[Fiction!?] Bombe au cobalt, l’arme la plus dangereuse sur la planète

Source Observateur Continental

Après avoir survécu à la Seconde Guerre mondiale, l’humanité s’est retrouvée presque immédiatement dans un nouveau long conflit entre l’URSS et les Etats-Unis. Cet incident est entré dans l’histoire comme la Guerre froide. Cette confrontation de plus de 40 ans entre les deux grandes puissances a engendré de nombreuses phobies. L’Occident avait peur des sous-marins nucléaires soviétiques, alors que les citoyens soviétiques étaient intimidés par les Pershing et les missiles de croisière Tomahawk. 

Mais la plus grande horreur pendant la Guerre froide était la bombe au cobalt, dite sale – une nouvelle arme radiologique capable d’éradiquer toute la vie sur la planète, de transformer la Terre en désert radioactif. 

Cette arme nucléaire existe-t-elle vraiment? Quel est le principe de fonctionnement de la bombe au cobalt et quels sont ses dangers? Développe-t-on une telle arme aujourd’hui? 

Mythe ou réalité 

L’idée de détruire l’adversaire grâce au rayonnement radioactif est née avant l’invention de la première bombe nucléaire, au début des années 1940. A noter que l’idée de créer un arsenal au cobalt n’est pas venue en tête aux chercheurs ou aux militaires, mais au célèbre écrivain de science-fiction Robert Heinlein. 

En 1940, cet écrivain encore peu connu a publié sa nouvelle « Solution non satisfaisante », où les pays de la coalition antihitlérienne ont bombardé le territoire allemand avec des bombes aériennes ordinaires contenant des matières radioactives. 

Cette attaque imprévue a forcé les Allemands à capituler. A noter que dans la nouvelle la création d’une ogive nucléaire a échoué, c’est pourquoi les Alliés ont utilisé une bombe sale. A l’époque, peu croyaient à la réalité de la conception de l’arme nucléaire, non seulement parmi les militaires, mais également parmi les scientifiques. 

L’idée de la bombe au cobalt a été décrite par le physicien Leo Szilard dans les années 1950. Il a émis l’hypothèse que l’usage d’une telle munition détruirait toute la vie sur la planète. A noter que personne ne confirme officiellement l’existence de la bombe au cobalt. 

Structure et utilisation 

Une explosion nucléaire crée un certain nombre d’isotopes radioactifs. Beaucoup d’entre eux possèdent une courte demi-vie, c’est pourquoi la radiation pourrait diminuer significativement en l’espace de quelques heures après l’explosion. 

Il faut rester pendant cette période dans un bunker spécial, et quelques années plus tard utiliser les territoires touchés pour l’activité économique. 

La bombe au cobalt est une variété de l’arme nucléaire, son utilisation contamine des territoires avec des éléments radioactifs (même après une faible explosion). C’est une arme de destruction massive à effet non immédiat. Une bombe ou une autre munition représente une charge thermonucléaire, dont la dernière enveloppe contient du cobalt au lieu de l’uranium 238. 

Le cobalt est un minéral d’origine naturelle, un élément monoisotopique composé à 100% de cobalt 59. L’explosion contamine l’enveloppe par un puissant flux de neutrons qui transforme le noyau du cobalt 59 en isotope radioactif du cobalt 60, sa demi-vie est supérieure à cinq ans. 

Les chercheurs ont même calculé la quantité nécessaire de cobalt pour anéantir complétement notre planète. Il s’avère que 510 tonnes de l’isotope du cobalt 60 suffiraient et qu’aucun bunker ne pourrait y résister. 

La structure de la première bombe sale était similaire à la description de Robert Heinlein: il s’agissait de conteneurs ordinaires avec des matières radioactives et une charge explosive lancés sur un territoire ennemi. L’explosion était déclenchée à une certaine altitude pour répandre des isotopes au-dessus de la zone attaquée. 

Cependant, en 1952 déjà, Leo Szilard a proposé une structure foncièrement différente de l’arme radiologique, et pour la première fois on y utilisait du cobalt, une matière capable de produire un très fort rayonnement pendant une longue période. 

L’arme radiologique a été surnommée Doomsday Machine ou arme de l’Apocalypse. Pas besoin de la lancer sur un Etat ennemi, il suffirait de la faire exploser sur son propre territoire, et en quelques mois la radioactivité se répandrait par des courants atmosphériques à travers la planète. Toutefois, la population du pays qui ferait exploser cette bombe périrait la première. 

Au milieu des années 1960, les Etats-Unis ont évalué « l’économie » et la complexité technologique du projet de fabrication de la bombe au cobalt. Les données obtenues ont terrifié les Américains: il s’est avéré que n’importe quel pays disposant de technologies nucléaires serait capable de créer l’arme de l’Apocalypse. Peu de temps après, le Pentagone a annoncé l’interdiction complète des projets liés au cobalt 60. 

Au début des années 1960, les Anglais étudiaient les propriétés du cobalt. Ils l’utilisaient en tant que marquer radiochimique pendant les essais des charges thermonucléaires sur un polygone en Australie. Cette information a fuité dans la presse anglaise, ce qui a engendré des rumeurs que le Royaume-Uni avait non seulement développé la bombe au cobalt, mais qu’il organisait également ses essais. Ce scandale a particulièrement impacté l’image internationale de Londres. 

L’URSS s’intéressait également à la création de munitions nucléaires au cobalt. En particulier, l’académicien et futur dissident Andreï Sakharov a participé à l’élaboration de la bombe soviétique sale. 

A ce jour, la bombe sale est plutôt une arme fictive qui pourrait hypothétiquement représenter un danger pour tout Etat contemporain. Cependant, les services secrets prennent très au sérieux la probabilité de tels attentats, c’est pourquoi la circulation des matières radioactives est soumise à un contrôle très rigoureux. 

C’est terrifiant de se dire que l’humanité tient si peu à son existence sur la planète. Dans la course au leadership en matière d’armement les gens oublient que personne ne pourra survivre après l’utilisation d’une telle arme.

Alexandre Lemoine

Les opinions exprimées par les analystes ne peuvent être considérées comme émanant des éditeurs du portail. Elles n’engagent que la responsabilité des auteurs

Les commentaires et les articles sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

6 commentaires

  • Avatar caillou14

    L’arme la plus dangereuse sur terre reste la parole politique…TOUTES les guerres sont à mettre à leur actif, les famines les génocides…etc…
    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_yes.gif

  • Avatar Sully-Morlandimus

    Une bombe, quelle qu’elle soit, pour qu’elle explose il lui faut un système de mise à feu.
    Généralement ce système de mise à feu est crypté.
    Celui qui détient le mode de cryptage des armes adverses peut, dans l’absolu, faire en sorte que s’il est la cible, la bombe peut très bien ne pas exploser à réception.
    Seule exception possible, quand le mode de cryptage est indécryptable…… notamment sur des algorithmes hyper complexes. Il se trouve qu’en la matière les meilleurs mathématiciens sont français…..
    La seule arme contre laquelle il n’y a pas lieu de disposer d’un système de mise à feux, c’est le LASER !
    Les enchères sont ouvertes pour savoir si hors mode stationnaire ( repérable donc) il y aurait sur cette planète un clampin en mesure de détenir un mode non stationnaire………

    • Avatar Demeter

      crypter quoi? un connecteur destruictible A ARRACHEMENT permet d’armer la bombe avec soit une minuterie soit avec un detecteur de choc (comme sur les bombes allemandes), et quand on largue la bombe, ce connecteur se detruit sous le choc, ET PERSONNE NE PEUT PLUS DESARMER LA BOMBE….
      Marrant que l’on croie que les bombes les plus efficaces sont les bombes « hyper technologiques » a base de calculateur quantique « Alien technology », alors que la bombe la plus efficace c’est celle qui contient le moins de failles technologiques, voir les bombes au bord des routes posées par les terroristes musulmans, terriblement efficaces en depit d’un systeme simpliste. On peut meme faire pleuvoir sur terre des bombes orbitales qui s’activent par fusion d’un dispositif dédié interne, par la chaleur de la rentree dans l’atmosphere et quand elle touche le sol, kaboum!!!!! Une bombe nuc peut meme etre déclenchée par l’impact au sol qui creera une super criticité du coeur radioactif par effet d’obus, aucun dispositif de mise a feu necessaire!!! …

      Bref, toujours privilegier la simplicité qui augmentera la fiabilité du systeme. Eviter les commandes radio piratables, ou brouillables, la liaison filaire est souvent la meilleure, sinon la liaison LiFi par laser en vue directe est tres efficace aussi, avec cryptage RSA a 16384 bits , le debit supporté par un faisceau LiFi laser permet de transmettre un ordre d’activation de 50 000 bits crypté en moins de 1ms.

      Pour faire le mal, l »humain a 500 lieues d’avance !!!

      • Avatar Sully-Morlandimus

        Ouiche, sauf que dans la catégorie des bombes A et H, c’est CRYPTE. De plus, petit détail, quand ça doit péter, ça pète avant l’atterrissage ou l’amerrissage, zéro contact au sol et l’altitude est calibrée. Il existe une catégorie de bombes à puissance variable dont la détermination exacte se fait au moment du tir via des modes de messages parfaitement cryptés. Le vecteur peut être effectivement celui du laser, mais là on s’expose à donner l’information du point de départ, ainsi que celui du point d’arrivée. Aussi rapide que peut être l’émission d’un rayon laser; les moyens de le détecter le sont tout autant. La seule façon d’éviter le repérage c’est un tir en mode non stationnaire à très haute altitude ( de façon à ce que la chasse même de 5ème génération ne puisse l’atteindre via des missiles dernières générations). Et là, TOP SECRET, celui qui y fait allusion, direct Guantanamo……
        Et il y a une nation qui détiendrait ( en zone isolée et sous bâtiment comportant une salle blindée) le cryptage des autres puissances nucléaires à l’exception notoire de celle relative à la frappe nucléaire française. Merci les derniers essais de 95-96. De toute façon, le recours aux armes nucléaires expose son utilisateur à l’anéantissement quasi total de toutes ses bases et de ses centrales nucléaires, à l’exception supposée de ses sous-marins. Donc, perso, je n’y crois pas beaucoup. M’enfin !

    • Avatar Demeter

      Ce Message non contributif a reffacer, l’erreur venait de moi

  • ConscienceU12 ConscienceU12

    https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_mail.gif Le Deep State Satanique aurait donc sa bombe Apocalyptique capable de rayer l’humanité de la carte au cas où ça tournerait mal pour leur Q – bon ben c’est plié quoi ! https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_smile.gif

Laisser un commentaire