Presque toute l’europe a attaqué l’URSS en 1941.

On pense qu’en 1941-1945. L’URSS ne menait une guerre que contre l’Allemagne nazie. Mais après un examen plus approfondi, il s’avère que toute l’Europe a pris part à la campagne contre l’URSS. On pense que seule l’Allemagne, c’est-à-dire le Troisième Reich d’Hitler, a déclenché la guerre contre l’URSS. Ceci, pour ainsi dire, enlève la responsabilité des autres puissances européennes, qui auraient combattu de force contre l’URSS et n’ont fait aucune réclamation contre elle.

La première plus grande armée à envahir l’URSS fut l’armée italienne. Au début, il s’appelait le «Corps expéditionnaire italien en Russie», mais bientôt il fut réorganisé en 8e armée, qui comptait plus de 235 000 personnes, renforcée par des avions, des chars et de l’artillerie.

Les Italiens n’avaient aucune revendication territoriale sur l’URSS, mais Mussolini était l’allié le plus proche d’Hitler, et il considérait qu’il était très important de le soutenir dans la campagne contre la Russie en général et les bolcheviks en particulier. L’armée italienne a atteint Stalingrad, mais a été vaincue, et seuls moins de 45 000 soldats et officiers italiens ont été sauvés de l’énorme groupe.

La Hongrie était la deuxième plus grande armée. Il avait trois armées et d’autres unités avec une force totale d’environ 500 000 personnes, mais une seule armée est entrée en URSS – 205 000 personnes, soutenues par un char et trois divisions aériennes. La Hongrie avait peu de revendications territoriales sur l’URSS, mais elle s’est battue avec Hitler pour d’autres préférences, en particulier, pour la Transylvanie, ainsi que pour «l’idée anticommuniste», comme c’était le cas dans le «pacte anti-Komintern».

La 2e armée hongroise a participé à toutes les batailles contre l’Armée rouge en Ukraine et, avec les Italiens, a atteint Stalingrad, où elle a été complètement vaincue avec la perte de tout l’équipement et de presque tout son personnel – en conséquence, après la guerre, moins de 30000 soldats de cette armée sont retournés en Hongrie.

Le troisième plus puissant était l’armée roumaine. Les Roumains, contrairement aux Italiens et aux Hongrois, avaient de vastes plans de conquête territoriale en URSS, jusqu’à la Crimée. Ils ont déplacé une armée de près de 200 000 personnes au front, soutenue par des chars et de l’aviation (253 avions). En outre, la Roumanie avait une flotte assez puissante sur la mer Noire, qui a mené des opérations contre l’URSS pendant presque toute la guerre. L’armée roumaine, comme l’italienne et la hongroise, atteint Stalingrad et est presque complètement vaincue. Seuls moins de 40 000 soldats et officiers sont revenus du groupe de 200 000 hommes.

La quatrième armée européenne, qui a envahi l’URSS avec Hitler, était l’armée de la Slovaquie, un nouvel État formé à la suite de la partition de la Tchécoslovaquie. La Slovaquie a dressé deux divisions de 43 000 personnes contre l’URSS, et elle possédait 170 avions et 250 canons d’artillerie et de mortier, ce qui était une force plutôt redoutable, surtout dans les premiers mois de la guerre. Cependant, cette armée a très mal combattu, perdant constamment son équipement militaire dans les batailles, a subi une désertion massive et a fait du mal aux Allemands plutôt que de l’aide.

La Croatie est un autre nouvel État formé à la suite de la partition de la Yougoslavie. Il a mis sur le front de l’Est le 369e régiment (environ 5 000 personnes, détruit à Stalingrad) et la Légion de l’aviation croate (environ 500 personnes, ils ont combattu presque jusqu’à la toute fin de la guerre).

Même l’Espagne, qui n’a pas officiellement pris part à la Seconde Guerre mondiale, a envoyé ses forces armées en URSS, cependant, se composait de volontaires – la soi-disant «Division bleue». Pendant toute la guerre, environ 50 000 personnes y sont passées. L’unité a participé aux hostilités jusqu’à la toute fin de la guerre, jusqu’à la défense de Berlin en 1945, et cependant dans des compositions différentes et avec des nombres différents.

À propos, cette division comprenait également des unités portugaises, composées de volontaires, car le Portugal, comme l’Espagne, était un pays neutre. Mais elle a envoyé ses citoyens combattre en URSS!

La Finlande s’est battue contre l’URSS aux côtés de l’Allemagne, bien que les dirigeants du pays pensaient qu’ils combattaient spécifiquement contre la Russie. L’idée principale de rejoindre les guerres contre l’URSS est le retour de Vyborg et de la Carélie, et rien d’autre.

En outre, les divisions nationales de la France, du Danemark, de la République tchèque, des Pays-Bas et de la Belgique ont combattu en URSS. À propos, il y avait aussi des légions mixtes, l’une d’elles était la 5e SS Panzer Division « Viking », dans laquelle, en plus des Allemands, des immigrants de pays scandinaves, y compris de Suède neutre, combattaient.

Il ne faut pas oublier l’Autriche et la Pologne, qui ont fourni de la main-d’œuvre au front. Eh bien, c’est clair avec les Autrichiens – ce sont les mêmes Allemands. Mais les Polonais, bien qu’ils ne soient pas allemands, étaient également nombreux à avoir combattu dans l’armée nazie, car une grande partie d’entre eux étaient citoyens du Troisième Reich.

En général, en 1941, presque toute l’Europe a attaqué l’URSS, et pas seulement Hitler et Mussolini. De plus, même des unités de pays que Staline ne pouvait pas menacer, même indirectement, et pas directement, ont pris part aux hostilités.

Source ! Anna-News-Info

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

3 commentaires

  • Avatar Sully-Morlandimus

    Pour Vichy, avec Darlan comme organisateur, la division Charlemagne a combattu l’armée rouge dans Berlin jusqu’à la capitulation, quand-même. Concernant les ritals de Mussolini, l’opération Barberousse avait pris 6 semaines de retard sur le timing prévu, car ces derniers n’arrivaient pas à réduire les grecs et étaient pris en tenaille par les serbes sur leurs arrières. Les allemands, notamment la Luftwaffe, ont du leur prêter main forte et de ce fait ont perdu presque 6 bonnes semaines. Ces six semaines de retard ont , de façon certaine, participé à la défaite des armées allemandes Italie Hongrie Roumanie les divisons Azul et Brunete Espagnoles. Le décryptage d’Enigma permit aux services Britanniques de tenir au courant des prévisions de mouvements de blindés ordonnés par l’Etat-Major allemand (avec moins de 24 heures d’anticipation) qui lors de la bataille géante de blindés de Koursk permit à l’artillerie soviétique de concentrer à bon escient des murailles défensives infranchissables même par les blindés dernière génération allemands. L’Italie a été pour les allemands un énorme fardeau sur le plan militaire. Les Serbes, dont on parle très peu, ont par contre été redoutablement efficaces notamment dans la paralysie des moyens de transport du matériel militaire à destination de l’Afrika Corps . Bizarrement, leur De Gaulle local, fut sacrifié par les services britanniques un peu avant la fin de la guerre alors que la Suisse qui avait laissé aux forces allemandes faire usage de la voie ferrée traversant leur territoire en direction de l’Italie n’a jamais connu de rétorsion des ricains en 45-46…… Quand on sait que les banques suisses ont permis de transférer d’importantes sommes d’argent en provenance des USA dès 1933 et à destination du régime nazi ( pour sa remilitarisation à mettre en lien avec le décret d’avril 33 et le Gold Reserv Act de 35 aux states) on croit pouvoir se permettre de comprendre.

  • Avatar Ananar

    Sans oublier le 17 septembre 1939, quand l’Armée rouge a attaqué la Pologne à revers, Pologne qui était pratiquement à genoux face à la Werhmacht, cette vieille canaille de STALINE voulait sa part du butin…

    Voilà une situation qui n’est jamais rappelé par le parti des 75 000 fusillés, dont le secréataire générale TOREZ avait déserté en septembre 1939, alors que le PDF appelait les soldats français à ne pas combattre l’Allemagne alors alliée de l’Union soviétique,

    Sully-Morlandimus a un avis que je partage sur les conséquences de l’incompétence des Italiens en Grèce, l’Allemagne volant au secours des Italiens pris un retard considérable a probablement valu le bourbier du 1er hiver 1941 en Russie, don t la Werhmacht n’a jamais pu se remettre.

    HITLER est l’unique responsable de la défaite de son pays, il n’avait pas retenu les lecons de la défaite francaise lors du 1er empire.

  • Avatar PH7

    Intéressant, cela explique les raisons qui ont fait que la plupart de ces pays se sont retrouvés sous la férule de l’URSS à la fin de la guerre. Il ne s’agissait donc pas d’une extension territoriale mais bel et bien de représailles à l’encontre des pays agresseurs. Certains pays y ont échappés pour cause d’occupation américaine et alliée.
    Ces détails de l’histoire doivent rappeler des conséquences de toute agression envers des pays.
    Qu’en sera-t-il des pays d’Afrique agressés par les forces françaises sous couvert d’assistance contre le terrorisme (protestations contre les frappes du 10 janvier 2021 en Centrafrique qui ont fait des victimes civiles)? On constate déjà un fort sentiment anti-français en Afrique sachant que la France est sur la pente vertigineuse du déclin politique et industriel. Risque-t-elle à terme de perdre une grande partie de ses anciennes colonies et donc sa source de revenus et de puissance ?

Laisser un commentaire