« Pénuries. Le grand secret que vous cachent les médias. Aurez-vous le courage de le comprendre ? » L’édito de Charles SANNAT

Par Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Les pénuries sont en train de s’aggraver.

Elles sont désormais généralisées à tous les secteurs et à tous les pays.

Cependant le Covid à bon dos et ne suffit en aucun cas à expliquer l’ampleur de ces pénuries.

Il y a une hypothèse qui permet de mettre en cohérence tous les éléments que nous vivons et qui peuvent sembler aussi incohérents et si déroutants.

Je vous propose cette semaine de réfléchir à l’hypothèse de la rareté et de la raréfaction des ressources et des matières premières. N’assistons-nous pas au ralentissement des activités humaines ? Je partage avec vous cette théorie pour enrichir votre réflexion.

Ici, encore une fois, aucune vérité absolue, mais des pistes de réflexions pour prendre de la hauteur et vous aider à faire les meilleurs choix possibles.

Pour les abonnés à la lettre Stratégies, je vais vous mettre en ligne dans la semaine une mise à jour et un complément de l’hypothèse numéro 6 avec de nouveaux éléments d’analyse et d’anticipation à 6, 12,18 et 24 mois !! Pour ceux qui veulent s’abonner, tous les renseignements sont ici!

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu.

Préparez-vous !

Charles SANNAT

5 commentaires

  • Geronimo1971

    Bonjour,

    La décroissance physique et materielle c’est à dire la quantité d’énergie disponible par habitant qui conditionne notre mode de vie (qu’il soit négociable ou pas n’y change rien n’est-ce pas M Bush), notre temps libre a commencé a décroître depuis les années 80 (cf Théorie d’Olduvai) Cela a été masqué par la planche à billets dans les pays qui pouvaient battre monnaie ( » le dollar c’est notre monnaie mais c’est votre problème ») et la croissance des inégalités entre pays pour les pays toujours plus riches… Aujourd’hui l’économie mondiale dépend encore à 70% du pétrole notamment toutes l’économie extractive tout comme l’agriculture puisque dans l’OCDE, il faut en moyenne 15 calories de pétrole pour faire une calorie alimentaire. Le hic, c’est que le pic de pétrole conventionnel est derrière nous (2006) et le shale oil est en déclin…Donc il va y avoir des tensions sur la chaîne d’approvisionnement mondiale. Et le Covid (qui est une arme militaire) est juste là pour éliminer suffisamment de population pour éviter que le planète finisse comme dans le film Mad Max(et oui la guerre avec les missiles c’est terminé) …Réveillez-vous, il n’est pas trop tard comme diraient certains mais ça va tanguer….

  • La pénurie viendrait d’une raréfaction des matières premières ?
    Raréfaction due à la détention de ces matières par certains avec élimination de la population « inutile », des bouches à nourrir, de ceux qui coûtent un pognon de dingue.

    Alors bonne nouvelle pour le NOM si la population mondiale commence à baisser.

    Bon, quoi qu’il en soit, il faut gérer la m… dans laquelle ils veulent nous mettre.
    Il y a quelque chose de positif dans cette situation, dans la mesure où, nous le savons, nous sommes allés trop loin. Il nous faut donc revoir notre façon d’être et d’avoir. Créons notre propre système, libre et indépendant, notre simplicité volontaire. La Terre et nous-mêmes en profiterons pendant que « les autres » continueront de tenter de nous asservir, par la stratégie covid, les ondes, les chemtrails …
    En attendant, je vais aller arroser mon jardin !

  • Panda

    Pas certaine que la population diminue, l’homo economicus semble si précieux encore.. Il va tout simplement être remplacé par un autre encore plus docile, un autre qui ne pourra capitaliser sur son livret À, un autre qui rentrera encore plus aisément dans le système socio capitaliste, un autre qui n’a pas les moyens intellectuels pour s’opposer aux décisions politiques, un autre pour qui l’Europe est un eldorado et qui a tout l’avenir devant lui vu son âge. Le migrant sera l’instrument humain du futur.

  • Natacha

    Conscients, prenons exemple sur Gaïa. Abondance.

Laisser un commentaire