La NASA publie une vidéo haute définition du vol d’Ingenuity

Trop petit pour soulever un grain de poussière au décollage ? 1200tr/mn pour les pales d’1.2m d’envergure, son corps central une dizaine de centimètres, poids 1.8kg. Tout a été calculé pour le succès de l’opération.

Source TrustMyScience

Le 19 avril, le petit hélicoptère de la NASA est devenu le premier engin motorisé à s’élever dans les airs d’une autre planète ! Ingenuity a décollé à environ trois mètres de hauteur, puis est resté environ une trentaine de secondes à planer dans les airs avant de redescendre au sol. La NASA propose aujourd’hui une vidéo 720p de cet exploit, en apparence anodin mais ô combien technique.

Suite à divers problèmes techniques, ce premier vol d’essai avait été différé de près d’une semaine. Faire voler un engin dans l’atmosphère relativement hostile et très peu dense de Mars est une véritable prouesse technologique, que les ingénieurs de la NASA ont accomplie avec brio.

Les premières images du vol, capturées par le rover Perseverance stationné à quelques mètres, ont été diffusées rapidement après l’événement. Mais la NASA nous offre aujourd’hui une vidéo de meilleure qualité, permettant d’apprécier tous les détails de l’exploit.

Un rêve devenu réalité

Les images récemment publiées ont été capturées par les caméras Mastcam-Z du rover Perseverance, qui se tenait à quelques dizaines de mètres du site. « Aujourd’hui, j’ai été témoin de l’histoire. Maintenant, vous l’êtes aussi », peut-on lire sur le compte Twitter officiel du rover. Sur ces images, nous voyons clairement le petit engin décoller à trois mètres, pivoter sur lui-même de 90°, rester quelques secondes en l’air, puis atterrir sans problème sur le sol martien :

Le petit hélicoptère à énergie solaire a décollé pour la première fois à 3h34 HAE (heure de l’est des États-Unis) — soit 12 h 33 heure solaire moyenne locale (heure de Mars) — heure à laquelle l’équipe d’Ingenuity a déterminé que les conditions d’énergie et de vol étaient optimales. Les données de l’altimètre indiquent que l’appareil a atteint son altitude maximale prescrite de 3 mètres et a maintenu un vol stationnaire stable pendant 30 secondes. Il est ensuite redescendu au sol, après avoir enregistré un total de 39,1 secondes de vol.

La gravité de Mars, nettement inférieure à celle de la Terre, ainsi que son atmosphère extrêmement mince (seulement 1% de pression à la surface par rapport à notre planète), rendaient l’opération extrêmement compliquée ; c’est en effet en « poussant » l’air alentour que les hélices peuvent soulever l’appareil. Mais Ingenuity, à la fois ultra léger et puissant, a été conçu pour être capable de voler dans cet environnement particulier : ses pales de 1,2 mètre de long tournent bien plus vite qu’un hélicoptère standard.

« Aujourd’hui, 117 ans après que les frères Wright ont réussi à effectuer le premier vol sur notre planète, l’hélicoptère Ingenuity de la NASA a réussi à réaliser cet exploit incroyable sur un autre monde », a déclaré Thomas Zurbuchen, astrophysicien et administrateur associé de la Direction des missions scientifiques de la NASA. En hommage aux deux pionniers de l’aviation, ce premier aérodrome martien sera désormais connu sous le nom de Wright Brothers Field, en reconnaissance de l’ingéniosité et de l’innovation qui continuent de propulser l’exploration. « Ces deux moments emblématiques de l’histoire de l’aviation […] seront désormais liés à jamais », souligne Zurbuchen.

Une nouvelle perspective d’exploration de Mars

Sous le capot de l’appareil : un « vieux » processeur de smartphone (une puce Qualcomm Snapdragon 801 bridée à 500 Hz), un noyau Linux et des logiciels open source, auxquels près de 12 000 développeurs ont contribué. La partie logicielle repose en effet sur le framework F’, disponible sur GitHub depuis plusieurs années. Pendant ce laps de temps, des milliers de développeurs l’ont amélioré, ont corrigé des bugs, participant sans le savoir à un futur projet majeur. En guise de reconnaissance, un petit badge virtuel « Mars 2020 Helicopter Mission » sera attribué au profil GitHub des développeurs concernés.

Après cet exploit incroyable, qui marque l’aboutissement de nombreuses années de travail, l’équipe du Jet Propulsion Laboratory est désormais prête à repousser les limites avec des vols « de plus en plus difficiles ». « Nous allons continuellement pousser jusqu’à la limite de ce giravion », a promis MiMi Aung, chef du projet Ingenuity au JPL. À la manière d’Orville et Wilbur Wright, les ingénieurs tâcheront d’en apprendre le plus possible sur les capacités de leur appareil.

Déployé à la surface du cratère Jezero le 3 avril, Ingenuity est actuellement au 16e sol (jour martien), de sa mission qui en compte 30 (soit 31 jours sur Terre). Au cours des trois prochains sols, l’équipe réceptionnera et analysera l’ensemble des données et des images du test (collectées par le système Mastcam-Z et les Navcams du rover), ce qui lui permettra d’élaborer un plan pour le deuxième vol d’essai expérimental, prévu pour le 22 avril au plus tôt. Si l’hélicoptère survit à ce deuxième test, l’équipe examinera la meilleure façon d’élargir le profil de vol, à une distance de plus en plus éloignée et à une altitude plus élevée. Cinq vols d’essai sont prévus au total ; ils prendront fin début mai, afin que Perseverance puisse poursuivre sa mission, à savoir collecter des échantillons de roches martiennes susceptibles de renfermer des traces de vie ancienne.

Source : NASA via TrustMyScience

Voir sur le sujet l’article de Futura Science

La forme, le poids (1,8 kilogramme) et les dimensions d’Ingenuity sont adaptés aux conditions de vols martiens, très différentes de celles sur Terre. Ainsi, ses pales s’étendant sur 1,2 mètre d’une extrémité à l’autre sont étonnamment grandes par rapport à son corps central qui mesure une dizaine de centimètres. © Nasa, JPL 

Voir aussi sur FuturaScience:

Les commentaires et les articles sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

23 commentaires

Laisser un commentaire