Les médecins, sont-ils les nouvelles «putains» de l’air du temps ?

Bon an mal an et jusqu’à un passé récent, les médecins avaient au fond une assez bonne réputation. Ils étaient perçus à la fois comme compétents et altruistes. De même que «Monsieur le curé» et l’instituteur, le «docteur» était lui aussi considéré comme une autorité morale, une sorte de «garde-fou» sur lequel, quand tout allait mal, on pouvait compter. Or, en l’espace de deux petites générations (en gros, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale), la perception du grand public à leur égard aura radicalement changée. Ils sont aujourd’hui, dans l’ensemble, considérés- hélas, à juste titre- comme des sortes de « larbins en chefs » du système, toujours prêts à ramper devant la dictature du moment. Oui, ces dernières décennies, les médecins n’auront fait qu’osciller entre l’appât du gain d’un côté et  un lâche conformisme de l’autre, ils auront systématiquement raté le train de l’histoire. Bref, ils n’auront fait que s’aplatir devant le diktat du moment.

Je propose, en m’appuyant sur quatre exemples simples, d’essayer de convaincre les bonnes âmes qui seraient encore bercées d’illusions…

1) Dans les années trente en Allemagne, la majorité des médecins s’est couchée avec zèle devant les thèses abominables de Hitler, en soutenant le parti nazi. https://www.universalis.fr/encyclopedie/la-medecine-nazie-et-ses-victimes/

C’est seulement après la capitulation du Troisième Reich que l’ordre des médecins allemand a fait semblant de condamner les thèses eugénistes qu’il n’avait pourtant cessé de soutenir auparavant.

 

2) Dans les années soixante-dix, et notamment en France, les médecins se sont quasiment tout de suite carpétisés devant les lobbys féministes en approuvant (contre l’évidence biologique) la légalisation du meurtre des enfants-à-naître (avortement). Certes, il y a aura eu quelques exceptions notoires (qui confirment la règle) comme le grand professeur Jérôme Le Jeune, père de la génétique moderne ou encore le docteur Xavier Dor.

https://www.hommenouveau.fr/2814/tribune-libre/et-si-les-medecins-s-etaient-opposes-a-la-loi-veil-brdu-17-janvier-1975—un-medecin-temoigne.htm

 

3) En 2018, la radio allemande « Deutschlandfunk » (j’avais écouté l’émission en direct) rapportait que 70% des chirurgiens allemands – et ce chiffre est très probablement le même dans les autres pays occidentaux- ne se laisseraient pas opérer s’ils étaient à la place de leurs patients. En clair, cela signifie que dans 70% des cas, les chirurgiens n’opèrent que pour gagner….du fric (Eh oui).

 

4) Depuis 2021 et jusqu’à maintenant, ils se couchent devant les directives de la dictature de l’hygiène (contre l’évidence des chiffres et du bon sens). Ici encore, outre leur lâcheté et leur incapacité à lutter contre la pression du groupe médiatique dominant,  l’appât du gain jouera un rôle primordial. Rappelons que certains d’entre eux ont gagné (et cela continue aujourd’hui) de véritables fortunes en vaccinant «à la chaîne». Notons, qu’il en va de même pour les pharmaciens qui s’en sont mis « plein les poches » avec les tests covids payants…Certes, dans certains cas, il est difficile de ne pas faire «la pute»…(triste circonstance atténuante, hein…)

 

Alors, me direz-vous : «oui, mais les toubibs ne sont pas les seuls à ramper devant la dictature». Certes, ils ne sont pas les seuls. Avec eux, nous trouvons, en effet, la grande majorité des journalistes, politiciens, et autre «philosophes» de l’establishment, de même d’ailleurs que l’occidental moyen, bref, « Monsieur tout le monde ».

En revanche, les médecins sont bien les seuls à avoir la connaissance qui aurait dû leur permettre de dénoncer cette dictature de l’hygiène qui écrase sous nos yeux l’humanité; chose qu’ils ne font pas. C’est pourquoi, nous sommes en droit d’attendre d’eux, un peu plus que leur pitoyable suivisme docile, saupoudré de soumission au fric. Et c’est pourquoi, il est de notre devoir de leur témoigner ouvertement notre mépris et notre colère. C’est justement par respect à l’endroit des grands thérapeutes de l’histoire qui parfois ont donné leur vie pour sauver leurs patients, que nous devons condamner sans ambages ce vil asservissement « participatif » des médecins contemporains. Ne pas le faire, serait une faute, car seul le courage de la vérité pourra (peut-être) un jour crever l’abcès; condition «sine qua non» à tout renouveau.

 

Jean-Pierre Aussant

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

A propos Jean-Pierre Aussant

Je suis l'auteur des essais "le complot inconscient" (génocide participatif du sexe masculin) et "l'instrumentalisation du corona" (objectifs civilisationnels et anthropologiques à long terme). Je publie en outre dans diverses revues en France et en Allemagne.

20 Commentaires

  1. Il y a trente-quarante ans j’ai pu rencontrer certains médecins particulièrement humains. Entre-temps le recrutement a changé, je pense que ce genre de rencontre devient difficile. Comme dans d’autres branches, c’est l’enseignement, assorti d’énormes contraintes, qui a ce résultat.
    .
    Je me souviens d’un chirurgien-dentiste particulièrement humain, déjà âgé. Il m’avait confié que la nouvelle génération de praticiens se fichait bien du patient ! Il suffit de penser à ce que les orthodontistes d’aujourd’hui proposent, et dont pour le coup un ami médecin à l’ancienne mode m’assurait qu’intervenir au niveau des dents pouvait irrémédiablement démolir tout l’assemblage des vertèbres, ce qui conduisait à faire intervenir… des podologues !
    .
    Quant aux charlatans que sont trop souvent les pédiatres, leur responsabilité est grande, car ils peuvent mettre en l’air des vies entières ! Certains le font…..

  2. De mon avis, pas tous mais une majorité oui, accrocs au fric. Je ne leur fais absolument plus confiance.

  3. Les médecins sont des chefs d’entreprises. Comme tout chef d’entreprise le but est de faire du fric. Ne croyons pas que ce sont des « saints hommes » !

  4. Un texte d’une vérité froide et absolue.https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  5. Mon frére estropié Vax a décidé d’enmener un marqueur chez son
    Psy Raciste Vax…(n’accepte que les Vax)
    pour ecrire dessus (affiche) Dr. Mengele !

    Il fut un temps, où on étais entre de bonnes mains(celles des médecins)
    Actuellement, on est entre de trés mauvaises mains.

    • Ah tiens, on pourrait même préparer des papiers autocollants format A5, avec le nom Dr MENGELE en lettres dorées (surtout), ce serait facile à apposer, rapide, et anonyme… et chez tous les médecins qui imposent ce préalable, hop !

  6. Les professions libérales,la politique et la religion attirent les psychopathes car ces professions leur permettent d’assouvir leur besoin de domination (Médecine, avocats, huissiers, notaires, etc).
    Ces professions sont protégées et privilégiées par le pouvoir car il voit en elles un paravent protecteur.
    Elles ont, par ailleurs, leurs propres organes de justice sous la forme d’ordre corporatiste relevant du système social féodal.
    Ainsi, si l’on considère que les psychopathes représentent 2 à 3 % de la population, je ne suis pas loin de penser qu’ils pourraient représenter 50 % sinon plus des castes libérales.

  7. – Voilà bien un métier technologiquement obsolète.
    Si bien programmée, la robolution A.I couplée à l’imagerie médicale ferait infiniment mieux que tous ces charlatans.

    – Quand on connait la capacité d’analyse des systèmes informatiques actuelles. Quand on connait la réactivité instantanée des micro-lasers. Quand on connait la précision des robots fabricant les micros puces électroniques. On se dit que tout est là et bien là, pour que médecins généralistes, spécialistes, chirurgiens et autres traversent la route et tiennent compagnie à la horde d’OS de pole emploi.

    Ps: A l’heure actuelle j’ai plus confiance en mon grille pain qu’en mon médecin.
    Mon dieu, quelle décadence !

  8. Moi aussi j’ai perdu toute la confiance que j’avais dans la médecine et les médecins.
    La « crise du Covid » m’a permis de constater à quel point cette profession est vendue.
    Je le savais pour un certain nombre de ses membres, mais je me refusais à en faire une généralité.
    Mais depuis 3 ans, j’ai pu constater que ces gens-là sont encore plus lâches que les autres, parce qu’ils ont davantage à perdre. Un médecin qui oserait se fâcher avec l’Ordre ou avec les autorités perdrait tout. Pour deux ou trois noms qui ont eu le courage de résister et qui n’ont pas fini par se coucher, l’immense majorité a tout accepté, les mesures les plus idiotes comme les autres. Ne pas faire de vagues, surtout.
    Certains y ont cru, comme beaucoup de gens qui ne sont pas médecins. La « crise » leur a permis d’endormir leurs scrupules grâce aux opportunités de gagner davantage, et s’ils n’ont pas été capables de s’instruire avec des études non pipées, du moins ils ont gardé le sentiment de ne pas avoir fait le mal.
    Mais les autres, ceux qui n’y ont pas cru ? Comment ont-ils pu « vaxxiner » les patients, en sachant ce qu’ils faisaient ? Je n’ai pas entendu dire que le nombre de suicides chez les médecins ait spécialement augmenté. Comment ont-ils pu supporter de faire injecter des palliatifs inutiles et mortels à des gens sous prétexte d’engorgement des hôpitaux, quand ils savaient pertinemment que ce prétexte était faux ?

    J’ai deux médecins dans ma fratrie. Et j’ai honte pour eux. J’ai honte de ma famille qui les soutient quoi qu’ils aient pu faire.
    Leur devoir était de s’informer SERIEUSEMENT sur le problème au lieu de se laisser entraîner dans une comédie appelée « pandémie » pour affoler les gens. Eux, ils en ont profité.
    Ce sont des vendus, qui ne méritent que la corde.

    • https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

      Un médecin qui ose dire « je ne savais pas » est un menteur.

      – Dés le début ce fut absolument du n’importe quoi !
      Que même le profane pouvait voir, alors pour l’homme dit de l’art…

      – Il serait juste qu’il dise « je n’ai pas voulu voir ».

  9. Ceci dit, merci à l’auteur qui exprime tout le dégoût que nous éprouvons pour cette profession désormais déshonorée. Son titre est parfait.

    Je ne suis pas capable de juger de ce que disent certains médecins comme Delépine ou même Raoult et quelques autres. Eux du moins ne se sont pas couchés devant les menaces et la guerre d’information visant à les démolir. Il est normal dans un milieu scientifique que les avis diffèrent. Par contre l’unanimité de l’immense majorité des médecins avec les médias, les politiques et les grands labos est la plus grande honte de cette profession.

    Oui, nous savons tous maintenant que notre médecine est une médecine de collaboration.

    Si demain les gouvernements s’entendent pour euthanasier une partie des populations, nous savons tous ce que feront les médecins : Ils obéiront. Sans aucune honte. Du moment qu’on les paie…

  10. En parlant de collabo,
    Quelqu’un aurait-il le nom de cet héroïque médecin qui n’assume pas ses propres écrits et traite les réseaux sociaux de « poubelle » ?

    https://echelledejacob.blogspot.com/2022/07/55-plaintes-deposees-contre-un.html#more

  11. le §2 n’est pas dans la nuance qu’on pourrait attendre.
    Le droit à la possibilité d’interrompre une grossesse doit demeurer, avec le cadre nécessaire.

    En revanche, tuer nombre de jeunes hommes adultes -parfaitement advenus- lors d’une guerre ou d’une rixe pour des motifs purement de domination me semble un sujet autrement préoccupant.

    • Certes, certes, il y a des cas de force majeur. Mais le confort ,dans ce cas, n’a nullement sa place.
      L’avortement n’est pas un moyen de contraception, surtout depuis la « pilule du lendemain » efficace jusqu’à 5 jours.

Les commentaires sont clos.