Vaccins à ARNm synthétique Covid : Une analyse du rapport bénéfices-risques

Avec un “vaccin” basé sur une technologie non éprouvée, et des essais de sécurité toujours en cours, est-il sûr de se faire vacciner ? Et est-ce que cela fonctionne ? Et une maladie avec un taux de mortalité de 0,2% justifie-t-elle ce risque ?

Par Sadaf Gilani

Parmi la pléthore de problèmes liés au Covid, les injections Covid sont les plus imminentes. Deux formulations ont reçu une approbation provisoire de la FDA et de Santé Canada : Pfizer/BioNtech et Moderna.

Ces deux injections utilisent la même technologie, la thérapie génique synthétique (SGT), qui est distribuée à la population pour la première fois dans l’histoire de l’humanité.

Des médicaments sont administrés aux personnes malades pour traiter la maladie. Des vaccins sont administrés aux personnes en bonne santé pour prévenir une infection. Il est donc primordial de tenir compte de l’analyse des risques et des avantages.

Covid est l’appellation générale pour les personnes “positives” à la PCR, quelle que soit la présentation clinique. La plupart sont “asymptomatiques”, certaines présentent des symptômes génériques du rhume/de la grippe, et quelques-unes présentent une détresse respiratoire modérée ou grave. Malheureusement, les tests PCR utilisés pour le diagnostic ne sont pas adaptés à leur objectif. La plupart des tests PCR sont construits sur la base du protocole allemand de Drosten et al.

Le 27 novembre 2020, 22 scientifiques ont soumis une demande de rétractation de ce protocole qui a été publiée dans la revue Eurosurveillance, en citant un certain nombre de défauts de conception capitaux.

Il est également important de noter que, malgré l’utilisation interchangeable du virus SarsCov2 et du syndrome étiqueté Covid, le lien de causalité n’a pas été prouvé, conformément aux postulats de Koch.

La première mesure que tout médecin doit transmettre à une personne est le degré de mortalité réel du Covid. C’est le contexte de la pratique juridique et éthique du consentement éclairé.

Soit dit en passant, toutes les statistiques sur les décès par Covid sont gonflées : sous la direction de l’OMS, on ne fait pas de distinction entre les décès “par” et accessoirement “avec” Covid. Le codage des décès a changé par rapport à la grippe ou à la pneumonie. Selon une analyse publiée, cela a entraîné une inflation de plus de 16 fois des statistiques de décès, comme le confirment les données des CDC

COMPARAISON DU NOMBRE TOTAL DE DÉCÈS DUS AU COVID-19 SUR LA BASE DE DIFFÉRENTES DIRECTIVES DE DÉCLARATION

En outre, les statistiques du taux de mortalité par infection (IFR) basées sur les études de séroprévalence des anticorps sont également gonflées puisque l’immunité des cellules T n’est pas mesurée dans ces études. Il peut en résulter un IFR 3 à 5 fois inférieur pour le Covid. Quoi qu’il en soit, l’IFR général est de l’ordre de celui de la grippe saisonnière, soit environ 0,2 % [img]. [données de l’OMS]

La mortalité Covid est le reflet d’une mortalité accrue avec l’âge, plus que la grippe ou la pneumonie des années précédentes. L’âge médian des décès par covid (86 ans) dépasse l’espérance de vie moyenne au Canada. Tragiquement, 70 % des décès dans la province de l’Ontario ont eu lieu dans des maisons de soins. Le taux de mortalité par Covid au Canada chez les moins de 59 ans est de 0,0017 %.

Selon le CDC, le taux de survie du Covid (avec des statistiques gonflées) est la suivante : (moins de 20 ans) 99,997%, (29-49) 99,98%, (50-69) 99,5% et (plus de 70 ans), 94,6%.

Les injections de thérapie génique synthétique Covid utilisent des séquences de nucléotides synthétiques thermostables qui sont enveloppées dans des nanoparticules lipidiques de PEG (polyéthylène glycol) pour protéger de la destruction dans la circulation sanguine et faciliter l’entrée dans les cellules. La machine cellulaire s’engagerait dans ces séquences synthétiques et produirait des segments qui codent pour la protéine de pointe S1 de SarsCov2. On pense que le système immunitaire produira une réponse anticorps suffisante.

Le Dr David Martin a souligné que cette technologie ne répond pas à la définition d’un vaccin traditionnel, comme le prétendent les fabricants. Les essais ne testent pas la réduction de la transmission. Ces thérapies n’empêchent pas l’infection, mais réduisent simplement un ou plusieurs symptômes.

Il est intéressant de noter que Moderna décrit sa technologie comme le “logiciel de la vie“, et non comme un vaccin.

Les médias, les politiciens et les responsables de la santé publique ont attribué l’efficacité de 95 % aux deux formulations. Pour un observateur non averti, cela signifierait une réduction de 95 % des hospitalisations ou des décès. Alors qu’en fait, les 95% sont calculés sur la base des “paramètres primaires d’efficacité”.

Dans la littérature des essais, ces paramètres sont décrits par les deux sociétés comme des SYMPTÔMES de froid/grippe non sévère couplés à une PCR positive.

Pfizer a fait un rapport :

Pour le paramètre primaire d’efficacité, la définition de cas pour un cas confirmé de COVID-19 était la présence d’au moins un des symptômes suivants et un test d’amplification de l’acide nucléique SARS-CoV-2 positif dans les 4 jours suivant la période symptomatique : Fièvre ; toux nouvelle ou accrue ; essoufflement nouveau ou accru ; frissons ; douleur musculaire nouvelle ou accrue ; perte de goût ou d’odeur nouvelle ; mal de gorge ; diarrhée ; vomissements”.

Moderna rapporte de façon similaire :

Pour le paramètre primaire d’efficacité, la définition de cas pour un cas confirmé de COVID-19 a été définie comme suit Au moins DEUX des symptômes systémiques suivants : Fièvre (≥38ºC), frissons, myalgie, maux de tête, mal de gorge, nouveau(x) trouble(s) olfactif(s) et gustatif(s), OU au moins UN des signes/symptômes respiratoires suivants : toux, essoufflement ou difficulté à respirer, OU signes cliniques ou radiographiques de pneumonie ; et écouvillon NP, écouvillon nasal ou échantillon de salive (ou échantillon respiratoire, en cas d’hospitalisation) positif pour le SARS-CoV-2 par RT-PCR.

Pour réitérer, dans les deux essais, une fois qu’un ou deux symptômes sont apparus chez un participant, il a été désigné comme “cas” ou “événement” lorsqu’il est associé à un “test” PCR positif. Une fois que 170 “cas” sont apparus dans l’essai Pfizer/BioNtech, et 196 “cas” dans l’essai Moderna, ces données ont été utilisées pour calculer l’efficacité. Il est choquant de constater qu’il n’y a eu que moins de 200 cas pour une nouvelle thérapie qui est en train d’être déployée/soumise sur des millions de personnes dans le monde entier.

En outre, les gens ne sont pas informés que l’efficacité de “95%” environ, est calculée sur la base d’une mesure inutile de l’efficacité relative et est donc très trompeuse.

Par exemple, Pfizer/BioNtech :

8 “cas” dans le groupe des vaccins
162 “cas” dans le groupe placebo

8/162 = 5%
100%-5%= 95%

Par conséquent, ils affirment que les injections de thérapie génique synthétique sont efficaces à 95%. Ce qu’ils ne prennent pas en compte, c’est la taille du dénominateur. S’il est grand, alors avec 8 contre 162, la différence devient moins significative. Il est important de savoir combien de personnes faisaient partie de chaque groupe, par exemple, que ce soit 200, 2 000 ou 20 000.

C’est la réduction de risque absolue pour Pfizer/BioNtech, chaque groupe comptait plus de 18 000 personnes !

Groupe d’injection : 8/18,198 = 0.04%
Groupe placebo : 162/18,325= 0.88%

Par conséquent, la réduction absolue du risque pour le paramètre primaire d’efficacité est de 0,84%. (c’est-à-dire 0,88-0,04)

Cela signifie qu’une personne qui prend l’injection Pfizer/BioNtech a moins de 1% de chance de réduire au moins un symptôme de “Covid” non grave pendant une période de 2 mois. Cela signifie qu’une personne qui prend cette injection a plus de 99% de chances de ne pas fonctionner, en ce qui concerne l’efficacité. Plus de 100 personnes doivent recevoir l’injection pour qu’elle “fonctionne” chez une personne.

 

L’efficacité réelle de la thérapie génique synthétique de Pfizer/BioNtech

 

L’efficacité réelle de la thérapie génique synthétique Moderna

Les données et la conception des essais posent de nombreux problèmes. Il convient de noter que les tests PCR ne sont pas adaptés à leur objectif et sans le séquençage de Sanger, nous n’avons aucune idée du nombre de ces personnes qui ont réellement eu ” le Covid ” par rapport à un autre virus respiratoire ou autre chose. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles les docteurs Yeadon et Wodarg ont demandé un sursis pour les essais de vaccination.

Comme l’a souligné le Dr Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint du BMJ, l’accès aux données brutes est nécessaire pour élucider davantage les domaines de préoccupation :

Avec 20 fois plus de covid-19 suspecté que de covid-19 confirmé, et des essais non conçus pour évaluer si les vaccins peuvent interrompre la transmission virale, une analyse des maladies graves indépendamment de l’agent étiologique – à savoir les taux d’hospitalisation, les cas en USI et les décès parmi les participants aux essais – semble justifiée et constitue le seul moyen d’évaluer la capacité réelle des vaccins à faire reculer la pandémie”.

Environ 5 à 6 symptômes répertoriés comme “effets secondaires” sont identiques aux symptômes de Covid. Pfizer/BioNtech n’a commencé à compter les “cas” qu’une semaine après la deuxième dose, et Moderna, deux semaines après la deuxième dose. Par conséquent, si ces effets secondaires étaient plutôt étiquetés comme des symptômes “Covid”, même la faible efficacité d’environ 1% serait reléguée dans les nombres entiers négatifs.

En d’autres termes, le groupe ayant reçu l’injection peut avoir été plus malade avec “Covid” que le groupe placebo.

L’applicabilité des données limitées à la population générale, en particulier aux personnes âgées vulnérables, a fait l’objet de nombreuses critiques. Une analyse importante a été faite par le Dr James Lyons-Weiler qui a découvert que la population générale meurt à un taux 6,3 fois supérieur à celui des participants à l’essai Moderna (y compris les groupes placebo et d’injection).

Si le taux de mortalité vaccinale de Moderna est si largement inférieur au taux national et simultanément plus de cinq fois supérieur à celui de Pfizer, l’échantillon de l’étude de Pfizer semble encore moins représentatif de la population entière. Cela aussi doit être dûment pris en considération”.

Une question essentielle se pose : Pfizer/BioNtech et Moderna ont-ils recruté des surhommes pour leurs essais ? L’incidence de Covid “sévère” dans les groupes placebo est si faible que les essais de 30 000 à 40 000 personnes n’ont pas la puissance statistique nécessaire pour déterminer la réduction des hospitalisations et des décès, selon Tal Zaks, CMO Moderna.

Zaks a raison, l’incidence du ” Covid ” sévère n’était que de 0,04% chez Pfizer/BioNtech et de 0,22% chez Moderna. En raison de ce très faible taux d’attaque de la présentation sévère dans la population, la réduction absolue du risque de forme sévère, même en prenant les données à leur valeur de référence, est nominale.

Par conséquent, les bénéficiaires potentiels des vaccins doivent être informés que pour réduire la forme “grave”, il y a plus de 99,5 % de chances que ces thérapies géniques synthétiques ne fonctionnent pas.

Le British Medical Journal a publié un article à ce sujet :

Les admissions à l’hôpital et les décès dus au covid-19 sont tout simplement trop rares dans la population étudiée pour qu’un vaccin efficace puisse démontrer des différences statistiquement significatives dans un essai de 30 000 personnes. Il en va de même pour sa capacité à sauver des vies ou à prévenir la transmission : les essais ne sont pas conçus pour le découvrir”.

Pour que le consentement soit éclairé, le profil des effets secondaires doit également être pris en compte. Jusqu’à 80 % des personnes ayant reçu une injection dans le cadre d’un essai ont ressenti des effets secondaires, dans un contexte de syndrome nébuleux où 80 % des personnes sont asymptomatiques.

L’incidence des effets secondaires immédiats dans les deux essais a été significative et a éclipsé la réduction absolue du risque tant pour les paramètres d’efficacité primaires que pour le Covid “grave”.

Par exemple, pour Moderna, 81,9 % des patients ont subi une réaction systémique. Les réactions de grade 3 (considérées comme graves) ont été observées par 17,4 % des sujets. C’est 79 fois plus probable que l’incidence des formes de covid graves dans le groupe Moderna. (17.4/.22=79X) Basé sur les rapports préliminaires d’événements indésirables :

Cela représente un taux de préjudice de 1 pour 40 injections. Cela signifie que les 150 piqûres nécessaires pour éviter un cas bénin de COVID causeront des dommages graves à au moins trois personnes”.

Les données de sécurité des deux entreprises ne sont disponibles que deux mois environ avant l’obtention du statut d’autorisation d’utilisation d’urgence. Il n’y a donc pas de données concernant les effets secondaires à moyen et long terme, car les essais sont en cours.

La date d’achèvement prévue des essais de Pfizer/BioNtech est le 31 janvier 2023. La date d’achèvement prévue des essais de Moderna est le 27 octobre 2022.

Selon les données, et élaborées par Tal Zaks (CMO de Moderna), les essais ne sont pas conçus pour démontrer une réduction de la transmission, en raison des “réalités opérationnelles”. Il est donc déconcertant de voir comment les médecins et les responsables de la santé publique proclament que ces vaccins vont promouvoir l’immunité de groupe.

Les fabricants ont également indiqué clairement que l’efficacité au-delà de deux mois environ est inconnue. Par conséquent, la réduction de 1 % du risque absolu pour les symptômes légers/modérés du rhume/de la grippe ne peut pas durer plus de quelques mois.

Malheureusement, il n’y a pas de discours omniprésent centré sur les données, mais seulement une peur excessive. Sans tenir compte des données, les gens ne peuvent pas faire un choix éclairé sur les vaccins expérimentaux.

Nombreux sont ceux qui ignorent qu’un bénéficiaire de ces vaccins fait maintenant partie d’une expérience sans précédent. Lorsque Santé Canada a accepté, de façon choquante, l’autorisation provisoire de l’injection de Pfizer/BioNtech, elle s’est accompagnée d’une mise en garde : la société doit présenter des données d’essai sur une période de six mois lorsqu’elles sont disponibles.

A souligner : Santé Canada a approuvé cette thérapie génique expérimentale sur la population sans même 6 mois de données d’essai.

Il est difficile de se lancer dans une analyse risques-avantages complète, car il n’existe aucune donnée de sécurité au-delà de quelques mois. Les nouveaux vaccins nécessitent généralement entre 7 et 20 ans de recherche et d’essais avant d’être mis sur le marché. Pfizer/Moderna ont mené tous leurs essais simultanément, y compris sur des animaux, au lieu de les mener de manière séquentielle. Comme l’a expliqué le Dr Qureshi, chercheur scientifique à la retraite de Santé Canada, c’est au cours d’essais appropriés sur les animaux que l’on obtient des données toxicologiques significatives.

Les réactions anaphylactiques observées chez certaines personnes sont également inquiétantes et méritent d’être analysées. La Children’s Health Defense a demandé à la FDA de se pencher sur les allergies au PEG, car jusqu’à 70 % de la population possède des anticorps contre ces composés. Le PEG n’a jamais été un composant d’un vaccin auparavant.

Il faut également noter que selon une étude interne des Health Human Services et de Harvard, moins de 1 % des effets secondaires des vaccins sont signalés. À ce stade, compte tenu de l’efficacité médiocre, des problèmes de transparence des données et de la conception des essais, du niveau élevé d’effets secondaires immédiats et du faible taux de léthalité pour le Covid, il y a déjà suffisamment de raisons de s’inquiéter.

Cependant, les effets secondaires les plus déconcertants sont les effets potentiels à moyen et long terme.

De nombreux médecins et chercheurs du monde entier ont fait part de leurs préoccupations concernant le phénomène bien documenté appelé “Antibody Dependent Enhancement” (ADE) observé dans certains virus tels que les coronavirus.

Lors des précédents essais de vaccins contre le SRAS, le MERS, la dengue et le VRS, l’exposition de virus sauvages aux receveurs du vaccin a entraîné une grave maladie, des tempêtes de cytokines et des décès dans certains essais sur des animaux et des humains. Le phénomène de l’ADE ne s’est pas présenté au début chez les personnes ayant reçu le vaccin, mais plutôt après l’exposition de ces personnes à des virus sauvages.

C’est la raison pour laquelle nous ne disposons pas d’un vaccin contre le rhume, le MERS et le SRAS qui sont homologue à 78% avec le SarsCov2 (sur la base de l’analyse du génome numérique). Le professeur d’immunologie Dolores Cahill a averti que cette aggravation de la maladie pourrait entraîner la mort de nombreux receveurs de vaccins dans les mois ou les années à venir. Le Dr Sucharit Bhakdi, estimé spécialiste allemand des maladies infectieuses, est d’accord :

Ce vaccin vous mènera à votre perte.

This vaccine will lead you to your doom.

Les chercheurs ont déclaré dans The International Journal of Clinical Practice :

L’absence de preuves de l’ADE dans les données sur le vaccin COVID-19 jusqu’à présent ne dispense pas les chercheurs de divulguer le risque d’aggravation de la maladie aux participants aux essais de vaccins, et cela reste un risque réaliste et non théorique pour les sujets. Malheureusement, aucun vaccin pour aucun des coronavirus humains connus n’a été homologué, bien que plusieurs vaccins potentiels contre le CoV SRAS et le CoV MERS aient fait l’objet d’essais cliniques chez l’homme depuis des années, ce qui suggère que le développement de vaccins efficaces contre les CoV humains a toujours été un défi.

Les vaccins traditionnels impliquent l’injection de l’agent pathogène/la toxine en tout ou en partie pour provoquer une réaction immunitaire. Pour la première fois dans l’histoire, les cellules des receveurs vont fabriquer l’agent pathogène, la protéine de pointe S1 du virus SarsCov2.

Dans une présentation pour l’autorisation d’utilisation d’urgence à la FDA, les représentants de Moderna ont expliqué que l’ARNm reste dans le cytoplasme des cellules, fabrique la protéine de pointe S1 et est ensuite détruit. Comme le Dr Sucharit Bhakdi et d’autres l’ont demandé :

Où peuvent encore aller ces paquets ?

De plus, sur la base de quelques mois de données de sécurité, nous ne savons pas si ces ARNm durent assez longtemps pour fabriquer la protéine mais pas assez longtemps pour exercer des effets délétères. Cette technologie naissante est risquée.

Tout d’abord, les séquences d’ARN sont synthétiques. Par conséquent, nous ne savons pas combien de temps elles vont durer dans les cellules. Le Dr Judy Mikovits s’est inquiétée du fait qu’elles pourraient ne pas être dégradées immédiatement, et peut-être même persister pendant des jours, des mois, des années.

Moderna avait déjà essayé d’utiliser cette même technologie pour traiter le syndrome de Crigler-Najjar et n’avait pas réussi à trouver l’équilibre entre la dose thérapeutique et les effets secondaires toxiques.

Il est encapsulé dans un nanolipide pour l’empêcher de se dégrader trop rapidement, mais que se passe-t-il si l’ARNm se dégrade trop lentement, ou pas du tout ? Que se passe-t-il lorsque vous transformez votre corps en une “usine à protéines virales”, ce qui maintient la production d’anticorps activée en permanence sans possibilité de l’arrêter ?

Donc, prendre un ARN messager synthétique et le rendre thermostable – sans le décomposer – [est problématique]. Nous avons beaucoup d’enzymes (ARN et ADN) qui dégradent l’ARN et l’ADN libres car, là encore, ce sont des signaux de danger pour votre système immunitaire. Ils sont littéralement à l’origine de maladies inflammatoires.

Moderna affirme avec audace que ces ARNm synthétiques ne s’intégreront pas à l’ADN de la cellule hôte. La découverte de l’épigénétique a révélé que l’expression de l’ADN est en flux et interagit constamment avec les signaux environnementaux. Le Dr Lanka a expliqué que l’ARN-ADN est également un processus à double sens, dynamique.

Cet ARN synthétique pourrait s’intégrer à l’ADN humain par l’intermédiaire de l’enzyme transcriptase inverse. Cela pourrait entraîner une mutagenèse, voire un cancer. Il peut entraîner des malformations congénitales s’il s’intègre dans les cellules germinales de la personne à qui il est injecté. Il est impossible de se rassurer sur la base de données de sécurité aussi limitées.

Il est donc important de comprendre clairement les risques potentiels de ce type de vaccin à base d’ARNm, qui comprennent les réponses inflammatoires locales et systémiques, la biodistribution et la persistance de l’expression immunogène induite, le développement possible d’anticorps autoréactifs et les effets toxiques de tout nucléotide et composant du système d’administration non natif”.

On a découvert que les séquences d’ARNm couramment transcrites peuvent s’intégrer à l’ADN pour former des “boucles R”. La dérégulation de ces séquences est impliquée dans différentes pathologies, dont le “stress oncogène”.

Cette constatation a été appelée :

interaction inattendue entre les modifications de l’ARN (l’épitranscriptome) et le maintien de l’intégrité du génome”.

Il est clair que nous n’en sommes qu’aux premiers stades de la compréhension du domaine complexe de l’épigénétique. La protéine de pointe S1 SarsCov2 est hautement homologue à la protéine HERV (rétrovirus endogène humain) connue sous le nom de Syncytin-1. Il existe un potentiel d’auto-immunité, car les anticorps de la protéine Spike pourraient attaquer la Syncytin-1.

Alors que les infections naturelles sont bénignes et autolimitatives pour la grande majorité des personnes touchées, les maladies auto-immunes sont pour la plupart irréversibles. Cela est encore plus terrifiant avec le traitement par ARNm.

Si la traduction de la protéine de pointe S1 de SarsCov2 persiste, il est possible de provoquer une amplification de l’expression de l’auto-immunité. Comme les cellules des receveurs du nouveau vaccin produisent maintenant les protéines virales, il y a un risque d’explosion des maladies auto-immunes dans les années à venir.

La fonction première de la syncytine-1 se situe dans le placenta ainsi que dans le sperme. Le Dr Wodarg et le Stay of Action de Yeadon ont exprimé leur inquiétude quant à la possibilité que les anticorps contre les protéines de la Syncytin-1 (une partie du placenta) puissent entraîner une stérilité permanente chez les femmes et peut-être aussi chez les hommes. Les fabricants mettent en garde contre cette éventualité :

On ignore si le vaccin à ARNm COVID-19 BNT162b2 a un impact sur la fertilité. Et il est conseillé aux femmes en âge de procréer d’éviter toute grossesse pendant au moins deux mois après leur deuxième dose”.

Les femmes enceintes n’ont été incluses dans aucun des essais. Les participantes aux essais ont reçu l’instruction d’utiliser des moyens de contraception.

La nanoparticule lipidique PEG est hautement lipophile, pour traverser les membranes cellulaires. Le Dr Chris Shaw, expert renommé en aluminium et en neurotoxicité, a déclaré que ces nanoparticules traversent effectivement la BHE (barrière hémato-encéphalique) et a cité les résultats des précédents essais de Moderna sur des animaux.

Sur les réseaux sociaux, il y a eu de nombreux cas documentés de symptômes neurologiques bizarres chez les bénéficiaires de la thérapie génique. Un mécanisme pourrait-il être la dysrégulation de la Syncytine-1 dans le cerveau ?

Hormis la fonction physiologique normale de la syncytine-1 dans le développement du placenta, l’activité et l’expression de la syncytine-1 augmentent dans plusieurs maladies, telles que les troubles neuropsychiatriques, les maladies auto-immunes et le cancer […] La syncytine-1 participe à la morphogenèse placentaire humaine et peut activer une cascade pro-inflammatoire et auto-immune […] Un nombre croissant d’études indiquent que la syncytine-1 joue un rôle important dans la SEP”.

Résultat : taux élevés de Syncytin-1 = inflammation cérébrale.

Nous disposons maintenant d’une thérapie qui utilise les propres cellules du corps pour produire des niveaux inconnus (peut-être continus) d’une protéine presque identique à la Syncytin-1. C’est un risque de désastre, comme l’a expliqué le Dr Mikovits :

La syncytine est l’enveloppe endogène du gamma-rétrovirus qui est codée dans le génome humain… Nous savons que si la syncytine… est exprimée de manière aberrante dans le corps, par exemple dans le cerveau, dans lequel ces nanoparticules de lipides iront, alors vous avez la sclérose en plaques […] L’expression de ce seul gène fait enrager les microglies, enflamme littéralement et dérègle la communication entre les microglies cérébrales, qui sont essentielles pour l’élimination des toxines et des agents pathogènes dans le cerveau, et la communication avec les astrocytes qui dérègle non seulement le système immunitaire mais aussi le système endocannabinoïde…”

À plus long terme, elle pense que nous assisterons à une augmentation significative des migraines, des tics, de la maladie de Parkinson, des troubles microvasculaires, de différents cancers, dont le cancer de la prostate, des syndromes de douleur sévère comme la fibromyalgie et l’arthrite rhumatoïde, des problèmes de vessie, des maladies rénales, des psychoses, des maladies neurodégénératives comme la maladie de Lou Gehrig (SLA) et des troubles du sommeil, dont la narcolepsie. Selon elle, chez les jeunes enfants, des symptômes semblables à ceux de l’autisme sont susceptibles de se développer également.

Les crises cardiaques sont un autre effet secondaire documenté. Les proches des défunts ont déclaré sur les médias sociaux que ces décès ne sont pas considérés comme des réactions au vaccin et ne sont donc pas enregistrés comme tels.

Le Dr Hooman Noorchashm, chirurgien cardiothoracique et chercheur, a écrit une lettre d’avertissement à la FDA. Il craint que la protéine de pointe ne provoque une inflammation, la formation de caillots et des crises cardiaques chez les receveurs de ces vaccins qui ont déjà été exposés à SarsCov2 :

Ainsi, si une personne ayant une infection COVID-19 récente ou active est vaccinée, la réponse immunitaire hautement efficace et spécifique à l’antigène déclenchée par le vaccin attaquera très probablement la paroi interne du vaisseau sanguin et causera des dommages, entraînant la formation d’un caillot sanguin. Cela pourrait entraîner des problèmes graves comme des accidents vasculaires cérébraux et des crises cardiaques, du moins chez certaines personnes… En outre, si le risque immunologique que je pronostique ici est en réalité important, au cours des prochains mois, alors que des millions d’Américains supplémentaires seront vaccinés, il deviendra très visible pour le public… Les complications thromboemboliques, 10 à 20 jours après l’activation d’une réponse immunitaire spécifique à l’antigène induite par le vaccin, chez les vasculopathes âgés et fragiles, ne seront pas enregistrées comme des “complications liées au vaccin” classiques.

Les représentants de Moderna et de Pfizer se sont vantés que la protéine de pointe entraînera une réduction des symptômes sans présenter de maladie clinique, car seule une partie de SarsCov2 est produite. Le Dr Whelan s’est dit préoccupé par le fait que la protéine de pointe seule est suffisante pour causer des lésions.

Je suis préoccupé par la possibilité que les nouveaux vaccins visant à créer une immunité contre la protéine de pointe du SARS-CoV-2 aient le potentiel de causer des lésions microvasculaires au cerveau, au cœur, au foie et aux reins d’une manière qui ne semble pas être actuellement évaluée dans les essais de sécurité de ces médicaments potentiels.

Il existe de nombreuses possibilités de dommages et de mort potentiels, dont beaucoup sont inconnues car cette expérience n’a que quelques mois.

En vue de l’analyse bénéfice/risque, il faut également envisager des traitements efficaces à faible risque. Il est bien établi que la carence en vitamine D est liée à la présentation d’une détresse respiratoire sévère, et aux séquelles de la tempête de cytokines, qui comprend également le Covid.

Il s’agit d’une petite étude, mais bien étayée par la littérature scientifique. Tous les facteurs de risque pour le Covid sont également des facteurs de risque de carence en vitamine D. Nous avons une pandémie de carence en vitamine D dans de nombreux climats tempérés. Plus de deux cents scientifiques ont demandé instamment que l’on envisage une supplémentation en vitamine D pour la prévention et le traitement du Covid.

Comme le Dr Raharusun s’est montré optimiste après avoir mené son étude, il a estimé qu’il s’agit d’une solution qui ne coûte que quelques centimes. Malheureusement, il a été victime d’un décès prématuré peu de temps après avoir mené son étude.

Les autorités sanitaires chinoises ont recommandé un moratoire sur ces injections de vaccins à ARNm Covid, après les enquêtes sur les décès dans les maisons de soins en Norvège. Tous les jours, un flot de rapports détaillant les effets secondaires déconcertants qui entraînent des décès se succèdent au fur et à mesure que se déroule cette grande expérience sur l’humanité.

Le 5 février, la Medical Freedom Alliance britannique a écrit une lettre à Boris Johnson, l’exhortant à s’occuper des décès dus aux vaccins dans les maisons de soins :

Nous demandons maintenant un audit immédiat et urgent des décès survenus depuis le début du déploiement du vaccin Covid-19, afin de déterminer si les vaccins Covid-19 (en général ou d’une marque en particulier) entraînent un nombre accru de décès (liés ou non au Covid-19), de cas de Covid-19 ou un risque accru de décès dans certains groupes d’âge ou certaines cohortes.

Il y a maintenant plus de 900 décès dans le registre VAERS. Selon la propre analyse de Health and Human Services, il s’agit probablement d’un faible pourcentage des décès réels. Les deux sociétés souhaitent que les essais soient “en aveugle” afin que les groupes placebo puissent acquérir des thérapies géniques synthétiques. Si cela se produit, la cohorte placebo sera perdue, ce qui obscurcira davantage les effets secondaires délétères.

Dans le monde, plus de 206 millions de doses ont été distribuées. Pfizer a prévu un bénéfice de 15 milliards pour 2021. Un départ très lucratif pour toutes les entreprises qui bénéficient du complexe industriel Covid.

Malheureusement, les gens ne sont pas informés que les essais de la phase 3 sont en cours. La FDA et Santé Canada n’ont pas approuvé l’autorisation de ces injections. Les injections sont très expérimentales. Ces thérapies géniques synthétiques ont été conçues et “évaluées” à une vitesse record de moins d’un an, puis ont reçu une approbation provisoire basée sur 2 mois de données de sécurité.

Récemment, le gouvernement indien a refusé la thérapie génique de Pfizer, ce qui a incité les médecins américains de première ligne à faire appel à Biden pour répondre à leurs préoccupations. Les autorités de santé publique font des allégations sur les thérapies géniques synthétiques que les fabricants n’ont pas faites.

ICAN a récemment écrit une lettre à Cuomo pour demander la rétractation des annonces frauduleuses de l’État de New York selon lesquelles les injections de ces vaccins sont approuvées par la FDA et ont fait l’objet de tests de sécurité rigoureux.

Vous trouverez ci-dessous un exemple de la propagande contenue dans la publicité du gouvernement du Canada :

 

Une réunion de famille pour un repas équivaut désormais à un comportement criminel.

Dr Peter Doshi, rédacteur en chef adjoint du BMJ, a déclaré :

Les produits peuvent être commercialisés sans accès aux données, mais les médecins et les sociétés professionnelles devraient déclarer publiquement que, sans une transparence complète des données, ils refuseront d’approuver les produits covid-19 comme étant basés sur la science”.

Le Dr Michael Yeadon, ancien vice-président de Pfizer, a également déclaré :

Tous les vaccins contre le virus du SARS-CoV-2 sont par définition nouveaux. Si l’utilisation d’un tel vaccin est approuvée dans des circonstances qui ne sont pas EXPLICITEMENT expérimentales, je pense que les receveurs sont induits en erreur dans une mesure criminelle.

Les rapports du White Paper du American Frontline Doctor,

Un vaccin expérimental n’est pas plus sûr qu’un très faible taux de mortalité.

Pour exercer son consentement éclairé, tout bénéficiaire de ce vaccin doit être informé qu’il participe actuellement à un essai clinique. Il n’y a aucune revendication concernant la réduction de la transmission. Toute analyse bénéfice/risque doit être centrée sur l’individu, tout comme le traitement par une pharmacothérapie.

Par conséquent, le bénéficiaire potentiel de l’essai doit comprendre le taux de mortalité, la réduction absolue du risque de symptômes et les effets secondaires potentiels, y compris l’ADE ainsi que les alternatives efficaces de traitement si le besoin s’en fait sentir.

Si le sujet potentiel de l’essai n’est pas relayé par ces informations, ou ne les comprend pas, il s’agit d’une violation flagrante du code de Nuremberg.

Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel… Cela signifie que la personne concernée doit avoir la capacité juridique de donner son consentement ; doit être située de manière à pouvoir exercer un libre pouvoir de choix, sans l’intervention d’un quelconque élément de force, de fraude, de tromperie, de contrainte, d’abus ou d’une autre forme ultérieure de contrainte ou de coercition ; et doit avoir une connaissance et une compréhension suffisantes des éléments du sujet concerné pour lui permettre de prendre une décision éclairée et compréhensible.

Ce dernier élément exige qu’avant l’acceptation d’une décision positive par le sujet expérimental, il lui soit fait connaître la nature, la durée et le but de l’expérience ; la méthode et les moyens par lesquels elle sera menée ; tous les inconvénients et les dangers auxquels on peut raisonnablement s’attendre ; et les effets sur sa santé ou sa personne qui peuvent éventuellement découler de sa participation à l’expérience.

Il existe un nombre important d’experts dans le monde entier, qui mettent en garde contre les catastrophes potentielles de ce nouveau vaccin. La sainteté de la vie est reléguée aux proclamations de ceux qui justifient et commandent la nouvelle religion Covid.

La nouvelle normalité engendre l’hystérie, “sûr et efficace” sont les mantras macabres. Seul un hérétique ose analyser les données réelles ou lancer une interrogation rationnelle. Le message sans scrupules proclamé d’en haut, le Covid est extrêmement fatal, les injections sont extrêmement sûres et efficaces. Point final.

Le Dr Vernon Coleman n’a pas mâché ses mots, dans son plaidoyer émotionnel :

Légalement, tous ces gens qui font des “vaccinations” sont des criminels de guerre… Il n’y a aucun doute dans mon esprit, c’est un génocide mondial”.

Bien entendu, les commentaires du Dr Coleman ont été signalés comme fausses informations par Facebook.

Entre-temps, les messages orwelliens tels que ceux qui suivent abondent :

 

L’amour, c’est se faire vacciner quand c’est son tour

Le docteur en médecine Sadaf Gilani est un entrepreneur et un militant canadien.

Source : https://off-guardian.org/2021/02/22/synthetic-mrna-covid-vaccines-a-risk-benefit-analysis/
Traduction par https://cv19.fr

 

 

11 commentaires

  • petitscarabee

    On se fout de leur boniment puisque que cela consite à forcer l’ouverture du cellule donc : un viol
    Les choses avec ARN messager sont uniquement un viol de cellule……rien à voir avec la méthode de la vaccine et des lymphocites,cellules T et K .

    Aprés si vous voullez legaliser le viol,l’inceste,le vol,le meutre comme les adeptes des sectes monothéistes alors ça c’est vôtre affaire

  • Je trouve scandaleux que les morts et les estropiés à vie à cause du « vaccin » soient considérés comme de simples « risques » !!
    Maintenant… si le « risque » choisit d’être un « risque », de jouer à la roulette russe… tant pis pour lui. Sauf que des milliers de personnes âgées n’ont pas eu le choix, elles.

    Oui c’est un viol (je ne l’avais pas vu ainsi mais c’est logique), comme le test par écouvillon ! Où qu’on l’enfonce !!
    Tiens, il me vient un exemple: le foetus garde en mémoire la piqûre qu’on lui a fait pour chercher je ne sais quoi, alors même qu’il n’est pas encore né. C’est une agression qui cause un traumatisme à vie.

    • CryptoKrom

       » le foetus garde en mémoire la piqûre qu’on lui a fait pour chercher je ne sais quoi,  »

      – tests de maladies génétiques, trysomie inclue, autres tests non-révélés envisageable.

  • Sully-Morlandimus

    Dans toute cette histoire, le viol est consenti par un troupeau de gentils abrutis.
    Ils auront ce qu’ils auront, perso, je préfère aller au maquis !
    La résistance rien qu’avec des bla-bla ça me gave.

  • behappy

    Je dis ce que j’ai pas vu mais Arn messager semble une nouvelle technologie bien supérieure a tout, alors qu’au départ elle été dénigré
    Je dis que pfffzer est le meilleur de tous, même par ceux qui ont fait cela en mode arn
    Maintenant si c’était les S… j’aurais dit exactement la même chose si c’était le cas
    Ce n ‘est pas le cas https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif
    En ce qui me concerne ca sera ce vaccin
    Et comment on fait pour avoir le choix ?
    Ecoulé les strazzeneca ?
    Je dis vrai https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    • Sully-Morlandimus

      @behappy………………Plus que l’ARNm c’est ce qui n’est pas signalé dans la composition de l’ensemble qu’on va nous injecter dans la paillasse qui m’inquiète. Compte-tenu du côté plus que suspect du traitement de cette pandémie par nos gouvernants européens , je n’ai AUCUNE confiance dans ce vers quoi, visiblement, ils veulent nous conduire. AUCUNE !!
      Et j’en ai le droit !!

      • behappy

        Sully-Morlandimus
        Bien que tu as le droit de dire ce que tu veux mais cela repose sur quoi ?
        Tes peurs ?
        Je sais a l’avance que l’avenir me donnera raison sur le fait que c’est le meilleur vaccin a tout point de vu
        Mais il y a aussi des études qui le confîmes sur des millions de vaccinations
        Je suis donc a des milliards d’années lumière d’une confiance aveugle https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif
        Le vrai problème auras tu le choix dans le type de vaxxin ? https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_scratch.gif

  • CryptoKrom

    Mefiez vous d’Axel Kahn comme de la peste !

    Regardez son CV
    (evidement futruascience a conflits d’interets use souvent d’experts scandaleux,
    evitez leur forum, trollage/censure autorisé contre les sujets dérangeants )

    https://www.futura-sciences.com/sante/personnalites/genetique-axel-kahn-13/

    Et sa:  » depuis 1990 Membre du Conseil d’Administration du Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifique (MURS) »

    sa vous fait pas tilter un peu ?!

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

  • mianne

    Qu’on nous laisse nous immuniser naturellement , sans masque ni vaccin, contre cette forme de grippe avec au besoin le recours à l’hydroxychloroquine et l’azythromycine puisque ça marche , pour les 0,2% de risque de contamination problématique . Tout ce cirque sans fin est ridicule .

    • CryptoKrom

      On peux rèver.

      Vue que Pfitzer veux se militariser…attendez vous plutot a les voir un jour vous prendre en joue,
      puis tirer !