La Russie militarise son gaz alors que l’UE essaie de se préparer à la crise énergétique !

Poutine a fini de jouer

Deux jours après que la Russie a interrompu indéfiniment l’approvisionnement en gaz naturel via le gazoduc Nord Stream 1 pour la raison amusante qu’il y avait une « fuite de pétrole »

Quelle fuite !

Lundi, la Russie a finalement admis ce que tout le monde sait depuis février, à savoir qu’elle a militarisé les matières premières en réponse à la militarisation des devises par l’Occident (comme Zoltan Pozsar l’a toujours dit).

Le Kremlin a déclaré que l’approvisionnement en gaz de la Russie vers l’Europe via le gazoduc Nord Stream 1 ne reprendra pas complètement tant que le « collectif Occidental » n’aura pas levé les sanctions contre Moscou en raison de son invasion de l’Ukraine.

Le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a blâmé les sanctions de l’UE, du Royaume-Uni et du Canada pour l’échec de la Russie à livrer du gaz par le gazoduc clé, qui achemine du gaz à l’Allemagne depuis Saint-Pétersbourg via la mer Baltique.

« Les problèmes de pompage de gaz sont dus aux sanctions imposées par les pays occidentaux à notre pays et à plusieurs entreprises », a déclaré Peskov, selon l’agence de presse Interfax. « Il n’y a pas d’autres raisons qui auraient pu causer ce problème de pompage. »

Les commentaires de M. Peskov constituent la demande la plus catégorique jamais formulée par le Kremlin pour que l’UE revienne sur ses sanctions en échange de la reprise des livraisons de gaz à l’Europe. Cela confirme également que la Russie n’a plus besoin de prétendre qu’elle a besoin d’exporter des produits de base vers l’Europe – après tout, la demande de la Chine et de l’Inde est plus que suffisante – et qu’elle est prête à donner à l’Europe juste assez de corde pour… eh bien, vous connaissez la suite.

Vendredi, Gazprom a annoncé qu’elle arrêterait l’approvisionnement en gaz via Nord Stream 1 en raison d’un défaut technique, qu’elle a attribué à des difficultés à réparer des turbines de fabrication allemande au Canada.

Nous savons maintenant que c’était un leurre; et dans la dernière confirmation de qui a le dessus dans la querelle en cours sur les produits de base, l’UE avait déjà annulé certaines sanctions contre la Russie explicitement pour permettre la réparation des turbines.

Les dirigeants européens ont déclaré que rien n’empêchait Gazprom d’approvisionner le continent en gaz et avaient accusé la Russie d’« armer » ses exportations d’énergie.

Le gaz devra passer par l’Ukraine, plus cher, pour financer la guerre contre celle-ci

Pendant ce temps, comme nous l’avons rapporté ce week-end, la Russie fournit toujours du gaz à l’Europe via des gazoducs de l’ère soviétique à travers l’Ukraine qui sont restés ouverts malgré l’invasion, ainsi que le gazoduc South Stream via la Turquie.

Et ironiquement, le chef de l’opérateur de transit de gaz ukrainien a déclaré à Reuters que l’Ukraine pourrait « techniquement » remplacer la pleine capacité de Nord Stream 1 via le point d’entrée ukrainien de Sudzha. En d’autres termes, l’Europe paierait des milliards à Poutine pour le gaz russe transitant par l’Ukraine, la Russie utilisant les recettes pour combattre l’Ukraine…

Bien sûr, rien dans les « nouvelles » d’aujourd’hui ne devrait surprendre : les responsables russes n’ont guère caché leur espoir que la crise énergétique croissante en Europe sapera le soutien du bloc à l’Ukraine.

« De toute évidence, la vie empire pour les gens, les hommes d’affaires et les entreprises en Europe », a déclaré Peskov. « Bien sûr, les gens ordinaires dans ces pays auront de plus en plus de questions pour leurs dirigeants. »

Une personne pas si ordinaire était Matteo Salvini, le chef du parti d’extrême droite italien de la Ligue, qui a déclaré que les sanctions occidentales contre la Russie ne fonctionnaient pas et nuisaient en fait à l’Italie, et suggérant aux pays alliés de reconsidérer leur approche.

Matteo Salvini

S’exprimant lors d’une conférence des dirigeants politiques dimanche sur le lac de Côme, Salvini a affirmé que les sanctions destinées à punir Moscou pour son invasion de l’Ukraine avaient en fait aidé la Russie, entraînant un excédent d’exportation de 140 milliards de dollars, au cours de l’année se terminant en juillet 2022.

« Devons-nous défendre l’Ukraine ? Oui », a déclaré Salvini. « Mais je ne voudrais pas que les sanctions nuisent davantage à ceux qui les imposent qu’à ceux qui sont frappés par elles. »

L’ancien président russe Dmitri Medvedev a été encore plus explicite que Peskov, et après que le chancelier allemand Olaf Scholz a annoncé dimanche un plan d’aide de 65 milliards d’euros pour atténuer le choc de la flambée des factures d’énergie, Medvedev, maintenant vice-président du Conseil de sécurité de la Russie, a déclaré que l’Allemagne « agissait comme un ennemi de la Russie » en soutenant les sanctions contre Moscou et en fournissant des armes à l’Ukraine. « Ils ont déclaré une guerre hybride contre la Russie », a écrit Medvedev sur Telegram. « Et ce vieil homme s’étonne que les Allemands aient quelques petits problèmes avec le gaz. »

Pour comprendre le concept de guerre hybride, regardez notre entretien avec Lucien Cerise !

Bien sûr, aucune des deux parties n’étant disposée à revenir sur son approche, quelques instants après les commentaires de la Russie, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a twitté que « Poutine utilise l’énergie comme une arme en réduisant l’offre et en manipulant nos marchés de l’énergie », ce qu’il fait bien sûr en réponse à l’armement des devises et des flux de capitaux par l’Occident.

Ajoutant que « Il échouera. L’Europe l’emportera », a confirmé Van Der Leyen dans ce que nous avons rapporté hier, à savoir que « La Commission européenne prépare des propositions pour aider les ménages et les entreprises vulnérables à faire face aux prix élevés de l’énergie » et vise à :

  • Réduire la demande d’électricité (pics)
  • Plafonnement des prix du gazoduc russe
  • Aider les consommateurs et les entreprises vulnérables avec des revenus provenant du secteur de l’énergie
  • Permettre le soutien aux producteurs d’électricité confrontés à des problèmes de liquidité liés à la volatilité

Cela fonctionnera-t-il? Bien sûr que non, parce que la Russie n’acceptera jamais de vendre à ceux qui imposent des plafonds de prix (d’autant plus que la Chine et l’Inde n’y adhéreront jamais), tandis que les Européens ordinaires n’accepteront jamais de sacrifier volontairement leur propre confort sans savoir que tout le monde partage également le fardeau.

C’est pourquoi l’annonce du président français Macron, appelant à une réduction de 10% de la consommation d’énergie du pays pour éviter le rationnement et les coupes cet hiver, n’aboutira à rien du tout et l’Europe n’aura d’autre choix que de rationner dans quelques mois à l’approche du gel hivernal.

géopolitique-profonde


Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

2 Commentaires

  1. les sanctions ont nui a la Russie pendant 48 H .
    Elle nuiront a l’U€ pendant tres longtemps.
    Elles nuisent également aux usa. et a l’Otan en général.
    La Russie a peut etre trouvé le moyen de rassembler les peuples contre les oligarchies. Celles qui risquent de durer plus longtemps sont l’oligarchie anglaise suivie de la française.

    • Il n’est plus possible de pronostiquer quoique ce soit dans ce melting pot !
      Ceux qui ont le pouvoir n’y comprennent, d’ailleurs, plus rien non plus !
      Ils ne comprennent, même, plus le but recherché par leurs actions désordonnées et sans aucune logique
      Créer un système chaotique est une chose, savoir le maitriser ultérieurement en est une autre ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif

Les commentaires sont clos.