Covid, l’overdose

Première dose, seconde dose, troisième dose et même quatrième dose envisagée, c’est « open bar » sur les vaccins dont l’efficacité toute relative décroit à vitesse grand V. Imaginez bien également que votre fameux pass sanitaire, celui qui vous donne droit à travailler et avoir un semblant de vie sociale, risque d’y être corrélé. Pas de dose, pas de pass… et personne ne peut prévoir combien il en faudra, mais certainement beaucoup.

Mais c’est sans doute insuffisant, d’autant que certains laboratoires n’ont pas eu leur part du gâteau. Enfin, en dehors de ceux que l’on connait et qui produisent des vaccins, il y a aussi eu Gilead et son fameux Remdesivir, reconnu dangereux et inefficace contre le Covid (OMS). Bien que ces points aient été connus et que le traitement soit vendu 2 340 dollars aux Etats-Unis (sic), l’Europe en aura commandé 500 000 doses, je vous laisse faire le calcul.

Cette fois ça y est, puisque les molécules anciennes et bon marché ont été écartées, c’est le laboratoire Merck qui dégaine son traitement. Une « pilule miracle » censée prévenir des formes graves de la maladie et en complément des vaccins. Pourquoi pas mais si la France a déjà passé commande de 50 000 d’entre elles, il est sans doute bon d’en préciser le coût. Il est de 700 dollars, soit environ 600 euros. Pas le traitement, non, LA PILULE !

Le gâteau n’était donc pas assez gros, après les vieux, les jeunes, les enfants, bientôt les tout petits, le nombre de doses croissant, voici maintenant les pilules. L’overdose nous guette, en nous asseyant pour longtemps sur nos libertés et notre secret médical, mais elle va continuer à alimenter généreusement les laboratoires.

Sylvain Devaux

2 commentaires

Laisser un commentaire