Le seul élément défectueux des systèmes en permaculture…

Image d’illustration

Par Sylvain Rochex

Voilà environ 10 ans que j’ai pris le chemin de ce qu’on appelle la permaculture : constitution d’écosystèmes autofertiles à biodiversité nourricière maximum, synergie et aggradation exponentielle vers toujours plus d’échanges physico-chimiques et biologiques, vers toujours plus de vie et de foisonnement. Et ça marche. Il n’y a même rien qui marche aussi bien que ça sur la terre. C’est l’activité la moins vaine du monde et l’activité la plus gratifiante. On devient le camarade de Dieu, lequel nous récompense à l’infini, par l’abondance. On ne le dira jamais assez : c’est énorme. Oui, la permaculture, — même si un jour nous n’aurons plus besoin de ce mot — et même si ce mot est corrompu par certains businessman — : c’est la vérité !
La permaculture est un système qui met en synergie le vivant y compris l’humain et ses quelques outils.
Cependant mon expérience m’a révélé un seul élément posant gravement problème dans le système permaculturel : La Femme.

Je pourrais dire : la relation homme-femme, mais je voudrais parler davantage de mon expérience de mec. De là où je me situe, c’est bien la femme qui dysfonctionne. En tout cas cette femme née dans le capitalisme et dans les villes et baignant dans toutes les propagandes actuelles. Je parlerai donc plutôt de 9 femmes sur 10. Il existe bien-sûr de nombreuses exceptions. Il existe encore des femmes qui ne sont pas des pétasses et des salopes hystériques avec uniquement des stratégies sexuelles pour obtenir des biens matériels, du confort et des gosses. Il existe encore des femmes réellement douces qui ne sont pas dans la séduction stratégique et qui connaissent le sens des mots : enracinement, fidélité, investissement, foyer, et donc Permaculture.

La femme d’aujourd’hui (9 sur 10) dont la morale-immorale basée sur le désir inconstant se résume à « Ma bagnole, mon smartphone, mon fric et mon cul » est antinomique de la permaculture. La permaculture, qui se base sur le soin durable d’un point de l’univers en un creuset fertile, sur l’accompagnement à travers les saisons et les décennies de plantes pérennes et autres animaux, est aux antipodes de cette femme « féministe » complètement dispersée et soumise à ses désirs sans fin.

La permaculture, c’est aussi la filiation, la transmission, la cohabitation des générations, toutes au service du vivant : le jeune bêchant, le mature charoyant, l’enfant jouant avec la coccinelle et mangeant la framboise, le vieux ou la vieille triant des graines ou pelant une pomme etc.
Aujourd’hui, les femmes (9/10) sont les agents de l’Etat et du capitalisme les plus zélés, appliquant à la lettre les recommandations gouvernementales et capitalistes de destruction de la famille.

On assiste à la production industrielle d’un être surprenant : de sexe féminin, mère seule ou aspirante-mère hystérique, « féministe » complètement tarée, ayant pour crédo : ma bagnole, mon smartphone, mon fric et mon cul. La plupart perverses narcissiques, jouant en continu du SMS et du Mail et du « réseau social », toutes à la recherche d’un « écolieu » déjà constitué (parce que l’appart en ville, c’est tristoune, et qu’elles voudraient bien quand même des mecs mais juste pour couper du bois et autres tâches physiques).

Tout ce que je dis sur ce sujet ne prend pas corps uniquement à partir de mon expérience. Je suis en contact avec beaucoup d’autres hommes qui ne comprennent plus un seul instant les délires hystériques et diaboliques des femmes. Diaboliques au sens du diabolos : qui sépare. Je conseille vivement à tous les « mecs » de ne s’engager dans aucun projet en permaculture avec une partenaire féminine. Les châtaigniers millénaires et tous les éléments des systèmes en permaculture doivent être protégés des femmes actuelles (9/10).

Vous avez, d’un côté, cet enracinement plurimillénaire, cette fidélité au sens profond et large de ce mot, et de l’autre la femme ma-bagnole-mon smartphone-mon-fric-et-mon-cul soumise à tous les vents du désir qui incarne l’inconstance, et non seulement l’absence de racines, mais la destruction des racines. Encore une fois, il ne s’agit pas que de mon expérience. Si je m’exprime ainsi c’est que je veux témoigner pour des milliers (voire des millions) d’autres hommes, lesquels même à l’échelle de 28 jours « menstruels » ne peuvent pas gérer leur projet en permaculture tellement ça part dans tous les sens avec leur partenaire.

Tellement c’est la lune et la peur du lendemain qui semblent vouloir prendre le pouvoir. La permaculture, c’est l’ancrage, c’est la citadelle, ce sont les clés de voûte. La permaculture, c’est une cathédrale. Pierre après pierre, dans la constance et la foi. Ce n’est pas la frivolité et l’inconséquence capricieuse de ces gonzesses nourries aux Frosties® et au cinéma Pathé® et qui veulent pour leurs gosses la même chose qu’elles ont eu : des tonnes de merdes capitalistiques dans 20 degrés toute l’année et les robots cuisines.

A l’heure actuelle, ces femmes du confort capitaliste avec leurs gosses à jeux-vidéos tirent constamment les mecs vers le bas, vers l’avachissement, vers l’atrophie. Combien de mecs m’ont témoigné qu’ils n’ont besoin de rien pour vivre, mais qu’ils n’arrivent pas à l’annoncer à Femme-et-enfants parce qu’ils savent bien que la simplicité de vie à laquelle ils aspirent leur feraient perdre Femme-et-enfants !!

J’hallucine au dernier degré quand je tombe sur des articles parlant d’ « éco-féminisme ». C’est le pompon cette idéologie !! Le sommet du mensonge de l’esprit. Il n’y a rien de moins écologique que le féminisme. Nous vivons dans un matriarcat intégral où la femme, avec sa séduction stratégique, ses chantages affectifs et sexuels, son obsession pour les gosses définit intégralement LE MODE DE VIE de toute une société. Mode de vie qui est la première cause de destruction de la biosphère.

Et on a donc des gens pour nous dire que l’écologie serait féministe/féminine et consisterait dans la lutte contre le patriarcat…. ??? Putain, mais ce sont les femmes qui poussent tous les jours pour l’ensemble du mode de vie « moderne » avec toutes les solutions techniques énergivores et pollueuses. Ce sont les mecs qui peuvent et voudraient se contenter de peu. La simplicité est masculine. Ce sont les femmes qui, sans arrêt, complexifient tout et veulent toujours plus. Ce sont les femmes qui sans arrêt veulent « prendre la bagnole » pour des « activités », pour des « sorties ». Ce sont les femmes, surtout, qui ne savent pas gérer leurs désirs et faire un travail dessus.

J’ai mis du temps à accepter cette guerre des sexes et à oser prendre la parole. Mais elle est bien là, faut arrêter de se mentir. C’est de la refuser qui fait que les mecs sont tous en train de se faire bouffer par l’armée des perverses féministes manipulatrices qui nous la font constamment « à l’envers ». Qui nous charment pour mieux nous enculer après, qui nous retournent le cerveau pour qu’elles deviennent le centre de nos vies, et qui nous détournent par là de nos vraies missions au service des autres et de la vie sur terre.

Personnellement, j’arrête avec les femmes. J’ai en tête une seule chose : le coquelicot, la poule, la brebis, le vent et les montagnes. Prendre soin de chaque brin d’herbe, de chaque plante ; nourrir la terre. Sans m’arrêter jamais, avec exactement la constance que justement elles n’ont pas.

Les femmes, je les ai tellement aimées. Leur beauté, c’est vrai, subjugue les hommes et m’a subjugué c’est vrai. Mais à quarante ans, mon expérience est faite : les femmes sont fausses et menteuses. Elles jouent un jeu sordide. Le sentiment de leur propre faiblesse les amène à tout un tas de comportements pervers et manipulateurs destructeurs.

Moi ce qui m’intéresse, c’est Dieu, c’est l’énergie de la vie présente dans les choses les plus simples. Dieu, c’est l’humilité, c’est la simplicité, c’est l’ordre, c’est l’esprit, et c’est l’éternité. Les femmes sont capricieuses, prétentieuses, dispersées, compliquées, charnelles, et soumises à leurs désirs à court-terme. Je comprends vraiment les logiques monacales désormais. Si on veut éviter la chute vers les choses basses et viles, il faut éviter les femmes. Encore une fois, il y a des exceptions et je parle là surtout des femmes en âge de procréer. Après 50 ans, les femmes se calment et retrouvent la clarté de l’esprit et la simplicité. Pour mener à bien une œuvre en permaculture, j’ai besoin de l’amitié, au sens de la philia et de agapè. J’ai besoin de partages purs, aussi purs que tous les échanges qui se passent dans mon jardin. Et donc, la femme est bien l’élément défectueux dans ce chemin.

Quand je vois ce qui se passe au niveau « amoureux » dans mon jardin, que ça soit au niveau du végétal ou au niveau animal, je me dis que ça n’a rien à voir avec la folie sexuelle actuelle humaine. C’est tellement pur. Les comportements sexuels humains, eux, sont à l’inverse tellement viciés et vicieux. Je perçois tellement la durabilité, la pérennité de toutes les danses des plantes et des animaux. Je perçois tellement l’inverse dans les relations hommes-femmes.

Nous sommes au bout du capitalisme. Tout est devenu produit à consommer. Il est donc logique que autrui (encore plus si c’est le sexe opposé) soit un objet de consommation au service de sa petite tyrannie individuelle et de ses petits plaisirs égoïstes.
Je me souviens tellement de ma première amoureuse en CM2… laquelle en fait faisait tourner en bourrique et manipulait 5 ou 6 mecs à fond sur elle et passait de l’un à l’autre… Nous avions à peine dix ans. Qu’est-ce qui a changé ? Rien. La femme, qu’elle soit fille ou femme, consciente de ses charmes, et des effets qu’elle produit, au lieu de sublimer tout ça au service du beau et du fertile durable, se vautre et se vautre encore, se gave et se gave encore !!

Ma permaculture aurait pu commencer avec elle, dès dix ans. Mais son soi-disant « amour » était le stricte opposé de racines de châtaignier.

Très tôt j’ai découvert que tous les « je t’aime » ne sont que des outils machiavéliques pour obtenir toujours plus : de mecs, de bonbons et de gâteaux.
Il m’a fallu 30 ans pour intégrer vraiment que si je veux être un châtaigner ou un chêne pour que des écureuils puissent me bondir dessus pendant 2000 ans, il faut que je ferme mes oreilles et mon coeur aux serpents qui persiflent, aux belles araignées colorées et aux sangsues des eaux troubles.

Sylvain Rochex — juin 2021
www.adrey.xyz

30 commentaires

  • predateur

    orné nous a rédigé un article sous un nom d emprunt …https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yahoo.gif

  • predateur

    il y a peut être certaines femmes moins idiotes que certains hommes , si le seul objectif dans la vie est son autonomie alimentaire dans une baraque en bois au fond du jardin ,ça risque d être trés ennuyeux …..va falloir lui présenter biquette ,au sylvain , sont sur la même thématique https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gif

    • Salut :)
      Pour une fois on est d’accord, la femme n’est pas faite pour ça.. Un monde qu’avec des paysannes et ben… la misère !

      Car non Orné ne se plaint pas d’avoir une femme un peu compliquée et exigeante, sans ça il s’emmerderait ferme (pas à la ferme hein^^) et il est loin d’être le seul à voir les choses ainsi..

      Sérieusement ici, il est cool le Rochex, je n’ai pas spécialement de priori envers lui, sauf que voir le monde sous un seul angle et que chaque chose devrait être ainsi et ainsi, c’est des plus réducteurs.. Et c’est juste pas possible, l’humain dans toute sa complexité ne peut pas vivre de cette façon seulement.

      Ce qui manque au fait pour que le monde tourne mieux, c’est que les humains deviennent complémentaire l’un de l’autre ce que le monde capitaliste et globaliste empêchent pour des raisons qui me semble évidente !

      Et oui Sylvain, l’homme en général préférera toujours une femme aux longs ongles vernis que tout pétés et pleins de terre lol

      Akasha.

  • voyage1

    Sylvain Rochex avec des tournures certes abruptes mais fondées vient d’oser écrire ce que personnellement je ne cesse de répéter à ma femme à savoir.
    « Tu me fais chier, j’ai besoin de rien alors laisse moi tranquille « . Si nous n’avions pas été poussés à vivre sous le même toit, je me plais à penser que nous serions encore au temps des cavernes, n’ayant pas vu l’utilité d’inventer ni une simple porte pour fermer la caverne, ni même un slip pour sortir.
    La nature serait donc en ordre et nous serions en accord avec elle.
    Au lieu de ça… il suffit de se reporter à la prose si bien écrite de Sylvain.

  • clegiru

    Ouh la la, gros coup de gueule de Sylvain ! Bon, cela fait longtemps que cette description de la femme occidentale se précise. Et encore il a oublié les névroses et le mal-être permanent et savamment cultivé qui semblent miner le comportement de beaucoup de femmes.
    C’est triste car la femme est le vrai ciment de la société. Et si le ciment s’effrite, je ne donne pas cher des parpaings que nous sommes !

    • Ciao amici :)
      Sauf qu’il abuse un peu, rassure toi, beaucoup de femme restent épanouie et assume ce qu’elles sont !

      Bon apparemment certains disent que la place de la femme est à la cuisine, et pour Sylvain ce serait dans les champs ? ?

      Et ben non, la place de la femme c’est là où elle a envie d’être pour s’épanouir en tant que femme.

      Akasha.

      • CryptoKrom

         » beaucoup de femme restent épanouie  »

        Sa veux dire quoi,  » épanouie  » ???
        Dans quoi….épanouie ?
        Où, épanouiilles ?
        Comment et pas nous y ?

        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

      • CryptoKrom

        Cela me rappel une citation de jeune femme, se vantant d’étre mure….
        quelques jours aprés….c’est avec sa voiture, qu’on l’a retrouver…dans’l mur !

      • CryptoKrom

        C’est quoi bordel  » s’épanouir  » ?

        C’est comme les panneaux solaires a épanouir en plein soleil ?

        C’est pour sa les bains de soleil ???
        https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_wacko.gif

        • Ciao Peter :)
          Ben s’épanouir c’est faire pour quoi on est né non ? C’est être en accord avec ses propre aspiration et conviction, c’est aussi s’être ‘trouver » être capable de cicatrisé ses plaies karmiques ^^

          Ça veut donc dire que si t’es faite pour aller au champ avec un Sylvain, rand bien te fasse, fonce ! Mais si comme moi tu déteste la boue et avoir de la terre dans les ongles, les cheveux et mes escarpins, laisse tomber ! Par contre je suis prête à donner la chance à ceux et ceusse qui aiment ça, ça fera de bon légume bio à redistribuer ! Tu vois chacun son rôle c’est ainsi depuis la nuit de temps, tu as des femmes qui sont faite pour travailler dure et d’autre à être dans un sofa et à travailler plus avec sa tête pour que justement celles et ceux qui veulent bosser puissent le faire.

          Ah oui pour terminer une devinette, monsieur et madame Levinestbonilfautleboire ont un fils comment vont ils l’appeler ?

          Sylvain !! Parce que: « si le vin est bon il faut le boire » LOL

          Akasha.

          • CryptoKrom

             » Ben s’épanouir c’est faire pour quoi on est né non ? C’est être en accord avec ses propre aspiration et conviction, c’est aussi s’être ‘trouver » être capable de cicatrisé ses plaies karmiques  »

            – pourquoi on est né ?
            – aspirations ? convictions ?
            – cicatrisé ses plaies karmiques ?
            – chacun son rôle ?

            Humm…. je doute qu’il existe une Liste prédéfinie de tout sa.

            C’est trop vague pour moi, ce verbe  » Epanouir »…

      • clegiru

        Oui Akasha, j’ai la chance d’avoir une femme au caractère bien trempé et ancré dans sa tradition et ses racines africaines. Et qui ne s’embarrasse pas d’états d’âme préfabriqués par la nouvelle culture occidentale.
        Elle sait qui elle est et ce qu’elle veut tout en étant un appui auprès de son mari depuis plus de vingt ans. Si demain je trouve un jardin à cultiver, elle y passera plus de temps que moi, ayant passé sa jeunesse aux champs avec sa mère. La cuisine c’est sa passion donc pas besoin de l’y enfermer !
        Le monde peut s’écrouler, nous sommes deux.

      • CryptoKrom

        Et la « tendresse » bordel ?

        Alors que sa vous vocifére dessus du MATIN AU SOIR AU TON Hitlérien ???
        Parceque « madame » n’a pas la méme BELLE VIE que ces copines sur FB !?
        Sa OSE parler de tendresse ensuite ?! A VOMIR !

        Bin quoi…..faut lui gratouiller gentillement derriere l’oreille encore
        pour que le DEMON se transforme en ANGE ???

        Non mais OH !!
        Et puis quoi encore !!

        PFOUHHAAA !!

  • Marsi

    Bon je vois l’idée et en même temps Sylvain il reste 1 femme sur 9 qui est honnête, donc courage! Je ne pense guère mieux des hommes, beaucoup pensent pouvoir, argent, sexe et autres plaisirs. C’est tout un problème de société où les valeurs ci-avant sont devenues la priorité de la majorité, au détriment de l’honnêteté, l’humilité, la simplicité, la solidarité, le bon sens, le respect. Comme on reconnaît un arbre à ses fruits, on voit bien ce que produisent ces choix empoisonnés… Et ce n’est qu’un début puisque les gens disent qu’ils veulent un société plus juste, plus pacifique et blablabla mais qu’en même temps ils ne veulent pas renoncer à leur confort et leurs priorités égoïstes. Au lieu de respecter Dieu (qui nous tire vers le haut) et la nature, on préfère être plus « malin » et écouter les sirènes du capitalisme qui nous enfonces toujours plus dans l’erreur.
    Tout le monde s’y attend mais je le redis: il y aura une fin violente à tout cela. Comme dit le gars qui tombe d’un immeuble et qui arrive au niveau du 1er étage: jusqu’ici tout va bien! Les alcooliques anonymes, depuis des dizaines d’années, savent par expérience qu’ils ont besoin des autres et d’une force Supérieure pour s’en sortir. Ils sont sages car ils sont tombés bien bas et connaissent leurs limites. Les gens comptent sur le gouvernement (bientôt mondial) pour être sauvés qui eux-mêmes se prennent pour Dieu. Je ne comprends pas comment on peut être aussi naïf ou aussi con. Faire confiance en ceux-là même qui ont généré les problèmes et qui ne voient que leurs intérêts en premier, en faisant peu de cas du peuple, c’est tout de même surréaliste non?! Bah, l’histoire se répète: le peuple a préféré libérer Barrabas, un assassin, plutôt que libérer Jésus, un innocent qui a fait le bien et joint l’action à la parole. Aujourd’hui, le peuple refait ce même choix et préfère suivre les dirigeants malfaisants plutôt que de faire les bons choix.

  • Purée l’animal !! Je n’ai lu que les deux premiers paragraphes au vu du nombre de coms, et je le regrette. Cet individu est exécrable, décidément !! Je me fous de ses déceptions amoureuses !! Ce n’est pas toujours l’autre qui a tort, jeune homme !!

    Je m’occupe de mon jardin et j’ai parfois de la terre sous les ongles. Je me fais plaisir ainsi: transpirer à creuser la terre pour planter, voir pousser les légumes, m’asseoir et sentir l’air et le soleil sur ma peau, cueillir et prévoir quoi planter ensuite, rentrer chez moi crevée mais sereine…
    Et s’il y en a qui préfère se peinturlurer les ongles et les yeux, eh bien, pourquoi pas ? Oui les hommes préfèrent l’attrape-couillon. C’est la faute des femmes ?? Non, c’est surtout le fait que la société n’aime pas et condamne la solitude et l’indépendance féminine. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_negative.gif

  • predateur

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_bye.gifbiquette
    « Et s’il y en a qui préfère se peinturlurer les ongles et les yeux, eh bien, pourquoi pas ? Oui les hommes préfèrent l’attrape-couillon. C’est la faute des femmes ?? Non, c’est surtout le fait que la société n’aime pas et condamne la solitude et l’indépendance féminine »
    j en connais quelques unes de ces femmes célibataires , elles ne respirent pas pour autant la joie de vivre ,dont une de 38 ans mère de deux enfants,avec un fort caractère,séparée depuis deux ans , elle a un job …..elle concède un peu de temps aux sites de rencontres , elle commence à avoir peur de passer le reste de sa vie,le soir et les week end, en tête à tête avec un ordi ou la télé, quand ses enfants auront pris leur indépendance ….
    ma compagne se peinturlure les ongles et les yeux , et c est toujours mieux que de la voir en bigoudis ,robe de chambre et mégot au coin du bec toute la journée ….souvent la crise de la cinquantaine correspond avec le fait que madame se laisse aller …..

  • Anthelia

    Non mais n’importe quoi…
    On a bien besoin de ça, trouver la coupable. Bien-sûr, sans femmes l’homme irait tellement mieux. Pas longtemps ceci dit, puisqu’il mourrait sans pouvoir reproduire l’espèce. Remarque que ça permettrait à la planète d’aller mieux, c’est pas une mauvaise idée. Ou alors on pourrait garder que les femmes et pas les hommes, ça marche aussi.
    Divisons, divisons, ça servira toujours à quelqu’un.
    Cette idiotie m’attriste et m’énerve. Évidemment qu’il y a des personnes qui ne font pas aller la société dans le bon sens, mais je pense que c’est plutôt dû à ce qu’elles ont entre les oreilles qu’entre les jambes.

Laisser un commentaire