« L’incompétence organisée, la preuve par le plat de nouilles !! » L’édito de Charles SANNAT

Partagez ! Volti

******

Par Charles Sannat pour Insolentiae

Mes chères impertinentes, chers impertinents,

Cet article du Parisien ici nous explique que le régulateur des télécoms veut mettre un terme aux « plats de nouilles » !

Les plats de nouilles, c’est une expression très bien imagée pour décrire les branchements mal faits dans les points de mutualisation (généralement des armoires physiques) en bas des immeubles ou pour desservir les quartiers résidentiels…

C’est dans ces armoires où « tout arrive » et d’où tout repart pour aller délivrer le service fibre optique directement dans la maison ou l’appartement du client que chaque opérateur vient réaliser physiquement le branchement et la création de la « ligne » et donc matérialise le service acheté en le rendant fonctionnel.

Sauf que vous l’aurez compris, l’ambition est grande.

Les autorités veulent « fibrer » toute la France, mais fibrer la France demande d’énormes moyens à court terme et pendant quelques années, le temps du déploiement. Puis après plus rien pendant de longues années.

Il faut beaucoup de monde sur un temps court.

Comment faire ?

Prendre des sous-traitants qui vont embaucher et feront leurs affaires plus tard des licenciements nécessaires ou mieux qui sauront, par la pression, organiser le « turn-over » sans se faire accuser d’harcèlement moral.

Cela évitera à tous les donneurs d’ordres le syndrome des suicides de France Telecom. Evidemment il faut former et former coûte cher et prend du temps. Alors on ne forme pas, juste sur le tas, et cela donne n’importe quoi. N’importe quoi dans la pose des fibres, comme dans la construction des centrales nucléaires… Partout tout baisse, tout diminue, y compris… la compétence, le savoir-faire, les connaissances.

« Des opérateurs n’ont « pas assez surveillé leurs sous-traitants et ont laissé des pratiques de cochons se mettre en place », selon l’Arcep, qui dénonce des dérives dans les branchements du réseau Internet.
Les « plats de nouilles », ce sont les branchements désordonnés des fibres optiques dans les armoires de mutualisation du réseau. L’autorité de régulation des télécoms (Arcep) les pointe du doigt et a l’intention d’y mettre fin, « extrêmement préoccupée » par la question ».

Et l’ARCEP de rajouter…

« Nous notons qu’il y a eu des dérives » sur le partage des responsabilités concernant le branchement de la fibre et que « certains opérateurs n’ont sans doute pas assez surveillé leurs sous-traitants et ont laissé des pratiques de cochons se mettre en place », estime le président de l’Arcep, Sébastien Soriano ».

On ne partage jamais une « responsabilité » !

Quand on partage une responsabilité, on crée de facto une chaîne d’irresponsabilité, et bien souvent c’est une création volontaire pour justement dissoudre la responsabilité.

Le système est passé maître dans la création de ces chaînes d’irresponsabilités.

C’est pas ma faute ! Le comité a décidé que !

Ce n’est pas moi… le groupe a dit que !

Prenez la crise du coronavirus. Les politiques se cachaient derrière le comité scientifique… rendant un avis collégial.

La responsabilité est toujours individuelle.

Pourquoi vous parler de cela aujourd’hui ?

Pour attirer nos réflexions sur la nécessité de repenser l’idée même de responsabilité car sur la fibre, comme sur le coronavirus, comme avec les banques centrales ou commerciales, comme avec les mairies ou les interco, les régions ou les départements sans oublier les ministères ou les entreprises, ce ne sont que commissions, comités, groupes de travail ou encore GIE, groupements ou regroupement, filiales, françaises ou étrangères, sous-traitants de premier, second, troisième, quatrième et même de 5ème rang !

Pourquoi ?

Pour organiser la flexibilité et l’irresponsabilité généralisée d’un système qui devient totalement fou, qui n’arrive plus à rien, ou a si peu lorsque l’on voit l’énergie et les montants financiers qu’il faut dépenser pour déboucher sur des résultats biens maigres.

Le système devient fou et les gens, les individus qui le composent deviennent également fous.

« Ce n’est pas un signe de bonne santé que d’être bien adapté à une société profondément malade. »

Alors à vous tous, qui vous sentez si inadapté dans ce monde de fous, j’ai une bonne nouvelle à vous annoncer.

Vous allez très bien, vous êtes sain d’esprit ! Prenez bien soin de vous.

Il est déjà trop tard, mais tout n’est pas perdu. Préparez-vous !

Charles Sannat