L’économie et le niveau de vie en Europe s’effondrent

Source Aube-Digitale

Manuela Schwesig, première ministre de Mecklenburg-Vorpommern, et Markus Söder, premier ministre de Bavière, visitent un site qui alimentera un réseau de gazoducs existant en gaz naturel liquéfié à Lubmin, en Allemagne, le 30 août 2022.

Les sanctions irréfléchies contre la Russie ont mis en lumière les problèmes les plus aigus de l’Europe, qui perd rapidement sa puissance économique. Un nombre considérable d’entreprises sont au bord de la faillite. Un flot de migrants en provenance d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Ukraine exige de plus en plus de dépenses budgétaires. Des fonds sont également utilisés pour soutenir le régime de Kiev. En conséquence, les économies européennes se détériorent et le niveau de vie s’effondre.

Les entreprises sont sur le point de fermer

En Grande-Bretagne, 60 % des entreprises sont sur le point de fermer en raison de la hausse des prix de l’électricité. C’est ce que rapporte le groupe d’analyse Make UK, qui représente les intérêts de l’industrie britannique. 13% des usines britanniques ont réduit leurs heures de travail et 7% sont en train de fermer temporairement. Les factures d’électricité ont augmenté de plus de 100 % par rapport à l’année dernière.

En Allemagne, selon l’Institut Leibniz pour la recherche économique, le nombre d’entreprises et de particuliers ayant fait faillite au cours du seul mois d’août a augmenté de 26 % par rapport à la même période de l’année dernière. Ce chiffre est nettement supérieur aux prévisions des analystes allemands. Selon les experts, au cours de l’automne, le nombre de faillites ne fera qu’augmenter. Cela est lié à l’augmentation du coût des processus de production, notamment à la hausse des prix de l’énergie.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a reconnu que de nombreux Allemands ont été confrontés à la hausse des prix du carburant et des denrées alimentaires. La plupart des pays d’Europe se trouvent dans une situation similaire. Mais les autorités sacrifient la qualité de vie des gens afin de continuer à exercer une pression sur la Russie.

La crise est toute proche

Dans le même temps, de nombreux experts estiment que l’arrêt de Nord Stream provoquera la pire crise énergétique que l’Europe ait connue depuis des décennies.

Cette situation a déjà provoqué une forte hausse des prix des ressources énergétiques sur le marché européen. En conséquence, les factures énergétiques des ménages européens ont augmenté. Selon les analystes de Goldman Sachs, son coût cumulé culminera au début de 2023, avec une augmentation de 2 000 milliards d’euros. Il a également entraîné une dépréciation record de la monnaie européenne au cours des 20 dernières années.

L’augmentation du coût du gaz, du chauffage et de l’électricité a un effet négatif sur le niveau de vie de la population. Mais un problème encore plus dangereux est la chute de la liquidité des produits européens fabriqués au nouveau coût de l’énergie. Les produits européens deviennent non compétitifs sur le marché mondial : leur prix est beaucoup plus élevé en raison du coût de l’électricité et du gaz.

Les tentatives des dirigeants européens d’instaurer un plafonnement des prix de l’énergie en provenance de Russie ont complètement échoué.

« L’Europe récolte ce qu’elle sème »

Les pays européens sont eux-mêmes responsables des problèmes qu’ils rencontreront l’hiver prochain en raison de la réduction des livraisons de gaz en provenance de Russie, a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan. Selon lui, « l’Europe récolte ce qu’elle sème », alors que la Turquie « n’a aucun problème d’approvisionnement en gaz ».

La crise en Europe est le résultat d’une erreur politique. D’une part, les sanctions contre la Russie ne sont favorables qu’aux États-Unis. D’autre part, l’imposition de l’économie post-hydrocarbures aux Européens a montré son insolvabilité.

Par conséquent, les prix de l’énergie en Asie et en Amérique latine sont aujourd’hui beaucoup plus bas. Et les salaires des travailleurs de la production le sont aussi. En d’autres termes, les produits européens ne sont absolument pas compétitifs. Et nous constatons une diminution de la liquidité de ces produits sur le marché. En conséquence, l’économie européenne commence à plonger dans la récession. En particulier, Christian Sewing, directeur général de la Deutsche Bank, a déclaré le 7 septembre que l’Allemagne n’est plus en mesure d’éviter la récession. Déjà à l’heure actuelle, elle achète beaucoup moins de matières premières auprès de grands fournisseurs comme le Brésil, l’Argentine et les États-Unis.

L’Economist Intelligence Unit, un groupe de réflexion britannique, prévoit que la croissance du PIB en 2023 sera de : 5,3% en Chine, 5,1% en Inde, 1,2% aux États-Unis, 0,3% en France, 0,3% au Brésil. Et elle sera négative dans un certain nombre de pays : moins 0,6 % au Royaume-Uni, moins 1 % en Allemagne et moins 1,3 % en Italie.

La pauvreté arrive

La prochaine conséquence logique sera la fermeture massive de la production et la hausse du chômage. Les entreprises technologiques européennes réduisent déjà le nombre de postes d’ingénieurs bien rémunérés. En septembre, le fabricant allemand d’éoliennes Siemens Gamesa a annoncé son intention de réduire le nombre de ses employés à 1 500 personnes.

À son tour, la hausse du chômage entraînera une baisse du niveau de vie et une charge supplémentaire sur les budgets publics, car la lutte contre la pauvreté nécessite des dépenses sociales supplémentaires.

Les économies européennes survivent grâce à des mesures de relance. Mais cela exacerbe l’inflation. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a déclaré : « On ne peut pas aider tout le monde, donc nous, à l’Ouest, serons un peu plus pauvres à cause de l’inflation élevée, des coûts énergétiques élevés ».

Les migrants ruinent le budget

Entre-temps, la crise énergétique et les problèmes de production ont été exacerbés par les politiques migratoires qui nécessitent des injections budgétaires supplémentaires dans la sphère sociale.

Au cours des deux dernières décennies, l’afflux de migrants dans les pays européens a été inférieur à 1 million de personnes par an. Mais déjà l’année dernière, 1,3 million de personnes sont entrées dans les pays, et cette année, il y a déjà eu 1,8 million de personnes. Nous devons tenir compte du fait que certains immigrants entrent illégalement en Europe et ne sont pas enregistrés. Il s’agit principalement de résidents de Somalie, du Nigeria, de Gambie, d’Iran, du Pakistan, du Mali, d’Afghanistan, d’Érythrée et de Syrie.

Par ailleurs, plus de 10 millions de personnes ont quitté l’Ukraine depuis la fin du mois de février. Parmi elles, au moins 6 millions de personnes se trouvent encore dans des pays européens, tandis que 3,7 millions ont déjà reçu le statut de réfugié. Le coût moyen par ces migrants est de 7 000 euros par an. Même sans les Ukrainiens, l’Allemagne dépense à elle seule 25 à 55 milliards d’euros par an pour l’aide aux réfugiés.

L’économie européenne pouvait se permettre ces énormes dépenses avant la crise énergétique. Mais aujourd’hui, la situation est telle que les dépenses ne font qu’augmenter alors que les recettes diminuent.

Après des factures d’électricité et de chauffage catastrophiques, la population européenne est confrontée à un chômage de masse, suivi d’une baisse des aides sociales de l’État. Ces processus conduisent inévitablement à une baisse générale du niveau de vie.

Traduction d’Oriental Review par Aube Digitale


Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

Un commentaire

Laisser un commentaire