La guerre du gaz contraint les Etats-Unis à renforcer leurs liens avec le Qatar

Par Olivier Renault pour Observateur-Continental (Url : http://www.observateurcontinental.fr/?module=articles&action=view&id=3549 )

L’émirat [le Qatar] a promis d’obtenir le statut de principal allié hors de l’Otan. L’administration présidentielle américaine a annoncé sa décision de donner au Qatar le statut d’allié majeur en dehors de l’Otan (MNNA). L’initiative a été avancée par Joe Biden à la suite d’une rencontre à Washington avec l’émir qatari, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani.

Son ordre du jour touchait non seulement les problèmes du Moyen-Orient, mais aussi une question plus globale liée à la garantie de la sécurité énergétique. En faisant un geste symbolique à Doha, Washington entend vraisemblablement s’allier pour remplacer le gaz russe sur le marché européen. La partie américaine envisage un tel scénario au cas où la crise ukrainienne s’aggraverait.

Le message de la Maison Blanche sur le sommet indique que le président américain et l’émir du Qatar ont confirmé leur intérêt mutuel à renforcer la sécurité dans le golfe Persique et, plus largement, dans la région du Moyen-Orient. Par ailleurs, il est noté que Joe Biden et le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani ont convenu de la nécessité «d’assurer la stabilité de l’approvisionnement énergétique mondial». Cela semble faire référence à la situation de la recherche d’alternatives au gaz russe pour l’Europe. Malgré le fait que les exportateurs qatariens visent principalement le marché asiatique, l’administration Biden les considère parmi les options de remplacement prioritaires.

A l’issue des entretiens, Joe Biden a fait part à l’invité de sa volonté de désigner son pays comme un allié majeur hors Otan, «en reconnaissance du partenariat stratégique» entre les Etats, «qui s’est approfondi au cours des 50 dernières années». L’avis correspondant a été envoyé au Congrès. Ce document indique que le dirigeant américain souhaite franchir une étape similaire en signe de gratitude pour «les nombreuses années de contribution du Qatar aux efforts menés par les Etats-Unis dans le domaine de responsabilité du Commandement central américain (CENTCOM)».

En outre, le message indique que «l’approfondissement de la coopération bilatérale avec l’Etat du Qatar dans le domaine de la défense et de la sécurité» est absolument dans l’intérêt de Washington. Ainsi, le Qatar, qui abrite la plus grande base aérienne américaine du Moyen-Orient, pourrait devenir le troisième pays du golfe Persique après Bahreïn et le Koweït à bénéficier d’un statut privilégié. Le passage à un nouveau niveau, bien sûr, ne permettra pas de ressentir la plénitude des opportunités dont disposent les membres ordinaires de l’Otan, mais élargira la voie vers le renforcement de la coopération militaro-technique entre Doha et Washington. Le porte-parole du Pentagone, John F. Kirby, commentant la décision de Joe Biden, a déclaré aux journalistes lors d’un briefing ce lundi 31 janvier 2022 au Pentagone: «Cela ouvre une toute nouvelle gamme d’opportunités: des exercices, des opérations et vous savez, peut-être, l’acquisition de capacités également». 

L’initiative de la Maison Blanche reflète la pleine continuité de la ligne tracée par l’administration de l’ancien président Donald Trump. En 2020, la volonté des autorités américaines d’attribuer au Qatar le statut d’allié majeur hors de l’Otan a été annoncée par le sous-secrétaire d’Etat adjoint aux affaires du Golfe, Timothy Lenderking. Certes, à cette époque, la partie américaine se préoccupait davantage non pas de la manière d’obtenir le soutien du Qatar en matière de sécurité énergétique de l’UE, mais de la manière de réduire les tensions entre les Etats arabes: Doha était alors encore sous blocus économique, de transport et diplomatique par ses voisins.

La question est de savoir si les Qataris ont reçu des garanties fondamentales de sécurité énergétique. Selon les Etats-Unis, l’attribution d’un nouveau statut à l’émirat n’a rien à voir avec l’intérêt de Washington à remplacer les ressources énergétiques. Ce n’est là qu’une suite logique dans le développement des relations bilatérales: Doha a non seulement soutenu Washington dans la lutte contre les formations radicales au Moyen-Orient, mais a également fait des efforts importants pour faciliter le processus d’évacuation de l’Afghanistan, qui était au bord de l’effondrement en raison du manque de coordination entre les membres de la coalition étrangère et de la chute rapide de Kaboul.

Pourtant, comme le site S&P-Global le souligne, «l’administration Biden a déclaré la semaine dernière qu’elle travaillait avec des alliés européens pour trouver des approvisionnements supplémentaires en gaz naturel en provenance d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient, d’Asie centrale et des Etats-Unis au cas où un conflit militaire éclaterait et que les flux russes seraient perturbés». 

Bien avant l’escalade autour de l’Ukraine, les dirigeants qatariens ont averti que la capacité du pays à augmenter l’approvisionnement en hydrocarbures vers l’Europe était limitée par des obligations dans le cadre de contrats à long terme, principalement avec des pays asiatiques. Cependant, selon Middle East Eye, qui est proche de l’émirat, l’aide à la sécurité énergétique demandée par les Etats-Unis arrive à un bon moment pour le Qatar, car Doha poursuit ses plans d’expansion de son North Field. Il s’agit d’un énorme projet de GNL dans le golfe Persique, où, selon Middle East Eye, le Qatar a annoncé son intention d’augmenter sa capacité de 64 %, à 110 millions de tonnes par an d’ici 2025 et à 126 millions par an d’ici 2027. Cela augmente l’intrigue autour des plans américains.

Au delà de cette course à la recherche de gaz pour l’UE et le monde occidental, il est intéressant de signaler que les nations portant la désignation MNNA sont éligibles, entre autres, pour héberger des stocks de matériel de réserve de guerre américains à l’intérieur de leur pays. Les entreprises privées de ces pays sont également éligibles pour soumissionner sur des contrats d’entretien, de réparation ou de révision d’équipements militaires américains. Ces nations peuvent également conclure des accords avec les Etats-Unis pour la formation. Plus de 15 pays, y compris, mais sans s’y limiter, l’Australie, Bahreïn, le Japon, le Koweït et les Philippines, sont actuellement désignés comme principaux alliés non membres de l’Otan par les Etats-Unis. 

 Olivier Renault

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Voir aussi :

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur contenu ou orientation.

Volti

2 Commentaires

  1. Quelle que soit l’issue à de pareils scénarios, il est clair que l’UE reste un otage en matière d’énergie.
    Le retournement en cours du régime Malien contre son ancien colonisateur est en train de mettre à mal la stratégie du nucléaire civil de la France. Etrange que Paris se soit fait niquer de cette façon. Aucun analyste n’a jusqu’à ce jour émis un doute quant au déficit de soutien de la part de Washington dans cette affaire, pour le moins.
    Le scénarios ukrainien et ses conséquences en approvisionnements gaziers pour l’Europe ne sont plus contestables. Le relâchement récent des tensions à l’égard de l’Iran par Washington pourrait participer à une prise à revers du levier ukrainien en permettant à l’Allemagne de pouvoir disposer de nouvelles sources orientales…. sous parapluie US. En théorie l’ennemi désigné serait l’Empire du milieu, mais paradoxalement c’est l’allié européen qui est l’objet d’une mise sous tutelle énergétique. La chine détient avec le Japon 71% de la dette souveraine US. Je résume ce genre de situation à un : ” Je te tiens, tu me tiens par la barbichette”. Le NOM repose sur deux piliers, la Chine et les USA. Point barre !

  2. En attendant avec tous leurs petits jeux de guerre économique, ma facture de gaz a fait x2,5. Merci les amis, on apprécie tout comme le pognon donné gracieusement à McKinsey, Pfizer… pour des prunes.

Les commentaires sont clos.