Les deux pontes mondiaux de la vaccination engagés par une firme qui mise sur le vaccin ADN.

Partagez ! Volti

******

Par Liliane Held Khawam

Mme Siegrist, star de la vaccinologie suisse et mondiale, est la référence absolue des médias suisses qui l’imposent comme référence au grand public. Sa faculté de simplifier et de rendre banal le geste de vaccination est rassurant et acceptable à la condition sine qua non qu’elle ne soit pas concernée par des conflits d’intérêts majeurs. Toute la question est de savoir ce qu’est un conflit d’intérêts majeur en matière de santé publique. Dans un domaine si sensible, avec des produits insuffisamment testés, la marge de manœuvre devrait du point de vue éthique être très réduite. Mais ceci est la théorie…

Le fonctionnement de la planète continue à être à l’arrêt pour un virus qui, selon l’industriel Pfizer lui-même contamine au maximum 0.9% de la population, et crée des réactions sévères auprès de 0,05% . Et le chiffre baisse drastiquement en matière de mortalité.

Pourtant, on va vacciner avec des produits inconnus, dont les spécialistes eux-mêmes ne voudraient pas pour leurs proches. Coup sur coup, il y a eu des morts ces derniers jours (un en Israël, un autre en Suisse, une jeune infirmière aux Etats-Unis). Dans le cas du décès suisse qui a eu lieu à Lucerne, Swissmedic souligne les « antécédents médicaux » ainsi que l’évolution aiguë de la maladie de cette personne. On parle d’un homme de 91 ans, atteint de démence. Alors pourquoi vaccine-t-on une personne si fragile?

A-t-il servi de cobaye non consentant?

Il est utile de rappeler aux décideurs en matière de santé publique que le Code de Nuremberg est très clair sur le sujet, et qu’il reste valable.

Essayons d’appliquer à cette victime un de ses 10 points qui dit:

« Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel. Cela veut dire que la personne intéressée doit jouir de capacité légale totale pour consentir : qu’elle doit être laissée libre de décider, sans intervention de quelque élément de force de fraude, de contrainte, de supercherie, de duperie ou d’autres formes de contraintes ou de coercition. Il faut aussi qu’elle soit suffisamment renseignée, et connaisse toute la portée de l’expérience pratiquée sur elle, afin d’être capable de mesurer l’effet de sa décision. Avant que le sujet expérimental accepte, il faut donc le renseigner exactement sur la nature, la durée, et le but de l’expérience, ainsi que sur les méthodes et moyens employés, les dangers et les risques encourus; et les conséquences pour sa santé ou sa personne, qui peuvent résulter de sa participation à cette expérience. L’obligation et la responsabilité d’apprécier les conditions dans lesquelles le sujet donne son consentement incombent à la personne qui prend l’initiative et la direction de ces expériences ou qui y travaille.Cette obligation et cette responsabilité s’attachent à cette personne, quine peut les transmettre à nulle autre sans être poursuivie. »

La volonté de vacciner tout un chacun devient une obsession qui a envahi la planète. Elle est psychopathologique et devient indéfendable.

Le formatage de la santé publique avec l’argent des milliardaires

En décembre 2007, un communiqué de l’Université de Genève annonçait que la Fondation Bill & Melinda Gates donnait 1,3 million pour la vaccinologie à L’UNIGE pour former les décideurs à la vaccinologie. Cette somme devait permettre d’offrir chaque année pendant quatre ans une formation en vaccinologie à des responsables de santé publique de pays en développement. https://www.unige.ch/communication/communiques/annees07-08/cdp071217/

Dans les faits, ce sont près de 5 millions de francs suisses que l’Université de Genève a reçu de la fondation Gates avant 2009 pour les travaux de Mme Siegrist.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est siegrist-mio-de-gates.png

La responsable de ce qui va devenir un centre de référence planétaire est Claire-Anne Siegrist. Elle dirige la structure devenue ADVAC, Advanced Course of Vaccinology, dont un des conseillers scientifiques seniors n’est autre que… Stanley Plotkin.

Il s’agit d’une formation intensive sur 2 semaines en matière de vaccinologie. Elle s’adresse à la planète entière, ce qui facilitera d’autant la standardisation et l’uniformisation de la mentalité, des protocoles, et des outils en matière de santé publique et de choix de vaccination. Vous trouverez invariablement la Fondation Gates en sponsor, https://www.advac.org/advac/about-us mais aussi un de ses représentants dans l’équipe dirigeante.. https://www.advac.org/advac/scientific-committee

Ces projets planétaires et supranationaux ont permis à Mme Siegrist de se faire connaître dans le monde entier bien sûr, y compris auprès de l’OMS. Ainsi, en 2010, elle rejoint le Groupe stratégique consultatif d’experts de l’OMS sur la vaccination. https://www.who.int/immunization/sage/members/bio_siegrist/en/. A travers elle, la Suisse devient le modèle à imiter avec ses outils/plateformes/carnet électronique de vaccination.

Le problème sur lequel il faudra se pencher tôt ou tard, est la position de carrefour, occupée par Mme Siegrist, entre les autorités locales-supranationales- les firmes de biotech- les brevets personnels, bref tout ce qui entoure la composition des vaccins.

Il y a quelques années une journaliste et un gynécologue suisses ont tenté d’analyser ce qui ressemble à un mélange des genres. Les auteurs y dénonçaient la vaccination contre le Papillomavirus contre lequel, les filles sont vaccinées dès l’âge de… 9 ans. Les auteurs de ce livre qui ont été primés ont notamment écrit: « Enfin, Claire-Anne Siegrist avance des chiffres liés aux infections par HPV (« des milliers de femmes s’infecteront »), probablement pour donner du poids à son argument. Le procédé est d’autant plus discutable qu’à l’époque, la Présidente de la CFV était l’une des personnes les mieux placées en Suisse pour savoir que 90 % des infections à HPV disparaissent spontanément. » Fâcheux constat.

https://gyneco.ch/wp-content/uploads/piqure_trop-213x300.jpg

Quel vaccin choisir à l’heure de SARS-CoV-2?

Voici une vidéo que je vous recommande vivement pour essayer de comprendre un minimum les différences qui existent entre les familles de vaccins. A l’heure où des puissances financières luttent tous les jours pour forcer la planète à se faire vacciner, sortir de l’ignorance est une obligation. De plus, cette vidéo vous permettra de comprendre la suite, car l’objectif visé est très certainement le vaccin ADN, ce qui mettrait un terme brutal à l’humanité telle que connue jusqu’à aujourd’hui.

Alors un vaccin ARN messager peut-il modifier les gènes du receveur?

Il y a 2 jours, nous avons publié une recherche au sujet de la nanomédecine. Et nous nous posions des questions sur l’introduction de l’ARN messager dans la cellule. Et une des nombreuses questions était: qui peut garantir que l’ARN messager introduit artificiellement ne produirait pas des substances qui pénètreraient dans le noyau de la cellule, modifiant alors le génome de l’hôte? Alexandra Henrion Caude apporte la réponse: (…) les possibilités que nos cellules contiennent dans certaines conditions cette fameuse TRANSCRIPTASE INVERSE « .

Or, la transcriptase inverse ou rétrotranscriptase (en anglais reverse transcriptase ou encore RT) est une enzyme utilisée par les rétrovirus et les rétrotransposons qui transcrivent l’information génétique des virus ou rétrotransposons de l’ARN en ADN, qui peut s’intégrer dans le génome de l’hôte (Wikipédia)

https://lilianeheldkhawam.com/2020/12/28/reset-de-la-medecine-par-la-nanotechnolgie-transhumanisme-en-vue/

Mme Siegrist affirme le contraire

Prof. Claire-Anne Siegrist affirme de manière catégorique qu’il y a impossibilité de pénétration de l’ARN messager dans le noyau de la cellule. Ainsi, toute modification génétique devient selon elle impossible. Par conséquent, il est impossible de transmettre une éventuelle mutation à sa descendance.

A 1.48 environ. Mme Siegrist garantit qu’il ne peut y avoir de modification génétique à travers le vaccin à ARN messager.

Venant d’une star de la vaccination, le public va se sentir totalement rassuré pour aller se faire vacciner. D’ailleurs, dans un article, Mme Siegrist va mettre en confiance le lecteur tout en ayant ces mots incroyables venant de la part d’une scientifique:

 » Les résultats des études n’ont pas encore été publiés dans des revues scientifiques, mais les candidats vaccins de Moderna et de Pfizer annoncent tous deux une efficacité de 95%, ce qui est vraiment excellent. Celle du vaccin d’AstraZeneca serait plus faible, autour de 70%. Concernant le vaccin russe, nous avons de bonnes raisons d’avoir des doutes sur le chiffre avancé [91% d’efficacité, nldr], donc, pour moi, il n’entre pas en ligne de compte. »

https://www.letemps.ch/sciences/claireanne-siegrist-vaccinologue-normal-gens-se-posent-questions-vaccins

Au moment de l’interview, Mme Siegrist reconnaît n’avoir en mains aucune publication scientifique sur les résultats des validations des 4 vaccins, et s’en remet aux résultats fournis par des fabricants pour juger de manière affirmée. Et pour le russe, pourquoi doute-t-elle de ses chiffres plus que de ceux des commerciaux des 3 autres firmes? Pourquoi les 70% de AstraZeneca ne la font pas réagir plus fort? Cette attitude, qui n’est clairement pas acceptable venant d’une scientifique, cumulée avec la précédente dans la vidéo m’ont donné envie d’en savoir plus sur elle.

Une entreprise de Biotech franco-thaïe développe des vaccins ADN

BioNet est une société de biotechnologie privée franco-thaïlandaise axée sur la découverte, la fabrication et la fourniture de vaccins vitaux. BioNet est à la pointe de l’innovation dans le domaine de la coqueluche en améliorant le vaccin anti-coqueluche à l’aide de la technologie de l’ADN recombinant. Cela signifie que l’on manipule en laboratoire de l’ADN, ou des fragments d’ADN de différentes sources, qui sont coupés puis recombinés au moyen d’enzymes. Cet ADN recombinant est ensuite inséré dans un organisme vivant. Un organisme manipulé par des techniques d’ADN recombinant est appelé organisme génétiquement modifié (OGM). https://www.greenfacts.org/fr/glossaire/tuv/technologie-ADN-recombinant.htm https://www.amgen.ch/fr-ch/science/biotechnologie/

http://www.bionet-asia.com/about-us/company ET https://www.prnewswire.com/news-releases/bionet-received-thai-fda-approval-of-the-worlds-only-available-recombinant-monovalent-acellular-pertussis-ap-vaccine-300383345.html Partenaire de l’Institut Pasteur (ICI)

Et voilà que BioNet héberge dans son cœur nucléaire thaï non seulement Mme Siegrist, mais aussi M Stanley Plotkin! Décidément… Les lecteurs de ce site connaissent bien ce monsieur qui sert de référence absolue au monde du vaccin, et dont l’image fut fracassée dans le cadre d’une audition auprès d’un tribunal américain. Je vous mets le lien au cas où vous n’auriez pas encore vu ce reportage accablant.

Bref, quels sont les intérêts financiers de Mme Siegrist dans BioNet (actionnariat, bonus sur chiffre d’affaires, brevetage des produits, etc)? A l’heure de ses interventions publiques, ce genre de conflits éventuels doit impérativement être communiqué aux téléspectateurs qu’elle conseille.

Les Australiens en cobayes humains.

Bref, L’entreprise pour laquelle œuvrent M Plotkin et Mme Siegrist est engagée dans un programme de vaccin ADN conséquent! Le programme qui le promeut est COVIGEN http://www.bionet-asia.com/research-development/covigen-project-needle-free-sars-cov-2-dna-vaccine/ http://www.bionet-asia.com/media/news-events/ https://biomelbourne.org/technovalia-partners-with-the-vax4covid-alliance-and-bionet-to-evaluate-covigen/

Récemment, nous apprenions que le gouvernement australien a dû stopper la vaccination. Le journal rapporte que: Les partisans du candidat vaccin COVID-19 localement en Australie ont annoncé aujourd’hui l’arrêt de son développement, après que certaines des premières personnes à avoir reçu le vaccin dans le cadre d’un essai de sécurité aient généré des anticorps contre une cible involontaire, le virus du sida. Un petit fragment d’une protéine du VIH est un composant du vaccin utilisé pour ajouter de la stabilité à la cible d’anticorps prévue, la protéine de pointe du coronavirus pandémique SARS-CoV-2. Nous ne savons pas si ce stop concerne le vaccin de BioNet ou un autre… https://www.sciencemag.org/news/2020/12/development-unique-australian-covid-19-vaccine-halted

Introduction du vaccin par la peau sans piqûre

Au fait, ce vaccin Covigen ne fait pas appel à une piqûre. Il est administré par le biais du système PharmaJet en raison de sa capacité à augmenter l’efficacité des vaccins à ADN et à la vitesse du système d’administration par rapport aux aiguilles et seringues traditionnelles.

https://cobioscience.com/pharmajets-needle-free-system-to-be-used-in-australian-clinical-covid-19-trial/

LHK

Annexe.

Présentation de la liste d’intérêts.

Voici une petite présentation de ce que Mme Siegrist annonce comme liste d’intérêts. On peut relever la bonne volonté en matière de transparence.

Mme Siegrist est co-titulaire d’un brevet qui a pour objet l’utilisation d’un adjuvant particulier, le DCchol pour la préparation de compositions vaccinales destinées à être administrées à des nouveau-nés. Il est exploité par Sanofi Pasteur (ICI) . Viavac est une autre pomme de discorde de poids quant à la propriété du logiciel qui porte le carnet de vaccination électronique. Comment peut-on présider la Commission fédérale des vaccins, être salariée de l’Etat, et être propriétaire de la plateforme nationale (internationale?) qui génère les carnets (demain passeports?) électroniques de vaccination d’un pays? Quid de la gestion des données détenues? Etc. https://www.infovac.ch/docs/public/-biosketch/siegrist-claire-anne-biosketch.pdf

Source LHK

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

3 commentaires

  • Avatar CryptoKrom

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

    Super article, merci.

    J’en profite pour reposter un truc que j’avais mis un peu tard hier, sur les liens entre

    Cancer (cellules immortelles), thérapie géniques a PEG , chimérisation par hybridation avec des cellules cancereuses , Vaccins a PEG, modification de l’ADN, risques non-publiés etc…

    https://lesmoutonsenrages.fr/2021/01/01/vos-infos-news-et-autres-du-1er-janvier-2021/comment-page-1/#comment-790567

    C’est juste que, au final, en mettant bout a bout tout ce qu’on découvre,
    sa donne l’impression que le Transhumanisme a déja commencé,
    et que les vaccins, les virus, les pandémies, etc, tout sa c’est que des LEURRES pour faire
    accepter a la Masse de servir de cobayes…croyant protéger les autres par « altruisme »
    ou devoir de citoyen.

    C’est systématiquement les mémes clamant fortement la nécéssité de vacciner qui sont pourtant les pieds en plein dedans , dans la vague acharnée vers le transhumanisme.
    Méme de nouvelles tétes pourries totalitaires antilibertés voir méme sadiques (nécéssités de punir ceux qui refusent, comme des gosses…on dirait presque des tendances pédophiles) ont l’audace de faire surface…

    c’est EUX LES MALADES !!
    Pas nous.

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_sad.gif

  • Pour ce qui est du consentement, j’ai eu une réflexion qui m’a parue sensée: dans le cas présent de la personne démente, ou en incapacité, il doit être obligatoire de demander aux enfants – s’il y en a, leur accord.
    Mais la notion d’abus de faiblesse est très vague en France. Elle ne dépend pas que de l’âge. Sauf à connaître les cas, on ne saura jamais si la personne âgée est apte ou non à donner son consentement éclairé, sauf cas de sénilité, bien sûr, et à condition sans doute qu’elle soit médicalement reconnue.
    Donc il y aura de fait de nombreux abus de faiblesse qu’on ne pourra jamais évoqué à cause de cette imprécision de la loi. Une mamie de 90 ans peut décider seule si elle se fait vacciner ou non.
    Il sera tout aussi difficile, mais pour d’autres raisons, de faire valoir qu’elle n’a pas à être incarcérée dans sa chambre parce qu’elle aura refusé le vaccin et sera sensée être un danger pour les autres, vue la politique vaccinale actuelle.
    Les personnes âgées en EHPAD sont vraiment à la merci des tortionnaires sanitaires !

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    La Connasse dans les vidéos est juste en train de nous dire que la Nature est mal faite quoi ! – et bien moi je t’emmerde vieille tepu ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif