La modification artificielle du ciel

La modification artificielle du ciel

Bonjour, ayant remarqué que l’éclaircissement de cette question stagne de façon presque atemporelle et anticipant qu’avec la crise actuelle ce n’est pas près de changer, voici tout-de-même quelques pistes de réflexion sur un sujet qui, laissé à l’abandon, pourrait bel et bien nous exploser à tous à la figure dans un jour pas si lointain : il s’agit de la modification artificielle du ciel, officiellement en rapport avec la lutte contre le réchauffement climatique ; bien qu’il existe également des théories officieuses d’après lesquelles le but recherché serait d’ordre militaire et consisterait en une modification de la propagation des ondes radiophoniques (nous ne traiterons pas ici de ces dernières théories mais seulement de la version officielle qui résulte déjà suffisamment croustillante pour un premier abord). Voici donc quelques citations extraites d’articles visant à titiller la curiosité d’un lecteur raisonnable.

 » asperger le ciel de produits chimiques et de microparticules réfléchissantes, capables de repousser le rayonnement solaire et de refroidir la planète « 

La tentazione della geoingegneria si fa strada a Washington

 » L’ensemencement des nuages modifie la quantité et le type de précipitations, principalement la pluie, en dispersant des produits chimiques, tels que l’iodure d’argent ou l’azote liquide, qui agissent comme des agents de condensation dans les nuages. « 

Meteo: PIOGGIA ARTIFICIALE. Ora è ufficiale proviamo a modificare il TEMPO!

 » Les aérosols sulfatés que l’on voudrait développer, afin d’augmenter la capacité de l’atmosphère à réfléchir la lumière solaire, reproduisent un processus qui se produit naturellement lors des éruptions volcaniques. « 

Geoingegneria: un rischio per miliardi di persone

 » les aérosols stratosphériques, qui sont fabriqués en injectant des nanoparticules métalliques (aluminium et baryum) dans l’atmosphère pour augmenter sa capacité à réfléchir le rayonnement solaire et réduire la température à la surface du globe « 

La geoingegneria non è matura, sul clima serve un accordo politico

 » Les « nuages artificiels » proviennent de l’accumulation de polluants et reflètent une partie de l’énergie solaire. « 

Nuvole artificiali più riflettenti, il piano B della geoingegneria

 » un avion s’envole pour cibler les nuages situés à 5.000 mètres d’altitude. L’engin les ‘asperge’ d’une solution d’acétone et d’iodure d’argent, préparée par le secrétariat de l’Agriculture. « 

https://fr.businessam.be/le-mexique-modifie-la-meteo-via-son-armee-pour-lutter-contre-la-secheresse/? » le principal enjeu reste le coût relativement faible de ces solutions, qui permettrait leur application incontrôlée par une multitude de pays. « 

Si torna a parlare di geoingegneria contro il riscaldamento globale

Voici maintenant un exemple historique croustillant qui nous donne un aperçu des capacités et de la mentalité des décideurs politiques : https://lesbrindherbes.org/2013/10/25/operation-lac-epandage-de-zinc-et-de-cadmium-sur-la-population-en-1959/?

Enfin, pour celles et ceux qui voudraient creuser un peu plus le sujet, voici une documentation un peu plus technique :

https://royalsociety.org/~/media/Royal_Society_Content/policy/publications/2009/8693.pdf? PARAGRAPHE 3. 3. 2 et 3. 3. 3 (PAGES 27-32)

https://www.nap.edu/catalog/18988/climate-intervention-reflecting-sunlight-to-cool-earth? Dossier payant de 2015, mais je le mets pour dire que si les « savants » officiels consacrent 280 pages à la question, c’est que ça doit être également considéré très sérieusement par les pouvoirs publics.

Et enfin un petit article qui sert un peu de résumé : https://www.nationalgeographic.com/science/article/150210-national-academy-geoengineering-report-climate-change-environment? un peu avant le milieu de la page, voici la traduction :

« Bloquer le soleil

Le deuxième rapport du NRC publié aujourd’hui expose l’idée, bien plus délicate, d’augmenter l’albédo de la planète – sa réflectivité – afin que davantage de lumière solaire soit renvoyée dans l’espace.

Un exemple de cette approche consisterait à utiliser des avions volant à haute altitude pour injecter des particules de sulfate dans la stratosphère, imitant ainsi les effets de volcans comme le mont Pinatubo, dont l’éruption massive en 1991 a refroidi la planète d’environ un degré Fahrenheit.

Bien que ce type de géo-ingénierie soit beaucoup moins coûteux que l’élimination du CO₂, selon le rapport du NRC, il ne résoudrait pas le problème sous-jacent : l’accumulation de CO₂ dans l’atmosphère. Cela n’empêcherait pas non plus les océans de s’acidifier en absorbant le CO₂.

Qui plus est, tout projet visant à augmenter la réflectivité de la Terre présenterait d’énormes risques écologiques et politiques inconnus, selon le rapport. S’il était réalisé comme alternative à la réduction des émissions de CO₂, il devrait l’être pour toujours, car un réchauffement climatique catastrophique pourrait s’ensuivre s’il était interrompu.

« Ce n’est pas prêt pour le prime time », a déclaré Doney. « Le comité recommande fortement de ne pas aller de l’avant pour le moment ».

Néanmoins, le comité a recommandé avec prudence de prendre des mesures pour mener des recherches approfondies sur le sujet, appelant à une discussion globale sur la définition des paramètres de recherche.

En cas d’urgence, comme une famine mondiale massive, un moyen de refroidir rapidement la planète pourrait être nécessaire pour offrir un sursis temporaire. Les États rebelles pourraient également décider d’essayer de le faire eux-mêmes, ce qui exigerait que les scientifiques traditionnels comprennent suffisamment bien les conséquences potentielles pour recommander une réponse.

« L’idée me terrifie », a déclaré Ray Pierrehumbert, membre du comité et climatologue de l’université de Chicago. « Mais même si nous pensons tous que c’est une très, très mauvaise idée, il y a toujours de bonnes raisons de vouloir en savoir plus. » «

Xelnaga

2 commentaires

  • Hypothèse ?
    Une légende hindoue dit qu’un envoyé céleste avait annoncé à Dêvakî qui était fille d’un Râja de Madoura, et aussi la mère de Krishna une des plus brillantes incarnations de Vishnou (l’Esprit féminin), que, tout en restant vierge, elle mettrait au monde un enfant qui serait grand parmi les hommes.
    Kansa, roi de Madoura, tyran cruel et jaloux, voulut faire mourir la jeune fille. Celle-ci se réfugia chez un vieux serviteur de la famille, Nanda, gardien en chef de nombreux troupeaux, qui la tint cachée dans une grotte. C’est là que naquit Krishna, l’enfant divin, environné d’une lueur soudaine et salué par le chœur des anges.
    Pour se débarrasser de cet enfant, le tyran fit tuer tous les nouveau-nés du pays.
    C’est cette fable qui a été copiée dans la légende de l’enfance de Jésus, qu’on fait naître dans une étable parmi des bœufs et des bergers, au milieu de prodiges à peu près semblables, sans oublier la méchanceté d’Hérode qui ordonne le massacre des innocents.
    Précisons que, symboliquement, le « nouveau-né » est l’initié assimilé à un enfant qui renaît.
    Aujourd’hui, les mœurs ayant « légèrement » évolué et les individus s’étant multipliés de manière exponentielle, les tyrans, néanmoins toujours aussi malfaisants, semblent avoir été obligés d’opter, à l’échelle planétaire, pour un épandage dans l’atmosphère de certaines particules qui, dans une éventuelle combinaison avec le « filet » des milliards d’ondes électromagnétiques de plus en plus serrées qui balayent la surface terrestre et qui sont émises lors de l’utilisation incessante, par des milliards d’individus, de cette « merveilleuse » invention qu’est le téléphone portable, peuvent avoir des effets néfastes sur l’organisme humain. Rappelons qu’il s’agit d’un appareil qui souvent reste allumé, et qui est placé, la plupart du temps, au niveau de la tête ou du tronc.
    Ainsi, peut-être, la position actuelle de la Terre dans l’Univers, et les conditions cosmiques, magnétiques et spirituelles qui y sont liées peuvent, alors, rencontrer quelque obstacle, et ne plus être en mesure d’atteindre le ou les individus « nouveau-nés » qui s’ignorent, et donc étouffer chez eux toutes les possibilités qui dépassent le niveau du commun.
    Blog : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

    • xelnaga

      Bonjour,

      l’intéraction entre les métaux lourds dispersés dans l’air (les substances sont cent fois mieux absorbées par voie respiratoire que par la voie digestive ; sans compter que les versions nano-métriques des matériaux sont également beaucoup mieux absorbées également et plus difficiles à évacuer pour notre corps) et les ondes radio-phoniques est des plus inquiétante et biologiquement imprévisible, en effet.

      D’autant plus qu’à présent il existe également des projets pour épandre du graphène dans l’air et ensuite le chauffer (oxydation) à l’aide de gigantesques antennes à micro-ondes…

      Par ailleurs, merci pour la beauté de votre texte.