USA, un Tsunami d’expulsions ! 28 millions d’américains vont se retrouver sans abri cet été !!

Catastrophe pour les américains. Imaginez des millions de personnes à la rue, sans aide. Ils recommencent comme en 2008 avec la crise des subprimes. Bon courage à tous ces gens, ce « Covid » a vraiment fait des dégâts, le grand reset n’est plus très loin. Partagez ! Volti

******

Source Business-Bourse

La pandémie continue de plonger les Etats-Unis dans un chaos inimaginable, et les conditions économiques ne se sont absolument pas améliorées pour des millions d’américains. En conséquence, près d’un tiers des ménages américains – soit 32% – n’ont toujours pas payé l’intégralité de leur loyer pour le mois de juillet, selon une enquête de la plateforme de location en ligne.Et avec des experts de la santé publique qui avertissent que les gens vont devoir sans doute, retourner chez eux prochainement, le slogan « Stay at Home » prend une nouvelle dimension presque perverse, étant donné la nouvelle catastrophe humanitaire imminente qui va impacter près de 28 millions de personnes qui risquent de se retrouver expulsées et donc sans abri.

Apocalypse immo ! 30 % des Américains ne payent plus leurs loyers !

Environ 19% des personnes interrogées n’ont pas été en mesure de payer pour leur logement la première semaine du mois, tandis que 13% ont payé une partie de leur loyer ou de leur hypothèque.Les chiffres représentent le triste fait que depuis quatre mois maintenant, un chiffre historiquement élevé de ménages américains qui n’ont pas été en mesure de payer leur facture de logement, à temps ou en totalité. Cela représente également une augmentation de 30% en juin et de 31% en juillet.Selon le « Apartment List », les personnes les plus susceptibles de manquer à leurs paiements sont des jeunes, les personnes à faible revenu ou les locataires. D’autres experts avertissent que les familles noires et latino-américains courent les plus grands risques d’expulsion. Ils pourraient également entrer dans le début d’un cycle rapide et vicieux, suggère le rapport.« Les retards de paiement d’un mois sont de très bons indicateurs pour les prochains paiements manqués », a dit « Apartment List ». En effet, 83% des ménages qui ont payé l’intégralité de leurs coûts de logements en mai, ont fait la même chose en juin, mais seulement 30% des ménages en retard en mai étaient aussi en retard en juin.

Alors que la crise économique continue de se propager sans relâche, des dizaines de millions d’Américains continuent de survivre grâce aux aides du chômage tandis que leurs chèques de relance gouvernementale ont disparu depuis longtemps.

« Les retombées économiques de la pandémie ne semblent pas sur la bonne voie pour une reprise économique rapide en forme de « V » que beaucoup espéraient à l’origine. », a noté Apartment List.

Et avec les allocations chômage qui vont bientôt expirer, et parallèlement les interdictions d’expulsions comme les moratoires sur le report des loyers qui vont être levés par les gouvernements locaux, de nombreux experts et des défenseurs du projet avertissent que nous pourrions assister à un tsunami d’expulsions massives dans tout le pays, bien au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.

Emily Benfer est présidente du comité du groupe de travail sur l’expulsion de « l’American Bar Association » et co-créatrice du tableau de bord de la politique du logement face au Covid-19, en collaboration avec « l’Eviction Lab de l’Université de Princeton. Dans une interview sur CNBC, Benfer a expliqué que la crise sanitaire actuelle aura eu comme conséquences de voir des dizaines de millions de personnes dans la rue dans les semaines à venir.D’ici 6 semaines, l’Amérique va sombrer dans un immense désespoir économique.

« Nous n’avons jamais vu autant de personnes directement concernées par des expulsions en si peu de temps de toute l’histoire des Etats-Unis », a-t-elle déclaré. « Nous pouvons nous attendre à ce que ce phénomène augmente considérablement dans les semaines et les mois à venir, d’autant plus que les mesures de soutien et d’interventions limitées qui sont en place arrivent à expiration. »« Environ dix millions de personnes, sur plusieurs années, ont été déplacées de leurs foyers suite à la crise liée aux saisies de domiciles en 2008 », a-t-elle ajouté.« Nous anticipons qu’il y aura entre 20 à 28 millions de personnes concernées en ce moment, d’ici septembre, qui risquent d’être expulsées. »Les groupes d’aide juridique et les défenseurs du logement s’attendent à une avalanche de cas, car les moratoires sur l’expulsion et les moratoires sur le rapport des loyers ont pris fin rapidement. Et à travers tout le pays, il y a eu une augmentation de 200% des appels vers les 211 centres d’appels qui renvoient les gens vers les fournisseurs de services sociaux, rapporte Yahoo finance.Et à mesure que les moratoires sont levés, les tribunaux de comté sont confrontés à des centaines, voire des milliers de cas d’expulsions qui ne cessent d’arriver – à Memphis, les tribunaux locaux de comté ont enregistré 9000 cas d’expulsions lorsque les audiences ont repris le mois dernier.« A bien des égards, la vague infernale des expulsions a déjà commencé. Nous devons tout faire pour éviter que cette vague ne devienne un véritable tsunami et que nous soyons pris par le temps », a déclaré Diane Yentel, présidente de la « National Low-Income Housing Coalition ». « Nous assistons actuellement à une confluence franchement horrible d’expulsions qui augmentent à un rythme effrayant dans des états où de nouveaux cas de coronavirus sont en augmentation. »

Selon le Covid-19 Eviction Defense Project (CEDP), 20% des 110 millions d’américains qui louent leur maison – plus de 20 millions de personnes – risquent d’être expulsées dès fin septembre. Et ce ne sont pas simplement des familles à faible revenu, mais des personnes qui ont connu des périodes difficiles récemment en raison du choc de la pandémie, explique le co-fondateur du CEDP, Zach Neumann – et le nombre devrait augmenter considérablement lorsque les allocations vont disparaître à la fin du mois.

« Vous avez beaucoup de gens qui gagnaient bien leur vie, dans de nombreux cas, avec des salaires élevés à cinq ou six chiffres », a expliqué Neumann.

40 millions d’Américains ne mangent pas à leur faim et voici pourquoi la situation va s’aggraver… Incapables de faire face à une prochaine crise économique: 41% des américains sont fauchés !

« Ils n’avaient pas beaucoup d’économie, ils ont perdu leur emploi ou ont été mis en congé forcé, et il n’y avait aucune indemnité pour ces cas-là, mais ils avaient des loyers qui correspondaient aux salaires qu’ils gagnaient. Economiquement parlant, la clientèle des personnes concernées est très différente de ce qu’elle était dans le passé.

Entre-temps, la menace de devenir sans abri a coïncidé avec une augmentation spectaculaire des infections du coronavirus dans le sud et dans l’ouest des Etats-Unis, frappant les locataires en difficulté de manière disproportionnée. Et avec des états comme le Texas où ils ont décidé de suspendre les projets de réouverture, les audiences d’expulsion se poursuivent – mais sur l’application Zoom. En conséquence, les locataires qui n’ont pas accès à internet sont souvent privés de leur capacité à pouvoir bénéficier de certains de leurs droits légaux.

Les défenseurs du logement appellent de toute urgence à des protections à l’échelle nationale sous la forme d’un moratoire d’expulsion uniforme et d’une aide fédérale par le biais des solutions d’urgence comme le « Health and Economic Recovery Omnibus Emergency Solutions » (HEROES) et la loi de 2020 sur la protection et les secours en matière de logement d’urgence. Cependant, le Sénat sous contrôle républicain devrait bloquer les deux mesures.

Partout dans le pays, les locataires, tout comme les propriétaires et leurs syndicats ont exprimé le souhait que tous ces loyers soient différés indéfiniment. Certains locataires, tels que les résidents de l’Acacia Apartments à Denver, dans le Colorado, mènent déjà une grève des loyers – montrant potentiellement la façon dont les gens dans tout le pays sont prêts à lutter afin de garder un toit au-dessus de leur tête, surtout si l’on tient compte de leur projet de continuer à se battre jusqu’au bout, même si les propriétaires les menacent de les expulser.

Source Business-Bourse

Voir :

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

4 commentaires

  • Sans vouloir nier le drame qui se profile, je note ceci:
    « « Vous avez beaucoup de gens qui gagnaient bien leur vie, dans de nombreux cas, avec des salaires élevés à cinq ou six chiffres », a expliqué Neumann. »
    « « Ils n’avaient pas beaucoup d’économie,… »
    A cause du surendettement ? D’un train de vie excessif ? Sont-ils cigales ou fourmis ?
    Il ne fait pas bon être cigale par les temps qui courent…
    Que cela nous serve de leçons !

  • Pour avoir étudié de près la crise des subprimes, et rappelez-vous que la ministre de l’économie de l’époque, une certaine, Christine Lagarde, prétendait en août 2008 que c’était derrière nous, pis surtout qu’il n’y avait aucun risque systémique… Ah bah on a vu !
    Zont rien appris du tout, mais en France, aujourd’hui, les commentateurs et tatrices glausent sur l’économie qui repart, même l’immobilier…
    Du mougeon, on est passé direct aux moutruches !

    Je me permets de vous conseiller cette lecture ► https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2018/04/fragments-anthropologiques-pour-changer-lhistoire-de-lhumanitc3a9-avec-david-graeber.pdf surtout la page 24 : État, société et les premières 5000 années de dette, avec l’anthropologue David Graeber

    Rien n’est inéluctable, sauf la mort, et encore…
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

  • rouletabille rouletabille

    Déconfinement extrème en économisant son loyer.

  • rouletabille rouletabille

    Quand EXPULSION DES USA .?