La trahison des intellectuels 2 : tergiversations des deux Droites

La trahison des intellectuels 2 : tergiversations des deux Droites

En continuant mes divagations sur wikipedia, j’ai eu l’impression de remonter peu à peu à la source spirituelle de tout ce brouhaha de manipulation pseudo-philosophique-techniciste dans lequel j’ai l’impression d’être tombé depuis quelques jours au gré de mes clics de molette.

Regardez-moi ce bordel :
https://www.wikiberal.org/wiki/Libertarianisme
« Le libertarisme […] échappe à un positionnement politique classique de par ses thèses qui le situent à la fois à gauche au plan des libertés individuelles (usage libre des drogues, liberté d’expression, liberté d’immigration, liberté sexuelle…) et à droite au plan des libertés économiques (respect de la propriété privée, libre-échange, suppression ou diminution drastique de la fiscalité…). […] Les libéraux considèrent habituellement les libertariens comme des libéraux « radicaux » voire extrémistes, les libertariens considèrent les libéraux non libertariens comme des « compagnons de route » qui ne sont pas allés jusqu’au bout de la logique libérale (en raison d’un trop grand respect envers l’État, ou d’une conception incomplète de ce qu’est le droit). »

A la fin, tu ne penses plus aux banquiers ainsi qu’aux politiciens qui travaillent pour eux, ni à une éventuelle classe sociale commerçante, mondialiste et dominante qui utilise à son profit certaines valeurs de Droite comme de Gauche en fonction du contexte social et de ses intérêts économiques. Non, lorsque tu lis un truc comme ça, vraisemblablement, après tu vas te dire que tu n’avais jamais rien compris, mais qu’heureusement ladite classe sociale s’est rédigé sa mini-wikipedia spécialement pour t’expliquer toutes les subtilités qui t’avaient échappé.

Permettez-moi d’étaler ici encore plus de bordel :
https://www.wikiberal.org/wiki/Agorisme
« Les agoristes sont ceux qui cessent de croire en la légitimité du gouvernement et participent à la contre-économie (marché noir et marché gris, le terme est comparable à celui de contre-culture) […] Beaucoup d’agoristes se considèrent comme successeurs des idées de Murray Rothbard, le père de l’anarcho-capitalisme jusnaturaliste. « 
Dit d’une façon tellement pacifique et savante, il semblerait presque évident que « marché noir » est un terme interchangeable à celui de « contre-culture » : le trafic d’armes ou de drogues c’est bien-sur comparable au jazz ou aux teufs. Ma transition est brutale, mais ce genre de suggestions n’en représente pas moins un danger réel. Et il faut parfois une certaine dose de choc pour réagir face à ce genre de tergiversations, chose que ne permet pas la langueur des exposés tels que celui que je suis entrain de commenter.
Tenez, pour la route : un deuxième exemple de torture sémantique, à la dernière phrase de la citation qui se trouve ci-dessus : le terme, très WTF si l’on s’obstine à penser un peu sans perdre le Nord, d’ « anarcho-capitalisme ». A l’occasion de deux articles précédents qui commentaient également un texte ou un exposé idéologique, je parlais de la technique des inversions de sens brutales opérés par les idéologues de la droite mercantile et bancaire afin de nous confondre et de nous paralyser intellectuellement. ici, nous passons un niveau dans l’abstraction, ce qui rend les effets d’autant plus subliminaux. Si vous aimez les oxymores philosophiquement tordues, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil. Décidément, celui ou celle qui se prendrait d’un intérêt sérieux pour la philosophie politique, ils n’ont pas fini de lui flinguer les neurones exprès.

Voici maintenant en guise de parenthèse un article récent sur les techniques propagandistes de l’opposition de la Droite fasciste-nationaliste-populiste à la Droite capitaliste-mondialiste-techniciste : https://blogs.mediapart.fr/…/la-rose-blanche-de. Néanmoins je pense qu’il s’agit d’un combat de feux de paille et qu’en réalité sous les deux ailes de la Droite se cache le même marasme puant de l’autoritarisme inculte, du ségrégationnisme, de l’hypocrisie obstinée et de l’injustice délibérée et planifiée. J’aimerais à présent partager avec vous mon bref commentaire de l’article d’un idéologue fasciste. Au premier coup d’œil, nous pourrions avoir l’impression d’être encore une fois face à un bon samaritain philosophe mondialiste qui se prélasse en pensant aux voluptés du mainstream et en nous faisant part de ses savantes ovations et citations pro-conformistes : https://www.cairn.info/revue-societes-2011-2-page-147.htm
Mais arrive un certain point (le point où il estime avoir suffisamment rassuré la plupart des lecteurs « centristes »?) où il se manifeste discrètement mais certainement au grand jour : « Ce point de vue qu’on trouve dans le gauchisme culturel aujourd’hui qui consiste à s’intéresser aux zones d’ombre.  » Précisons que pour les fascistes, le « gauchisme » se trouve tout autant du côté de la Gauche véritablement humaniste que de celui de la Droite libertaire (libertarienne, pourrais-je dire à présent). Il est important de comprendre cela lorsqu’on se retrouve confronté à leur discours.
Mais alors, à partir de la partie intitulée « La fin de la logique monothéiste et universelle de l’Un » (un titre digne de Spinoza en personne dites-donc) le type se met à rejeter la faute du méchant complotisme sur une « gauche » manipulatrice qui se servirait de la nature socialement chaotique de la démocratie pour répandre sa désinformation. Et, en même temps, il se permet de se taper un plaidoyer tout entier pour le fascisme sans jamais nommer ce dernier une seule fois. Le tout baigné dans un style mange-tête, tellement il nous noie constamment sous un académisme formel se donnant un air éclairé voire modéré.
C’est fou ça tout-de-même : alors qu’actuellement je ne cesse de voir des exemples de théories conspirationnistes crées artificiellement par les fascistes*, ici une de leurs têtes pensantes nous pond un exposé supposément technique afin de rejeter la faute de ces mouvements conspirationnistes sur une gauche malsaine et inventive qui met à profit la liberté de la démocratie pour la court-circuiter avec des critiques contre-productives. Diabolique.

* La plus récente impliquant par exemple un soi-disant plan de dé-population basé sur l’interaction du graphène présent dans les vaccins et le réseau sans fil 5-G ; mais l’origine de la diffusion de ce genre de théories visant à alimenter le doute aveugle et l’hystérie collective représente en soi suffisamment de matière pour un article à part.

Xelnaga

Image pour illustration 123.rf

2 commentaires

Laisser un commentaire