Paradigme de Malthus & équation de Kaya…

Paradigme de Malthus & équation de Kaya…

réflexion au sujet de la population (quantitative)

Le malthusianisme (concept de Thomas Malthus [1766-1834]) est une attitude politico-économique (et sociale) qui prône le contrôle de la démographie afin de pouvoir maîtriser les ressources. (1)

La thèse de Malthus (1798) part du constat qu’il y a une asymétrie entre la croissance démographique et la croissance de production de ressources. Notez que nous sommes au début de l’ère industrielle anglais, il n’envisageait pas encore les limites des ressources.

Malthus décris alors que l’évolution de la population augmente de manière géométrique, et les ressources de manières arithmétiques.

Plus les années passent et plus l’écart sera grand entre la démographie et le stock de ressources.
Si il n’y a pas de guerre ou d’épidémie ou d’autres évènements pouvoir réduire la population, il en résultera nécessairement une famine qui pourrait durer jusqu’à ce que le niveau de population redescende en dessous des ressources disponibles.

Malthus propose plusieurs manières d’empêcher la population de croître :

  • prélever un impôt sur les naissances
  • offrir des occupations aux couples sans enfants
  • arrêter toute aide sociale aux nécessiteux

Sauf que empiriquement les faits ont prouvé que les politiques basées sur les postulats malthusiens ont conduit aux désastres.
La dynamique démographique est fondamentale dans la mise en place d’une économie de marché efficient. Ce sont les humains qui créent, échangent, consomment la richesse… non les robots, ordinateurs, …
Bien que les ressources soient limitées dans le temps, il convient plutôt d’utiliser la technologie pour rendre l’allocation des ressources limitées efficiente.

Kaya

L’équation de Kaya relance en 1993 les idées de Malthus.(2)

l’équation de kaya tend à démontrer que les émissions de CO2 est fonction de diverses variables, dont la population.

Cette équation est utilisée par le GIEC (Groupe d’expert Intergouvernemental sur l’évolution du Climat) pour analyser l’évolution de C02.

Ainsi donc encore une fois, la ‘population’ est en cause au niveau de la consommation des ressources.
Bien sur, l’indice de Gini (3) n’est pas intégré à ce genre de paradigme, il est beaucoup plus pratique de considérer le nombre total des individus, que d’introduire un facteur d’inégalité entre les peuples.

Pour l’exemple :

Au niveau mondial par exemple, là où un américain consomme plus de 250l/j d’eau, il est de 130 à 160 en France et 10 à 20l en Afrique sud-saharienne.

Je pense qu’un cours extrait de l’Abbé Pierre sur le sujet est plus que parlant…


A l’avenir, il faudra admettre le partage entre tous…. ou sinon admettre ‘leur’ diminution de la population.
Et comme l’être humain est égoïste, j’ai mon idée sur la voie qui va s’opérer.

 

Sources :

https://wp.unil.ch/bases/2013/07/thomas-malthus-et-le-malthusianisme/

(1) https://fr.wikipedia.org/wiki/Thomas_Malthus

(2) https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89quation_de_Kaya

(3) https://www.insee.fr/fr/metadonnees/definition/c1551

(4) https://www.alternatives-economiques.fr/lindice-de-gini-principaux-pays-europeens-2015-0102201777047.html

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

25 commentaires

  • Chihuahua

    Faites comme moi, montrez l’exemple :
    1 Économisons l’eau, buvons de la bière.
    2 Terminé les vacances à Tahiti, arrêtons nous à Los Angeles.
    3 N’achètons pas de voiture V8 4l, un V6 peut suffire.
    4 Stop aux chauffage électrique, ayez une chaudière au fuel.
    5 Arrêtons d’acheter des prunes du Chili ou d’Afrique du Sud, mangeons français : ananas et letchis de la Réunion.
    Etc, etc….

  • Marsi

    Encore une autre preuve de la connerie humaine: puisqu’il y a suffisamment de ressources pour tous sur cette terre mais qu’on est trop bête pour les partager et pour se limiter dans nos besoins, il y a des gens qui, au lieu de réfléchir à comment résoudre ce problème de fond, réfléchissent à l’envers et cherchent à limiter la population. Folie!

    • Demeter

      Sauf que si on veut empecher une catastrophe, on doit empecher certains pays de proliferer grace a la manne des pays occidentaux!!! Stop aux pays qui font 10 enfants et qui sont incapable de bien s’occuper de 2 ou 3…

    • donarmando

      Vous réduisez la notion de « substances » à la nourriture. Je suis certain que l’on peut déjà en finir avec la famine, et qu’on peut cultiver de façon intelligente et « harmonie » avec le règne de la nature.
      Mais il n’y a pas que ca … Tout naturellement lorsque la famine n’existe plus, l’être humain peut nourrir ces autres besoins (et c’est bien normal) => en gros, et de façon simpliste, vivre comme les occidentaux l’ont fait et le font encore. et là, quoiqu’on en dise, les matières se rarifient, que se soit l’eau, les métaux etc. Même le sable commence à manquer … A moins d’aller chercher toutes ces substances ailleurs que sur la terre, il y a bien un moment où nous sommes trop nombreux et où la surpopulation va affecter l’environnement, saccager la terre et par là même saccager l’humanité …

      • FichenChip

        Par le terme « substance » vous désignez la « matière première ». Pour le marché, les matières premières sont des « marchandises », elles sont considérées que comme contenant de « valeur d’échange ».
        Plus cette matière première est rare ou se raréfie, plus sa « valeur d’échange » augmente.
        Tous les matériaux que nous connaissons répondent à cette logique de la « frénésie du marché » jusqu’à l’épuisement pour nourrir l’accaparement de « valeur d’échange ».
        Les innovations du marché sont « innovations du profit » elles ne sont pas des « profits de l’innovation ». Le marché pense d’abord à innover le profit. Le profit prime toujours sur le reste.
        La société marchande est destructrice par essence, elle n’existe que dans la destruction et l’épuisement.
        Les solutions émanant de la société capitalistique, ne peuvent être considérées comme autre chose que des ramifications du marché.
        Le mode de vie étiqueté « occidental » n’est pas le modèle à suivre, c’est un modèle destructeur sur tous les plans.

    • «  » y a suffisamment de ressources pour tous sur cette terre «  »

      putain de communiste.

  • FichenChip

    Je ne rentrerais pas sur le terrain de la mauvaise gestion des terres arables et des délires théoriques mathématiques déconnectés des réalités.
    Le Malthusianisme, c’est la conformation de l’humanité dans le carcan de la société marchande. Autrement dit c’est un outil du formatage pour la Société de la Gloire Flamboyante du Marchand Roi.

    Dans une interview, Pierre RABHI expliquait qu’en cultivant – correctement – les terres arables d’Ethiopie, il est possible de nourrir toute l’Afrique.

    Si, tout simplement nous sortons de cette société de l’échange des « marchands » pour la communauté du partage « Christique » ?
    En signant la fin de l’exploitation marchande, nous mettons fin au salariat. Nous neutralisons le règne de la peur de la misère et du tous contre tous. Et nous nous affranchissons de la mystification par la « main invisible » des spoliateurs.

    Il en résultera un ralentissement du rythme effréné de la « vie exploitée » pour un retours au calme et à l’apaisement du « vivre » véritable.
    Voici une liste non exhaustive des bienfaits qui en découlerait systématiquement :

    Baisse du recours hospitalier et médical :
    Moins de stress = moins de maladies, moins d’accidents du travail et d’accidents domestiques.
    Fin de la consommation compulsive, des addictions mortifères et des conduites dangereuses…

    Auto-régulation des naissances :
    Diminution des naissances non désirées issues de crimes ou de comportements sexuels compulsifs.
    Diminution de la procréation motivée par la subsistance économique.
    Des couples n’enfanteront plus pour combler un vide intérieur, ou par conformisme social…

    Réduction de la pollution :
    Réduction de la nécessité de véhicules du fait de l’annulation du marché surproductif et de la réduction de la nécessité de se déplacer rapidement et quotidiennement.
    Diminution de l’émission de micro et nanoparticules émises du fait du ralentissement global de l’industrie et du transport…

    Il serait intéressant de « brainstormer » le sujet pour voir ce qui en ressortirait de positif et de négatif.
    Nous avons le devoir de penser, par nous-mêmes, le futur que nous souhaitons voir se réaliser.

    • seb

      Vivre en accord avec son environnement…
      Exactement, la fin du capitalisme est inévitable et un nouveau paradigme devra s’installer. Et on espère plus durable.
      Reste à savoir qui va l’imposer et quel va être la direction que nous allons prendre.

  • Demeter

    Auto-régulation des naissances :

    Va dire a a l’afrique qui meurt de sa fecondité au lieu de prendre le probleme a bras le corps… Trop facile de taper sur les pays occidentaux!!!

    • FichenChip

      Tu ne semble pas avoir compris.
      L’auto-régulation est un phénomène qui n’a pas besoin d’un « bureau de régulation des naissances » ou du « planning familial » de la gestion de la « quantité ».
      C’est un phénomène d’adaptation « naturel ».

      Le discours que tu tiens est celui de Bill et des « élites du monde marchand ». Ces individus que leur capacité à l’accaparement des richesses à convaincu de leur supériorité à appréhender le cosmos.

    • seb

      Pour avoir vécu en RDC, j’ai eu du mal à comprendre les familles de x enfants…
      Lorsqu’on les écoutes, le nombre d’enfant est une richesse, et aussi ce sont les enfants qui s’occupent des parents lorsqu’ils ont passés un certain age (les parents).
      Ce sont aussi les enfants qui s’occupent des enfants.
      C’est une société différente et il est ‘complexe’ de l’analyser avec nos yeux d’occidentaux…

      • FichenChip

        C’est une richesse du point de vue tribal, l’enfant est celui de la tribu. Il pourvoira aux besoins des siens et les défendra durant les conflits tribaux.
        Le tribalisme est entretenu en Afrique pour empêcher l’unité nationale qui est déjà limitée du fait des frontières artificielles. Un pays d’Afrique réalisant l’unité nationale serait un frein à l’exploitation. C’est pourquoi, le marché sponsorise le pouvoir et maintien le levier du tribalisme afin de garder la main sur le trésor. Il maintient également les pays d’Afrique à un niveau industriel précaire pour que ses ressources ne lui soit pas directement exploitables.

      • Demeter

        c’st pour cela que leur richesse vient piller la notre… Western union y contribue…

        • FichenChip

          Leur « richesse », est importée comme main d’œuvre docile grâce à l’infantilisante « l’industrie humanitaire de la finance ». Elle arrive sur nos trottoirs, où elle est prise en charge par nos impôts, afin de remplacer le prolétaire occidental revendicatif.
          Le but est de répondre à la « saturation du marché » et de maintenir « l’exploitation humaine » à un prix bas pour limiter « la baisse du taux de profit ».
          Voilà pourquoi Western Union n’est, pas le nom d’un petit maraîcher bio, visant l’autonomie dans sa cahute auto-construite.

Laisser un commentaire