Ma chère liberté

Les remontées mécaniques dans les stations de ski exigeront le pass sanitaire. Si cela entraîne une discrimination supplémentaire alors même que les vaccins ne freinent en rien la circulation du virus, cela va aussi entraîner une pénurie de saisonniers semble-t-il. Beaucoup ne sont pas vaccinés et n’auront pas forcément l’envie de le faire ni les délais suffisants en cas d’acceptation. Bref, encore un pan de l’économie qui va souffrir, au même titre que les lieux de culture, les cafés et les restaurants pour ne citer qu’eux. Mais, pour ceux qui tiennent bon, la montagne peut aussi apporter son lot de bien être en dehors du ski. L’air pur, les balades en raquettes, le ski de fond, bref, les plaisirs sont multiples sans être soumis au pass, il ne faudrait pas l’oublier.

Suite aux annonces jubilatoires d’un Olivier Véran gonflé à bloc, les tests ne seront plus valables que 24 heures, le pass désactivé sans troisième dose dans les délais, bref c’est un vrai durcissement. Durcissement qu’il a d’ailleurs essayé de faire passer pour un cadeau puisqu’il l’a précisé, nous aurions pu être reconfinés mais le Gouvernement, dans son immense mansuétude, n’a pas retenu l’option. Une infantilisation abjecte qui devrait un jour venir sonner comme une alerte aux oreilles de ceux qui sont entrés dans cette spirale infernale. Mais une chose m’échappe, pourquoi alors ne pas rendre la vaccination obligatoire pour tous ?

Après avoir fait peser sur les non-vaccinés la responsabilité de la reprise épidémique, avant que cette absurdité ne s’effondre d’elle-même (merci Jean Castex au passage, magistral), il leur est attribué l’encombrement des services hospitaliers mettant en péril la vie d’autres malades. Sauf que les vaccinés sont de plus en plus nombreux à l’hôpital et pas seulement parce qu’ils sont majoritaires en France mais parce que la protection vaccinale ne dure qu’un temps assez limité. Alors en effet, une vaccination obligatoire serait plus simple que de stigmatiser et d’inventer des mesures absurdes à l’encontre des réfractaires. Mais voilà, lorsque vous vous faites vacciner, vous signez un consentement libre et éclairé qui précise que vous êtes également au courant des risques liés à la vaccination. Cet acte volontaire dédouane l’Etat et le fabricant (déjà dédouané par contrat…) et ne ferait pas forcément les affaires du Gouvernement en cas de problèmes…et il y en a.

J’ignore si cela en est la raison profonde, mais je ne peux expliquer cette fausse obligation acharnée et faite de contraintes, de mépris et d’insultes, que de cette façon. La situation en devient néanmoins de moins en moins tenable. Entre les émeutes, en particulier aux Antilles mais aussi en Europe, la faiblesse des vaccins, c’est la dégringolade. Rappelez-vous de Jean Castex, Olivier Véran et les autres, Anthony Fauci, Joe Biden et les autres, annoncer il y peu encore que si l’on était vacciné il était impossible que l’on soit contaminé. Les mensonges, sans doute liés à la propagande des laboratoires en question, s’enchaînent et brisent la confiance. Et la seule réponse n’est pas la reconnaissance des erreurs commises mais la fuite en avant. Une stratégie dangereuse et explosive qui pourrait bien se retourner contre les prédicateurs.

Sylvain Devaux

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

9 commentaires

  • Radagast

    Si il n’y avait pas tant de cons qui imaginent sérieusement que le vaccin sauve plus de vies qu’ils n’en coute.
    Si il n’y avait pas tant de boulets qui ne veulent pas trop se faire vacciner, mais qui décident de le faire pour pouvoir aller dans un bar ou au cinéma.
    Si il n’y avait pas tant de mesquins qui acceptent d’utiliser le pass sanitaire même si ça implique de discriminer toute une partie de la population.
    Si il n’y avait pas tant de lâches qui cautionnent par leurs actes et leur soumission des lois indignes et liberticides.

    Mais il y en a tellement… Et le pire, c’est qu’ils arrivent à se convaincre qu’ils sont « responsables », « philanthropes » et que c’est ceux qui ne font pas comme eux les méchants et les idiots…

    L’âge moderne représente le triomphe de la médiocrité collective. Gustave Le Bon.

    • M.G.

      Idiocratie, c’est certain, aujourd’hui nous avons les deux pieds dedans …

      M.G.

    • userseb

      à leur décharge, le système éducatif ne forme pas à l’esprit critique. Cela serait trop dangereux pour le pouvoir en place.
      Il manque une éducation populaire (politique) aux jeunes gens pour disposer des outils d’analyses.
      mais comment faire à grande échelle????

      • Radagast

        C’est un peu facile quand même, de mettre en cause le système éducatif.

        Mais on peut également dire qu’on peut mener un âne à l’abreuvoir, on ne peut pas le forcer à boire.

        Quand j’étais jeune déjà, il y a quelques décennies, combien de mes « camarades » disaient à qui voulait l’entendre que les maths ça servait à rien dans la vie de tous les jours, que de savoir à peu près bien écrire, c’était pas ce qui leur donnerait un bon travail, que le bac était le « Brevet d’Aptitude au Chômage » en se croyant spirituel ?

        Combien se trouvaient des excuses plutôt que de faire des efforts ? Et pourtant, les profs nous disaient que la culture, c’est pas seulement pour se trouver un « boulot qui paye »… A cette époque déjà, les grandes découvertes scientifiques ne valaient rien dans l’esprit des gens comparé à Platini qui marque un but, et Joel Bats était bien plus célèbre en France que ne l’a jamais été le professeur Barnard.

    • ALF

      Pour rebondir sur votre propos, en suisse des cons on en a aussi notamment chez nos politiques. Tenez par exemple le Conseiller d’état du Canton de Genève responsable de la santé a tenu les propos suivant dans la presse:

      « On a vu émerger une frange de la population (les non vaccinés ndlr) peu capable d’analyse, ce qui interroge sur notre démocratie directe. Ces gens raisonnent en slogans, lisent les manchettes et pas les articles. Or ils votent »

      C’est édifiant n’est-ce pas ? il faut s’attendre à ce que les non vaccinés soient bientôt privés de leur droit de vote

  • M.G.

    Les stations de ski, comme le reste : BOYCOTTE !
    Quand les poltrons collabos en auront assez de voir leur chiffre d’affaire fondre comme neige au soleil ils se mettront peut-être à réfléchir …

    M.G.

  • Absolument. Sylvain le dit avec justesse: la montagne offre bien d’autres avantages.
    Mais… pas d’accès au resto de la station, au bar, … Il y a bien évidemment moyen de faire autrement, comme nous le faisions bien avant le développement des stations d’hiver. On portait les thermos et les sandwichs maison.
    Il y a aussi le ski de randonnée, voire le ski de fond hors pistes si on ne se met pas bêtement en danger. Les randonnées, le farniente…

Laisser un commentaire