Jeu des sanctions – La Russie prépare sa réponse à l’Ukraine ….

L’Ukraine c’est loin, c’est le sentiment général, face à tous les problèmes que nous avons en France. Néanmoins c’est une situation dangereuse et ce qui est entrain de se passer mérite de l’attention, ne serait-ce que parce que Macron, au nom de la France et donc des citoyens, soutient le régime néo-nazi de Kiev, comme d’autres pays d’Occident, USA en tête. Vous pensez être impuissants, vous pensez ne pouvoir rien faire ? Envoyez à vos députés les images de ce pays meurtri, et le chiffre des morts, ne fermez pas les yeux sur la souffrance des populations des deux côtés, ce sont elles qui souffrent. L’UE va encore financer, avec l’argent des contribuables européens, cette sale guerre. L’UE qui nous a été vendue avec des promesses de paix, de sécurité, de prospérité, et à laquelle nous avons dit NON, montre toute la noirceur de sa politique, qui appauvrit et détruit nos pays. Dans les années 30, le « moustachu hystérique » avait aussi le soutien des « inconscients », on connaît la suite. Partagez ! Volti

******

Christelle Néant pour Donbass Insider

Depuis le Maïdan, les provocations et sanctions de Kiev contre la Russie se sont multipliées, avec le plus souvent pour seule réponse de la part de Moscou une désapprobation médiatique et des appels à la raison. Ces réponses ont été jugées par beaucoup comme trop molles.

Politiciens et analystes russes et étrangers ont souvent reproché à Moscou d’être trop gentille et trop patiente envers Kiev. Une gentillesse et une patience que l’Ukraine et l’Occident ont pris pour de la faiblesse. À tort.

Rester calme et patient face à un adversaire hystérique et impatient est une très bonne tactique. Moscou a laissé l’Occident et l’Ukraine aller un pas trop loin, franchir la ligne rouge, qui va lui permettre de rendre coup pour coup sans remords.

Comme je le soupçonnais au moment où le ministère russe de la Défense a fourni les preuves que le missile BUK présenté par le JIT dans le cadre de l’enquête sur le MH17 était ukrainien, en brisant le traité d’amitié avec la Russie, l’Ukraine a autorisé Moscou à enlever les gants avant de frapper désormais.

Et Moscou semble avoir décidé de saisir cette opportunité. Après un premier coup concernant le MH17 qui a mis le JIT et les occidentaux groggy, et l’Ukraine en mauvaise posture, la Russie a décidé de frapper directement Kiev.

Pour cela, Vladimir Poutine, président de la fédération de Russie a signé hier, 22 octobre, un décret demandant au gouvernement russe de dresser une liste de personnes morales et d’individus qui seront visés par des mesures économiques spéciales, qui doivent elles aussi être précisées.

Si l’étendue des futures sanctions et des personnes et entités qu’elle concernera n’est pas encore connue dans le détail, il est clair que ces dernières vont porter un coup sévère à Kiev, et surtout aux actuelles autorités ukrainiennes.

Le décret, publié sur le site du Kremlin, stipule que ces sanctions sont prises « en réponse des actions inamicales de l’Ukraine qui contreviennent au droit international, et consistent à imposer des mesures restrictives sur les citoyens et personnes morales de la fédération de Russie ».

Certains pourraient se demander, pourquoi en venir à de telles contre-mesures seulement maintenant. Franz Klintsevitch, membre du comité de la Défense du Conseil Fédéral, n’exclut pas que ces contre-sanctions soient prises suite à la décision de Kiev de vendre aux enchères le bateau russe Nord qu’il a illégalement arraisonné.

« Je n’exclus pas que la goutte d’eau qui a fait déborder le vase, c’est la détention illégale et la vente aux enchères du navire russe Nord. Je n’ai aucun doute que la réponse russe aux actions hostiles de la partie ukrainienne, qui se répètent depuis plusieurs années, ne sera pas formelle », a déclaré Klintsevitch.

Selon le sénateur, les mesures économiques, qui vont être mises en place par le gouvernement de la fédération de Russie, « vont créer de sérieux problèmes pour les personnes physiques et morales » en Ukraine.

« Ce décret recommande directement à Kiev de cesser de jouer au jeu des sanctions », a conclu Franz Klintsevitch.

Dans la foulée, à la fois le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, mais aussi le Premier ministre russe, Dmitri Medvedev, ont tenu à rappeler que l’Ukraine reste un pays ami pour la Russie et que ces sanctions ne vont pas frapper les citoyens ukrainiens ordinaires.

« Les sanctions sont imposées aux personnes qui portent atteinte aux intérêts de la fédération de Russie. Ni le décret [signé parVladimir Poutine] ni le décret du gouvernement ne s’appliqueront aux Ukrainiens en général, ce serait absolument inacceptable », a déclaré Medvedev.

« Au contraire, nous avons des sentiments très amicaux envers le peuple ukrainien. Mais certains de leurs citoyens nuisent aux intérêts de la Russie en prenant des mesures visant à causer des dommages à notre pays. Nos résolutions [du gouvernement russe] s’appliqueront à ces personnes en particulier », a ajouté le Premier Ministre russe.

Comme l’a indiqué Dmitri Peskov, la Russie fait une distinction claire entre les citoyens ukrainiens ordinaires, et leurs dirigeants ainsi que les ultra-nationalistes qui ont entraîné leur pays vers la ruine.

« Le peuple ukrainien a été et restera un pays ami de la Russie, à l’exception de quelques pauvres représentants de cette nation, qui sont embourbés dans des attitudes nationalistes et ultra-nationalistes, » a souligné le porte-parole du Kremlin.

Il a également rappelé les déclarations de Vladimir Poutine selon lesquelles il ne considère pas les citoyens ukrainiens comme des adversaires et que ces derniers « souffrent à cause de la politique menée par leurs dirigeants ».

Le Premier ministre russe a précisé aujourd’hui quels types de mesures allaient être prises contre les personnes et entités visées par le décret présidentiel.

« De quoi s’agit-il ? Il s’agit tout d’abord du gel de leurs avoirs, qui se trouvent sur le territoire de la fédération de Russie, c’est-à-dire de l’interdiction d’y toucher. Deuxièmement, l’interdiction des transferts des fonds qui sont situés sur le territoire de la fédération de Russie, interdisant ainsi la fuite des capitaux » a déclaré Dmitri Medvedev, ajoutant qu’il a l’intention de signer le décret sur les sanctions dans un proche avenir.

Selon lui, ces sanctions toucheront un grand nombre de personnes en Ukraine. « Il y aura beaucoup de gens assez connus », a déclaré le Premier ministre.

« Si nous parlons d’individus, alors, selon toute vraisemblance, cela concernera des centaines de personnes qui ont causé du tort à notre pays par leurs actions. Il y aura des hommes d’affaires et d’autres personnes, c’est à la discrétion de la partie russe, c’est-à-dire, selon ces propositions que le gouvernement élabore », a précisé Dmitri Medvedev.

« Naturellement, la liste comprend également des sociétés ukrainiennes, c’est-à-dire des personnes morales enregistrées sur base des lois ukrainiennes, qui sont d’une certaine façon contrôlées par ces citoyens auxquels ces sanctions seront imposées. Quant aux personnes physiques et morales, ces listes sont en cours d’élaboration », a ajouté le Premier ministre russe.

Néanmoins, ces sanctions vont avoir un impact significatif sur l’économie ukrainienne, puisque d’après le Premier ministre russe, elles pourraient concerner un certain nombre de produits que l’Ukraine exporte vers la Russie.

« Il s’agit d’interdire certaines catégories de biens produits en Ukraine qui sont exportés vers la Russie », a déclaré Dmitri Medvedev.

« Nos collègues ukrainiens n’insistent pas particulièrement sur ce point, mais le chiffre d’affaires de l’Ukraine avec la Russie est très important, nous parlons de milliards de roubles », a rappelé le Premier ministre russe.

Car en dépit de toutes les mesures prises par Kiev contre Moscou, la Russie reste un important partenaire commercial extérieur de l’Ukraine. Dmitri Medvedev a ajouté que Moscou tiendra compte de cette circonstance lorsqu’elle prendra ces mesures de rétorsion contre Kiev.

Quoi qu’il en soit, cette décision est une très mauvaise nouvelle pour l’Ukraine, qui va perdre l’an prochain la manne du transit de gaz russe vers l’Europe (environ 3 milliards de dollars par an), qui doit rembourser un grand nombre de dettes d’ici 2020, et qui doit toujours plusieurs milliards de dollars à la Russie.

Les 3,9 milliards de dollars que le FMI est prêt à débloquer une fois le budget ukrainien de 2019 voté ne suffiront pas à empêcher la descente aux enfers économiques de Kiev. Car ces fonds ne seront débloqués qu’en contrepartie d’une hausse faramineuse des prix du gaz pour les habitants.

La hausse déjà validée de 23,5 % du prix du gaz dès le 1er novembre ne suffira pas à satisfaire le FMI, qui a demandé une hausse de 60 % ! Une hausse qui va devenir ingérable pour les ménages ukrainiens, dont plus des deux tiers n’arrivent déjà pas à payer la totalité de leurs factures.

Les autorités ukrainiennes post-Maïdan sont en train de suicider leur pays et leur peuple à petit feu en creusant de plus en plus le fossé de la dette, avec l’aide du FMI. Les mesures prônées par le FMI ne permettront jamais à l’Ukraine de se relever (bien au contraire, comme à chaque fois que cette institution entre en jeu, l’économie du pays concerné plonge sous les mesures destructrices imposées par le fonds), et la dette du pays va continuer à grandir jusqu’au défaut de paiement ou à l’effondrement total du pays.

Quand on voit l’état de l’Ukraine et l’avenir qui se dessine pour le pays, on comprend mieux pourquoi Victor Ianoukovitch avait repoussé la proposition d’association avec l’UE et avait jugé plus favorable la proposition russe (qui mettait 15 milliards de dollars sur la table et qui permettait à l’Ukraine de développer encore plus ses affaires avec son principal partenaire commercial). Cette décision n’était en rien pro-russe, elle était simplement pragmatique !!!

La politique hystérique et russophobe des autorités ukrainiennes post-Maïdan va à l’encontre du bon sens, et mène l’Ukraine dans le mur. À la fin ce sont les citoyens ukrainiens ordinaires qui payent et vont payer les pots-cassés de cette politique russophobe dictée par Washington.

Voilà ce qui arrive quand on laisse un autre pays dicter votre politique étrangère et intérieure. Car les autorités de Kiev peuvent bien claironner que l’Ukraine est indépendante, elle ne l’est que sur le papier.

En rompant de plus en plus ses liens avec son principal partenaire historique et commercial, l’Ukraine est en train de plonger plus profondément dans le gouffre de la dette, mettant de facto en esclavage l’ensemble de sa population, qui va devoir rembourser ad vitam æternam les conséquences de la folie de quelques-uns.

Christelle Néant pour Donbass-Insider

 

 

9 commentaires

  • Lilith Lilith

    Le président russe a un tantinet plaisanté sur l’aigle américain lors de sa rencontre avec John Bolton.

    https://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Poutine-se-moque-de-l-embleme-des-Etats-Unis-30330110

  • Graine de piaf Graine de piaf

    Les députés se moquent totalement des pays meurtris ! il ne faut pas se faire d’illusions, tout comme les ministres ou le chef ! Quant à la population, à part quelques personnes peu, nombreuses, tout le monde se fout de ce qu’il se passe ailleurs du moment que ce n’est pas à leurs portes. Parlez-en autour de vous, vous verrez les réactions…. c’est très édifiant.
    il y a ceux qui se sentent impuissants, et ceux-là je les comprends, et tous les autres qui haussent les épaules en disant quelque chose comme « oui c’est bien triste » et qui enchaînent sur leurs propres problèmes.
    Mais c’est vrai quoi ! pendant longtemps j’ai rêvé d’habiter en Syrie tant je trouvais ce pays beau, que la tolérance régnait entre les différentes religions et qu’il était en paix.
    je suis profondément atteinte par ce qu’il lui est arrivé, mais que puis-je faire ? rien ! c’est désolant mais c’est ainsi.

  • 3,9 milliards de dollars prêtés a l’ukraine pour qu’elle ne soit pas en défaut de paiement, sinon elle ne peut pas rembourser sa dette auprès de la banque Rothschild qui est maintenant la principale détentrice de la dette de l’ukraine.

    L’Ukraine appartient finalement a Rothschild. Ne vous inquiétez pas, bientôt c’est notre tour. Vous verrez cela sera moins loin.

  • Les autorités ukrainiennes veulent inonder leurs navires de guerre dans le détroit de Kertch, verrouillant ainsi le travail des ports russes.
    S’exprimant à l’antenne de la chaîne de télévision «en Direct», le membre de la faction «Bloc Porochenko» Alexis Мушак a déclaré sur la nécessité de remplacer des navires de la MARINE de l’Ukraine, sous le coup des militaires russes. Pour ce faire, il propose de faire de l’ukrainien de la cour dans la mer d’Azov avec les deux parties, afin de ne pas laisser la Russie du choix et de déclencher son coup.
    Cette opération, affirme Мушак, entraînera le blocage du travail des ports russes en mer d’Azov.
    L’ancien commandant des ukrainiens, les forces Navales de Sergey Гайдук a déjà offert de miner la mer d’Azov, pour des navires de guerre russes ne pourraient pas s’approcher de l’ukrainien rives.
    Aussi le politologue russe Nikolay Платошкин n’exclut pas d’éventuelles provocations de la part du royaume-Uni. Selon lui, les anglais les militaires peuvent saper un navire battant son pavillon dans la mer d’azov et de déclarer qu’il s’agit de «saboteurs russes». Dans ce contexte, la situation dans la région peut dégénérer encore plus forte, et les états-UNIS, si Londres vous demande de support, peuvent être entraînés dans une confrontation directe avec la Russie.
    Par conséquent, il n’est pas exclu que le Royaume-uni va sur une nouvelle provocation, soutenant ainsi les collègues ukrainiens dans les tentatives d’aggraver la situation dans la mer d’azov.
    Auparavant, comme déjà signalé «ПолитПазл», il est devenu connu sur la volonté de la part de la russie de prendre des mesures de destruction des ukrainiens frégates dans le cas de la provocation de l’activité dans les eaux de la Noire ou la mer d’Azov.

    http://globalwarnews.ru/171podstavit-pod-udar-rossii187-v-kieve-predlozhili-zatopit-svoi-korabli-v-kerchenskom-prolive-radi-novoy-provokatsii-25479.html

  • GROS

    Image d’illustration de cet article : Lamentable manipulation des enfants.

    • Voltigeur Voltigeur

      Bonjour Gros. Comme à chaque fois, ce sont les images « fortes » qui peuvent le mieux toucher, les civils et en particulier les enfants sont très impactés et, les utiliser pour passer le message n’est pas exceptionnel. Tu penses que ces mômes n’aimeraient pas vivre comme tous les enfants, plutôt que dans la peur sous les bombes ?

      • GROS

        Tu penses que ces mômes ont suffisamment de maturité pour avoir l’opinion de ce qui est écrit sur ces affiches, et qu’on leur fait donc dire ?
        Ca aurait pu passer si les parents avaient eu l’honnêteté de se tenir à leurs côtés sur la photo. Là non, c’est juste de l’instrumentalisation.

        • Voltigeur Voltigeur

          Pas du tout, mais il faut revoir « la stratégie du choc » de Naomie Klein. Tout est manipulation dans tous les domaines, pour faire adhérer une population rétive et ce, jusqu’à l’impensable dans des circonstances « normales ». On peut jouer sur les sentiments, la peur, la sympathie, la désapprobation, quels que soient les moyens, le but final est de retourner l’opinion des peuples et pas dans leur intérêt. :)

Laisser un commentaire