Une « peau » robotique dotée d’un film magnétique flexible pourrait améliorer le toucher artificiel

Il faut suivre les avancées technologiques et Nono le robot ayant repris du service, ça rend bien service, même si je ne suis pas du même avis. Quant à l’utilité de perfectionner ses machines qui à terme, pourraient bien nous remplacer, si c’est à l’avantage de l’humain, ça peut se discuter mais, qui pourra s’offrir un appareillage aussi sophistiqué ? L’ère technologique pourrait apporter beaucoup, à la condition qu’elle soit à la portée de tous. On peut en douter en écoutant Laurent Alexandre, qui voit dans ces news-techs, l’avènement de nouveaux Dieux, vainqueurs de la mort… En éliminant de fait tous les inutiles. Sinon ce ne sera pas drôle n’est-ce-pas ?

******

Source La Robolution

Voici une invention qui donne de l’espoir pour l’avenir de la robotique et celui des hommes…

En effet cette peau robotique est (à mon humble avis) quelque chose de révolutionnaire car celle-ci pourrait permettre de briser une barrière entre l’homme et la robotique permettant d’être utile tant au niveau industriel que médical puisqu’elle dote le robot d’une sensibilité très proche de celle d’un individu biologique et permettrait d’éviter les erreurs de manipulations et par la même occasion les accidents !

Les robots sont maladroits, mais une « peau » souple et magnétisée pourrait les aider à mieux imiter le toucher.

Une équipe de chercheurs de la City University of Hong Kong, de la South University of Science and Technology de Shenzhen et de la Carnegie Mellon University de Pittsburgh a publié une étude de Science Robotics sur la détection tactile robotique, qui, selon le rapport de Wired, pourrait améliorer le sens du toucher dans les machines.

Des chercheurs affirment qu’il est possible d’obtenir une sensibilité tactile fiable pour les robots en utilisant un film magnétisé souple sur le bout d’un doigt robotique pour reproduire essentiellement le fonctionnement de la peau humaine. Pour donner au robot un support squelettique du type de celui que les os donnent aux doigts, l’équipe a utilisé un circuit imprimé recouvert de capteurs magnétiques. Si vous appuyez sur le bout du doigt robotisé, les capteurs notent une dépression dans la « peau » du bout, enregistrent l’emplacement et transmettent ce retour tactile à l’ordinateur. Ce système n’est pas identique à la boucle sensorielle que les humains ont pour le toucher, mais il en est étonnamment proche.

NOUS AVONS UN LONG CHEMIN À PARCOURIR

Un robot ne sera jamais capable d’imiter l’ultra-sensibilité du toucher humain, du moins pas à 100 %. Notre peau comporte des faisceaux de nerfs sensoriels qui se connectent ensuite aux neurones, qui se trouvent dans notre moelle épinière. Les mécanorécepteurs comme les thermorécepteurs et les nocicepteurs de notre peau détectent respectivement la température et la douleur. Chez l’homme, le toucher est traité par la sensation de quelque chose – une main, une table, une feuille, une cuisinière chaude, etc. – et ces signaux sont transmis au thalamus, qui relaie ensuite les signaux sensoriels au reste du cerveau.

Vidéo

Votre cortex somatosensoriel traite ensuite les signaux liés au toucher. Tout cela pour dire qu’un robot ne possède rien de tout cela. Par conséquent, pour que les ingénieurs puissent émuler ne serait-ce qu’une fraction du toucher de manière efficace dans le cadre de la robotique, ils doivent trouver des alternatives ou des approximations proches permettant d’obtenir des résultats similaires.

Votre cortex somatosensoriel traite ensuite les signaux liés au toucher. Tout cela pour dire qu’un robot ne possède rien de tout cela. Par conséquent, pour que les ingénieurs puissent émuler ne serait-ce qu’une fraction du toucher de manière efficace dans le cadre de la robotique, ils doivent trouver des alternatives ou des approximations proches permettant d’obtenir des résultats similaires.


Dans ce cas, cela signifie créer des champs magnétiques sur le bout des doigts du robot, comme le souligne Wired. Si elle est réalisée avec succès, cette sensibilité pourrait permettre de créer des mains prothétiques et d’autres parties du corps qui saisissent, atteignent, tiennent et ressentent comme un véritable être humain. Autre exemple : une main prothétique efficace pourrait aider une personne à lire le braille avec plus de précision ou à tenir plus fermement un plat glissant.

GLISSANT LORSQU’IL EST HUMIDE

Les chercheurs veulent créer des robots sensibles au toucher qui non seulement savent manipuler le toucher et exercer une pression si nécessaire, mais aussi améliorer la force de cisaillement chez les robots. En d’autres termes, si une main robotique sent qu’un objet (comme une tasse) lui échappe, elle sait qu’elle doit le tenir plus fermement. Bien sûr, tous ces essais et erreurs sont pour l’instant limités aux laboratoires. Mais si les ingénieurs parviennent à améliorer la sensibilité des machines et à la faire connaître au grand public, les robots deviendront beaucoup plus adroits.

Vous pourrez voir ci-dessous cette peau robotique reconnaître des mots en forme de braille grâce à sa sensibilité augmentée et cela est plutôt impressionnant de voir à quel point celui-ci semble ne pas avoir de difficultés.

vidéo

De plus, grâce à cette peau robotique, le robot est en capacité d’ajuster sa force au nécessaire afin de pouvoir continuer de tenir les objets sans que ceux-ci ne glisse ou ne se cassent comme vous pourrez le voir ci-dessous :

vidéo

Cette peau robotique pourrait être une nouvelle avancée tant bien industrielle que médicale si cette technologie pouvait être intégrée aux bras bionique comme celui de Keven Walgamott et relié au cerveau afin que les personnes dans son cas puissent de nouveau ressentir le toucher en plus d’avoir de nouveau la possibilité d’utiliser cette main qui leur fait gagner en autonomie !

Pour ma part je trouve cette invention magnifique tant elle a de potentiel au niveau humain si cette technologie est intégré dans les prothèses bioniques !

Quentin CLAUDEL

Source  InputMag & Wired

Voir aussi :

La start-up ForSight, spécialisée dans la robotique pour la chirurgie oculaire, lève 10 millions de dollars

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

10 commentaires

Laisser un commentaire