Moderna confirme que la technologie de l’ARNm pourrait avoir de possibles effets indésirables importants dans leurs essais cliniques, par Crashdebug

C’est incroyable ! Employer le conditionnel pour un produit qui va être injecté à des millions de gens, démontre qu’ils ne savent pas où ils vont, qu’ils supposent, s’attendent à des effets néfastes, bidouillent le « sacré » à savoir l’humain dans sa structure, en faisant des projections sur les conséquences. Il n’est plus temps de poser des questions, mais d’avoir des réponses. C’est assez effrayant.. Merci à C.G. Partagez ! Volti

******

Source : Wakingtimes.com via Crashdebug

Moderna a reconnu le potentiel de ses propres PNP et PEG (utilisés dans le cas de la technologie de l’ARN Messager)  à produire des « effets secondaires systémiques »  qui pourraient tous conduire à des événements indésirables significatifs dans un ou plusieurs de leurs essais cliniques.

Équipe de défense de la santé des enfants, invité

Une douzaine de vaccins Covid-19 sont en cours d’essais cliniques, à la tête d’un peloton de tête qui compte aujourd’hui environ 170 candidats. Plusieurs des candidats américains – Moderna, Pfizer/BioNTech et Arcturus Therapeutic – déploient une technologie d'ARN messager (ARNm) jamais agréée auparavant, une approche expérimentale conçue pour transformer les cellules de l’organisme en usines de fabrication de protéines virales.

L’un des principaux défis techniques consiste à faire entrer la volumineuse « charge » d’ARNm des vaccins dans les cellules intactes – sans qu’elle ne se décompose avant d’arriver à destination. En d’autres termes, les vaccins à ARNm ne fonctionneront pas sans un mécanisme d’administration intégré qui permet à l’ARNm de se frayer un chemin dans le cytoplasme d’une cellule. La solution choisie consiste à utiliser des « systèmes de transport » biotechnologiques à la mode impliquant des nanoparticules lipidiques (LNP). Les LNP « encapsulent les constructions d’ARNm pour les protéger de la dégradation et favoriser l’absorption cellulaire » et, en outre, renforcent le système immunitaire (une propriété que les scientifiques du vaccin décrivent d’ordinaire comme les « propriétés adjuvantes inhérentes » des LNP). Les formulations de LNP des trois vaccins Covid-19 sont également « PEGylées », ce qui signifie que les nanoparticules du vaccin sont recouvertes d’un polymère synthétique, non dégradable et de plus en plus controversé, appelé polyéthylène glycol (PEG).

    … Moderna a reconnu le potentiel de ses propres LNP – et PEG – à produire des « effets secondaires systémiques », …

Dans le prospectus de la société soutenant le lancement de Moderna en bourse fin 2018 (une première offre publique qui a établi un record pour l’industrie biotechnologique), la société a été franche sur le fait que son approche technique comporte de nombreux risques. Plus précisément, Moderna a reconnu le potentiel de ses propres PNP – et PEG – à produire des « effets secondaires systémiques », en particulier au vu de la documentation scientifique sur ces types d’effets secondaires pour d’autres PNP. Dans des commentaires que le public ne voit généralement pas, Moderna a déclaré (p. 33) :

    Il n’y a aucune garantie que nos PNP n’auront pas d’effets indésirables. Nos PNP pourraient contribuer, en tout ou en partie, à un ou plusieurs des effets suivants : réactions immunitaires, réactions de perfusion, réactions du complément, réactions d’opsonation, réactions d’anticorps. … ou des réactions au PEG provenant de certains lipides ou du PEG autrement associé au LNP. Certains aspects de nos médicaments expérimentaux peuvent induire des réactions immunitaires de l’ARNm ou des lipides ainsi que des réactions indésirables dans les voies hépatiques ou la dégradation de l’ARNm ou du LNP, qui pourraient toutes conduire à des événements indésirables significatifs dans un ou plusieurs de nos essais cliniques. [Emphases et liens ajoutés]

Loin d’exprimer des inquiétudes quant au bien-être des participants aux essais cliniques, cette section du prospectus concluait que l’un ou l’autre de ces problèmes « pourrait nuire de manière significative aux affaires, aux conditions financières et aux perspectives de la société ».

    Les enquêteurs qui pensaient autrefois que le polymère était largement inerte remettent maintenant en question sa biocompatibilité et mettent en garde contre … des réactions immunitaires négatives qui incluent une anaphylaxie potentiellement mortelle probablement sous-diagnostiquée…

« PEG « furtif

Le PEG est largement utilisé dans les médicaments, les produits de soins personnels, les lubrifiants, les gels (tels que le gel pour les échographie), les additifs alimentaires et bien d’autres encore. Par exemple, le PEG est un ingrédient notoire du laxatif controversé MiraLAX de Bayer, un médicament utilisé pour la constipation et pour préparer les individus à la coloscopie. De nombreux parents d’enfants chroniquement constipés ont accusé MiraLAX de provoquer de graves symptômes neuropsychiatriques chez leur progéniture, notamment des sautes d’humeur, de la rage, des phobies et de la paranoïa.

Les industries biopharmaceutique et des vaccins apprécient le PEG pour sa capacité à doter les nanoparticules de propriétés furtives, qui permettent aux particules d’échapper à la détection par le système immunitaire et de contourner les défenses ordinaires de l’organisme. Ces dernières années, cependant, le PEG a fait l’objet d’une attention croissante. Les enquêteurs qui pensaient autrefois que le polymère était largement « inerte » remettent maintenant en question sa biocompatibilité et mettent en garde contre le fait que les particules PEGylées favorisent la croissance des tumeurs et les réactions immunitaires négatives, notamment l’anaphylaxie (également appelée hypersensibilité) « probablement sous-diagnostiquée » qui met la vie en danger. Ces réactions indésirables ont, à l’occasion, entraîné l’arrêt des essais cliniques. En outre, les études de cas mettent en évidence une réactivité croisée « sous-reconnue » entre le PEG et les polysorbates (tensioactifs/émulsifiants présents dans de nombreux produits, y compris certains vaccins), ce qui signifie que les individus peuvent présenter une dangereuse hypersensibilité aux deux. En conséquence, certains scientifiques affirment qu’il est temps de développer des alternatives pour remplacer le PEG. des chercheurs américains et néerlandais ont déclaré en 2013 :

    » L’accumulation de preuves documentant les effets néfastes du PEG sur l’administration des médicaments rend impératif que les scientifiques dans ce domaine brisent leur dépendance à la PEGylation.« 

Les préoccupations des sociétés pharmaceutiques portent sur un autre sujet : Les réponses immunitaires spécifiques au PEG peuvent en fait réduire l’efficacité des thérapies contenant du PEG. Cela a dû en inquiéter plus d’un dans l’industrie pharmaceutique lorsqu’une étude de 2016 en chimie analytique a fait état de taux détectables et parfois élevés d’anticorps anti-PEG (y compris des anticorps IgM de première ligne de défense et des anticorps IgG de stade ultérieur) dans environ 72 % des échantillons humains contemporains et environ 56 % des échantillons historiques des années 1970 aux années 1990. Les chercheurs ont avoué que les résultats étaient tout à fait inattendus. Ils ont également confirmé que la sensibilisation au PEG pouvait être induite par l’exposition à des médicaments PEGylés ou pouvait être « préexistante » chez des individus jamais traités par des médicaments PEGylés mais « très probablement … exposés au PEG par d’autres moyens ».

Malheureusement, alors que quatre médecins sur cinq prescrivent déjà régulièrement des médicaments PEG, seul un sur cinq est conscient de la possibilité de réactions anticorps anti-PEG et seul un tiers sait même que le PEG se trouve dans les médicaments qu’il prescrit.

Vaccins PEG et Covid-19

LIRE LA SUITE

Crashdebug

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

11 commentaires

Laisser un commentaire