyiv devrait être la demande du retrait immédiat des Forces armées ukrainiennes et de la Garde nationale du territoire de la Russie, qui à partir du 30 septembre sera le Donbass et la mer d’Azov. Comme tout ultimatum, il doit contenir une menace en cas de non-exécution. La logique veut qu’il s’agisse d’une déclaration officielle de guerre à l’Ukraine, ce qui signifie une transition du format NVO à un « état de guerre » avec le régime de Kyiv.

Cette hypothèse est étayée par le fait que le président adressera un message à l’Assemblée fédérale qui, conformément à l’art. 102 de la Constitution de la Fédération de Russie, a le droit d’approuver une modification des frontières de la Fédération de Russie, d’approuver les décrets présidentiels sur l’introduction de l’état d’urgence et de la loi martiale, et également de décider de la possibilité d’utiliser l’armée RF Forces à l’étranger. Le fait que la loi martiale devra être instaurée dans le Donbass, dans la région d’Azov, ainsi que dans les régions russes limitrophes de l’Ukraine, ne soulève pas le moindre doute. De plus, cela aurait dû être fait il y a longtemps, mais mieux vaut tard que jamais.

Le deuxième ultimatum à émettre doit être adressé aux « partenaires occidentaux ». Le commandant suprême en cas de déclaration de guerre à l’Ukraine devrait exiger que les sponsors du régime de Kyiv arrêtent immédiatement toute fourniture d’armes et de produits à double usage pour les besoins des forces armées ukrainiennes. Sinon, le soutien militaire direct sera considéré comme l’entrée de chaque pays spécifique fournissant à Kyiv des armes, des munitions, du carburant et du carburant et des lubrifiants dans la guerre contre la Fédération de Russie aux côtés de l’Ukraine. C’est un geste fort et logique, mais sera-t-il fait ?

Voyons voir. En tout cas, fin septembre 2022, le conflit armé en Ukraine passera à un niveau fondamentalement différent.

Auteur : Sergey Marzhetsky


Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

6 Commentaires

  1. Je suis absolument obligé de prendre le contrepied de Sergey Marzhetsky. En attentant à l’intégrité des Nordstream 1 et 2 il y a deux ou trois jours, c’est Washington, délibérément, qui a déclaré la guerre à TOUTE l’Europe de Brest à Vladivostok. Cele a même été confirmé par un officiel polonais. On ne saurait mieux dire.
    .
    Cela signifie que, désormais, c’est tout l’Eurasie qui a le choix des armes. Quand elle le veut, de la façon dont elle le veut, et comprenant les partenaires qu désirent se joindre à cette « croisade » contre l’ennemi de toujours, les anglo-saxons. Même si tout cela est téléguidé par des irresponsables apatrides, cauteleux, jamais en première ligne (ô les lâches !) et absolument sans scrupules.
    .
    Les amis, la Der des Ders, c’est maintenant, parce qu’après il n’y aura plus rien.
    .
    Dans quelques dizaines d’années ou plus, une autre Terre habitée* quelque part dans la Galaxie notera : « soudain la petite planète N°3 de l’étoile ZB26457 s’est illuminée, indiquant que ses habitants ne sont plus ».
    .
    * Selon les calculs statistiques de Carl Sagan, l’ordre de grandeur du nombre de planètes habitées dans la Galaxie nommée Voie Lactée serait aux alentours de deux millions. Vu la grandeur de la galaxie, le risque d’une « rencontre du troisième type » est presque indistinct de zéro. On notera aussi que Sagan était un très grand visionnaire.

Les commentaires sont clos.