La COVID-19 et ses gigantesques dommages collatéraux causés par l’homme : La grande réinitialisation – Un appel à la désobéissance civile

Merci Françoise G. Partagez ! Volti

******

Par Peter Koenig pour Mondialisation.ca

Le récit en cours dans l’Ouest est : La « Covid est en hausse – nous entrons dans la deuxième vague – nous devons protéger notre peuple. »

La recette proposée est un test – test – test – test – c’est l’instrument qui permet d’augmenter le nombre de « cas ». Plus vous testez, plus vous avez de cas. Est-ce si difficile à comprendre ? Si demain le monde arrête de « tester », la covid n’existera plus. Finito. Retour à la vie. Mais c’est ce qu’ils ne veulent pas. « Ils », les plus hauts placés. Laissez-moi les appeler les diaboliques l’État profond obscure.

Cependant, les tests et les résultats des tests ne sont jamais analysés. Combien de positifs sont asymptomatiques, qui sont les « positifs », quelles sont leurs tranches d’âge ? Selon tous les médecins du monde entier qui sont sortis de la matrice et ont formé des associations de professionnels de la médecine et de scientifiques, la plupart d’entre eux se font appeler « Médecins pour la vérité ». En Allemagne, en Belgique, en Espagne, en France, en Suisse, en Autriche, aux Pays-Bas, au Danemark, au Pérou, aux États-Unis et ailleurs, plus de 80 % des « positifs » sont asymptomatiques, ce qui signifie que les personnes asymptomatiques ne ressentent rien et ne tombent jamais malades.

Environ dix à quinze pour cent d’entre eux présentent des symptômes légers à plus graves, mais n’ont pas besoin d’être hospitalisés – et le reste des personnes susceptibles d’être hospitalisées ont plus de 75 ou 80 ans et présentent presque toutes une ou plusieurs comorbidités. Parmi ceux qui meurent, la plupart meurent d’une condition médicale préalable – maladie coronarienne, diabète, cancer – avec un Covid-19 « testé », mais pas d’un Covid-19.

Selon les différentes associations de Médecins pour la Vérité, qui ont conclu, sur la base de leur propre expérience, que plus de 50% des soi-disant RT-PCR (Reverse transcription polymerase chain reaction) donnent des « faux positifs ». Bien sûr, les laboratoires, les hôpitaux et les médecins qui les pratiquent sont au courant. Mais ils sont réduits au silence par ce qu’on appelle « une carotte ou un bâton ». Et les « faux positifs » contribuent à faire exploser les statistiques sur les covidés.

Mais qui s’y intéresserait ?

***

Curieusement, très curieusement, dans l’hémisphère nord – également appelé « le Nord global » – la grippe commune vieille de plusieurs centaines d’années a littéralement disparu. D’une année à l’autre. Nous venons d’entrer dans la saison de la grippe commune ou « influenza ». L’automne et l’hiver sont typiques de la grippe et du rhume annuels. Mais personne n’en parle. Soudain, la grippe s’est évaporée. Il n’y a pas de statistiques sur la grippe. Aucun grand média, aucun médecin coopté, aucun hôpital ou groupe de travail Covid et, bien sûr, aucun fonctionnaire, surtout pas ceux des sacro-saintes autorités sanitaires, ne mentionnerait jamais le mot « grippe » ou « influenza ».  Pourquoi ? Ils ne pensent pas que nous, « le peuple », puissions en avoir la moindre idée. Ou si ?

La deuxième vague – Peter Koenig et le professeur Michel Chossudovsky de Global Research on Vimeo.

Est-il possible que la grippe ait été adoptée, intégrée dans le Covid ? C’est une question innocente, bien sûr. Il ne faut pas spéculer sur des choses qui pourraient mettre les autorités au pied du mur, ou pire, laisser entendre qu’elles ont menti aux personnes qui les ont élues, à celles-là même qui paient leurs salaires.

Et pourquoi feraient-ils cela ? Ont-ils une raison obscure ? Quelqu’un, quelque chose de haut placé au-dessus d’eux, qui leur dit que les 193 nations de l’ONU doivent tromper leur peuple, parce que ces « sinistres et gens obscures » de l’ONU ont un programme à mettre en œuvre ? Peut-être l’Agenda ID2020 de Bill Gates, accompagné du « Covid-19 – The Great Reset » [La Grande remise à zéro ou la Grande réinitialisation] de Klaus Schwab du FEM -Forum économique mondial (juillet 2020, disponible sur Amazon et partout ailleurs) ?

Il est en effet possible que les gouvernements du monde entier aient été cooptés, par « la carotte ou le bâton » (pour le dire gentiment), pour faire grimper les statistiques de covidés, les « cas » de covidés ; et quoi de plus pratique en automne-hiver que de convertir la grippe commune qui, de toute façon, lorsqu’elle sera testée, présentera des virus de type corona. Les virus de la grippe et les virus de la Covid sont très similaires ; il est pratiquement impossible de les distinguer lors d’un test.

Demandez la vérité aux médecins qui sont sortis de « la Matrice ». Ces médecins vous diront que pratiquement tous les virus de la grippe contiennent une proportion de virus corona, qui peut atteindre jusqu’à 17 à 20 %. Cela contribue ainsi à faire monter en flèche les statistiques de cas COVID-19.

Mais qui serait intéressé à faire paraître la pandémie pire qu’elle ne l’est déjà ? N’est-ce pas que tout le monde veut « aplatir la courbe » ? Du moins, c’est ce qu’ils ont dit lors de la première vague. Cela a justifié le premier confinement. Pourquoi serait-ce différent lors de la deuxième vague ? Et oui, nous sommes soudainement au milieu de la deuxième vague. Mais plus personne n’ose parler d’aplatissement de la courbe.

Pratiquement tous les gouvernements ont assuré à leur population – franchement, nous sommes plus des sujets que des personnes pour eux, des sujets qui sont manipulés avec des mensonges, des masques et une distanciation sociale, séparés de leurs proches par des quarantaines insensées – ces sujets potentiellement résistants, NOUS, avons été assurés qu’il n’y aurait pas de second verrouillage, que les pays, le monde, ne pouvaient pas se permettre un second confinement. Cependant, peu à peu, mais à pas de géant, ces gouvernements dictatoriaux, qui ont presque tous adopté tranquillement et sans consultation de la population, des « lois d’urgence sanitaire » – un équivalent proche de la loi martiale – ont fermé toutes les fenêtres et les portes, faisant en sorte qu’un autre verrouillage était envisagé. Et encore une fois, il n’y a nulle part où s’échapper.

L’Allemagne, la France, l’Espagne, la Belgique, l’Autriche, le Portugal, la Grèce, le Royaume-Uni et, jusqu’à présent, une partie de la Suisse – viennent de déclarer, au cours des dernières 48 heures, un confinement, ou un quasi-confinement, avec couvre-feux et « assignation à résidence » – isolement à la maison, fermeture des magasins, règles de travail à domicile, et plus encore. Le pire peut suivre. Les gens l’acceptent. Il y a très peu de protestations contre ces mesures. Il n’y a pas encore de véritable résistance qui soit  également impitoyable.

D’autres gouvernements interviennent, plutôt « quand » que « si » – ils veulent prendre cette mesure draconienne, éviscérer le dernier morceau de l’économie restante, et causer des dommages préjudiciables à l’humanité, des dommages sociaux, de l’isolement, de la distanciation sociale – ne pas pouvoir se réunir avec sa famille et ses amis. Dans certains pays comme le Canada, le gouvernement tyrannique de Trudeau a déjà annoncé que cette année « Noël pourrait être annulé » – c’est-à-dire qu’il n’y aurait plus de visites aux familles et aux amis. D’autres pays pourraient suivre cet exemple. Pouvez-vous imaginer ça !

Dans un récent entretien avec RT, Scott Atlas, professeur à l’université de Stanford, médecin et conseiller Covid du président Trump, a qualifié les politiques de verrouillage d’ »échec épique » et a affirmé qu’elles « tuent des gens« . Atlas a ajouté : « Les dirigeants de la santé publique ont échoué de façon flagrante, et ils tuent les gens avec leurs politiques de fermeture qui suscitent la peur ». Et plus loin, « Les fermetures seront considérées comme un échec épique de la politique publique par les gens qui refusent d’accepter qu’ils avaient tort« .

Atlas a ensuite souligné les pertes d’emplois, la hausse des suicides, l’augmentation de la toxicomanie et le tort causé aux jeunes, liant ces questions aux restrictions mises en place par le Covid-19. Il a fait référence à une étude montrant que 25 % des Étasuniens âgés de 18 à 24 ans ont pensé à se suicider en juin « en raison du verrouillage de l’économie », a-t-il déclaré. Et ce qui est peut-être pire, « nous créons une génération d’enfants névrosés, les forçant à porter des masques et à être à deux mètres de leurs amis, ou même à ne pas aller à l’école en personne« .

Les gens n’acceptent pas ça ! Résistez !

La France, sous l’égide du président Macron, envisage déjà une troisième vague. Selon RT, « le ministre français de la solidarité et de la santé, Olivier Veran, a déclaré qu’il ne peut exclure une troisième vague du coronavirus, car le pays entre dans un deuxième verrouillage national.

Alors qu’ils luttent contre un nouveau pic de cas de Covid-19, les responsables français sont déjà préoccupés par la menace d’une troisième vague. Lors d’une discussion sur France Info, M. Veran a déclaré qu’en raison de la gravité du virus et de la vitesse à laquelle il se propage, il n’est pas possible d’exclure une troisième vague, même si le deuxième pic est maîtrisé.

Défendant la décision du gouvernement de mettre en place un deuxième verrouillage national, qui entrera en vigueur à minuit jeudi (le 29 octobre), Veran a affirmé que « ce reconfinement n’était «l’échec de personne» », mais a déclaré qu’il y a des défis à relever pour contenir la propagation, car ils ont affaire à un « ennemi invisible ».

Une deuxième vague, mondiale, était déjà prévue en mai 2020, car ceux qui tirent sur les « innocents » savaient exactement que la saison de la grippe arriverait, comme chaque année.

Aujourd’hui, la grippe est mêlée à la covidémie, mélangée et ajoutant à la hausse spectaculaire des « cas » de covidémie, les statistiques de covidémie. Cette situation et le battage médiatique vont créer plus de PEUR, plus – ou plutôt – LA justification d’un second confinement – et d’obéissance, oui, les personnes effrayées sont faibles et vulnérables, elles sont manipulables – surtout lorsqu’elles sont menacées en même temps d’amendes démesurément élevées pour désobéissance. La PEUR est l’arme la plus puissante de ces tyrans.

Le facteur FEAR (PEUR), fait que les nouveaux parents acceptent que les hôpitaux leur imposent de porter des masques lorsqu’ils reçoivent leur nouveau-né. Des parents sans visage, un monde effrayant. Leur nouveau-né et plus tard les bambins et les enfants connaîtront leurs parents avec des masques. Les expressions du visage sont cachées.

L’enfant est isolé à la vue de ses parents.

C’est ce que veut cette dictature monstrueuse, à laquelle tous les gouvernements de ce monde sont soumis. Des enfants aliénés – une génération qui grandit dans une société sans visage.

C’est une forme sinistre de maltraitance des enfants qui peut détruire toute une génération.

Mais c’est ce que veulent les eugénistes derrière cette atrocité de Covid 5G – des gens sans cœur, sans émotions, qui peuvent facilement devenir inutiles. Les personnes dispensables – n’est pas un terme nouveau. Il a été régulièrement utilisé dans les cercles de l’actuelle administration américaine – pour désigner les personnes qui, à leurs yeux, ne sont pas utiles à la société.

Cela rappelle un célèbre dicton de Henry Kissinger,

« Qui contrôle l’approvisionnement alimentaire contrôle les gens ; qui contrôle l’énergie peut contrôler des continents entiers ; qui contrôle l’argent peut contrôler le monde.

Ces mots ont été prononcés dès les années 1960, par un eugéniste. C’est ce qu’est Kissinger, un protégé de Rockefeller, qui partage les pensées les plus profondes de son maître, et il est rejoint par Bill Gates, qui ne cache pas sa volonté de réduire « drastiquement » la population mondiale. Il ne serait donc pas surprenant que la Grande réinitialisation ait également à l’esprit la réduction de l’approvisionnement en nourriture.

Même sans perturber l’approvisionnement alimentaire, les pauvres n’auront pas d’argent pour acheter de la nourriture.

Ils entreront dans une phase douloureuse de famine, les parents voyant leurs enfants mourir de faim – et beaucoup succomberont à la famine, mort par famine.

C’est la conséquence naturelle de ce qui se passe déjà – les faillites abondent, le chômage prend des proportions inouïes. Le Bureau international du travail (BIT) prévoit que d’ici la fin de 2020 à la mi-2021, jusqu’à la moitié de la main-d’œuvre mondiale pourrait être sans emploi – la plupart dans le Sud, où environ 70 % de la main-d’œuvre est « informelle », c’est-à-dire sans filet de sécurité sociale, sans pension, sans allocations de chômage, rien.

Simultanément, le Programme alimentaire mondial (PAM) prévoit une pandémie de famine – dont les conséquences sont bien plus désastreuses que celles de la pandémie dite « covidienne ». Le PAM rapporte qu’aujourd’hui déjà 821 millions de personnes se couchent chaque soir le ventre vide, et que 135 millions de personnes supplémentaires sont confrontées à des niveaux de crise de la faim ou pire encore. Cela signifie que 135 millions de personnes sur terre sont au bord de la famine.

Le PAM prévoit que Covid-19 ajoutera probablement 130 millions de personnes supplémentaires, qui pourraient être confrontées à la famine d’ici la fin de 2020. Cela fait un total de 265 millions de personnes au bord de la mort par famine d’ici la fin de 2020. (Voir ici)

Les gouvernements du monde – et les 193 membres des Nations unies y participent d’une manière ou d’une autre – sont des génocidaires, car ils savent exactement ce qu’ils font.

Entrez dans la Grande remise à zéro, mentionnée ci-dessus. Elle présente un plan catastrophe de destruction totale – la 4e révolution industrielle, basée sur l’informatique, les algorithmes, la robotique, le transfert des biens du bas vers le haut, ce qu’il en reste, leur conversion de manière « écologique » en un nouveau capitalisme, peint en vert, le New Green Deal (le nouveau pacte vert). Les gens tomberont-ils dans le panneau ? La propagande est forte. La propagande avait déjà commencé avec la Conférence sur l’environnement de Rio en 1992 (la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (CNUED), du 3 au 14 juin 1992. Cette conférence a donné le ton au battage médiatique sur le climat qui s’en est suivi et auquel la quasi-totalité du monde est désormais asservie, ce qui a conduit à la publication de « How Dare You » Greta – et maintenant au New Green Deal.

En cette quatrième ère industrielle, où les robots mènent la danse, nous, les survivants, autres que l’élite dirigeante, devenons des serviteurs obéissants commandés à distance, un peu comme le futuriste « Brave New World » d’Aldous Huxley.

Nous pouvons résister. De manière pacifique, bien sûr. Par exemple, il ne faut plus de tests. Personne ne va « tester » – et en un rien de temps, les chiffres des covidés diminueraient. Le covid s’arrêterait en fait. Et la grippe commune, comme chaque année, nous dérangerait un peu. Mais il n’y a pas de raison d’avoir peur, car il existe de nombreux remèdes – mais PAS de vaccins.

Nous devons engager pacifiquement le dialogue avec la police et l’armée, leur expliquer les enjeux – ils doivent comprendre qu’ils ne sont que les serviteurs obéissants d’une élite riche et abjecte qui n’a rien à voir avec la protection de la santé publique, qu’au contraire, ils détruisent la santé publique et l’humanité. La police et les militaires sont comme nous, Nous, le Peuple. Une fois que cette sombre et sinistre élite aura atteint son objectif de contrôle et de prise de contrôle totale, la police et l’armée seront mises au rebut et remplacées par des robots. C’est déjà dans les livres.

Nous devons parler au personnel médical des hôpitaux, des cliniques et des médecins, ainsi qu’aux enseignants de la maternelle à l’école primaire, jusqu’aux universités – leur expliquer le « sinistre plan » – et ce qu’il a déjà fait à l’humanité, au tissu socio-économique du monde.

Et enfin, nous devons nous engager avec les nombreuses associations nationales de milliers de médecins, virologues, immunologistes et autres scientifiques du domaine biomédical, qui sont sortis de la matrice et se sont rangés du côté des gens, souvent au détriment de leur carrière – et pire encore.

Plus de tests – et la covidémie disparaîtra. Et plus de vaccins.

Ce n’est qu’avec l’Unité que nous pouvons être forts et que nous pouvons vaincre. Et nous vaincrons.

Peter Koenig

***

Article original en anglais :

The Post Covid World, The WEF’s Diabolical Project: “Resetting the Future of Work Agenda” – After “The Great Reset”. A Horrifying Future, le 3 novembre 2020.

Traduction par Maya pour Mondialisation

Note aux lecteurs : veuillez cliquer sur les boutons de partage ci-dessus ou ci-dessous. Faites suivre cet article à vos listes de diffusion. Publiez cet article sur votre site de blog, vos forums Internet, etc.

Peter Koenig est économiste et analyste géopolitique. Il est également spécialiste des ressources en eau et de l’environnement. Il a travaillé pendant plus de 30 ans à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale de la santé dans le monde entier dans les domaines de l’environnement et de l’eau. Il donne des conférences dans des universités aux États-Unis, en Europe et en Amérique du Sud. Il écrit régulièrement pour des revues en ligne telles que Global Research, ICH, New Eastern Outlook (NEO) et bien d’autres encore. Il est l’auteur de Implosion – An Economic Thriller about War, Environmental Destruction and Corporate Greed, une fiction basée sur des faits et sur 30 ans d’expérience de la Banque mondiale dans le monde entier. Il est également co-auteur de The World Order and Revolution ! – Essais de la Résistance. Il est associé de recherche au Centre de recherche sur la mondialisation.

La source originale de cet article est Mondialisation.ca

Copyright © Peter Koenig, Mondialisation.ca, 2020

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

20 commentaires

Laisser un commentaire