Pourquoi Poutine ne s’est pas réconcilié avec la Pologne.

Poutine a refusé de se réconcilier avec la Pologne

26 décembre 2019

Le président russe Vladimir Poutine a lancé un assaut à grande échelle contre la mythologie historique polonaise. Ces derniers jours, il a déjà parlé du rôle de Varsovie dans le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale à trois reprises. S’exprimant dans un collège du ministère russe de la Défense, le dirigeant russe a qualifié l’ambassadeur de Pologne en Allemagne nazie de « bâtard » et de « cochon antisémite ». Les autorités polonaises ont reçu ce programme éducatif historique en réponse à une timide tentative d’atténuer leur rhétorique anti-russe. En réponse, Poutine a clairement indiqué qu’il n’allait pas améliorer les relations avec un pays où le dénigrement du soldat soviétique et le déni de son exploit étaient élevés au rang de politique d’État.

Au cours de sa conversation avec des journalistes, Poutine a rappelé les circonstances de l’entrée des troupes soviétiques en Pologne en septembre 1939. Selon le président de la Russie, l’Armée rouge n’a pas occupé le pays voisin, mais en fait occupé le territoire sans propriétaire. À ce moment-là, les autorités polonaises se trouvaient dans la zone frontalière avec la Roumanie et ne réfléchissaient pas du tout à la manière de gouverner davantage le pays. Poutine a complété ce discours par un fait historique: la Pologne a pris une part active à l’accord de Munich.

«La division de la Tchécoslovaquie était extrêmement cruelle et cynique, en fait c’était un vol, et on peut soutenir à juste titre que c’est l’Accord de Munich qui a servi de tournant dans l’histoire, après quoi la Seconde Guerre mondiale est devenue inévitable». Dit Poutine.

Varsovie était clairement confuse. « Je vous demande de nous laisser un peu de temps pour analyser cette déclaration, l’étudier et décider si elle nécessite une réaction diplomatique », a déclaré le chef adjoint du ministère polonais des Affaires étrangères Shimon Shinkovsky Vel Senk.

Ce n’est que deux jours après la conférence de presse de Poutine qu’une longue déclaration sur les « faux récits présentés par la Fédération de Russie » est apparue sur le site Internet du ministère polonais des Affaires étrangères .

Dans ce document, bien sûr, Varsovie apparaît comme le principal champion de la paix sur le continent européen. Ceci est suivi d’une proposition de reprendre les travaux du groupe polono-russe sur des questions difficiles, qui « a déjà obtenu des succès significatifs, tels que des conclusions sur le rôle de l’URSS au début de la Seconde Guerre mondiale ».

Alors que le ministère polonais des Affaires étrangères proposait une réponse au président russe, il a continué à révéler le sujet du déclenchement de la Seconde Guerre mondiale lors du sommet de la CEI à Saint-Pétersbourg.

Ici, il a donné une conférence d’ une heure , en lui fournissant des extraits de 17 documents historiques. L’accent est de nouveau mis sur la Pologne, que Poutine accuse directement de jouer des tours à Hitler et de provoquer la partition de la Tchécoslovaquie.

Trois jours plus tard, le président de la Fédération de Russie a pris la parole lors d’une réunion du Collège du ministère de la Défense – la traditionnelle manifestation finale consacrée aux activités des forces armées. Vers la fin de l’événement, la conversation est revenue aux instigateurs de la Seconde Guerre mondiale. Il a accordé une attention particulière à l’ambassadeur de Pologne en Allemagne, qui a promis d’ériger un « magnifique monument » à Hitler pour l’expulsion des Juifs d’Europe vers l’Afrique.

« Espèce de salaud, un cochon antisémite – il n’y a pas d’autre moyen de le dire », a éclaté Poutine. « Il était entièrement d’accord avec Hitler dans ses sentiments anti-juifs et antisémites, de plus, pour la moquerie du peuple juif, il a promis de lui ériger un monument à Varsovie. »

Cette citation a été reprise par les médias russes et étrangers. Mais tout le monde n’a pas prêté attention à la thèse suivante du président russe: ceux qui aujourd’hui démolissent des monuments aux soldats de l’Armée rouge en Europe sont les successeurs de la cause de ceux qui ont aidé Hitler à déclencher la Seconde Guerre mondiale. « Voilà le genre de personnes. »

Il est facile de deviner à qui Poutine fait référence – dans le domaine de la lutte contre les monuments soviétiques, Varsovie a réussi plus que d’autres.

De 2014 à 2019, une centaine de monuments aux soldats de la libération ont été démolis en Pologne. Même l’Ukraine ne peut pas se vanter de ces « succès ».

Il s’avère que les russophobes modernes parmi les politiciens polonais sont assimilés par Poutine à ceux qui ont contribué à l’attaque du Troisième Reich contre l’Union soviétique. Il exhorte à s’en souvenir lors de la constitution des forces armées russes, puis passe en douceur aux réalisations de la Fédération de Russie dans le domaine des armes hypersoniques et laser.

De toute évidence, Andrzej Duda n’avait pas compté sur une telle réaction lorsque, lors du récent sommet de l’OTAN à Londres, il a refusé de qualifier la Russie d’ennemi de l’Alliance. Suite à l’affrontement avec Moscou, le chef du bureau présidentiel et l’un des principaux idéologues de la politique étrangère polonaise Krzysztof Szczerski s’est dissocié de l’affrontement avec Moscou: «En tant que pays voisin de la Russie, nous n’insisterons jamais sur l’antagonisme dans les relations entre l’Occident. et la Russie, parce qu’alors nous pouvons devenir victime de cet antagonisme « .

Le plus loin, peut-être, est allé un membre du Conseil national de développement sous la direction du président de la Pologne, professeur à l’Université de Varsovie Witold Modzelewski. Dans un livre récemment publié, il a ridiculisé la position officielle polonaise sur la Crimée, a critiqué les projets d’achat d’armes aux États-Unis et a qualifié les Américains eux-mêmes d’imbéciles.

Il semblerait que le Kremlin devrait se réjouir et se déclarer prêt à améliorer les relations avec le peuple slave fraternel. Mais ce n’était pas là!

En réponse à la rhétorique pacifique de Duda et de sa compagnie, le président russe commence à parler de la Seconde Guerre mondiale et des monuments soviétiques démolis, fixant ainsi clairement les priorités. La Russie n’est pas intéressée par le rétablissement des relations avec un pays qui a élevé les «jeux avec les morts» au rang de politique d’État.

Le feu est ajouté par le fait que depuis 1994 un accord est en vigueur entre Moscou et Varsovie sur les sépultures et lieux de mémoire des victimes de guerres et de répressions. La partie polonaise affirme que son effet ne s’applique qu’aux pierres tombales – tout le reste peut être démoli.

La Russie a averti à plusieurs reprises qu’elle n’avait pas l’intention de fermer les yeux sur la profanation de la mémoire des héros de l’Armée rouge. Maintenant, cette question, comme on dit, est sous le contrôle du chef de l’Etat.

Poutine s’est porté volontaire non seulement pour analyser de manière indépendante les documents d’archives sur la période d’avant-guerre, mais aussi pour écrire l’article d’un auteur sur leur base. Autrement dit, le plus désagréable pour la Pologne reste à venir.

Source : https://rubaltic-ru.turbopages.org/rubaltic.ru/s/article/politika-i-obshchestvo/26122019-putin-otkazalsya-ot-primireniya-s-polshey/

Traduit par Google Translate

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

Les commentaires sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

3 commentaires

  • Avatar Sully-Morlandimus

    Pépère Poutine y va un peu fort le gouyat !
    Staline qui avait bien compris que l’Adolf ne plaisantait pas dans son « Mein Kampf » et qu’il y était écrit noir sur blanc la volonté d’anéantir l’URSS, avait également compris l’énorme retard en logistiques que comptait l’URSS. Outre le pacte de non agression Molotov-Ribbentrop, l’URSS fit du zèle en fournissant au IIIème Reich des hydrocarbures et autres matières premières . Il y jouait la montre, l’ancien vicaire défroqué.
    Maintenant, qu’il y ait des ressentiments eu égard au fait que jusqu’à ce jour la Pologne ait hébergé des missiles à tête nucléaire de moyenne portée, ça on comprend.
    Manifestement, à force de tirer les poils du postérieur à l’ex colonel du feu KGB, pourrait se dessiner une plan d’expansion de la Russie vers l’Ouest en guise d’anabolisants nécessaires pour peser face au rouleau compresseur chinois depuis l’Est. Il serait temps d’en prendre les devants. Mais comme l’UE est sous la dictée de la City et de Goldman Sachs & Consorts, cette sage logique ne sera pas car ILS ONT DECIDE DE NOUS EMBARQUER DANS UN TROISIEME CONFLIT !!!!!!!!!!!!!!!!

  • Pour rappel, que était l’objet des accords de Munich signé par la france angleterre pologne et autres?
    le pacte de non agression etait juste la réponse.

  • Natacha Natacha

    Mouais …
    Tout reste trouble et … douloureux !

Laisser un commentaire