Service gratuit de « coach »

Par Sylvain Rochex

Bonjour à tous,

Je n’aime pas le concept de « coaching » qui s’est développé mais c’est désormais ce que les gens attendent comme entrée pour recevoir de l’aide. De plus, associé à la gratuité, ça change tout puisque le concept de coaching s’est développé pour faire du fric. Par la gratuité, j’estime que le vice de ce terme est neutralisé.

Je trouve que les gens ne vont pas bien du tout du tout et que c’est vraiment de pire en pire. Bernard Stiegler a écrit un livre excellent il y a trois-quatre ans qui s’intitulait « Dans la disruption, comment ne pas devenir fou ? » et la disruption dont il parlait était dotée d’une vitesse exponentiellement entretenue qui dépasse l’entendement et la capacité des humains…

Ainsi, potentiellement, la folie devait s’installer à la vitesse de la lumière. C’est ce qui est sous nos yeux maintenant. La folie est là. Pour moi c’est objectif : des foules entières sont en proie à des délires, individuellement et collectivement.

Stiegler parlait aussi de l’incurie (absence de soin et d’attention) connectée avec cette folie. Elle aussi est là.

Alors que les urgences sont toujours là, urgence de bifurquer pour contrer la pente suicidaire de l’humanité. Alors que nous avons besoin pour cela de gens solides, ancrés et courageux.

C’est pourquoi, je suis à la disposition de chacun, gratuitement, pour remettre de l’ordre, du soin, de l’attention, et avoir les pieds sur terre. Je peux intervenir dans presque tous les domaines.

Le but est de revenir à une vie LIGHT. Légère… Mais light, c’est aussi la lumière.

Sylvain Rochex

**La Tribune Libre est l’espace de libre expression des abonnés des ME. Son contenu n’engage pas le site des ME.**

Les commentaires publiés sont signés du nom des auteurs et engagent leur seule responsabilité sans que « lesmoutonsenrages » ne prennent en rien à leur compte leur orientation.

24 commentaires

  • KromoZom Y KromoZom Y

    Pour la modestie, c’est pas encore ça.

      • Avatar senzu

        Tiens une main tendue ! Et si je crachais dessus avec dédain et mépris.

        • Avatar senzu

          C’est à vous que vous faites du mal, pas à moi, sachez-le. Car vous démontrez comment on réagit dans ce monde face à la bonté, face au don. Oui, c’est clair, dans ce monde : on marche sur les fleurs et on viole les petites filles.

          • Avatar senzu

            « Prospérité du vice et malheur de la vertu »… C’est important que ça reste ainsi…

            • Avatar senzu

              Vous savez, il y avait une infinité de réactions possibles, c’est ça qui est passionnant. En voici une que vous auriez pu embrasser.

              « Trop bien. Moi aussi, je suis dispo pour aider gratuitement dans ma région. Je suis vers Gap et je peux aider en bricolage, en langues, en…, en …. en,… Voici mon numéro/mon mail. Sylvain, je t’appellerai pour parler perma. A « 

  • Avatar senzu

    Propose la même chose et peut-être que c’est moi qui t’appellerai. Ai-je dit, en proposant mon aide, que je n’avais pas besoin d’aide aussi ? S.R.

  • Avatar senzu

    T’as pas autre chose en stock, au lieu de taxer d’orgueil, un type qui offre son aide ? (Dans un monde malade, et malade du fric).

  • Avatar senzu

    Et je te propose d’aller insulter pareillement tous les AIDANTS de par le monde. Qui en plus se font payer. T’es allé voir tous les psys/coach/machin-choses-bien-être un peu partout pour leur sortir le même texte ?

  • Avatar senzu

    KromoZom Y, ça suffit les conneries maintenant non ? Si je faisais mon business dans mon coin, on se laisserait tranquille. Mais voilà, là, il y a de la nudité, de la gratuité, du don : donc il faut encore crucifier. Je te propose de me téléphoner pour qu’on discute du sujet que tu abordes : l’humilité. Et moi je te propose un autre sujet : voir le mal partout.

    • KromoZom Y KromoZom Y

      Mais, je n’insulte rien, ni ta personne, ni ce que tu fais.
      Un gars qui prétend pouvoir intervenir dans presque tous les domaines allant de la perma culture à la psychanalyse en passant par le « coaching de vie » ça ne fait pas vraiment ressortir ton côté modeste*.
      *prête attention aux mots que j’emploie, je ne te parle pas de ton orgueil même si là j’ai l’impression de l’avoir égratigné.

      Je vais te dire exactement ce que j’ai pensé en lisant cette article.
      En lisant le texte et l’image, j’ai trouvé que cela apportait une connotation sectaire.
      C’est mon ressenti, pas une attaque personnelle.

  • Bonjour,
    C’est super je trouve, je ne vois pas en quoi c’est critiquable, surtout que ça ressemble fort à notre projet.

    La miss offre déjà ses services en coaching et parfois le fait gratuitement aussi, ça dépend du niveau de vie de la personne, mais aussi de sa réelle motivation à s’en sortir.

    Je pense que c’est un bon concept et c’est surtout gratifiant d’offrir ses services en les adaptant à la personne, ça coupe un peu le côté business qui est un peu trop présent depuis quelques années dans le domaine.

    On peut réellement faire du (multi) coaching, tout en restant social et de pouvoir se regarder dans la glace le matin.

    Orné

  • Avatar senzu

    KromoZom Y, On est dans un monde gorgé à l’extrême de sectes, de divinités, qui nous asservissent constamment : des religions instituées, en passant par le journal de 20H, Carrefour, la FNAC, l’Education Nationale, le monde du spectacle, Youtube, Facebook, Nike, Addidas, l’ONU, l’OMS, les Etats, la Démocratie, les élections,…. Dans un monde où les entreprises de la silicon valey créent depuis 15 ans une disruption algorithmique visant à court-circuiter les désirs des gens pour les dominer et les faire consommer sans qu’ils s’en rendent compte (disruption qui s’est ajoutée aux sectes déjà présentes liées aux industries culturelles : Hollywood, radio, télévision, etc.). On est dans un monde où ça fait plus d’un siècle que s’optimisent des techniques de propagande toujours plus fines, jusqu’à étudier le cerveau humain dans ses moindres détails pour asservir et conduire là où on veut faire aller le bétail…

    Je suis sûr que toi même tu peux passer devant un de ces gigantesques bâtiments IKEA à l’entrée des villes, sans même ni penser que c’est une secte, ni non plus aller dire à l’accueil du magasin ou à son dirigeant que c’est une secte détestable.

    Par contre, un petit, à poil, ton frère humain, tout seul, non-puissant, qui écrit quelques pamphlets sur deux-trois blogs, sans aucune stratégie de com, un anar qui a foi en Jésus-Christ, qui se propose de venir gratuitement en aide à ses frères humains dans bien des domaines physiques et psychiques, à l’heure où rien ne va plus, et qui met le mot « lumière » sur une affiche : là, tu t’empresses d’y voir UNE SECTE et de le dire…

    Et t’as pensé à comparer ma modestie à celle du dirigeant d’IKEA et à celle de milliards d’autres être humains, qui se prennent tous pour je sais pas quoi, qui prétendent tous réaliser je sais pas quoi comme œuvre magistrale et nécessaire ?
    Je vis dans une caravane, je fais mon jardin, that’s all. Et j’écris des pamphlets face à ce monde malade. That’s all. Et je manque de modestie ?

  • Avatar Kurt Mebonn

    Je n’en reviens pas : 15 posts pour une querelle de néant, une vaine friction d’égos.
    Quel bol d’avoir autant de temps à perdre…

    • Même ressenti. Merci de l’avoir si bien exprimé.

      • Avatar senzu

        Nan mais putain, vous arrêtez maintenant vos conneries de merde ?

        Est-ce qu’on peut fermer les commentaires ou retirer l’article ?

        • Avatar senzu

          Je propose mon aide gracieuse dans un monde infesté de gens qui ne pensent qu’à leur gueule. Et je me retrouve avec trois attaques : PAS MODESTE, SECTAIRE et EGOTIQUE. Donc, STOP, maintenant. Moi, je ne joue pas à votre jeu pourri avec Internet, je suis ailleurs. Cette manière d’exciter ce qui est BAS, c’est relou au dernier dégré. De toutes façons, ça va continuer. Donc autant fermer.

          • Avatar senzu

            Je vais faire une pause avec les ME, parce que là vous m’avez vraiment grave saoulé. Allez-y, pensez que c’est mon égo, orgueil, que je ne suis pas « sage » de réagir ainsi : COMMENT TU RÉAGIS TOI QUAND TU OFFRES UN BOUQUET DE FLEURS ET QUE LES AUTRES VIENNENT LES PIÉTINER ?? C’est de l’orgueil, de l’égo d’être mal d’avoir fait un bouquet et qu’on le flanque parterre ??? T’tes façons, je ne verrai pas vos réponses, je me casse. A part Volti et deux trois autres, je ne trouve pas énormément d’amitiés par ici en fait.

        • Volti Volti

          Pfft !! Je ferme les commentaires..

  • Je ne vois pas là matière à chamailleries. Nous sommes toutes et tous les coachs les uns des autres, et celui qui sait partage, c’est beau, c’est bien.
    Le savoir est une recherche, pas un but. On est toujours en chemin de connaissances sur tant de sujets passionnants…
    Là encore, ce n’est pas le messager qui compte, c’est le message. Sylvain a envie de partager, grand bien fasse à lui et à ceux qui ont envie d’apprendre. L’un apprendra des autres, et inversement. https://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_good.gif

  • Avatar gneu

    Bonjour,

    Pour ma part, je suis encore dans le « système » de l’ancien monde (esclavage par le salariat).

    J’apprécie beaucoup SR que j’ai découvert il y a déjà des années et ses articles m’ont ouverts les yeux sur de nombreux sujets.

    J’ai lu beaucoup de choses sur le nécessaire retour à la terre. Je pense savoir ce qu’il faut faire, dans les grandes lignes.

    Et pourtant, j’avoue ne pas avoir réussi à franchir le pas.

    Ce n’est pas une question d’argent (j’en ai) ni de terre (j’en ai) et je fais déjà ce que je peux sur mon temps libre (je dois être autonome à 2%…. oui, c’est nul)

    C’est surtout un blocage psychologique. (Pour moi, mais peut-être pour beaucoup d’autres).

    Car comme beaucoup, je ne vis pas seul : j’ai une compagne, des enfants. Et ils sont ce qu’ils sont. Je ne veux pas et ne peux pas les secouer plus que ça (sous peine qu’ils se braquent ; les processus d’éveil et de prise de conscience sont lents et doivent venir de l’intérieur de chacun).

    Bref, quand on prend en compte celles et ceux qu’on aime. C’est difficile. J’ai peur de les perdre.

    Ces aspects psychologiques, du facteur humain, sont les plus limitatifs pour faire ce type de démarche.

    Je ne perds pas espoir mais, malgré l’urgence, il faut se donner le temps.
    Si j’étais seul dans ma vie, la transition aurait été sûrement déjà faite.

    Mais ce qui est « évident » sur le plan individuel ne l’est plus sur le plan du groupe ou d’une famille.