Vladimir Poutine – L’homme derrière le mythe

Qui aurait pu relever un grand pays effondré comme la Russie ? C’est ce qu’a fait Vladimir Poutine. Malgré les bâtons dans les roues, les sanctions et autres qui en auraient découragé plus d’un. Un homme qui se bat pour son pays et pour son peuple depuis l’effondrement. Qui peut en dire autant ? En restant lucides, il y a ce que nous voyons, et toute la partie diplomatique dont nous n’avons que des comptes rendus partiels, c’est à nous de comparer ce qui était et ce qui est. Si on compare ce qu’était la France et ce qu’elle est devenue, avec la mondialisation et la main mise d’une entité de non-élu qui décident de son destin, (comme du destin des autres 27 pays de « l’union ») qui « conseillent » toujours plus de réformes, de privatisations, d’austérité etc.. on aimerait avoir un président qui défende nos intérêts, pour l’instant on attend toujours. Sans être pro-Poutine, on peut tout de même se rendre compte de la différence entre, un pays souverain qui décide seul, et les autres pays qui subissent les mains liées,(?) qui palabrent des jours entre eux, pour tenter de se mettre d’accord. Ça n’est certainement pas le Paradis, mais les russes dans leur ensemble, soutiennent leur président. Le Grand Reset n’est plus très loin, nos sociétés, nos finances et nos économies vont changer, c’est prévu. Quel sera le prix de ce changement qui nous affectera tous, petits et grands ? Partagez ! Volti

******

Source : Medium Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

On a beaucoup écrit sur Vladimir Vladimirovitch Poutine depuis son accession au pouvoir fin 1999. Ce que je vais faire dans cet article n’est pas tant d’examiner chaque événement avec les détails qui s’y rapportent, mais de jeter un bref coup d’œil sur les événements qui ont conduit à sa prise de pouvoir, de discuter des changements que son règne a entraînés en Russie, et d’examiner ensuite comment cela va affecter la Russie, tant sur le plan intérieur qu’à l’étranger.

Nous connaissons tous la situation en Russie dans les années 90, les oligarques, le rouble sans valeur et la corruption rampante dont se rendaient coupables les hommes politiques russes et étrangers. Alors que la carcasse de l’ancienne Union soviétique était dévorée par de nombreux vautours, la richesse dont la nouvelle Russie aurait dû jouir était canalisée dans des poches de moins en moins nombreuses, des oligarques de second rang se précipitant pour devenir les derniers milliardaires.

Les retraites sont tombées à 800 roubles par mois et, pour mettre du pain et du beurre sur la table, de plus en plus de Russes devaient vendre la table, mais on en savait peu sur ce sujet en Occident, les Harvard Boys menant par le bout du nez leurs hommes politiques élus à Moscou.

Dès la chute du mur de Berlin, ces « experts » avaient été installés à Moscou, soi-disant pour gérer la transition de la Russie vers une économie capitaliste, mais en réalité les « Yankees sont venus au secours » de tout ce qu’ils pouvaient acquérir, et s’ils ne pouvaient pas l’acquérir, ils s’assuraient que le gouvernement russe ne le pourrait pas non plus.

Alors que l’URSS rendait son dernier souffle, Poutine, 39 ans, a choisi de quitter son poste d’officier de renseignement au KGB, pour se lancer dans l’arène politique, d’abord à Saint-Pétersbourg, puis à Moscou. À la fin du millénaire, la Russie était prête pour un effondrement complet ou un salut miraculeux.

L’entrée de Poutine

Le 31 décembre 1999, dans un rare moment de lucidité, Boris Eltsine a réussi à rester sobre assez longtemps pour se mettre sur le côté et laisser Poutine prendre le rôle de président par intérim. Au moment où l’ancienne garde laissait la place à la nouvelle, Poutine et la Russie devaient tous deux procéder à des changements radicaux, ou tout comme le siècle précédent, sa fin viendrait très bientôt.

Si sa politique devait faire en sorte que la Russie redevienne grande, il devait également la sortir du gouffre de l’oubli. Elle était infestée de terroristes dans certaines régions et la clé allait être d’utiliser la puissance douce pour reprendre le contrôle partout où cela était possible plutôt que d’utiliser en permanence des tactiques militaires.

Le premier défi auquel Moscou a dû faire face n’était pas tant les ravages que les experts occidentaux lui avaient infligés, mais les dommages que ces politiques continuaient à faire. La fuite des capitaux était effrénée, le rouble ne valait rien et la vie du Russe moyen s’effondrait à un rythme insoutenable alors qu’au même moment la guerre faisait rage en Tchétchénie.

La diplomatie allait être déterminante, et pas seulement pour la remise en ordre d’une situation difficile par Poutine. Mais après seulement quelques mois de mandat, il a été confronté à son premier et sans doute le plus grand défi à travers la tragédie de Koursk.

Ses détracteurs ont déclaré qu’il n’avait pas fait preuve de l’urgence ou de la diplomatie nécessaires, mais au vu de ses décisions et des immenses difficultés que les opérations de sauvetage et de récupération ont présentées, il serait juste de dire qu’il a tiré de précieuses leçons qui lui ont été très utiles dans la suite de sa carrière politique.

L’une des premières questions qu’il a prises en main a été celle des oligarques. Pendant des années, ils ont vécu la grande vie sur le dos des autres et Poutine a conclu un marché avec eux pour qu’ils puissent conserver leurs pouvoirs et leurs richesses en échange de leur soutien. Il leur a évité de faire tanguer le bateau en les prenant à bord et en les faisant ramer tout en ne jetant pas les richesses de la Russie par-dessus bord. Cet accord est lentement entré en vigueur au cours de ses quatre premières années au pouvoir, mais il lui a permis d’accroître son pouvoir tout en améliorant le sort général du citoyen russe moyen.

L’une des plus grandes difficultés auxquelles le Kremlin était confronté à l’époque était la guerre en Tchétchénie. L’attaque du théâtre de Doubrovka a mis la question tchétchène à la une des journaux en Russie et à l’étranger, ce qui signifie qu’il fallait trouver une solution. Les séparatistes soutenus par l’étranger se battaient contre Moscou et c’est à ce moment que Poutine a fait quelque chose qui non seulement s’est distingué à l’époque, mais qui trouve un écho dans sa politique jusqu’à aujourd’hui.

Il ‘est rendu sur une position de l’armée dans la région et le traditionnel toast à la victoire lui a été proposé. À ce moment, après que tous ont levé leur verre, Poutine a posé le sien et a dit « nous boirons à la victoire une fois que nous aurons vu cette victoire ». Cet acte, aussi petit soit-il, est caractéristique de l’état d’esprit de l’ère Poutine depuis ces vingt dernières années. Après les années 90 décadentes et ivres, plutôt que de célébrer les buts énigmatiques de l’avenir, Moscou est devenue beaucoup plus axée sur les objectifs, ne célébrant la victoire qu’une fois celle-ci acquise. En Tchétchénie, Poutine a gagné cette bataille par la diplomatie et un référendum en 2003, ce qui a renforcé sa réputation d’expert en négociation et en diplomatie.

L’alcool et les drogues comme l’héroïne étaient d’autres démons auxquels le Kremlin et la Russie tout entière étaient confrontés. Sa situation économique désastreuse ayant fait basculer des millions de personnes dans la bouteille, l’alcoolisme et, dans une moindre mesure, la consommation de drogue, constituaient désormais un problème extrême pour des millions de foyers russes. Les opérations anti-drogue ont été renforcées en même temps que des mesures ont été mises en place pour limiter à la fois les prix minimums et les heures de vente de l’alcool, l’OMS déclarant en 2018 que les ventes avaient chuté de 40 % au cours des 15 dernières années.

Il a été réélu à la présidence en mars 2004, quelques mois seulement avant que des terroristes ne tuent des centaines de personnes lors de la prise d’otages de Beslan en septembre de cette même année. De nombreux Occidentaux ont critiqué la manière dont Moscou a géré l’incident, mais peu d’entre eux sont en mesure de dire comment l’Occident aurait pu mieux le gérer dans ces circonstances. Il n’y avait jamais eu d’attaque de cette ampleur auparavant et il n’y avait donc pas de méthode classique pour gérer une telle opération. Il est très facile de se moquer de l’opération avec le recul, mais c’était évidemment un luxe que les forces russes n’avaient pas à l’époque.

C’est au cours de son deuxième mandat que de réels efforts ont commencé à être déployés pour inverser les maux qui se sont produits entre 1991 et 2000. Poutine a décrit la chute de l’URSS comme « la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle », des projets nationaux prioritaires étant mis en œuvre pour remplacer les programmes de santé, d’éducation, de logement et d’agriculture perdus après la chute de l’Union soviétique.

C’est également à cette époque que Moscou a commencé à poursuivre réellement ceux qui avaient dévalisé le pays, l’affaire Ioukos en étant un exemple. De nombreux hommes d’affaires et oligarques qui s’étaient habitués à frauder à la fois les impôts et la loi sous le régime d’Eltsine ont été traduits en justice, ce qui a été dépeint comme une chasse aux sorcières en Occident.

Et cet Occident commençait lentement à s’opposer à un gouvernement russe qui travaillait pour le bien du pays plutôt que pour les entreprises occidentales et leurs laquais. Cela s’est traduit par le nombre de marches contre le Kremlin, inspirées et financées par l’étranger, alors que le second mandat de Poutine et le contrôle occidental de l’économie russe touchaient à leur fin.

Poutine Premier ministre

Comme la constitution russe de l’époque empêchait Poutine de se présenter pour un troisième mandat, M. Medvedev s’est vu attribuer le poste le plus élevé par obligation légale plutôt que par nécessité politique. Alors que M. Medvedev était maintenant nominalement sur la sellette, M. Poutine, grâce à son héritage de huit ans et à son statut international élevé, était toujours sur le trône. Durant sa période de Premier ministre, de 2008 à 2012, il y a eu une période de calme relatif par rapport aux années précédentes, mais il y a eu un malaise croissant en Occident, non seulement en raison de l’ascension continue de la Russie, mais aussi en raison de l’indépendance croissante de Moscou par rapport à un système orchestré par Washington. La « Révolution des neiges » de 2011-2013 en est la meilleure illustration, lorsque des journalistes et des organisations étrangères ont à nouveau tenté de s’immiscer dans les affaires russes au profit de l’Occident.

Poutine revient à la présidence

En 2012, Poutine a de nouveau été élu à la présidence avec une majorité convaincante. Les élections ont été critiquées pour leurs irrégularités, mais comme nous l’avons vu précédemment, les manifestations, dont celle de la place Bolotnaya est la plus notable, ont été coordonnées soit par les perdants, soit par des groupes parrainés et organisés par des organisations occidentales. C’est devenu un thème récurrent sur la scène politique russe et le Kremlin était de plus en plus conscient des efforts déployés par les gouvernements étrangers pour s’ingérer dans les affaires souveraines de la Russie et discréditer Poutine à chaque occasion. C’est également à cette époque que Navalny a commencé à faire son apparition, et le passage du temps a prouvé que les soupçons du Kremlin à son égard et à l’égard d’autres marionnettes dirigées par l’Occident étaient vrais.

2014 et le coup d’État en Ukraine

Entre la fin de 2013 et 2014, un coup d’État occidental a chassé du pouvoir Ianoukovitch, le président démocratiquement élu de l’Ukraine. Je ne vais pas entrer dans les détails de cet événement, car il nécessite un article à part entière, non seulement sur les émeutes du Maïdan, mais aussi sur le rattachement ultérieur de la Crimée.

Il était cependant évident pour tout le monde que le coup d’État du Maïdan était une tentative américaine de consolider son pouvoir en Ukraine afin de pousser l’OTAN jusqu’à la frontière russe. L’ingérence de Washington a mis une situation classique d’échiquier sous le nez de Poutine, oubliant le fait que si les présidents américains jouent au golf, les Russes ne le font pas. Cela a conduit l’Occident à ne pas comprendre que les deux parties voyaient venir l’acquisition et l’utilisation par l’Occident du port de Sébastopol en Crimée.

La Russie a cependant étudié longuement le jeu d’échecs et a agi rapidement afin de dissiper toute idée fausse sur le contrôle de la mer Noire par l’OTAN. En utilisant les forces russes qui étaient déjà légitimement stationnées en Crimée, la Russie a pu non seulement sécuriser la zone contre les troupes ukrainiennes agissant sous les ordres des États-Unis à Kiev, mais aussi organiser un référendum pour demander à la population si elle souhaitait rester sous l’autorité de Kiev ou de Moscou.

Quand on se souvient que Kiev a organisé deux référendums dans les années 1990 concernant une plus grande autonomie de la Crimée et que tous deux ont été favorables, les chiffres des urnes en 2014 n’ont guère surpris. Les Américains ont envisagé de manger une tarte ukrainienne avec Sébastopol comme cerise sur le gâteau, mais quand la poussière est retombée, la cerise bat maintenant le pavillon russe et, pour une bonne part, Washington mange une humble tarte. Poutine et son équipe n’avaient pas seulement deviné les intentions de l’Occident, ils connaissaient également le résultat bien avant que le référendum ne soit annoncé.

Les résultats post-Maïdan

Alors que l’Occident se plaignait et se lamentait sur ce qui s’était passé, quelques vérités flagrantes apparurent, prouvant que si l’Occident avait essayé de forcer la main à Moscou, Moscou avait répondu en jouant quelques as en retour. La première était que les États-Unis, qui avaient dominé les procédures sur le Kosovo, poussé l’OTAN vers l’est et n’avaient pas été contrôlés pendant des décennies, s’étaient soudainement vu refuser ce qu’ils voulaient. Washington avait pour objectif principal d’utiliser Sébastopol, l’humiliation d’une Russie faible était un second objectif très proche. Moscou avait vu la situation évoluer et avait eu tout le temps de mettre au point un plan qui non seulement désavantageait Washington, mais aussi était directement entre les mains du Kremlin.

Le premier atout de Moscou était le fait que la Crimée et l’est de ce qui était l’Ukraine sont habités par des Russes ethniques qui parlent russe et, ce qui est bien plus important, s’identifient comme tels. Cela signifiait que non seulement la nouvelle politique de Kiev orientée vers l’ouest serait rejetée, mais que ce rejet signifierait automatiquement leur acceptation des ouvertures russes.

Le deuxième atout est le fait que si les États-Unis ont remis la majeure partie de l’Ukraine entre les mains de « notre homme de Kiev », une bonne partie ne l’a pas fait. Avec l’intégration de la Crimée à la Russie et la formation des républiques de Donetsk et de Lougansk, toute victoire que l’Oncle Sam aurait pu vouloir crier était au mieux creuse et politiquement pyrrhique. Au pire, elle montrait que lorsque les gens avaient le choix, Moscou était le vainqueur. Le fait que des millions d’Ukrainiens se soient installés en Russie au cours des cinq dernières années le prouve une fois de plus.

Sanctions et coups bas

Les États-Unis, l’OTAN et Kiev ayant été repoussés dans une grande partie de l’ancienne Ukraine, Washington et ses cohortes européennes ont décidé non seulement de prendre des sanctions contre les Russes et leurs intérêts, mais aussi d’utiliser toutes les armes, tactiques et mensonges possibles pour contrer Moscou. L’exemple le plus flagrant de cette attitude a été le crash du MH17 et les malversations commises par les enquêteurs et le pouvoir judiciaire, mais l’establishment occidental a fait tous les efforts possibles pour nuire à la Russie et à son économie. Si ces mesures avaient été prises à l’encontre de nombreux pays occidentaux, ils auraient été la proie du FMI il y a des années.

Syrie

La Syrie a été le premier grand déploiement de ressources militaires russes depuis la chute de l’URSS et a surpris beaucoup de monde en Occident. Une guerre civile faisait rage depuis plusieurs années, les forces opposées au gouvernement étant dirigées par des organisations terroristes et des unités militaires sous la tutelle du Pentagone.

Les deux points les plus importants dans ce théâtre ont été que le Kremlin est entré dans la mêlée syrienne après une demande d’Assad à Damas, et que les forces russes ont fait plus en un an que ce que les Américains prétendaient avoir fait en trois ans. Les forces américaines ont envahi la Syrie au mépris du droit international et du droit américain, mais elles ont prétendu détruire des cibles terroristes depuis leur arrivée.

Ce qui est apparu à tous ceux qui ont regardé, c’est que les groupes terroristes s’agrandissaient au point de déclarer un califat en même temps que les « combattants de la liberté » que les États-Unis finançaient, armaient et entraînaient faisaient défection aux terroristes en nombre toujours plus grand.

Lorsque la Russie est entrée en Syrie en 2015, l’État islamique était à son zénith après avoir été prétendument attaqué par la plus grande force militaire du monde pendant plus de trois ans. L’année suivante a vu un afflux massif de troupes russes, qui ont réussi à faire en quelques mois ce que les États-Unis prétendaient faire depuis des années : l’armée arabe syrienne assiégée a enfin pu reconquérir le territoire qui lui revenait de droit.

C’est à cette époque que les forces armées turques ont décidé d’abattre un avion russe, ce qui a provoqué une rupture dans les relations qui, aujourd’hui, semble avoir été guérie, et la Russie et la Turquie travaillent actuellement ensemble dans certaines régions du pays.

Dès que le vent a tourné, la plupart des troupes russes sont rentrées chez elles, laissant un petit contingent de militaires russes pour aider Damas et protéger les troupes russes dans le port de Tartous et les bases aériennes de Khmeimin et Lattaquié. Ce n’était pas un coup de maître militaire de Poutine, mais cela a permis à la Russie de revenir sur la carte du monde. Après des décennies de domination américaine dans la région, la Russie se trouvait à nouveau au Moyen-Orient et battait ceux que les États-Unis prétendaient ne pas pouvoir vaincre.

Bien que l’engagement militaire ait été faible par rapport aux efforts américains, ce fut une lueur d’espoir dans une région assombrie par des décennies de guerres orchestrées par les États-Unis, ouvrant la voie à l’un des collègues de Poutine les plus capables, sinon le plus capable, Sergueï Lavrov, pour renforcer la diplomatie russe dans la région.

Ingérence et piratage informatique

C’est lors des élections américaines de 2016 que les efforts occidentaux ont commencé à montrer des signes de désespoir. Et je ne parle pas seulement des candidats. Dans une campagne aussi amère après les élections qu’avant, les véritables couleurs de l’establishment politique américain et de ses médias sont apparues.

Les multiples échecs non seulement de la campagne, mais aussi du résultat qui en a découlé, ont plongé tout le spectacle dans la folie. Et qui faut-il blâmer ? La Russie, bien sûr. Grâce à la connexion établie entre des citoyens russes et quelques publicités à 50 dollars sur Facebook, Washington a fini par chasser les démons, les traîtres, les espions, mais finalement sa propre queue essayant de blâmer la Russie pour avoir corrompu les élections américaines.

Personne ne se demandait comment la « plus grande nation du monde » avait pu être la proie de ces tactiques prétendues et totalement non prouvées, et pourtant Washington s’effondrait alors que des flocons de neige tombaient à Moscou. Et qu’a fait Poutine ? Pratiquement rien. Plutôt que de s’engager dans une lutte de plus en plus vitriolique, le Kremlin a laissé les politiciens et les médias se battre entre eux de manière stupide pendant que la Russie restait assise, souriante, sur la touche. Ces accusations, ainsi que des trains de sanctions réguliers, continuent d’émaner de Washington jusqu’à ce jour, mais le Kremlin est comme un chat assis dans un arbre, presque souriant lorsqu’il regarde les chiens politiques aboyer bien en dessous de lui.

De 2018 jusqu’à aujourd’hui

Avec un nouveau mandat de président, Poutine n’avait pas seulement de vieux problèmes à résoudre, mais aussi de nouveaux défis à relever. Un Occident de plus en plus belliqueux qui pousse toujours plus loin, un Iran puni par ceux qui lui ont fait du tort et des relations de plus en plus étroites avec une Chine qui s’est également retrouvée dans la ligne de mire de l’Occident au cours des deux dernières années. En outre, le coronavirus a posé à Moscou autant de difficultés qu’à tout autre pays, mais l’utilisation judicieuse de la politique et des mesures a fait que la Russie a souffert plus tard et moins que beaucoup d’autres.

La poussée occidentale, non seulement contre la Russie, mais aussi contre toute nation qui refuse d’être contrôlée par elle, a fait qu’un nombre croissant de nations qui ont été épargnées par Washington trouvent de la chaleur grâce aux efforts diplomatiques croissants de Moscou.

Les échanges commerciaux avec la Chine ont manifestement augmenté ces dernières années, mais la coopération entre la Russie et Téhéran, Caracas, Damas et même Bagdad a pris un essor considérable au cours des deux dernières années. Cela n’est pas seulement dû à des personnalités comme Poutine, Lavrov et Zakharova, mais aussi à la chute de la grâce diplomatique américaine dans le monde.

Dans un monde de plus en plus instable et incertain, les gens veulent des relations solides plutôt que les vents de la guerre. Et en ce qui concerne la guerre, on ne peut ignorer les exportations militaires de la Russie ces dernières années, ainsi que les bonds qu’elle a faits en matière de développement et de production. Avec les missiles hypersoniques, la dernière génération de sous-marins et les drones qui s’alignent, si le jour arrive où la guerre est la seule option qui reste aux rivaux de la Russie, la technologie converge pour faire en sorte que la guerre soit ce qu’ils auront.

Le seul problème que Poutine n’a pas pu résoudre par la diplomatie a été celui du coronavirus, mais grâce aux précautions prises, à l’utilisation maximale des ressources sanitaires et au verrouillage de certaines zones, non seulement le Covid-19 a frappé la Russie plus tard, mais il n’a pas eu les mêmes effets dévastateurs qu’ailleurs. Nonobstant les difficultés que ce virus a causées au Kremlin, c’est la Russie et non l’OTAN qui, la première, a envoyé des hommes et du matériel sur le terrain pour aider l’Italie. Aucun dirigeant mondial ne peut combattre le virus et gagner, mais Poutine a perdu moins que la plupart et a été l’un des rares dirigeants à s’assurer que les pertes des autres ont également été réduites. Ce virus reste un problème, mais si l’on considère la manière dont il a été combattu jusqu’à présent, on peut supposer que Moscou restera compétent dans ses efforts.

Pour conclure son règne actuel, nous devons examiner ce qu’il était, ce qu’il a fait et où cela mène. Il était relativement inconnu lors de son arrivée au pouvoir en 1999 et a hérité d’un pays qui, en raison d’une décennie de vols et de pillages, ne valait plus grand-chose, voire rien. Ses deux premiers mandats à la présidence ont été troublés par les démons créés dans le passé récent de la Russie, ainsi que par leurs conséquences, mais il a eu la clairvoyance et la perspicacité nécessaires pour vaincre ceux qu’il pouvait, tout en amenant à sa façon de penser ceux qu’il ne pouvait pas contourner. À deux reprises, il a permis à d’anciens ennemis de devenir ses alliés et, dans les deux cas, il a élaboré des solutions permanentes qui ont satisfait toutes les parties.

Son arrivée au poste de Premier ministre s’est déroulée dans un climat relativement calme. Alors que la résistance à la nouvelle indépendance de la Russie s’intensifiait à l’étranger, c’était avant qu’elle ne soit placée sous le feu des projecteurs occidentaux, où elle est restée jusqu’à aujourd’hui.

Le coup d’État de Washington à Kiev a changé la situation pour toujours, non seulement par son audace, mais aussi par la façon dont Moscou et le public ont utilisé un mélange de perspicacité, de ruse et d’esprit pour empêcher une mauvaise situation de s’aggraver. La Russie a alors été confrontée à un barrage de sanctions vengeresses, ce qui a provoqué une nouvelle chute du rouble et rendu difficile l’importation de certains articles. Il y avait cependant un côté positif, car la plupart des exportations russes étaient produites en roubles et vendues en dollars. Et c’est avant même de mentionner les pertes économiques subies par les exportateurs européens qui ont perdu le marché russe. Si l’Europe veut prendre un coup au nom de Washington, ce n’est pas une perte pour Moscou.

Le conflit syrien et l’implication de la Russie dans ce pays sont évidemment beaucoup moins importants qu’autrefois, mais les forces armées russes ont acquis une expérience précieuse dans le rôle qu’elles ont joué.

Il est resté admirablement silencieux alors que les États-Unis se sont déchirés depuis les dernières élections et semblent le faire à l’approche des prochaines, non pas qu’un changement de gouvernement apporterait un quelconque changement dans les relations avec l’Occident. Sa plus grande préoccupation actuelle est le coronavirus, mais comme je l’ai déjà dit, peu de gouvernements ont fait aussi bien que le sien.

Lorsqu’il a pris la direction de Moscou, l’Occident s’était assuré que la Russie était un désert, un tas de cendres brûlées et qu’elle n’était bonne que pour ses ressources. Pourtant, en dépit des efforts continus de l’Occident, le phénix russe s’est relevé de ces cendres. Par le biais de sanctions et d’accusations, l’Occident a tiré sur Poutine et sur le pays qu’il a recréé, mais ce phénix vole de plus en plus haut chaque année où il est en fonction.

Mais qu’est-ce que cela signifie pour lui et son pays à l’avenir ? Il y a eu récemment une controverse (en Occident du moins) concernant le référendum russe et les changements apportés à la constitution, l’un de ces changements étant la possibilité pour Poutine de se représenter. Bien qu’il ait déclaré qu’il ne se représenterait pas au Kremlin, la porte lui est ouverte s’il le souhaite. S’il n’y a pas de candidat pour se mettre à sa place, aussi improbable que cela puisse être, la modification de la constitution lui permet désormais de le faire. Certains se sont inquiétés de son âge, mais à « seulement » 67 ans, il a sept ans de moins que Trump et dix ans de moins que Biden.

En ces temps dangereux et incertains, il est difficile de faire des prédictions, mais au vu de ses vingt ans de mandat, sa patience et sa diplomatie éprouvées lui permettront de continuer à offrir à la Russie et à son peuple le meilleur qui soit. Il est peut-être de petite taille, mais il est devenu immense sur la scène mondiale. Celui qui lui succédera se mettra en effet dans de très grandes chaussures…

Gpovanman

Source : Medium
Traduction par Christelle Néant pour Donbass Insider

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

11 commentaires

Laisser un commentaire