Quand la folie s’arrêtera-t-elle ?

On est passé de la crainte à la peur, ensuite à la panique, il nous manque plus que la terreur pour faire bonne mesure. C’est dingue ! Partagez ! Volti

******

Source Réseau-International

par Jeffrey A. Tucker.

J’étais assis dans la pièce verte d’un studio de télévision de Manhattan le jour où la tempête semblait frapper. C’était le jeudi 12 mars 2020 et j’attendais avec impatience une apparition à la télévision, en espérant que les trains ne seraient pas interrompus avant que je puisse quitter la ville. Les trains n’ont jamais été interrompus, mais la moitié de tout le reste l’a été.

Ce jour-là, tout le monde savait ce qui allait arriver. Il y avait une panique sanitaire dans l’air, fomentée principalement par les médias et les personnalités politiques. Un mois plus tôt, l’idée d’un confinement était impensable, mais maintenant il semblait que cela pouvait arriver, à tout moment.

Un homme mince et sage, barbu, avec des lunettes à la Freud, s’est assis en face de moi, venant de quitter le studio. Il était là pour reprendre son souffle après son interview, mais il avait l’air profondément troublé.

« Il y a de la peur dans l’air », dis-je en rompant le silence.

« La folie est tout autour de nous. Le public adopte un trouble de la personnalité que j’ai traité toute ma carrière ».

« Qu’est-ce que vous faites ? » J’ai demandé.

« Je suis un psychiatre praticien spécialisé dans les troubles de l’anxiété, les délires paranoïaques et la peur irrationnelle. Je traite ces troubles chez les individus en tant que spécialiste. Il est déjà assez difficile de contenir ces problèmes en temps normal. Ce qui se passe maintenant, c’est une propagation de cette grave maladie à l’ensemble de la population. Cela peut arriver avec n’importe quoi, mais ici nous voyons une peur primaire de la maladie se transformer en panique de masse. Cela semble presque délibéré. C’est tragique. Une fois que cela commence, cela pourrait prendre des années pour réparer les dommages psychologiques« .

J’étais assis là, un peu abasourdi, en partie parce que parler en termes aussi apocalyptiques était nouveau à l’époque, et à cause de la certitude de son opinion. Ses brefs commentaires étaient fondés sur la présomption que ce virus n’avait rien de particulièrement inhabituel. Nous avons évolué avec eux, et nous avons appris à les traiter avec calme et professionnalisme. Ce qui distinguait le moment présent, suggérait-il, n’était pas le virus mais le déchaînement d’une sorte de folie collective.

J’ai été très tôt sceptique quant au récit « nous allons tous mourir ». Mais même moi, je n’étais pas sûr qu’il ait raison de dire que le vrai problème n’était pas physique mais mental. À l’époque, même moi, je faisais attention à ne pas serrer la main et à emporter du désinfectant. J’ai appris plus tard, bien sûr, que de nombreux professionnels de la santé essayaient de calmer les gens depuis des semaines, en insistant sur le fonctionnement normal de la société plutôt que sur la panique. Il a cependant fallu des semaines, même pour moi, pour réaliser qu’il avait raison : la principale menace à laquelle la société était confrontée était un état psychologique.

J’aurais dû immédiatement me tourner vers un livre qui m’avait captivé au lycée. Il s’agit de Extraordinary Popular Delusions and the Madness of Crowds de Charles Mackay (1841). J’ai aimé le lire parce que, s’il mettait en évidence la folie humaine, il semblait aussi indiquer que notre civilisation avait dépassé cette période de l’histoire.

Il m’a permis de rire de la ridicule des gens du passé, avec des paniques soudaines à propos des cheveux longs et des barbes, des bijoux, des sorcières, du diable, des prophéties et de la sorcellerie, des maladies et des remèdes, de la spéculation foncière, des tulipes, et de bien d’autres choses encore. Dans un nombre surprenant de cas qu’il détaille, la maladie joue un rôle, généralement comme preuve d’une force malveillante opérant dans le monde. Une fois que la peur atteint un certain seuil, la normalité, la rationalité, la moralité et la décence s’estompent et sont remplacées par une stupidité et une cruauté choquantes.

Il écrit :

En lisant l’histoire des nations, nous constatons que, comme les individus, ils ont leurs caprices et leurs particularités ; leurs saisons d’excitation et d’insouciance, quand ils ne se soucient pas de ce qu’ils font. Nous constatons que des communautés entières se fixent soudain sur un objet et deviennent folles dans sa poursuite ; que des millions de personnes sont simultanément impressionnées par une illusion et courent après elle, jusqu’à ce que leur attention soit attirée par une nouvelle folie plus captivante que la première. Nous voyons une nation soudainement saisie, du plus haut au plus bas de ses membres, d’un désir féroce de gloire militaire ; une autre devenir soudainement folle d’un scrupule religieux ; et aucune d’entre elles ne retrouve ses sens tant qu’elle n’a pas versé des rivières de sang et semé une récolte de gémissements et de larmes, pour être récoltée par sa postérité…. Les hommes, a-t-on bien dit, pensent en troupeaux ; on verra qu’ils deviennent fous en troupeaux, alors qu’ils ne recouvrent leurs sens que lentement, et un par un.

Après 2005, lorsque l’Internet est devenu un sérieux dépôt de connaissances humaines, et qu’il est devenu accessible via les smartphones et un accès quasi universel, j’ai moi aussi été tenté par l’idée que nous allions entrer dans une nouvelle ère des lumières dans laquelle les frénésies de masse seraient rapidement stoppées par la sagesse naissante.

Vous pouvez voir la preuve de ma naïveté avec mon article du 5 avril 2020 : Avec la connaissance vient le calme, la rationalité et, éventuellement, l’ouverture. Je pensais alors que la preuve de l’impact extrêmement discriminatoire du virus sur les personnes de plus de 70 ans présentant des affections sous-jacentes provoquerait une prise de conscience soudaine du fait que ce virus se comportait comme un virus normal. Nous n’allions pas tous mourir. Nous allions faire preuve de rationalité et rouvrir. Je me souviens avoir écrit cela avec un sentiment de confiance que les médias rendraient compte de la nouvelle étude et que la panique prendrait fin.

Je me trompais sur toute la ligne, tout comme mon sentiment, vieux de quatre mois, que tout cela allait s’arrêter lundi. Le psychiatre que j’ai rencontré à New York avait raison : le médicament de la peur avait déjà envahi l’esprit du public. Une fois sur place, il faut beaucoup de temps pour s’en remettre. La situation est aggravée par la politique, qui n’a fait qu’alimenter la bête de la peur. C’est la maladie la plus politisée de l’histoire, et cela n’a rien fait pour aider à la gérer et a beaucoup aggravé la situation.

Nous avons appris tout au long de cette épreuve que malgré notre technologie, nos connaissances, notre histoire de construction de la prospérité et de la paix, nous ne sommes pas plus intelligents que nos ancêtres et, à certains égards, pas aussi intelligents que nos parents et nos grands-parents. L’expérience avec le COVID a provoqué un retour massif aux superstitions et aux paniques qui définissaient sporadiquement l’expérience humaine des âges passés.

Finalement, les gens ont retrouvé et retrouvent la raison, mais comme l’a dit Mackay, les gens « deviennent fous en troupeau, alors qu’ils ne retrouvent la raison que lentement, et un par un ».

source : https://www.aier.org traduction par Aube Digitale via Réseau-International

Url : https://www.aubedigitale.com

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des moutonsenragés. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs.

4 commentaires

  • Il a raison. C’est justement quand il y a danger qu’il faut garder son calme.
    Toujours cette peur archaïque de la mort. Et quand on nous dit que c’est une mort par asphyxie, il est vrai qu’il y a des morts plus sympathiques.
    C’est vraiment très bien joué. Ils sont très forts, et nous sommes tombés dans le piège en grande majorité.

    Heureusement, la situation est plus calme dans les campagnes – j’espère pouvoir généraliser !-, du fait de la moindre promiscuité.
    Surtout qu’on en est vraiment arrivé à cette distanciation sociale tant voulue par le NOM. C’est beaucoup plus grave qu’une distance physique.

    Autre point: le contact physique justement. Depuis combien de temps n’avez-vous pas fait de bises, serré de mains, embrassé quelqu’un (= prendre dans les bras) ? Ça ne vous manque pas ? Certains personnes n’aiment pas le contact physique. Mais ce n’est pas la majorité. Psychologiquement, ces contacts sont très importants. Quelles conséquences ?

  • Avatar CryptoKrom

    Est-ce donc si étonnant ?
    Alors que peu avant la Pandémie le NOUVEAU Directeur de la Santé Public a comme axes prioritaires VACCINS et Santé Mentale ???

    Mascarade programmée !

  • Avatar Pimpin

    Quand la folie s’arrêtera-t-elle ?
    Quand les Français cesseront de se comporter comme des moutons, quand ils cesseront de croire ceux qui leur racontent des balivernes depuis des mois !

  • rouletabille rouletabille

    J’ai mis le masque car ils ont appeler les flic..
    Grande surface 2 étages (Belgique)
    Au 2ém j’ai passé apres 2 interpellations inamicales de simples employés (esclaves spécialisées quand meme)
    Arrivée au rez,ils se mettent à 2 puis à 3 pour me dire l’obligation de mettre le masque,(Je tire la langue).
    Je réussis à remplir la brouette avec le nécessaire prévus (pas tout,je suis énervé).
    CLIGNOTANTS BLEUS extérieurs visibles…
    Je met le masque à la caisse (aucuns signe de sympathie,au contraire).
    6 flic à la sortie,interpellation,je donne ma carte d’identité (je suis protéger)excuses et je suis partis fier de moi,j’ai facile mais bon,d’autres que je connais n’oseront pas.
    voila voilou