Endurer la terreur pour toujours: d’Al-Qaïda à l’EI-K

Source Observateur-Continental

Une collaboration entre le Pentagone et les talibans est établie; les éternelles guerres de l’ombre de la CIA sont une toute autre paire de manches.

C’était, il y a 20 ans aujourd’hui. L’Asia Times a publié Get Osama! Now! Or else… (Attrapez Oussama! Maintenant! Ou bien…). Le reste appartient à l’histoire. Rétrospectivement, cela ressemble à des nouvelles d’une autre galaxie, d’avant la planète du 11 septembre, la Guerre Globale Contre le Terrorisme (GWOT), les guerres éternelles, l’ère des réseaux sociaux, le partenariat stratégique Russie-Chine ou The Dronification of State Violence (La Dronification de la Violence d’Etat), comme avant le techno-féodalisme.

Permettez-moi d’être un peu plus personnel. J’étais de retour à Peshawar – la Rome islamique, capitale des zones tribales – il y a 20 ans, après une boucle vertigineuse autour du Pakistan, des territoires tribaux, une opération de contrebande ratée à Kounar, un séjour au Tadjikistan, une arrivée en hélicoptère soviétique dans la Vallée du Pandjchir, un voyage en voiture éprouvant jusqu’à Faïzabad et un vol de l’Onu qui a mis des siècles à arriver.

Dans le Pandjchir, j’avais enfin rencontré le «Lion du Pandjchir», le commandant Ahmad Shah Massoud, qui préparait alors une contre-offensive contre les talibans. Il m’a dit qu’il combattait une triade: les talibans, Al-Qaïda et l’EI pakistanaise. Moins de trois semaines plus tard, il a été assassiné – par deux opérations d’Al-Qaïda déguisées en équipe de tournage, deux jours avant le 11 septembre.

Personne, il y a 20 ans, n’aurait pu imaginer la fronde et les flèches de la fortune scandaleuse – de la terreur – qui ont suivi. Deux décennies, 2,3 trillions de dollars et au moins 240 000 morts afghans plus tard, les talibans sont de retour là où ils étaient: au pouvoir en Afghanistan. Ahmad Massoud, le fils du commandant Massoud, dirige en théorie une «résistance» dans le Pandjchir – en réalité une opération de la CIA canalisée par l’intermédiaire d’un agent de la CIA, Amrullah Saleh, ancien vice-président afghan.

Al-Qaïda est un squelette inoffensif, même réhabilité en Syrie en tant que «rebelles modérés». Le nouveau croquemitaine en ville est l’Etat islamique au Khorassan (EI-K), une émanation de l’Etat islamique en Syrie. Après avoir négocié un accord global stupéfiant avec les talibans, l’empire du chaos conclut une évacuation humiliante du pays qu’il a bombardé pour la démocratie et soumis pendant deux décennies. Une fois de plus, les Etats-Unis ont été expulsés de facto par une armée de guérilla paysanne, cette fois-ci principalement composée de Pachtounes, descendants des Huns blancs – une confédération de nomades – ainsi que des Sakas, peuples iraniens nomades des steppes eurasiennes.

L’armée de l’ombre de la CIA. L’EI-K, le nouveau nid de vipères, ouvre de multiples boîtes de Pandore qui pourraient conduire à la nouvelle incarnation des guerres éternelles. L’EI-K a revendiqué la responsabilité de l’horrible attentat suicide de Kaboul et est apparemment dirigé par un émir fantôme, Shahab al-Muhajir (pas de photo, pas de biographie détaillée), censé être un expert en guerre urbaine qui a travaillé auparavant comme simple commandant de niveau intermédiaire pour le réseau Haqqani. En 2020, l’EI-K, qui connaît bien les média, a publié l’un de ses messages audio en pachto. Pourtant, il n’est peut-être pas Pachtoune, mais originaire d’une certaine région du Moyen-Orient, et il ne parle pas couramment cette langue. Même le Commandement central des Etats-Unis (CENTCOM), avec le général Mackenzie, a admis que l’armée américaine partageait des informations sur L’EI-K avec les talibans – ou plutôt l’inverse: le porte-parole des talibans, Zabihullah Mujahid, à Kaboul, a souligné qu’ils avaient préalablement averti les Américains d’une menace imminente pour l’aéroport. La collaboration entre le Pentagone et les talibans est désormais établie. Les éternelles guerres de l’ombre de la CIA sont une toute autre paire de manches.

J’ai montré dans cette enquête approfondie comment la priorité absolue des talibans est de cibler les ramifications de l’armée de l’ombre de la CIA en Afghanistan, déployée via la Force de Protection de Khost (KPF) et au sein de la Direction nationale de la sécurité (DNS). 

L’armée de la CIA, comme je l’explique, était une hydre à deux têtes. Les unités les plus anciennes remontaient à 2001 et étaient très proches de la CIA. La plus puissante était la KPF, basé au Camp Chapman de la CIA à Khost qui opérait totalement en dehors de la loi afghane, sans parler du budget. L’autre tête de l’hydre était constituée par les forces spéciales afghanes de la DNS: quatre unités principales, chacune opérant dans sa propre région. La DNS était financée par la CIA et, à toutes fins utiles, ses agents étaient formés et armés par la CIA.

La DNS était, donc, de facto un mandataire de la CIA. Et voici le lien direct avec Amrullah Saleh, qui a été formé par la CIA aux Etats-Unis lorsque les talibans étaient au pouvoir à la fin des années 1990. Par la suite, Amrullah Saleh a pris la tête de la DNS qui travaillait en étroite collaboration avec le RAW, les services secrets indiens. Aujourd’hui, il est un «leader de la résistance» dans le Pandjchir.

Mon enquête a été confirmée immédiatement par le déploiement de la Task Force Pineapple la semaine dernière, une opération menée par la CIA/Forces spéciales pour extraire de Kaboul les derniers agents de renseignement sensibles qui étaient poursuivis par les talibans. En parallèle, de sérieuses questions s’accumulent concernant l’attentat suicide de Kaboul et la réponse immédiate du MQ-9 Reaper visant un «planificateur de l’EI-K» dans l’est de l’Afghanistan. Cette page a suivi avec attention les informations de première importance concernant ce qui pourrait être décrit comme le massacre d’Abbey Gate, et qui a été, sans surprise, enterré par les grands média occidentaux.

La chaîne YouTube Kabul Lovers, par exemple, pratique un journalisme de rue qui fait honte à toutes les chaînes de télévision multimillionnaires. Un officier militaire qui a examiné les corps de nombreuses victimes de l’attentat à l’hôpital d’urgence de Kaboul a affirmé que la plupart n’étaient pas des victimes de l’attentat-suicide: «Toutes les victimes ont été tuées par des balles américaines, sauf peut-être 20 personnes sur 100». Le rapport complet et original, en dari, se trouve ici.

La filière Syrie-Afghanistan. L’offensive tant vantée du Pentagone contre l’Etat islamique en Syrie a été tournée en dérision dans tout l’Axe de la Résistance comme une énorme farce. Au fil des ans, des exposés ont été présentés par Moscou, Téhéran, Damas, le Hezbollah et certaines des Unités de Mobilisation populaire (UPM) en Irak. Le secrétaire général du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a affirmé à plusieurs reprises que «les Etats-Unis ont utilisé des hélicoptères pour sauver les terroristes de l’EI de l’anéantissement complet en Irak/Syrie et les ont transportés en Afghanistan pour les garder comme insurgés en Asie centrale contre la Russie, la Chine et l’Iran». (…). Il est important de se rappeler que l’EI-K est devenu beaucoup plus puissant en Afghanistan depuis 2020 en raison de ce que je décris comme une filière obscure de transport entre Idlib en Syrie et Kounar et Nangarhar dans l’est de l’Afghanistan. Bien sûr, il n’y a pas encore de preuve irréfutable, mais nous avons une hypothèse sérieuse de travail selon laquelle l’EI-K pourrait n’être qu’une autre armée fantôme de la CIA, en collaboration avec la DNS.

Pepe Escobar

Source: https://reseauinternational.net/endurer-la-terreur-pour-toujours-dal-qaida-a-lei-k/

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Via Observateur-Continental

A qui a profité la guerre en Afghanistan

Dominique Delawarde: «La France a porté atteinte à sa crédibilité sur la scène internationale»

Bilan de deux interventions: le succès russe en Syrie et l’échec américain en Afghanistan

Laisser un commentaire