Interpol: «Les armes militaires et lourdes d’Ukraine seront disponibles sur le marché criminel»

Source Observateur-Continental

Le conflit en Ukraine alimente le marché noir des armes de guerre. Des responsables d’Interpol ont mis en garde les autorités internationales de cette évolution. Les Etats-Unis, ayant décidé d’envoyer en masse des armes de guerre avec d’autres pays occidentaux à Kiev, l’Ukraine est devenue une plaque tournante du business des armes grâce aux réseaux criminels. Ces armes de guerre sont déjà en train d’alimenter diverses organisations criminelles à travers l’Europe et le monde.

Certaines de ces armes se retrouvent entre les mains d’autres armées et milices que les Etats-Unis n’avaient pas l’intention d’armer sans oublier les bandes se trouvant en France ou dans d’autres pays de l’UE alors que la France est déjà dans une situation très délicate en raison de la crise actuelle et de la partition du pays dans lequel une guerre civile couve.

Les armes de guerre destinées à l’Ukraine alimentent les pays européens. Interpol redoute cette évolution et s’inquiète de voir les armes envoyées en Ukraine pour participer à l’effort de guerre terminer à termes entre les mains de criminels. «La grande disponibilité d’armes pendant le conflit actuel entraînera la prolifération d’armes illicites dans la phase post-conflit», a déclaré, selon TF1, Jürgen Stock, le secrétaire général d’Interpol devant l’Association de la presse anglo-américaine à Paris, rajoutant: «Les criminels sont déjà en train, en ce moment même, de se concentrer sur cela».

Le média français rapporte qu’il voit dans l’Union européenne «une destination probable pour ces armes, car les prix de ces armes à feu sur le marché noir sont nettement plus élevés en Europe, notamment dans les pays scandinaves». «Même les armes qui sont utilisées par les militaires, les armes lourdes, seront disponibles sur le marché criminel», «les criminels dont je parle opèrent au niveau mondial, donc ces armes seront échangées à travers les continents», a averti Jürgen Stock . 

Nous avons sous-estimé le danger. La chef d’Interpol, Catherine De Bolle, est allée encore plus loin quelques jours avant en avertissant que les pays européens risquent de connaître «des niveaux de violence dans les rues européennes comme nous n’en avons jamais vus auparavant». Dans un entretien à Die Welt, Catherine De Bolle a déclaré vouloir empêcher que des armes en provenance d’Ukraine ne soient distribuées à travers l’Europe par des gangs criminels après la guerre [en Ukraine] car pendant longtemps, les autorités ont sous-estimé le pouvoir du crime organisé. Elle annonce que «nous avons sous-estimé le danger» en précisant que son organisation a intercepté des communications en France, notamment: «L’enquête a commencé en France et aux Pays-Bas. Nous avons aidé à accéder aux communications. Cela nous a donné un aperçu complètement nouveau de la façon dont le crime organisé met en danger la sécurité en Europe, l’Etat de droit et la démocratie».

Jurgen Stock, a insisté sur la nécessité de créer des bases de données, retraçant le sort de chaque fusil ou missile envoyé en Ukraine.  La situation actuelle va renforcer la position des groupes criminels organisés qui se mondialisent de plus en plus. De son côté Catherine De Bolle a tenu à spécifier: «Un jour la guerre finira et nous voulons empêcher la situation qui s’est développée, il y a 30 ans pendant la guerre des Balkans». Selon elle, «les armes de cette guerre sont encore utilisées par des criminels».

CNN faisait savoir en avril dernier que les Etats-Unis ne savent pas vraiment ce que deviennent les armes envoyées en Ukraine. Le média américain précise que «c’est un risque conscient que l’administration Biden est prête à prendre». Un haut responsable de la défense [des Etats-Unis] a déclaré qu’il s’agissait «certainement de l’approvisionnement récent le plus important d’un pays partenaire dans un conflit», mais «le risque, selon les responsables américains actuels et les analystes de la défense, est qu’à long terme, certaines de ces armes se retrouvent entre les mains d’autres armées et milices que les Etats-Unis n’avaient pas l’intention d’armer». 

CNN avertissait déjà qu’ avec la guerre en Afghanistan «inévitablement, certaines armes se sont retrouvées sur le marché noir, notamment les missiles anti-aériens Stinger, du même type que les Etats-Unis fournissent actuellement à l’Ukraine». Les Etats-Unis se sont précipités pour récupérer les Stinger après la guerre soviétique en Afghanistan, mais ils n’ont pas réussi à tous les trouver. Lorsque les Etats-Unis ont, eux-mêmes, envahi l’Afghanistan en 2001, certains responsables ont craint qu’ils ne soient utilisés par les talibans contre les Etats-Unis. 

Le problème n’est pas propre à l’Afghanistan. Des armes vendues à l’Arabie saoudite et aux Emirats arabes unis (EAU) se sont retrouvées entre les mains de combattants liés à Al-Qaïda et à l’Iran. Le risque qu’un scénario similaire se produise en Ukraine existe également, a reconnu le responsable de la défense. «Déjà en 2020, l’inspecteur général du ministère de la Défense des Etats-Unis a publié un rapport faisant part de ses inquiétudes quant à la surveillance de l’utilisation finale des armes envoyées en Ukraine», rapporte CNN. Mais, étant donné les besoins à court terme presque insatiables des forces ukrainiennes en plus d’armes et de munitions, le risque à long terme que des armes se retrouvent sur le marché noir ou entre de mauvaises mains a été jugé acceptable, a déclaré le responsable. 

Ces armes peuvent ainsi être utilisées, par exemple, par ceux en France qui se préparent à la guerre civile. Henri Guaino, suite aux événements du Stade de France avertissait: «La guerre civile peut nous arriver». 

Pierre Duval

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

17 Commentaires

  1. Les Etats-Unis ont décidé de franchir une nouvelle étape dans leur guerre par procuration contre la Russie: Ils ont, après quelques simagrées d’hésitations, décidé de livrer à l’Ukraine des « MLRS – Multiple Launch Rocket System – Lanceurs de missiles multiples » à longue portée. La portée des missiles va jusqu’à 300 km selon les missiles employés.

    On voit sur une carte qu’un MLRS muni de missiles de portée maximale (300 km) opérant depuis des zones pour le moment contrôlée par Zelensky, peut atteindre la Russie à Briansk, Kursk, Belgorod et Oriol, Sebastopol en Crimée, etc

    Bien entendu Zelensky pour s’attirer les bonnes grâces de ses sponsors américains a « promis » de ne pas utiliser ces MLRS pour « frapper en Russie ». On sait ce que valent les promesses de Zelensky qui envoie à la mort, selon ses propres déclarations la semaine dernière « environ 100 ukrainiens par jour »!

    En Russie, on prend la mesure de la menace et nos forces ont très fortement augmenté le rythme et la puissance des frappes de missiles pour détruire un maximum d’infrastructures de transport grâce auxquelles les MLRS et autres matériels peuvent circuler en Ukraine. Ponts, tunnels, noeuds ferroviaires et dépôts de carburant sont détruits. Malgré tout il est clair qu’une partie du matériel peut circuler, et la Russie a fait une mise en garde très claire qui s’adresse non seulement à Zelensky, mais aussi et surtout à ses sponsors occidentaux:

    L’ancien président Medvedeev, actuel secrétaire adjoint du Conseil de Sécurité, a ainsi déclaré hier:

    Dans le cas où des types d’armes [fournies par les États-Unis] seraient utilisées contre le territoire russe, les forces armées de notre pays n’auront d’autre choix que d’agir pour détruire les centres de décision. Tout le monde comprend de quel type de centres il s’agit – le ministère de la Défense, l’état-major général et tout le reste. Mais vous devez comprendre que les centres de décision finale dans ce cas, malheureusement, ne sont même pas situés sur le territoire de Kiev. Il s’agit donc certainement d’une menace dont il faudra tenir compte.

    Les choses sont donc claires: Les « centres de décision » seront frappés, même s’ils sont hors d’Ukraine. Cela concerne bien entendu les Etats-Unis qui fournissent ces MLRS, mais on peut considérer que si une frappe était ordonnée contre un centre de décision situé aux Etats-Unis, d’autres le seront également contre les pays de l’OTAN qui sont la courroie de transmission des américains en Europe. Et puis on n’oublie pas ici que la France fournit des canons Caesar à longue portée à l’Ukraine et que l’Angleterre elle aussi envoie des systèmes MLRS!

    Car soyons clairs: Si les Etats-Unis fournissent à l’Ukraine (et justement ils le font!) des armes capables de frapper la Russie, ils seront responsables de leur usage contre la Russie, qui n’aura alors pas d’autre alternative que d’en tirer les conséquences sur le plan militaire. Et la Russie n’a ni les moyens ni l’envie d’une guerre longue contre les Etats-Unis et l’OTAN, elle aura donc l’obligation d’utiliser des moyens non conventionnels (Il ne s’agit pas forcément de frappes nucléaires, la Russie ayant à sa disposition d’autres armes qui lui sont uniques actuellement) pour frapper massivement et fort, pour sa simple survie.

    Au Kremlin on est quasiment certain que les Etats-Unis ne riposteront pas autrement que par de violentes déclarations et menaces si la Russie est obligée de lancer une attaque ciblée contre des objectifs situés aux Etats-Unis. A part quelques irresponsables hystériques comme l’ancien ambassadeur américain MacFaul qui propose de lancer des frappes nucléaires contre la Russie, les déclarations de la plupart des hauts responsables américains semblent bien montrer d’une part qu’ils en sont conscients, et d’autre part qu’ils ne veulent pas entrer en guerre contre la Russie.

    C’est d’ailleurs ce que Biden lui-même a déclaré à plusieurs reprises. On peut alors se demander pourquoi il a finalement accepté de livrer ces MLRS à Zelensky. Il est clair que Biden n’est qu’une marionnette aux mains de certaines structures, lui a t’on imposé ces livraisons? Quoiqu’il en soit, si Zelensky frappe la Russie, ces questions n’auront plus grande importance: La Russie frappera massivement ceux qui ont livré le matériel. (Brave petit mouton la deuxième guerre mondiale ne vous a pas servi de leçon les ricains été encore inplique encore et toujours avec bien sûr les English quand je voie le cinéma qu’il vienne de faire pour l’anniversaire delà raine des conne sincèrement poutine c’est très bien qui fou la merde dans ce monde qu’il s’occupe d’eux on dira dommage collatérale il n’a pas de fumé s’en feu DE TOUTE FAÇON)

  2. – Avec tous les précédents de « realpolitik » américaine, le simple fait d’envisager que tout cela ne fut pas prévu, ni planifié, est d’une stupidité sans nom.

    Comme disait Roosevelt, « en politique, rien n’arrive par hasard »*. L’ennemi de l’Europe s’est dissimulé en Amérique et il porte le feu et le sang jusque dans nos foyers.

    Bonne guerre à tous, Ordo ad Chao.

    *) https://citations.ouest-france.fr/citation-franklin-delano-roosevelt/politique-rien-arrive-hasard-chaque-18499.html

  3. Profitez-en, en ce moment c’est 2+1 gratuite, avec en prime une petite grenade à fragmentation! Offre à durée limitée et soumise à conditions. Les articles ne seront ni repris ni échangés. Pour toute réclamation, écrire à bin@nato.int

  4. Salutations.

    Déjà disponible à Nantes, quartier Malakoff et Bellevue. Du français, de l’US et du tchèque. Certifié neuf import Ukraine.

    Bon courage à tous !

Les commentaires sont clos.