Le CAC40 s’apprête à verser 51 milliards d’euros à ses actionnaires malgré la poursuite de la pandémie

Puisqu’on vous dit qu’ « il n’y a pas d’argent pour le peuple »…….

Source BASTA

Gros actionnaires et fonds d’investissement vont bénéficier d’un dividende record, en pleine pandémie. L’Observatoire des multinationales lance la campagne “Allô Bercy ?” pour que les aides publiques aux entreprises soient enfin soumises à condition.

« Vous avez besoin d’argent, je vous en donne »

Prêts garantis, chômage partiel, fonds de soutien, aide au financement sur les marchés, reports de charge, apports en capital, plan de relance… Depuis le début de la pandémie de Covid-19, les aides publiques ruissellent sans limite sur le secteur privé ! « C’est dans ces moments de crise qu’il faut profiter de l’argent de l’État, croyez moi ce n’est pas tous les jours que vous verrez un ministre des Finances vous dire : vous avez besoin d’argent, je vous en donne ! » s’enflammait Bruno Le Maire devant un parterre d’entrepreneurs en octobre 2020.

Les étudiant.e.s font la queue devant les banques alimentaires, les soignant.e.s sont épuisé.e.s par un système hospitalier asphyxié, les caissières et toutes les autres premières de corvée attendent toujours d’être revalorisées, les services publics s’étiolent par manque de moyens, le monde de la culture dépérit, les petites entreprises et le secteur non lucratif souffrent, tout comme l’essentiel des salariés, tandis que les pauvres s’appauvrissent et les précaires se précarisent. Le CAC40, lui, bat des records de valorisation boursière, va une nouvelle fois verser des dividendes massifs malgré la poursuite de la pandémie, et profite toujours d’un soutien inconditionnel des pouvoirs publics.

Nous l’avions montré dans notre rapport AlloBercy ? Aides publiques : les corona-profiteurs du CAC40 publié en octobre dernier : en 2020, 100 % des multinationales du CAC40 ont touché des aides publiques liées au Covid-19. Y compris les 26 d’entre elles qui ont versé un généreux dividende en 2020. Parmi elles, Carrefour, LVMH, Veolia ou Vinci, ont profité du chômage partiel, payé sur fonds publics, pour rémunérer leurs salariés. En ce printemps 2021, les aides publiques aux entreprises continuent, et les dividendes repartent de plus belle : dans une nouvelle note publiée ce mardi 27 avril, l’Observatoire des multinationales montre que le CAC40 s’apprête à approuver le versement de 51 milliards d’euros à ses actionnaires. Une hausse de 22 % par rapport à l’année dernière, enterrant toutes les promesses de « modération des dividendes » pendant la pandémie de Covid-19.

51 milliards, c’est l’équivalent de l’ensemble des dépenses de personnel annuelles des hôpitaux publics (soit les rémunérations de 960 000 personnes, soignantes et non soignantes) ! 51 milliards, cela équivaut également à construire près de 1300 lycées d’un millier de place. Cela représente aussi un millier de fois le montant du plan d’aide au secteur culturel !

La spirale des aides publiques aux entreprises : 65 milliards en 2007, 155 milliards en 2020

Cette inflation galopante d’aides publiques aux entreprises privées n’est pas nouvelle. Elle s’accroît massivement et rapidement. Presque 7 % de croissance par an en moyenne depuis plus de quinze ans, bien plus que la croissance du produit intérieur brut (PIB), des aides sociales ou des salaires. Depuis le début de la crise sanitaire, elle atteint de nouveaux sommets.

Lire l’article complet

Sur le sujet:

ALLÔ BERCY ?100% du CAC40 a œuvré contre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat

ALLÔ BERCY ?Aides publiques et dividendes : les hypocrisies de l’État actionnaire

ALLÔ BERCY ?Air Liquide, un groupe gonflé à bloc par la crise sanitaire

ALLÔ BERCY ?Sanofi, ou l’indécence au sommet

ALLÔ BERCY ?3 milliards de dividendes : LVMH et Bernard Arnault ne connaissent pas la crise

Voir aussi :

Source BASTA

7 commentaires

  • behappy

    Tant qu’on ne change pas la loi, les dividendes, les actionnaires raflent les bénéficient des entreprises et délocalisent pour augmenter leur profit
    Il ya avait une loi après le jeudi noir qui empêchait de prendre plus d’un tiers
    Elle a été supprimé
    Elle peut donc être remise ^^ ou attendre la prochaine bulle pour la remettre
    En attendant c’est du vol légal ^^

  • predateur

    « Puisqu’on vous dit qu’ « il n’y a pas d’argent pour le peuple »……. »
    encore un bon sujet attrape nigaut ….https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif
    il y a bon nombre de personnes qui cherchent des apports de capitaux pour monter un projet , et pas spécialement au cac 40 , avec rémunération du capital investi ……j ai été sollicité par un groupement d investisseurs l année passée comme bcp d autres , la part ou l action s élevait à 540 euros et il n y avait pas de minimum à investir une suffisait , donc accessible à bcp de monde ….
    u n autre cas cette année d une personne qui était en partie propriétaire d une petite entreprise et qui vend sa part , le gérant ne peut et veut pas racheter ,ils cherchent des investisseurs , des particuliers de préférence ,avec le risque de ne pas toucher de loyer , le gérant étant en redressement , bin oui il y a aussi des risques….
    on préfére balancer du sensationnel …..vaut mieux distribuer le pognon à ceux qui ne prennent aucun risque à part celui d être mal assis dans le canapé en regardant les marseillais vs le reste du monde …

  • caillou14

    Malgré la pandémie, ça roule pour les actionnaires..j’en ai fait plusieurs fois la remarque…deux mondes dans notre société, les gens d’en bas et ceux qui sont sur les derniers degrés de l’échelle sociale…manque de pot ce sont ces derniers qui font la loi….
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

  • userseb

    la classe aisée supérieur à toujours su s’entourer de conseillers qui permettaient de les maintenir à cette place.
    la classe populaire & moyenne n’a pas accès à ses informations, ni du capital nécessaire pour croquer le gâteau.

    Il m’est arrivé une fois d’avoir un séjour gratuit dans des thermes bien cotée ici… au bar avant de partir j’ai pris un café avec une amie et un gars parlait de transocean (c’était en avril 2010) et qu’il fallait acheter dès qu’ils descendraient en dessous de 50$
    Aprés l’annonce de la catastrophe de BP j’ai observé le cours et son évolution dans les 6 mois qui ont suivit.
    résultats : 60 % de plus value. Maintenant en parlant au passé c’est facile de dire, mais à l’époque il fallait la bonne info et les capitaux qui en retirer une belle plus value.

Laisser un commentaire