Là où la paix est impossible, la violence est inévitable

L’Ukraine semble très loin mais, c’est une poudrière qu’il faut surveiller. Tout peut arriver en très peu de temps, vu que Moscou commence à en avoir ras le bol des déclarations mensongères, au point d’avoir mis en ligne, contre toutes les règles diplomatiques, les échanges ayant trait à la situation en Ukraine avec la France et l’Allemagne. Et les USA ne sont jamais bien loin. J’espère que la psychose covidesque n’a pas rendu tout le monde covidiot..

Par Alastair Crooke pour  Al Mayadeen via Le Saker Francophone

« Moscou met en place les éléments militaires nécessaires pour que, si les circonstances l’exigent, les forces russes puissent entrer et se déployer dans le Donbass en un clin d’œil.« 

********

« Biden a dépêché le directeur de la CIA Bill Burns à Moscou », nous dit CNN« pour avertir le Kremlin que les États-Unis surveillent de près le renforcement de ses troupes près de la frontière ukrainienne, et pour tenter de déterminer ce qui motive les actions de la Russie » . C’est peut-être en grande partie vrai, mais Burns a également rencontré Nikolaï Patrouchev (conseiller en matière de sécurité) et Sergueï Narychkine (chef du renseignement).

Plus important encore, Burns s’est entretenu par téléphone directement avec le président Poutine : « Les relations bilatérales [ont été discutées], la situation de crise dans la pratique diplomatique, et un échange de vues sur les conflits régionaux [a eu lieu] ».

Il se passe quelque chose puisque, plus bas dans l’article de CNN, on peut lire que « l’administration [américaine] est très, très préoccupée – et que c’est la première fois qu’elle se montre aussi préoccupée au sujet de la Russie depuis très, très longtemps », a déclaré un diplomate européen. « Je ne voudrais pas sous-estimer cela. Ils font un effort massif de sensibilisation » .

« Ils sont définitivement pris très au sérieux », a déclaré un deuxième diplomate européen. « Il y a clairement une tendance ici, vous pouvez remonter jusqu’en 2014, bien sûr » , lorsque la Russie a envahi la Crimée. « Mais depuis le printemps de cette année, une constellation de développements a attiré l’attention… le retrait seulement partiel de ces troupes… la décision de la Russie de laisser du matériel militaire derrière elle à la frontière… ».

Enfin, pas exactement « à la frontière ». Comme l’a fait remarquer un éminent commentateur de la Russie, The Saker, les images satellite censées montrer une importante présence militaire « à la frontière » proviennent d’un endroit situé à plus de 200 km de la frontière ukrainienne. Il ne devrait donc pas être trop difficile pour Burns ou la CIA de comprendre ou de « déterminer » ce qui se passe : Moscou met en place les éléments militaires nécessaires pour que, si les circonstances l’exigent, les forces russes puissent entrer et traverser le Donbass en un clin d’œil.

Après ses réunions à Moscou, Burns a directement appelé le président ukrainien Zelensky pour lui faire part des « préoccupations de l’administration concernant le comportement de la Russie ».

Pourquoi alors les États-Unis font-ils une telle « affaire » de cette visite aux Européens ? Ne serait-ce pas une mesure prudente de la part de la Russie ? La précipitation du chef de la CIA suggère plutôt un réveil de dernière minute à Washington, qui s’est rendu compte que les États-Unis étaient loin d’être sur la voie d’une victoire politique chorégraphiée par Blinken, mais qu’ils se dirigeaient plutôt vers un autre désastre stratégique et un échec pour Biden.

Bill Burns est un diplomate : un homme courtois souvent chargé d’ouvrir des canaux de discussion sur des questions sensibles. Il a été ambassadeur à Moscou et y est respecté. Un « adulte » donc. On ne pourrait pas avoir un plus grand contraste entre lui et Victoria Nuland, qui s’est récemment rendue à Moscou pour dire aux Russes de « fléchir devant Kiev » . On lui a répondu « pas question », tant que Kiev ne met pas en œuvre les accords de Minsk. Elle ne semblait pas vouloir entendre, a conclu Moscou.

Pourtant, ces visites d’émissaires américains complètement différentes révèlent une réalité plus intéressante. Burns était le représentant d’Obama à Moscou et si les élections américaines de 2016 s’étaient déroulées autrement, Burns aurait pu devenir secrétaire d’État (poussé par Obama). Nuland est une néoconservatrice notoire, et l’équipe Blinken est également de l’acabit interventionniste.

Le contexte était-il donc celui des préoccupations d’Obama, qui craignait que les faucons de Washington n’entraînent « Sleepy Joe » dans l’un de leurs désastres ? Ce n’est pas clair. Peut-être.

Qu’est-ce qui a effrayé Burns ? Pas le prépositionnement militaire russe contre un éventuel assaut de Kiev sur le Donbass. Plus probablement, c’est la prise de conscience que Zelensky ne contrôle pas la situation politique – pour les raisons exposées de manière convaincante par Dmitri Medvedev dans un article récemment publié dans la presse russe. Les véritables détenteurs du pouvoir à Kiev savent bien que l’Ukraine orientale russophone ne pourra jamais vivre aux côtés de ses homologues occidentaux belliqueux. Ces derniers ne croient pas en la réintégration de ces provinces orientales et ne la souhaitent pas.

Pour ces hommes de pouvoir à Kiev, perdre une guerre contre la Russie – paradoxalement – c’est gagner politiquement : oubliez la prétendue amélioration des capacités militaires de Kiev. Elles ne sont que des accessoires de scène dans une pièce de théâtre politique bien plus importante qui se déroule actuellement. Les dirigeants ukrainiens n’ont pas d’autre choix – en tant qu’État en pleine implosion et dysfonctionnel – que de se laisser imploser ou de forcer la Russie à intervenir ouvertement. Pour les dirigeants de Kiev, le choix est effectivement entre Charybde et Scylla.

Le résultat de l’échec inévitable de l’assujettissement du « Donbass dissident » serait imputé par les autorités de Kiev et ses alliés à Moscou, et utilisé pour faire honte à l’UE afin qu’elle renfloue Kiev de sa faillite. Oui, le pays aurait finalement été balkanisé, mais les oligarques russophobes corrompus seraient toujours saufs, et politiquement « au sommet ».

Pour Nuland, cependant, l’agressivité vis-à-vis de la Russie via l’OTAN aurait pu être présentée aux États-Unis comme une double « réussite » : les États-Unis auraient gardé la tête haute et l’OTAN aurait retrouvé un nouveau souffle. À cette fin, l’équipe Biden a récemment incité les Européens à se servir de l’Ukraine comme d’un point d’ancrage pour menacer la Russie d’une action de l’OTAN, au point que l’OTAN a abaissé récemment le seuil d’utilisation de ses armes nucléaires. Dans l’ensemble, l’intention était de donner l’impression que « l’Amérique est de retour » et qu’elle « mène à nouveau ».

Il semblerait donc que l’équipe Blinken-Nuland aurait pour finalité de faire en sorte que la Russie, réticente, n’ait d’autre choix que d’intervenir. L’objectif de Nuland et des « faucons » américains n’était pas de vaincre la Russie militairement, mais politiquement, à mesure que le monde s’unissait, derrière l’Amérique, pour condamner l‘ »invasion » de la Russie et sa « prise » du Donbass.

Et pourtant … et pourtant, Burns – un vieux briscard de la Russie – a peut-être compris qu’il est impossible que Kiev reprenne le Donbass (Moscou ne le permettra jamais. Et l’OTAN sait qu’elle ne peut pas l’emporter sur la Russie en Ukraine, à moins d’un impensable échange nucléaire).

Peut-être Burns a-t-il vu tardivement que ce stratagème du département d’État était en fait un piège qui finirait par engloutir Biden, plutôt qu’un piège intelligent du département d’État destiné à Moscou. Peut-être a-t-il prévenu Obama.

Quoi qu’il en soit, au vu de l’évolution de la situation, les États-Unis auraient été confrontés à un échec inévitable : soit l’Ukraine se serait désintégrée sous le poids de son propre dysfonctionnement ou de l’effondrement économique et de la corruption endémique. Ou bien, dans un geste futile, elle aurait joué le tout pour le tout contre les forces du Donbass et aurait fini démembrée, alors que la Russie – bien qu’à contrecœur – aurait été forcée d’intervenir et aurait englouti toute l’Ukraine orientale.

Le fait est que l’intervention russe est précisément ce que recherche l’oligarchie de Kiev : « Gagner en perdant ».

Et cela ne plairait pas du tout à la classe politique de Washington. Biden passerait pour un incompétent – une fois de plus. Est-ce cela qui a poussé Burn à se rendre à Moscou ?

S’exprimant au Forum d’Aspen sur la sécurité la semaine dernière, le général Milley a admis que le « siècle de l’Amérique » était terminé. Enfin ! C’est une déclaration stratégique importante. Il a déclaré : « Nous entrons dans un monde tripolaire – avec les États-Unis, la Russie et la Chine comme grandes puissances. [Et] Le simple fait de passer de deux à trois puissances rend la situation plus complexe « .

Cela a dû être le principal sujet à Moscou : comment gérer des intérêts contradictoires, dans un monde tripolaire complexe ? Dans ce cas, cela nécessitera beaucoup plus de réalisme que celui dont les États-Unis ou l’UE ont fait preuve récemment à l’égard de l’Ukraine. Et la question de l’Ukraine est loin d’être terminée.

Il est probable que Patrouchev aura expliqué à Burns à quel point le stratagème des États-Unis et de l’Union européenne, qui consiste à inciter Kiev à récupérer les provinces orientales, pourrait être néfaste pour les États-Unis : la Russie ne se soucierait pas des menaces de Nuland ou von der Leyen de rejeter la faute sur Moscou, ni du nombre de conseillers occidentaux bloqués en Ukraine et qui ne rentreraient jamais chez eux. Si Kiev « voit grand », la Russie en fera de même.

Alastair Crooke

Note du Saker Francophone

Cet auteur reprend tout ou partie de ses chroniques de Strategic Culture sur Al Mayadeen, un média moyen-oriental. On vous propose les 2 séries pour voir les nuances qu’il apporte à son propos selon le public visé sur ces 2 sites.

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Un commentaire