La russophobie, un exercice d’endurance, suite …

Mise au point sur le vaccin russe, ce qu’en disent les médias, et ce qu’il en est en réalité. On ne va pas croire les journalistes « benêts » au point de n’avoir pas compris. Serait-ce de la désinformation délibérée ? Partagez ! Volti

******

Par Moon of Alabama via Le Saker Francophone

Après que le président Vladimir Poutine a annoncé que le candidat vaccin russe Covid-19 avait obtenu l’approbation de son régulateur, les médias « occidentaux » sont entrés dans une transe anti-russe pour semer la peur et le doute à son sujet.

  • Le vaccin russe contre le coronavirus a été approuvé, selon Vladimir Poutine. Mais des questions sur sa sécurité demeurent
  • Nous ne savons pas si le vaccin russe Covid est sûr ou efficace
  • La ruée vers le vaccin contre le coronavirus en Russie présente un « risque élevé » de retour de flamme: le SCRS
  • Le ministre allemand de la Santé se dit sceptique à propos du vaccin russe COVID-19
  • « Insouciant et insensé » : pourquoi le vaccin russe a alarmé les experts
  • La Russie revendique une victoire dans la course aux vaccins. Mais accepteriez-vous un vaccin de Vladimir Poutine ?
  • Le vaccin russe contre le coronavirus, donné à la fille de Poutine, ne figure pas sur la liste OMS des 6 candidats dans les essais de phase 3
  • Fauci dit qu’il « doute sérieusement » que la Russie ait développé un vaccin COVID-19 sûr et efficace après que Poutine a approuvé le premier vaccin au monde

Tout ce qui précède, comme ici, est basé sur une mauvaise interprétation délibérée de l’annonce russe :

La Russie est devenue le premier pays au monde à approuver un vaccin contre le coronavirus, a annoncé mardi le président Vladimir V.Poutine, bien que les autorités sanitaires mondiales affirment que le vaccin n'a pas encore terminé d'essais cliniques critiques et de stade avancé pour déterminer sa sécurité et son efficacité.

M. Poutine, qui a déclaré lors d'une réunion du cabinet mardi matin que le vaccin «fonctionne assez efficacement», a déclaré que sa propre fille l'avait pris. Et dans une note de félicitations à la nation, il a remercié les scientifiques qui ont développé le vaccin pour «cette première étape très importante pour notre pays, et généralement pour le monde entier». ...
En sautant des essais cliniques à grande échelle, la course russe pour un vaccin a soulevé une inquiétude généralisée quant au fait qu'elle contournait des étapes vitales - et mettait potentiellement des personnes en danger - afin de marquer des points dans la propagande mondiale.

La Russie n’a pas approuvé de vaccin contre Covid-19 et ne saute pas les essais cliniques à grande échelle.

Le régulateur russe a donné une approbation préliminaire pour un vaccin candidat, afin de démarrer l’essai clinique à grande échelle. Cette procédure est similaire à une autorisation d’utilisation d’urgence par la US Food and Drug Administration .

Science Magazine est l’un des rares médias à avoir bien compris :

Dans un geste surprenant et déroutant, la Russie a affirmé aujourd'hui qu'elle avait approuvé le premier vaccin COVID-19 au monde, alors que le ministère de la Santé du pays avait émis ce qu'on appelle un certificat d'enregistrement pour un vaccin candidat qui a été testé sur seulement 76 personnes. Le certificat permet de donner le vaccin, développé par l'Institut de recherche Gamaleya en épidémiologie et microbiologie à Moscou, à «un petit nombre de citoyens issus de groupes vulnérables», y compris le personnel médical et les personnes âgées, a déclaré un porte-parole du ministère de la Santé à ScienceInsider. Mais le certificat stipule que le vaccin ne peut pas être largement utilisé avant le 1er janvier 2021, probablement après la fin des essais cliniques plus importants. ...
Un site Web pour Sputnik V indique qu'un essai d'efficacité de phase 3 impliquant plus de 2000 personnes débutera le 12 août en Russie, aux Émirats arabes unis, en Arabie saoudite, au Brésil et au Mexique. La production de masse du vaccin devrait commencer en septembre.

Le candidat russe au vaccin est basé sur deux variantes de l’adénovirus humain qui peuvent provoquer le rhume. Ces virus ont également été utilisés dans d’autres vaccins fiables. Leur ADN a été modifié pour inclure le plan de construction de la protéine de pointe qui permet au SRAS-CoV-2 d’entrer dans les cellules humaines. Lorsque l’adénovirus modifié est appliqué, il incite les cellules humaines à créer la protéine de pointe SARS-CoV-2. Cela déclenche alors le système immunitaire qui développera des anticorps spécifiques (IdG) et des cellules mémoire (cellules T) contre la protéine de pointe. Si la personne immunisée est par la suite infectée par le SRAS-CoV-2, son système immunitaire sera prêt à affronter le virus.

Le vaccin russe est administré en deux injections. La principale est basée sur un adénovirus-26 modifié. L’injection suivante, trois semaines plus tard, est basée sur un adénovirus-5 modifié. Deux types différents de virus sont utilisés car certaines personnes sont déjà immunisées contre certaines de ses variantes. La deuxième injection est censée stimuler la réponse immunitaire.

Science Magazine note que l’efficacité du deuxième acte suscite des inquiétudes :

Certains experts en vaccins ont exprimé des inquiétudes concernant les vaccins COVID-19 qui utilisent l'adénovirus 5 de cette manière. En 2007, les chercheurs ont arrêté un essai de vaccin anti-VIH qui utilisait l'adénovirus 5 pour faire la navette dans le gène de la protéine de surface de ce virus après avoir constaté qu'il augmentait la probabilité de sa transmission.

Plusieurs des autres vaccins candidats actuellement en cours de test reposent également sur un adénovirus modifié. Le candidat vaccin développé par le British Jenner Institute à Oxford avec AstraZeneca en utilise un qui infecte généralement les chimpanzés.

Le vaccin russe devra, comme tous les autres, passer par la troisième phase d’essai maintenant annoncée avant d’obtenir une approbation générale.

Il n’y a aucune excuse pour que les médias prétendent à tort que la Russie a approuvé un vaccin prêt à l’emploi. Le site Web Sputnik Vaccine explique en sept langues que la troisième phase des essais cliniques est encore à venir.

Moon of Alabama

Traduit par jj, relu par Wayan pour le Saker Francophone

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

5 commentaires

  • Avatar CryptoKrom

    En Russie on ne jette pas les gens en prison pour avoir guéris trop de cancéreux.
    Labas c’est pas Bigpharma qui fait la loi.

  • On dirait qu’il faut un bouc émissaire et la Russie sert à ça depuis bien longtemps (influence des votes dans différents pays…).
    Je ne sais si c’est de la russophobie, ou de la Poutinophobie mais il faudrait peut-être que les médias se calment ! On dirait une meute de chiens affamés qui se jettent sur leur proie.
    La Russie ? Une proie ? Faites gaffe, elle supporte mais ne poussez pas le bouchon trop loin…

  • Passetec Passetec

    En Occi_dents ils veulent un vaccin contre la couronne à vie russe ………………….

  • Avatar Ananar

    Big pharma, médias = maffia,

  • Avatar clegiru

    Résumé des déclarations sur les médias.

    Le vaccin russe : c’est pas bien. Développé en moins d’un an alors qu’il faut au moins deux ans pour un vaccin sûr. Cela va tuer plein de gens.
    Le vaccin américain, britannique, français : c’est un exploit. Développé en moins d’un an, il est sans danger. Cela va sauver l’humanité, on l’a déjà commandé.

    Magnifique double discours ou l’art de prendre les gens pour des cons.