Accord secret entre Biden et Poutine pour mettre en œuvre le G2?

Par Germán Gorraiz López, analyste politique pour Observateur-Continental

Les déclarations rudes de Joe Biden à propos de la Russie (Poutine est un «tueur»), le retrait des ambassadeurs des deux pays et la menace voilée des Etats-Unis de mettre en œuvre de nouvelles sanctions contre la Russie ont symbolisé le point culminant de la soi-disant guerre froide 2.0.

Cependant, le sommet de Genève entre Biden et Poutine a jeté les bases d’une nouvelle architecture géopolitique mondiale qui s’incarnera avec la mise en œuvre du G2 (Etats-Unis et Russie) qui tentera d’isoler la Chine économiquement et militairement, condamnant l’UE à l’ostracisme. L’Europe et les BRICS seront de simples comparses dans le nouvel ordre géopolitique qui se développe. 

Séisme géopolitique en Europe. L’accord stratégique entre l’Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis connu sous le nom d’AUKUS, implique la vente de sous-marins nucléaires nord-américains à l’Australie en même temps qu’un échec économique pour la France estimé à 50 000 millions d’euros. Ainsi, la rupture unilatérale par le gouvernement australien d’un méga-contrat avec la France pour 12 sous-marins conventionnels, aurait provoqué la colère du gouvernement français et l’appel à des consultations de ses ambassadeurs à Washington et Canberra, ce qui, conjugué à l’arrêt éventuel de la vente d’avions de combat Rafale à l’Inde, pourrait provoquer la désaffection de la France envers le «partenaire américain d’autrefois» et pourrait se traduire par la sortie de la France des structures de l’Otan.

En revanche, on assiste à quelques déclarations surprenantes de l’ancien ministre britannique des Affaires étrangères, Philip Hammond, recueillies par The Telegrah dans lesquelles il affirme que «Londres est prêt à déployer des missiles nucléaires US sur son territoire sur fond de tensions croissantes dans les relations avec la Russie».

Cela pourrait être compris comme le retour à une course aux armements comme celle entretenue pendant la guerre froide avec l’URSS (relance du projet de Partenariat entre les USA et l’Europe pour l’approvisionnement du Royaume-Uni en missiles Polaris de juillet 1962).

En revanche, après «le coup de poignard dans le dos» que la signature de l’accord AUKUS a signifié pour la France, Macron profitera de la présidence de l’UE qui débute en janvier 2022 pour promouvoir l’initiative de l’Agence européenne de défense (AED). Cette entité impliquera de couper le cordon ombilical avec les Etats-Unis, avec ce que représentait l’Otan. Elle sera, à la suite de la réaffirmation de la souveraineté des ressortissants français et allemands, composée des pays de la zone d’influence originelle de l’Axe franco-allemand (Hollande, Danemark, Norvège, Belgique, Luxembourg et Italie), pour devenir une stratégie défensive contre la dérive de l’ancien «partenaire américain». Cela se traduira par un rapprochement avec la Russie et la suspension des sanctions imposées par l’UE.

D’autre part, la coalition d’intérêts russo-allemande a conçu le projet Nord Stream qui relie la Russie à l’Allemagne par la mer Baltique, avec une capacité de transport maximale de 55 000 millions de mètres cubes (bcm) de gaz par an et avec une validité de 50 années, formant une route vitale pour l’Allemagne et les pays nordiques. C’est pourquoi, elle a été déclarée «d’intérêt européen» par le Parlement européen et comme étant cruciale pour la géostratégie énergétique russe. Ainsi, la Russie atteindra le double objectif géostratégique d’assurer un flux ininterrompu de gaz vers l’Europe par deux voies alternatives, transformant la Pologne et l’Ukraine en îlots énergétiques et laissant les pays de «l’arc européen de la fracturation hydraulique» (Pologne, République tchèque, Slovaquie et Hongrie , Ukraine, Roumanie et Bulgarie) sous orbite américaine et exposés à de nouvelles guerres du gaz.

Concernant l’Ukraine, Biden aurait promis à Poutine que ledit pays «n’entrera pas dans l’Otan» et que le différend ukrainien se dessinera avec la division de l’Ukraine en deux moitiés presque symétriques séparées par le 32e méridien est, laissant le Sud et l’Est du pays (y compris la Crimée et la mer d’Azov) sous orbite russe tandis que le centre et l’ouest de l’Ukraine actuelle navigueront dans le sillage de l’UE. Concernant la Syrie, l’accord entre Biden et Poutine comprendrait l’acceptation par les Etats-Unis du régime d’Assad et le renforcement de la présence russe dans ce pays après la modernisation de la base navale de Tartous dans le but de ressusciter la flotte méditerranéenne éteinte, (dissoute en 1992 après l’extinction de l’URSS) complétée par la base militaire de Jableh dans le nord-ouest de la Syrie, beaucoup plus sophistiquée que la précédente, avec laquelle Poutine contrôlera le trafic maritime à travers la Méditerranée orientale.

Doctrine de confinement contre la Chine. L’accord stratégique entre l’Australie, le Royaume-Uni et les Etats-Unis connu sous le nom d’AUKUS symboliserait un changement dans la cartographie géopolitique mondiale en déplaçant la scène atlantique à travers l’Indo-Pacifique comme épicentre de l’impulsion géopolitique entre les Etats-Unis et la Chine avec le objectif d’établir un arc de crise nucléaire autour de la Chine qui s’étendrait du Cachemire indien au Japon, en passant par la Corée du Sud, Singapour, le Vietnam, la Thaïlande et les Philippines et de fermer l’arc avec la Nouvelle-Zélande et l’Australie pour dissuader la Chine de son aventure de domination de la Mer de Chine. Cela symboliserait la création de la nouvelle alternative économique et militaire au projet raté d’Obama de créer un Partenariat transpacifique (TPP) et le leitmotiv d’une telle manœuvre enveloppante des Etats-Unis serait d’appliquer la doctrine du confinement contre la Chine.

Les bases de cette doctrine ont été exposées par George F. Kennan dans son essai Les sources du comportement soviétique publié dans la revue Foreign Affairs en 1947 et dont les idées principales sont résumées dans la citation «Le pouvoir soviétique est imperméable à la logique de la raison mais très sensible à la logique de la force». Cela aura pour effet collatéral l’augmentation de la course au nucléaire en Chine qui par mimétisme s’étendra à l’espace géographique qui s’étend d’Israël à la Corée du Nord (incluant des pays comme l’Iran, le Pakistan, l’Inde et Chine).

Cette manœuvre enveloppante serait complétée par la tentative américaine de tarir les sources d’énergie de la Chine pour laquelle la collaboration de Poutine semble fondamentale puisque la Chine souffre d’une sévère dépendance énergétique russe qui la rend très vulnérable. Ainsi, la Russie et la Chine ont scellé un contrat pétrolier stratosphérique qui devient l’un des plus importants de l’histoire de l’industrie énergétique par lequel la compagnie russe Rosneft, (la plus grande compagnie pétrolière du pays), fournira du pétrole au géant asiatique pendant 25 ans pour une valeur de 270 000 millions de dollars (environ 205 000 millions d’euros). Il y a aussi le méga-contrat gazier signé par le russe Gazprom et le géant pétrolier chinois CNPC par lequel la Russie fournira au pays asiatique 38 000 millions de mètres cubes de gaz naturel pour un montant approximatif de 400 000 millions de dollars et avec une durée de 30 ans à travers le gazoduc Sila Sibiri (Force de Sibérie). Ce contrat a jeté les bases économiques de l’Union eurasienne qui a commencé son voyage le 1er janvier 2015 sous la forme d’une alternative économique et militaire aux Etats-Unis. Mais, elle pourrait avoir ses jours comptés avant le nouvel accord secret de Biden et Poutine.

Germán Gorraiz López, analyste politique

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Observateur-Continental

La France face à un rebond record de faillites en 2022

La crise énergétique en Chine menace l’économie mondiale

2 commentaires

  • behappy

    « Accord secret entre Biden et Poutine »
    Il semblerait (j’ai pas vérifié) que Biden prolonge la politique de trump https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_cool.gif
    Il ne s’occupe plus de ses anciens alliés pour faire des accords avec qui il veut
    Notez (ou pas) que selon le FDD, Biden aura un mandat heureux (par rapport a son âme/être)
    Son mandat sera satisfaisant au moins pour lui
    Et la force vitale (il en manquait a son mandat tut le monde l’a remarqué en se demandant s’il allait vivre longtemps) lui sera retiré (car il ne l’a plus apr lui même), il décèdera vite après son mandat (sans date precise)
    LE FDD ne fait pas de voyance, il décide du sort et du destin des chefs d’etats et qui sera chef d’etats (du moins dans les pays qui ont une influence planétaire…
    Je cite mes sources car je ne l’ai pas vu par moi meme https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif Meme si le DD est d’une nature joyeuse je ne l’ai jamais vu dire des choses inexactes..
    Qui vivra verra dans l’happy life https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

  • kalon

    Amener Vladimir Poutine a renier ses accords avec Xi me semble être un vœux pas très pieux et inatteignable de la part des Américains ! ;-)
    Outre que Biden n’a, absolument, RIEN a proposer à Vladimir Poutine ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_unsure.gif
    Les Anglo-Saxons ont trop souvent renier leur parole que pour être encore crédibles ! lol

Laisser un commentaire