Marché du travail : de plus en plus de smicards en France

Pour illustration/par Peggy und Marco Lachmann-Anke de Pixabay

Source STATISTA

Il n’y a jamais autant eu de Français payés au Smic depuis plusieurs décennies. Au 1er janvier 2023, 17,3 % des salariés français touchaient le salaire minimum, soit 3,1 millions de personnes, selon les données d’un groupe d’experts sur le Smic publiées dans Libération. La majorité des smicards sont des femmes (58 %), alors qu’elles forment moins de la moitié de la population active. Les secteurs les plus représentés sont l’hébergement et la restauration.

Comme le détaille notre graphique, la part de salariés payés au salaire minimum a fortement augmenté ces trois dernières années, passant de 12,0 % en 2021 à 14,5 % en 2022, puis à 17,3 % cette année. C’est désormais un point de pourcentage de plus que la valeur la plus élevée enregistrée depuis 1991 (16,3 % en 2005).

Les revalorisations successives du Smic face à l’inflation, six depuis l’année 2021, expliquent en grande partie l’explosion récente du nombre de salariés au salaire minimum. De janvier 2021 à mai 2023, le Smic horaire brut est passé de 10,25 euros à 11,52 euros, soit une hausse d’environ 12 %. Les personnes qui touchaient un peu plus que le salaire minimum, si elles n’ont pas été augmentées par leur employeur depuis, ont ainsi vu leur salaire rattrapé par le Smic. Au 1er janvier 2024, la revalorisation automatique du Smic en France devrait être de l’ordre de 1,7 %.

Infographie: Marché du travail : de plus en plus de smicards en France | Statista Vous trouverez plus d’infographie sur Statista

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

2 Commentaires

  1. La nouvelle convention de la métallurgie aura des effets qui confirmeront les salaires à la baisse.
    En effet, suite à sa mise en place, quantité de salariés ne profiteront plus de l’effet plancher des minimums conventionnels, ceux-ci ayant sévèrement baissé.
    Les organisations syndicales ont pour la plupart accompagné cette baisse, renvoyant la fixation de nouveaux seuils à la négociation en entreprise….
    L’avenir serait-il de revenir aux corporations ?

    • Ah ben ça fait un moment que c’est un des grands chevaux de bataille de la droite, remplacer la loi sur les salaires par des négociations employeur/salarié.
      Il est urgent d’obliger tous ces sales gauchistes à cumuler plusieurs boulots pour qu’ils n’aient plus le temps ni les moyens de faire la grève…

Les commentaires sont clos.