Bernard Bajolet : la tolérance et le respect éviteraient tout conflit !

Présent à l’université d’été de la défense, le 26 juillet à Saint-Malo, l’ex-directeur général de la Sûreté étrangère française (DGSE), Bernard Bajolet, a répondu, lors d’une conférence spécialisée, à quelques questions. L’une de ces questions concernait l’influence de la France au Moyen-Orient. En guise de réponse, il a dit que « nous sommes d’accord sur le fait que le statut de la France au Moyen-Orient s’est sensiblement dégradé par rapport au passé, mais notre gouvernement tente de compenser.

Après l’explosion du 4 août sur les côtes libanaises, la France a bien voulu aider ce pays à faire face à de multiples crises via un projet intitulé « gouvernement de mission », tout en cherchant à y améliorer sa position, car il se situe sur les rives de la Méditerranée, ce qui représente un avantage non négligeable ! Au Moyen-Orient, le Liban est considéré comme le seul pays dans lequel la France pourrait retrouver son ancienne influence et assurer ses intérêts stratégiques. » À cet égard, le président français Emmanuel Macron a également exprimé son soutien indéfectible pour résoudre les problèmes du Liban.

A propos de la question liée à la position de la France sur le conflit israélo-palestinien, cet ancien diplomate et agent de renseignement a déclaré que « son pays a cherché la paix depuis le début, et c’est pourquoi la France a soutenu la création de deux gouvernements indépendants. En 2013, lorsque j’ai été nommé directeur général de la Sûreté étrangère, j’ai commencé à établir des relations intimes avec les courants politiques d’Israël, et j’ai fait la connaissance de personnes comme Monsieur Labid. Au fait, la relation entre Lapid et le gouvernement français remonte à 1987, c’est-à-dire, lorsque Lapid a rencontré le défunt ambassadeur de France à Washington, Emmanuel Jacquin de Margerie, par l’intermédiaire d’un homme d’affaires juif à Los Angeles.

Notre amitié avec Lapid se poursuit jusqu’à aujourd’hui, de telle sorte que ces dernières années, les relations ont atteint un tel point qu’en 2018, à quelques jours des élections israéliennes, Lapid se rend en France pour recevoir des conseils de Paris. La France le considère comme son représentant intellectuel en Israël et sur la scène politique internationale. Il est évident que le gouvernement français, à son tour, s’est engagé à assurer la sécurité d’Israël et à la promouvoir par son influence au Liban et dans d’autres pays arabes.

Je suis heureux que Labid, en tant que ministre d’Israël, soit actif dans la réalisation des objectifs de la diplomatie étrangère française. En fait, la présence d’une personnalité modérée comme Lapid à la tête d’Israël, qui est loin de l’extrémisme religieux et des préjugés orthodoxes, est le résultat de plusieurs années de planification et d’efforts de l’Hexagone pour accroître la paix sur la scène internationale. Il faut reconnaître que certains ultra-orthodoxes constituent une menace sérieuse pour l’établissement de la paix dans la région. Heureusement, la pensée laïque et modérée est en évolution dans la société d’aujourd’hui israélienne, et l’arrivée au pouvoir de Lapid l’a confirmé. Ces jours-ci, la modération en Israël bénéficie d’un large soutien populaire. »
À la fin de cette conférence, Bernard Bajolet a souligné que la seule solution à tous les conflits du monde entier résiderait dans la tolérance et le respect.

Mary Johnson

Tous les articles, la tribune libre et commentaires sont sous la responsabilité de leurs auteurs. Les Moutons Enragés ne sauraient être tenus responsables de leur orientation.

10 Commentaires

  1. Le régime « d’Israël » devenant enfin moins extrémiste ? Ce serait une bonne nouvelle. Malheureusement la majorité des colons est une pépinière d’ultras parmi les ultras, ce qui ne simplifie pas les choses. De plus ce petit pays ne se sent pas de joie d’être soutenu mordicus par un pays bien plus grand, tout aussi exceptionnaliste, arrogant, et ne connaissant que ses propres règles. C’est un gros handicap, pour le monde entier.
    .
    Je ne suis pas persuadé que, pour le moment, la présence d’un seul modéré parmi les décideurs change grand-chose. Le jour où ils seront plusieurs, enfin on pourra espérer.

  2. la tolérance et le respect éviteraient tout conflit…………..!!et oui Mr Bajolet n’a pas inventé la poudre , et 99% des gens auraient dit cela comme une évidence certaine.

    • Et bien entendu chacun s’attend à ce que ses désirs soient respectés, et donc non le respect des demandes de l’autre ne solutionne rien. La plupart du temps, la cause du conflit est dans l’égo des intervenants, qui veut absolument que sa demande aboutisse, spécialement si il y a un gros intérêt à la clé. La vraie résolution du conflit passe par un lâcher-prise sur ce qu’on veut obtenir, accepter de n’en avoir qu’une partie ou même rien, et penser au bien commun plutôt qu’uniquement au sien. Si un seul des protagonistes refuse cette manière de voir la situation, le conflit demeure. Résoudre un conflit est difficile car cela demande souvent un changement véritable dans sa manière d’appréhender la réalité. Le conflit nous invite à ce changement mais beaucoup s’entêtent à le refuser et à rester figé dans l’égo. Pour gagner, il faut parfois accepter de perdre. Savoir perdre est d’ailleurs un grande victoire.

      • trés juste , mais peu sont prêt a perdre la face ; orgueil suffisance arrogance sont les trois mamelles de beaucoup de dirigeants qui pensent être investis d’une mission divine !! les petits despotes se réconnaitront !!

      • – Très beau laïus, mais pour résoudre un conflit êtes vous prêt à perdre votre vie et celles de vos très proches, si tel est le désir de votre ennemi ?

        – Comme la plupart des occidentaux préservés de l’extrême violence, vous avez totalement perdu la notion de la haine véritable qui peut animer votre ennemi(que vous le considériez comme tel ou pas ne change rien à l’affaire).

        – Ceci dit, même si c’est au prix de passer pour un vieux cons aigri, j’espère sincèrement que cela puisse durer ainsi.

        Bonne journée à vous.

        • Ps : Votre raisonnement est très très juste entre bonnes gens civilisés.
          Mais quel dommage que notre monde occidental soit gouverné par un ramassis de prédateurs, de psychopathes et autres sociopathes, prêt à sacrifier leurs propres peuples sur l’hôtel de leurs désirs.

        • Face à des gens haineux ou avec l’intention manifeste de provoquer le conflit et non de chercher sa résolution, on ne peut évidemment rien faire d’autre que résister, se défendre. Dans ces conditions, donner ma vie ou tout ce que j’ai en espérant résoudre la situation serait stupide et renforcerait l’attitude injuste de l’autre.
          Par contre, même s’il est vrai que beaucoup de gouvernants sont des psychopathes malsains, il ne faut pas oublier qu’ils sont là parce que la majorité a favorisé leur pouvoir. Que pourrait une poignée d’hommes au « pouvoir » contre des milliards de personnes conscientes et déterminées? Rien. Ils le savent et utilisent depuis très longtemps toutes sortes de stratégies pour maintenir le peuple dans l’ignorance et la distraction, afin de continuer à tout contrôler.

          • J’ai une vue beaucoup plus cynique que vous sur le sujet.

            C’est dans la nature humaine d’aller au conflit seul solution retour à la communauté de chasseur cueilleur et même dans ce cas je suis pas sure que cela suffise il ni a qu’a observé les chimpanzés et vous comprendrez que la violence est inhérente a notre nature, c’est même une composante de notre survie…

            Lâcher prise et accepté notre nature serait à mon sens plus judicieux plutôt que de faire taire cette part de violence qui est en nous, sinon nous ne serions pas ici entrain de débattre de ne pas accepter le future qu’une certaine élite psychopathe et mortifère nous prépare!

Les commentaires sont clos.