Bon aller ! Je fais une croix sur la Lune et Mars ! ….

La réflexion de Sylvain Rochex sur l’enracinement continue. Si vous avez aimé la première partie, lisez la suite, ça pique et ça gratte mais c’est si vrai. Partagez ! Volti

******

Sylvain Rochex pour descolarisation.org

Titre original: Bon aller ! Je fais une croix sur la Lune et Mars ! Je continue sur le thème de l’enracinement.

Pixabay

Le rapport d’une partie des êtres humains avec la Terre a changé. La possibilité matérielle de pouvoir rejoindre à tout moment n’importe quel point du globe a chosifié la Terre. La Terre est devenue la propriété privée de chacun d’entre-nous (occidentaux) et chacun entend pouvoir jouir sans entrave de sa propriété.

L’idée tyrannique, c’est que le nouveau-né, en naissant, obtient un droit d’accès à la Terre un peu comme il obtient des droits à la sécurité sociale. Nathalie et Christian viennent de donner la vie à Nicolas, eh bien, ce qui n’est pas dit explicitement la plupart du temps mais pourtant bien présent c’est qu’un duo, équivalent à celui du maître et de son chien, vient de naître : Nicolas et la Terre. Nicolas en « venant au monde » dispose, comme une sorte de contrat de départ, de la Terre entière comme terrain de jeu et d’exploration infinie. Nicolas, né en France, sera peut-être un australien pendant des années, il épousera peut-être une péruvienne et Nicolas, si son désir l’y pousse, mènera peut-être toute une existence aux quatre coins de l’Afrique et une autre aux quatre coins de l’Asie…

On ne peut pas analyser correctement l’individualisme forcené qui est le nôtre sans prendre en compte qu’il repose sur des milliards de duos avec la Terre : la tyrannie de l’individu s’exprime dans un lieu, un espace fini et il s’agit malheureusement de la Terre entière. Une très grande majorité d’occidentaux ont réussi à tout de même faire une croix sur la Lune et Mars ou autres lieux de l’espace interstellaire : trop coûteux, trop dangereux et trop éprouvant (Cf : le titre de ce texte). En revanche, tout reste ouvert, tous les exotismes existent dans la conscience sous forme d’un « on sait jamais, pourquoi pas ». Des milliers de destinations potentielles sont toujours présentes à l’esprit. Même le moins voyageur d’entre-nous, qui aime rester dans son quartier, se garde quand même, quelque-part, une possibilité, même infime, d’aller séjourner une fois en Thaïlande ou au Mexique… Oui, même celui qui ne voyage pas et ne veut pas voyager aime au fond sentir qu’il pourrait, que potentiellement, il peut rejoindre n’importe quel point du globe.

Cette psychologie, que je décrie (du verbe décrier), me donne la rage car on retrouve encore une fois la psychologie colonisatrice, celle-la qui consiste à rompre toutes les harmonies, toutes les bonnes médiations, tous les bons rapports, au profit de la pure dominance et du pur égoïsme. On retrouve cette incapacité à choisir qui est le fait du Prince par excellence : vouloir tout, tout le temps, accéder à tout, donc à rien. On retrouve le fait du Riche qui est de ne pas vivre ayant à sa disposition des milliers de vies potentielles. Impossibilité de choisir un goût, une saveur : la vie devient tellement multiple que l’on ne distingue plus rien.

Par ce duo individu-Terre, c’est la fin de l’incarnation… Citoyen-du-monde mon cul, c’est comme si j’arrivais constamment dans les aéroports du monde entier avec pour bagages mes arbres fruitiers et mes plantes dans des centaines de pots. Comment les gens peuvent-ils être à ce point-là aveugles sur les coûts entropiques totaux de leurs déplacements ? Comment peuvent-ils être à ce point-là aveugles des implications sur les autres et sur le reste du réel ? Le sujet des déplacements d’humains prouve à quel degré de folie extrême est allé l’individualisme : l’être humain qui se déplace sur le globe parvient à ne lire et à prendre en compte qu’un seul déplacement : lui par rapport à la Terre et c’est tout…

Si quelqu’un part de Paris pour aller à New-York et qu’on questionne cette personne sur ce qui a été déplacé : il ne verra et ne prendra en compte que lui-même. Il ne prendra pas en compte une infinité d’externalités entropiques et il ne verra même pas qu’en se déplaçant, il a déplacé à 6000 km de lui sa propre mère, et son écharpe en laine qu’il a oubliée, et qu’il rachètera à New-York. Il ne verra pas son voisin de pallier en train de sonner chez lui pour lui demander s’il a des œufs. Il ne percevra rien du trou géant qu’il a laissé à Paris, et de toute cette matière et de tous ces esprits qui se sont déplacés avec lui ou à cause de lui…

Le voyageur est l’être le plus inconscient des conséquences de ses actes qui soit. Lui, il voyage. Lui se déplace, il ne voit que ça. Il ne voit pas que l’autre aussi se déplace et que si tout le monde se déplace en même temps, le sens, la raison-même du déplacement est perdu… ! Nous sommes arrivés à ce point du désordre où celui qui veut se déplacer devrait s’enquérir de ce que font les autres en matière de déplacement pour ne se déplacer que si un nombre substantiel d’autres sont, eux, immobiles. Oui, il y a, comme pour tout, un grand gâteau du déplacement à se partager tout simplement pour que le voyage garde un sens et pour que le réel se disloque pas, pour que le réel consiste !! Notamment (mais pas seulement) pour ce que je disais dans mon texte du 18/10 « l’enracinement ou la mort» : les voyageurs et les déracinés recherchent à visiter ou rejoindre des enracinés ; s’il n’y a plus que des voyageurs et des déracinés : tout le monde repart bredouille, tout le monde aura la gueule de bois.

Mais les gens se moquent du gâteau cinétique à se partager comme de tous les gâteaux… Que tout le monde se baffre sans conscience, c’est l’anomie perpétuelle dans laquelle nous sommes.

Et si vous aviez LE COURAGE d’arrêter de vous déplacer et de CHOISIR où faire pousser vos racines, afin de trouver la vie (et non 10 000 vies) ?

Sylvain Rochex — 23.10.2018 — Déscolarisation.org

10 commentaires

Laisser un commentaire