Les pronostics alarmants de l’Ukraine

Par Elsa Boilly pour Observateur-Continental

La situation sur le champ de bataille devient de plus en plus sinistre après la capture d’Avdiïvka. Selon les renseignements ukrainiens, Moscou prévoit de percer la défense d’ici juin et s’emparer de Kiev. 

Depuis plusieurs semaines, le niveau du pessimisme augmente en Ukraine et parmi ses alliés, car les troupes russes reprennent l’initiative sur le front, et le paquet vital d’aide américaine est bloqué au Congrès. La chute d’Avdiïvka et de plusieurs villages voisins renforce les craintes concernant la fiabilité de la défense de Kiev. Comme le pense un officiel européen, ces pertes devraient servir de signal d’alarme pour les alliés de l’Ukraine. 

“Cette année, l’Ukraine pourrait commencer à perdre”, a déclaré Michael Kofman, spécialiste de la Russie et de l’Ukraine à la Fondation Carnegie pour la paix internationale. 

Les autorités ukrainiennes sont préoccupées par le fait que l’offensive russe pourrait recevoir un élan significatif d’ici l’été, si les alliés de Kiev ne parviennent pas à augmenter les livraisons de munitions. C’est l’évaluation donnée par les sources de l’agence Bloomberg

Les forces armées ukrainiennes donnent des évaluations de plus en plus sinistres de la situation: la Russie intensifie les attaques et la production de munitions, ainsi que les achats d’artillerie en Iran et en Corée du Nord. 

En même temps, l’Ukraine souffre d’un manque d’armements. L’UE n’a pas réussi à tenir sa promesse de livrer 1 million de munitions d’artillerie d’ici le 1er mars. Les pays occidentaux n’ont toujours pas livré à Kiev les avions de chasse et les systèmes de défense aérienne promis. 

Par conséquent, les forces armées ukrainiennes n’excluent pas la possibilité d’une percée de la défense du pays d’ici l’été, rapporte Bloomberg se référant aux renseignements ukrainiens. 

Les craintes des autorités ukrainiennes s’intensifient, car au cours du dernier mois, l’armée russe a pris le contrôle de plusieurs localités dans la région de Donetsk, y compris Avdiïvka, Severnoïe, Pobeda, Lastotchkino et Petrovskoïe. De plus, le renseignement ukrainien a précédemment rapporté que la Russie prévoyait de mener une opération subversive Maïdan 3 pour semer le chaos politique dans la haute direction du pays. 

“Ces pertes devraient servir de signal d’alarme pour les alliés de l’Ukraine”, a déclaré un officiel de l’UE dans une interview avec la publication. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, lors de la conférence marquant le deuxième anniversaire de l’invasion russe, a déclaré que la Russie prévoyait de lancer une nouvelle opération offensive en mai-juin. Selon lui, cette période sera la plus difficile pour l’Ukraine, en grande partie à cause des querelles au Congrès américain, où “les hésitations influencent certains pays”. Les législateurs de la Chambre des représentants n’ont toujours pas approuvé le financement de l’Ukraine, sachant que le projet de loi proposé par le président américain Joe Biden et approuvé par le Sénat prévoit l’allocation de 60 milliards de dollars à Kiev. 

En février, Politico, citant ses sources, écrivait que face à l’incapacité de l’Union européenne de tenir sa promesse de livrer 1 million de munitions à Kiev d’ici mars 2024, la République tchèque a appelé à acheter des obus à des pays tiers. Selon le média, l’UE pourrait être forcée de commencer à acheter des munitions pour Kiev auprès de pays tiers, notamment la Turquie, la Corée du Sud et l’Afrique du Sud. 

La République tchèque a déjà trouvé des fournisseurs pour acheter environ 800.000 munitions d’artillerie pour l’Ukraine en dehors de l’UE. Il s’agit de munitions de calibre 155 mm et 122 mm. 

La Belgique allouera également 200 millions d’euros pour l’achat d’environ 50.000 obus de calibre 155 mm. Le Premier ministre Alexander De Croo a annoncé cette nouvelle sur le réseau social X. 

L’initiative tchèque a également été soutenue par le Royaume-Uni, le Danemark, les Pays-Bas, le Canada et la Suède. 

Elsa Boilly

Volti

6 Commentaires

  1. Et ça continue !
    Mais Kiev n’intéresse pas la Russie ! En revanche, pour Odessa….
    .
    La mère d’une amie née en 1944 était née à Odessa, et s’est toujours considérée comme russe. En revanche le nord-ouest de ces contrées n’a jamais été ukrainien, ou si peu. L’Ukraine n’a jamais vraiment existé : c’était un peu comme pour l’empire romain ce qu’on appelait alors “les limes”, une bordure fluctuante, indécise, aussi indécise et fluctuante que l’étaient les limites à l’intérieur de l’empire ottoman, juxtaposition de villages qui, presque contigus, n’avaient ni la même langue, ni la même religion, ni les mêmes traditions. En cherchant bien, on a encore cette situation paradoxale dans la Flandre belge où, selon ce qu’on m’a dit, chaque ville a son dialecte, mais il n’existe pas une vraie langue flamande unifiée.
    .
    Ne nous faisons pas d’illusions : ce n’est qu’au XIXe siècle que la France profonde a enfin parlé la même langue même si le français officiel date de François Ier. Paradoxalement, l’allemand s’est unifié plus tôt. Les conditions locales n’étaient pas les mêmes !
    .
    Donc pour revenir au sujet de l’article, si les troupes russes intensifient leurs actions, ce sera plutôt vers le sud, la mer Noire et la Transnistrie.

  2. Quand les gens comprendront ils que soutenir l’ukraine militairement et financièrement c’est faire durer la guerre et appauvrir l’europe. Sans cette aide internationale l’ukraine aurait été forcée de négocier la paix et ce conflit serait terminé sans ruiner nos économies et avec des milliers de morts en moins. Je pense que ça serait un bien pour les ukrainiens qui ne seraient plus en guerre. Mais qui se soucie des peuples de nos jours ?. Certainement pas les politiciens.

    • Rappelons tout de même que c’est l’Angleterre qui a interdit que la paix soit signée ! D’ailleurs, on la reconnaît bien là ! On se souvient des ennuis de Napoléon avec William Pitt…..

  3. Choisir la lente agonie d’un peuple plutôt qu’un règlement diplomatique, c’est vraiment criminel.
    D’autant plus que l’Ukraine manque aussi de chairs à canon, au point d’envoyer les trisomiques au front ! S’il n’y a plus assez de soldats, les munitions ne serviront à rien. Si tant est qu’elles arrivent à bon port.

  4. J’ai connu un prisonnier de guerre français, les hasards de la guerre l’avaient conduit à se retrouver coincé dans BERLIN lors des derniers combats de la fin fin du Reich.
    Faits prisonnier par les Soviétiques, il s’était retrouvé promené ici et là en Russie soviétique pour finir par embarquer en 1947 à ODESSA pour MARSEILLE.

    Qui aurait nié le caractère russe de ODESSA à cette époque ?

Les commentaires sont clos.