High-tech dans l’agriculture : le piège se referme sur les paysans. Par Vincent Held

Assisterions nous à une campagne de dénigrement voulue contre nos agriculteurs, dans le but de prendre le contrôle de l’agriculture avec les nouvelles technologies ? Donnez moi le contrôle sur la monnaie d’une nation,et je n’aurai pas à me soucier de ceux qui font ses lois. » – Mayer Amshel Rothschild …, il en est de même pour les labos qui contrôlent la santé, nous le voyons avec les pénuries organisées de médicaments, vendus aux plus offrants. Si « grâce » aux nouvelles technologies, les trusts agrochimique arrivent à prendre le contrôle de la nourriture, la boucle est bouclée. Ça fait très « conspi » mais ça crève les yeux. On ne rembourse plus l’homéopathie, on parle de disparition de l’argent liquide, et on promeut la viande artificielle entre autres « innovations ». Ça fait partie du nouvel ordre mondial, l’essentiel dans les mains des 1% et les déboires pour les 99% restants. Allons nous devoir subir ? Ça ne dépendra que de la prise de conscience généralisée. Partagez ! Volti

******

Auteur Vincent Held via Liliane Held Khawam

Le monde paysan peut-il résister face à la pression conjuguée de la finance, de la technologie et des institutions politiques nationales et internationales ?

En Suisse comme ailleurs, le monde agricole est soumis à un pilonnage médiatique impitoyable. Les agriculteurs maltraitent leur bétail, ils contaminent les sols avec leurs pesticides, les pets de leurs vaches nuisent gravement au climat… C’est en outre une « pratique courante » pour les paysan suisses que d’esclavagiser leurs employés sans défense !

A cette campagne de dénigrement hargneuse s’ajoutent des pressions politiques aussi discrètes qu’efficaces. Le matraquage administratif, qui peut parfois s’apparenter à une véritable persécution, semble bel et bien contribuer à la recrudescence des suicides.

Dernière trouvaille en date du gouvernement suisse : augmenter les charges sociales des couples paysans au nom de la lutte pour « les droits des femmes d’agriculteurs ». Un bon moyen d’accélérer la disparition des petits exploitants, déjà pris à la gorge financièrement – et qui abandonnent le métier par centaines chaque année

Un tel acharnement sur une profession déjà à l’agonie ne cacherait-il pas quelques enjeux économiques ? A l’heure où les nouvelles technologies réduisent drastiquement les besoins en main d’œuvre dans l’agriculture, les paysans semblent tout simplement être de trop…

Révolution silencieuse : depuis le mois de mars 2019, la viande synthétique produite en laboratoire est autorisée à la vente aux Etats-Unis, où elle est déjà commercialisée. Pour participer à ce marché prometteur, le grand distributeur suisse Migros a investi dans la ‘start-up’ israélienne Aleph Farms, connue pour avoir créé du bifsteck de laboratoire à partir de cellules souches bovines. Quant à Coop, l’autre grande chaîne de supermarchés suisses, celle-ci a investi (via sa filiale Bell Food) dans la société néerlandaise Mosa Meat, qui avait fabriqué le premier hamburger synthétique en août 2013.

Vers l’automatisation massive des emplois agricoles

A la fin 2018, on comptait encore 152’000 emplois agricoles en Suisse – soit 50’000 de moins qu’au début des années 2000. Or, à ce déclin général de l’agriculture s’ajoutera bientôt un phénomène encore méconnu du grand public : l’automatisation des emplois agricoles.

Doigté et précision: les robots peuvent aujourd’hui effectuer les tâches les plus délicates – en distinguant entre les produits déjà mûrs et ceux qui ne le sont pas encore.
24 heures sur 24 : la vidéo nous rappelle que les robots agricoles peuvent travailler nuit et jour, seuls ou ‘en équipe’…
Ici, le cas particulier des laitues (noter l’emploi de l’intelligence artificielle pour la détection des pousses).

En octobre 2018, le cabinet de conseil McKinsey avait ainsi prévu que l’équivalent de 40 à 50’000 emplois agricoles seront automatisés en Suisse d’ici 2030. Or, ces chiffres spectaculaires reflétaient un « scénario médian » et même plutôt « conservateur ».

En clair : il ne restera plus grand-chose de l’agriculture traditionnelle d’ici une décennie. Quant à l’élevage et à la production laitière, ils ne pourront bientôt plus résister économiquement à la concurrence des produits de l’industrie biotechnologique, moins coûteux en ressources et bien plus faciles à intégrer dans les chaînes logistiques…

En 2016 déjà, la chaîne d’information nationale canadienne CBC avait annoncé l’arrivée sur le marché non seulement de viandes – mais également d’œufs et de lait synthétiques. Des produits qui pourraient arriver en Europe grâce au traité CETA, ratifié par la France cet été.
Fermes urbaines : à l’avenir, les coûts de transport deviendront déterminants. D’où l’idée de rapprocher au maximum la production des consommateurs. Ici, des laitues cultivées sans terre et sous éclairage artificiel. Les avantages mis en avant ? Pas de pesticides ni d’herbicides – et une consommation d’eau réduite de 95%.

Ainsi, l’authentique campagne de dénigrement dont font l’objet nos paysans depuis plusieurs années n’est pas perdue pour tout le monde. Elle facilitera le passage vers de nouveaux modes de production plus rentables pour les investisseurs – et qui ne manqueront pas de nous être présentés comme plus écologiques, plus respectueux des animaux et même meilleurs pour la santé.

Guerre aux éleveurs ! Une propagande venue des hautes sphères de la politique internationale…

Sans volonté politique de le maintenir en vie, le monde paysan est condamné à disparaître.

L’ANGOISSANTE QUESTION DE LA « CONTAMINATION DES SOLS »

Grâce aux progrès de l’intelligence artificielle, de nouvelles techniques permettent aujourd’hui de réduire considérablement les épandages de produits chimiques. Ci-dessous, des exemples de robots gicleurs hyper-précis, capable de traiter les plantes et mauvaises herbes 1 par 1. 

Ci-dessous, un modèle à panneaux solaires ‘capable de travailler 12 heures d’affilées’… et produit par la société suisse Ecorobotix, basée à Yverdon !
La société californienne Blue River Technology (présentée en seconde partie de la vidéo) explique que ses systèmes d’identification visuelle permettent de réduire les épandages de produits chimiques de 90% et d’éviter ainsi l’emploi des semences OGM

Autre exemple : la reconnaissance par drone, qui permet aujourd’hui d’identifier précisément l’état de santé des champs agricoles. Il est ainsi possible de réaliser de façon ciblée – et pour ainsi dire au compte-goutte – les différents épandages dont les plantes ont besoin : eau, engrais, herbicides, fongicides, insecticides.

Ici une vidéo qui montre les analyses réalisées sur la base d’un survol par drone…
…et là, un drone à l’œuvre, pour un épandage ciblé.

Des technologies déjà couramment utilisées en Allemagne, à en croire la très sérieuse Handelsblatt. Or, ces méthodes d’exploitation révolutionnaires permettraient certainement de répondre de manière efficace aux préoccupations légitimes liées à la pollution des sols !

Plutôt que d’alimenter l’hystérie médiatique contre nos paysans, l’administration fédérale suisse ferait mieux de leur donner accès à ces technologies bien connues. Nos agriculteurs pourraient ainsi réduire drastiquement leur consommation de produits chimiques – tout en maintenant les niveaux de productivité nécessaires à leur survie. Il est absurde que ces technologies d’intérêt public soient accaparées par les grands exploitants industriels !

Déchaînement médiatique : la très anxiogène question des pesticides est le sujet-phare de la campagne de la diabolisation du monde paysan.
BONUS : LE FORUM DE DAVOS MISE SUR LA VIANDE SYNTHÉTIQUE !

Le World Economic Forum de Davos croit fermement à l’idée selon laquelle la viande de synthèse remplacera la viande d’élevage au cours des prochaines années.

« D’ici 20 ans, vous mangerez de la viande de substitution » (la photo montre de la viande « cultivée » en laboratoire)

Mieux encore : il la promeut comme une solution plus écologique et plus sûre pour les consommateurs – voire même carrément « bonne pour la santé » (via l’ajout d’omégas-3, par exemple). Qui plus est, une fois produite en quantités industrielles, la viande de laboratoire deviendra à terme moins chère que la viande d’élevage :

Dans la vidéo ci-dessus, le professeur néerlandais Mark Post explique qu’il serait possible de réduire le nombre de bêtes d’élevage de 500 millions d’individus à « quelque comme 30’000 » au niveau mondial. Inutile de dire qu’il considère que la production de lait synthétique a, elle aussi, les moyens de s’imposer.

On voit bien que le catastrophisme climatique de l’ONU ou d’une Greta Thunberg (ci-dessous en guest star à Davos) permet de promouvoir des modèles d’affaires plus que douteux – et qui pourraient bien s’imposer à nous avant même que nous nous en rendions compte.

On se rappellera que Greta Thunberg n’entend pas combattre le CETA, le fameux traité de libre-échange avec le Canada qui risque bien de mettre un jour ou l’autre de la viande synthétique dans nos assiettes… si ce n’est pas déjà fait. 

Vincent Held

Source Liliane Held Khawam

Voir aussi sur le sujet :

Si la Suisse est encore une démocratie, alors il faut protéger les paysans. LHK

La globalisation est irrationnelle. L’agriculture en est sa principale victime. LHK

L’arrogance d’un commissaire européen qui se permet d’insulter la Suisse. La réponse du patron de l’USAM

Vincent Held est l’auteur du livre « Après la Crise« 

Après la crise, 2018, Éditions Réorganisation du Monde

27 commentaires

  • Avatar predateur

    je n en demandais pas tant ….https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gifhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

    • Capitou Capitou

      Pourquoi donc une telle réjouissance de ta part ?
      Cet article ne défend pas l’agriculture conventionnelle, c’est même l’inverse…

      Il nous est dit que c’est la mer** et qu’il va falloir changer les systèmes de production agricole, donc à l’opposé de tout ce que tu as venté hier sur l’article des Bourguignon…

      Changer vers la robotisation et compagnie est-ce une bonne solution, telle est la question…

      • Avatar predateur

        malgré tout ça fait tout de même un petit moment que l on tape plus que de raison sur le monde agricole ,ça fait plaisir de lire que je ne suis pas le seul à avoir cette mauvaise impression ….et pi faut se pencher un peu plus sur l agriculture dite conventionnelle , elle évolue bien plus vite dans le bon sens grace à la technologie ,que l agriculture de conservation ou autre …je crois que le préfixe bio « machin chose » est devenu un produit marketing attrape fric , avec son mythe inégalé du paysan avec sa brouette et son fourchet

  • Avatar engel

    Comme toujours,
    « On pleure quand on subit, jamais quand on fait subir. »

    – Les industriels de la terre, qui se nomment eux-mêmes « exploitants-agricoles », aiment à se réfugier derrière « le monde paysan ».
    …Pourtant, ce sont les mêmes qui les maltraitent et les « tuent » depuis les années 60.

    – Alors que c’est maintenant leur tour de se faire bouffer par plus gros qu’eux, les pauvres cocos ils pleurent.

    – Quand soi-même, on a mis en place et pratiquer ce type de politique expansionniste toute sa vie, faut vraiment être gonflé pour venir se plaindre maintenant!

    Ps: Les vrais paysans n’ont que faire de tout ça. Soit ils ont disparu, soit ils se sont développés dans un secteur parallèle.

    • Avatar Madsick87

      Bonjour Engel,

      Il est bon de noté, je penses, que les paysans devenus « industriels de la terre » ( comme les consommateurs d’ailleurs ) ont pour beaucoup succombé aux discours qui consistait à dire qu’on pourrait éradiqué la faim dans le monde, c’est donc parfois la crédulité collective qui les as mis la, pas uniquement la malveillance, ou l’appât du gain.
      Et dans le cas actuel, la crédulité est encore une fois clairement mise à l’épreuve : « Le World Economic Forum de Davos croit fermement à l’idée selon laquelle la viande de synthèse remplacera la viande d’élevage au cours des prochaines années.Mieux encore : il la promeut comme une solution plus écologique et plus sûre pour les consommateurs – voire même carrément « bonne pour la santé » (via l’ajout d’omégas-3, par exemple). Qui plus est, une fois produite en quantités industrielles, la viande de laboratoire deviendra à terme moins chère que la viande d’élevage »
      En conclusion, on peut accablé des gens, mais ça n’effaceras pas nos propres responsabilités et encore moins celles de ceux qui en assurent une promotion fallacieuse.
      Personnellement, je me refuses à jeter l’opprobre sur des gens qui sont potentiellement victimes de leur crédulité même si ça aurait le mérite de me permettre ( via la dissonance ) de faire comme si je n’avais jamais consommé leur production et que j’étais donc irréprochable..

      • Avatar engel

        Deux questionS
        – Vous avez quel age ?
        – Vous l’avez vécu la révolution paysanne des année 60/80, ou vous répétez grosso modo ce que vous avez lu dans les livres ?

        Ps: Personnellement je me fous de ce que vous pensez personnellement.

        • Avatar Madsick87

          Bonsoir Engel,

          D’accord pour les questions, sans soucis.
          Mon age : j’ai pas loin de 40 ans.( un peu moins )
          La deuxième ( et troisième ) : non je n’ai pas lu ça dans les livres ( ni un seul livre même ) et non je n’ai pas vécu entre 1960 et 1980…
          J’appliques ça à toutes mes consommations ( électronique, voiture, énergie, nourriture, habillement, produit ménager etc etc ) et même à mes activités en fait, même si ça vous intéresses pas j’imagines, tant pis je suis bavard.

          • Avatar engel

            Non, cela ne me dérange pas que vous parliez de vous.

            Par contre voyez vous, j’ai l’age pour avoir vécu cette mutation de l’intérieur.
            D’autant plus que dans ma famille, suivant la branche, nous avons eu d’un coté le petit paysan traditionnel (le vrai à l’ancienne) qui fut sacrifié sur l’autel du productivisme.
            Et de l’autre, le merveilleux carnassier « néo-paysan » ,qui dés les années 60, se mettait à l’élevage intensif en batterie de milliers de poulets…un avant-gardiste, vous dis-je.
            Puis depuis, c’est un festival de modernisme (les fils ont repris l’exploitation, car on ne dit plus « ferme », chez ces gens làhttps://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wink.gif)

            Voilà, voila…
            Et donc, j’affirme que les exploitants agricoles actuels, ou leurs parents, furent de véritables carnassiers pour leurs anciens.

            …Et ils savaient parfaitement ce qu’ils faisaient !

            Bonne soirée.

            • Avatar Madsick87

              Ok, mais ça changes rien au fait que sans le « consentement collectif », toute ses transformations ne seraient pas possible, d’ailleurs c’est pas fini.
              Du coup j’ai été un peu regardé ce qu’il s’est passé entre 1960 et 1980, et je crains que les lois « productivistes » ne s’élargissent une nouvelle fois d’ici peu. Je lisais, il y a peu quelques articles de presses qui parlait vaguement de la « reconsidération de l’usage des terres agricoles » selon le Giec…
              Je comprends mieux votre position sur le sujet, et votre hostilité à ces exploitants en tout cas.
              Bonne soirée à vous.

        • Avatar Madsick87

          Je suis bon joueur donc je vous donnes une 4 eme réponse ( alternative forcément ), plusieurs personnes plus âgée que moi m’ont dit que c’est ce qui était vendu pour le plan Marshall.
          Après une courte recherche, le discours du général Marshall me confirmes ça : « Notre politique n’est dirigée contre aucun pays ni doctrine, mais contre la faim, la pauvreté, le désespoir et le chaos. »
          Mais c’est antérieur à 1960- 1980, et des tracteurs arrivent des USA.

        • Avatar predateur

          https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gifbin moi je ne men fous pas de l avis de madsick,c est un peu plus constructif que de passer des liens à la mode du clown blanc à longueur de journée

          • Avatar engel

            Oui oui je sais toi t’es objectif et les autres, des sales cons de bobos.

            Au fait, tu serais pas du secteur de Longwy/Longuyon ?

          • Avatar Madsick87

            A la décharges d’Engel, il faut savoir que nous avons eue des échanges un peu « houleux » donc je me doutais un peu que sa réaction à mon égard serait un peu hostile. Donc je suis aussi responsable de sa réaction pour être honnête.
            Mais merci pour le compliment Prédateur.

  • Avatar Flo500

    Un autre beau coup fourré est également en plein marketing : les fausses vidéos sur les vaches qui pleurent avant d’aller à l’abattoir.
    Ils sont en train de nous préparer une action d’ampleur contre la viande (et les éleveurs).

    Rappelez-vous les fausses vidéos montrant des femmes qui se faisaient harcelées toutes les cinq minutes sur les places (personne n’a jamais rien vu de tel – il suffit de rester assis sur un banc, et vous n’avez jamais vu cela se produire) – ces vidéos ont précédé et préparé le terrain pour une attaque massive et brutale contre les hommes sur toute la planète (metoo, balance ton porc..).

    Le même procédé est en train d’être utilisé, cette fois-ci contre toute la filière animale.

    Ce qui signifie qu’une attaque est en train d’être préparée.

    — Entre parenthèse, sur France Info ce midi, un journaliste vient de nous informer que toutes les photos qui circulent sur les incendies en Amazonie sont fausses, celle diffusée par Macron date d’une quinzaine d’années, celles de singe grillé a été prise en Inde. ETC.

    Bref, on nous prépare à une attaque militaire contre le brésil pour cette fois ci, « sauver les peuples d’Amazonie » et sauver le poumon de la planète. Voilà pourquoi le sujet est à l’ordre du jour du G7 ce week_end.
    Mais toutes les photos sont fausses, comme celle des vaches qui pleurent, et beaucoup d’autres censées nous scandaliser et obtenir notre accord pour des attaques injustes, militaires ou juridiques.

  • Viande de synthese, cela va faire le bonheur des végans.
    Apres le steak de pétrole, cela va diversifier leur sources de protéïnes.

    • Les véganes ne mangent pas de faux steak, c’est les bobos flexitariens qui en consomment.

      Sans parler du fait que ça reste des aliments mécaniquement transformé, donc à boycotter.

      Orné

      • Avatar Madsick87

        Bonjour Orne,

        Il faut aussi avouer que l’on nous éduques à manger de la viande à chaque repas ( cantine scolaire, restaurant, restaurant d’entreprise ). Ce qui est, à mon sens, une aberration autant pour nous que pour la nature.
        Je ne suis pas végétarien mais je manges peu de viande mais je connais beaucoup de personnes qui ne conçoivent pas un menu sans viande. Pour l’anecdote, un ancien voisin à moi ( du Nicaragua ) m’avait dit que chez lui, le poulet était considéré comme un « accompagnement »…

        • Bonsoir,
          Malheureusement ce n’est pas demain la veille, qu’on vivra dans un monde végan. Il y a encore un gros travail pour changer les mentalités à entreprendre. Et encore plus chez certaines ethnies, ou de plus parfois la viande ou la pêche constitue leur principale source de nourriture car ils vivent dans une extrême pauvreté.

          C’est le prix à payer pour que les riches occidentaux puissent manger leur steak quotidien.

          Personnellement ayant un régime végan je ne suis pas pour autant un acharné du militantisme, oui bien entendu j’en parle je tente de sensibiliser, mais pas de front comme le végane pure, si je puis m’exprimer ainsi.

          Puis certain(e)s le font très bien sur le blog comme Sombre.

          Passez toutes et tous une excellente soirée, au plaisir (sourires)

          Orné

      • Avatar mat40

        orne ,,,

        «  » Les véganes ne mangent pas de faux steak, c’est les bobos flexitariens qui en consomment.

        Sans parler du fait que ça reste des aliments mécaniquement transformé, donc à boycotter. «  »

        ah bon , mais tu faire de la pub pour ^^ une superbe alternative à la viande ^^ du la « start-up » » …. Beyond Meat financer par Bill Gates ……

        http://electra2zeiss.forumactif.com/t14775p25-vegan-attitude

        • Coucou Nat :)

          Et je réitère non on ne mange en aucune façon des aliments transformés. On a voulu à une époque proposé des alternatives aux l.ecteurs pour les aider à faire la transition, car comme l’explique mon homme, les mentalités sont dificile à changer.

          Mais c’était une erreur, surtout si en plus ça viens de chez le horrible et démoniaque Gates, j’ai d’ailleurs supprimé le poste, je ne veux en aucun cas lui faire de la pub de près ou de loin, il ne m’en voudra pas.

          Merci de l’avoir signalé Nat ^^

          Belle nuit, la bise.

          Akasha.

          • Avatar Flo500

            Pourquoi l’Homme devrait-il être le seul être vivant à ne pas avoir le droit de manger de la viande ?

            Tous les autres, de la grenouille jusqu’au loup, et même aux macques, on leur reconnaît ce droit. Mais pas à l’Homme.
            Pourquoi ?

            Et pas une raison inventée pour la circonstance.

            Moi-même, je peux en inventer de toutes pièces. Du style l’Homme est un être supérieur et conscient, et les animaux ne le sont pas… ce qui entre, d’ailleurs, en contradiction avec ce que les antispécistes et autres végans, nous assène que les animaux sont des êtres conscients. Et que les hommes et les animaux sont tous pareils.

            • Avatar Madsick87

              Bonjour,

              Faut avoué que l’homme « modernes » n’assumes pas sa consommation, un animal sautes sur sa proie, l’homme n’assumes pas quand il voit la réalité de sa consommation, il est scandalisé quand il voit les élevages et les abattoirs, il s’insurge sur la chasse alors que la majorité n’assommerait pas un poisson ( moi le premier ). Par contre, il en manges en quantité et même plusieurs fois par jour en souriant. Il y a la une très grande dissonance.

  • Avatar lamontagne

    bonsoir
    je vous fais part de mon ressenti concernant l’image d’illustration du début de l’article « will technology feed and save us ? (haha) , gentiment sponsorisée par l’atelier BNP Paris Bas

    -ce que j’ai remarqué en premier, oh, le A est renversé ; mais, est-ce un A?
    de mon côté j’y vois un oeil . si si, de profil
    – ensuite « telier » …
    oublions le ‘r’, vu la teneur du sujet, nous sommes dans une mauvaise ère (r)
    ce qui donne la réponse, au rébus Carambar :
    « l’oeil te lie » (du verbe ‘lier’, mais avec ‘lire’ ça marche aussi :-)

    le premier qui me dit d’aller boire ma tisane gagne ma sympathie :-)

    bonne nuit